La Voix De Sidi Bel Abbes

Des journées de plage sans solariums : Les baigneurs dans l’euphorie.

C’est indescriptible, l’effet que cela a fait sur les baigneurs et les riverains, ces journées de plages, sans se voir imposer le paiement d’un bout de sable par les gérants de solariums qui sévissaient sur la côte de la Corniche oranaise.
Une sensation de délivrance, tel est le sentiment partagé par l’ensemble des estivants d’un jour, qui ont investi les plages en ces journées de canicule. L’appréhension se lisait gravement sur les yeux de ces derniers, lorsqu’ils faisaient les premiers pas sur le sable chaud, en quête d’un garnement qui allait venir rouspéter son lopin de sable contre des dinars sonnants et trébuchants, sous peine de se voir rabrouer comme un va-nu-pied.
L’assurance reprenait aussitôt le pas sur l’inquiétude furtive, pour se laisser enfin s’étaler sur le sable, dans une ambiance bon enfant. Il faut que l’angoisse de tant d’années de diktat imposé, sans parler des agressions verbales et autres offenses, ont frustré nombre de familles, qui, soit déboursaient malgré eux la somme réclamée, soit, décampaient au plus vite, pour aller ailleurs, loin d’Oran. Ce n’est plus le cas, maintenant, à voir ces mines déridées et ces visages détendus et ce bonheur retrouvé après cette sensation d’une liberté spoliée sur des plages publiques.
Des sceptiques, il y en a. Certains estiment qu’il faudra attendre l’été pour voir, la saison estivale n’étant pas encore officiellement ouverte. Voir, si réellement les recommandations des instances gouvernementales seront appliquées, de manière concrète, sur le terrain. Des recommandations fermes faut-il le rappeler et qui ont été notifiées d’ailleurs aux walis par le directeur général des Collectivités locales, en visite de travail dans l’ensemble des wilayas de l’Ouest, le mois dernier, dont Oran.
La mobilisation des services d’ordre, des maires, des exécutifs de wilaya et de daïra, est de rigueur, avait-il souligné, se référant à une instruction du Premier ministre Sellal. En effet, le scepticisme peut être permis pour certains, eut égard à la colère de quelques jeunes des communes, de la Corniche, habitués à poser leurs solariums.
C’est un ballon test, diront certains initiés, pour voir la réaction des pouvoirs publics. Mais chez ces derniers, le ton est à la fermeté, d’autant plus que le représentant du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, avait insisté pour dire qu’il s’agissait d’une affaire politique et une affaire de souveraineté de l’Etat. A rappeler que cette décision d’interdire les concessions, a concerné également les parkings automobiles. Mais l’on a constaté que quelques énergumènes, notamment au niveau des Andalouses, présentaient un ticket aux estivants, avec parfois de la persuasion. Les plus téméraires des visiteurs refusaient de céder, d’autres n’avaient pas le choix.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=60290

Posté par le Mai 12 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

5 Commentaires pour “Des journées de plage sans solariums : Les baigneurs dans l’euphorie.”

  1. zlaoui

    tout ce cafouillage que vit le pays est l’origine des impots. car si l’etat a mis sa main ferme sur le fisc il n’ y aura pas tout ces passes droits jusqu’a faire devenir l’algerie comme l’epoque de l’afrique du sud de l’aparthaide. les plages etaient divisés en deux d’un coté les blancs de l’autre le reste..en algerie c’est pareil d’un coté les bandits qui s’adonnent a la raquette et de l’autre le reste..alors que le fisc est sencé etre le seul raqueteur officiel..
    nous sommes pas dans la periode romaine qui avait peur d’aller dema’der aux amazigh algerien réputé intretable dans le domaine de la raquete avaient comme habitude de la’cer d’autres amazighs pour la collecter moyaina’t pourcentage..c’est a dire le romain pour ne pas a voir affaire au amazigh il prefere donner la collecte a un homme de main un amazigh avec sa matraque…nous sommes plus dans cette situation pourquoi l’etat ne soit pas claire avec la population et de prelever l’impot sous forme de sadakate tout court..
    si l’etat exigeait l’impot sur les communes celle’ci se leveront pour travailler et courire pour trouver des financeme’t. avant 1970. toutes les communes que soit du litorale ou de l’interieur ouvrait des champs d’investissement poir leurs habitants, et pour elle meme.
    qui empeche les communes de faire comme les’commune française et espagnole, e’ amenaheant des aires de camping? il ya que le litoral qui fait recette? le litoral n’est pas re’table du fait qu’il travail que sur 2 mois sur 12..alors que le sud et les mo’tagnes ils peuve’t travailler 9 mois sur 12..les montagne de kabilie eux peuvent travailler 12 mois sur 12 avec le beaus sites magnifiques qu’ils ont.. un mobile home acheté ici en algeire de fabrication 100 % algerienne ne coute que 50 millions avec pose et livraison incluse. la mairie loue a l’anné l’emplacement, sur son territoires..avec cette inviestisseme »t elle fait coup double, elle attire
    les visiteurs do’c ils vo’t consommé local, les familles vont se mettre a subvenir ces visiteurs en boissons, nouritures, produit artisanal etc et la mairie aura des e trés poir financer d’aitre projet et faire face a ces depenses  »ramassahe des ordures, eclairage, goudronnage des rues, etc…toutes cette habitude des année 70 a éte perdue..la’commune doit attendre un ministre venant d’alger avec des motards et escortes pour faire tracers a la chaux un’carré ou placer u’e tente..vue que l’algerie est dispersé sur 2 milliers de carré imaginez combien faudra de minsitre a alger pour couvrire toute les communes?
    il faut que l’etat fait savoir a tout le monde que l’epoque Romaine sur algerie est terminé.
    en 62 kamalna m3ahoum, il reste ce cas de l’investissement des commune il fait lancer sur le fisc…chaque musulman est tenu de verser une sadaka tant qu’il peut..la zakate c’est autre, les taxes c’est autre autre choses..
    la sadaka tire son origine sur la déclaration  »je t’ai crus » sadakték..lorsque le prophéte demandait le versement d’une sadaka, il n’oblige person’e a ouvrir ces coffres..les sadakates sont ensuite distribué par la mairie sur les ayants droits, les etudiants et etudiantes, les voyageurs en quete de savoir 3 jours de residences gratuite nouri et logé, les femmes enceinte et en allaitement, les handicapé naturel ou suite a un accident, les personnes agés les orphelins et orphelines, les enfants issus d’un divorce pas leurs meres ni leurs peres, ..
    en attendant de remettre la recette fiscale entre les mains des juges, l’algerie peut laisser la fiscalité europeenes chez nous fo’ctionné sous le schema islamique en attendant les reformes on ne sait pas l’arrivée du .messie dans 2 ans ou dans 150 ans, on va pas laisser, nos affaires a la porté des mains de n’importe qui..nous avons une responsabilité devant les ecoliers et écoliéres..nous allons les laissé un pays ruiné ou quoi?

  2. OUERRAD

    je fais partie des sceptiques pour deux raisons ,
    j ai quelque sur un canard boiteux , que les concernes devaient se presenter aupres du ministere du tourisme , qui est seul habilite dorenevant pour delivrer ce type d autorisation .
    SECONDO , et c est le plus important , qu en est il des plages privees detenues illegalement par les nababs du tourisme tels ; cherif othmane et consorts ,,,, affaire à suivre
    Qu en est il des parkings en milieu urbain , les hommes au gourdin sevissent toujours ,,,,
    Messieurs , la gouvernance c est le serieux et l endurance , or un etat faible ne tient pas le coup face aux differentes mafias de tous les secteurs … Paroles de citoyen attentif ….

  3. Amirouche

    « Ya chauffeur n’est pas peur zide chwia fel moteur »
    Cette photo m’a rappelée une partie de ma jeunesse passée en colonie de vacances à Port Saïd . Beaucoup de petits souvenirs que j’essaye de me les faire revivre en songeant de temps en temps à la Mouscarda où j’ai passé une section de 15 jours et une autre à Terga plage . Il n’y a aucun mot pour décrire ce que je ressent, c’était certes deux courtes périodes aoûtiennes mais pleines d’émotions et de bons souvenirs.
    A ce jour , j’ai une grande « ibtissama » quand je me rappelle cet enfant somnambule qui se mettait à chanter la nuit « ahlen bikoume wa marhaba » tout en tapant ses mains ou l’autre qui faisait « pipi » dans son lit ,me disant que ce n’est pas moi qui a fait ça ! .Cela dit et nonobstant le peu de moyens , nos plages étaient propres et « saines »………

    Hélas , lors de mon dernier séjour , j’ai ,malheureusement,constaté que nos plages ne sont plus les mêmes .En effet , en voulant passer quelques moments avec mes enfants , j’ai vu que nos plages ont rétrécie .Avec cette nouvelle « tendance » d’alignement de solariums qui occupaient une grande superficie du sable doré ;les tables et les chaises sont collées les unes aux autres ne laissant que peu d’espace et d’intimité aux familles . On a entendu dire que des familles se sont faites immanquablement éjecter par ces « agents » qui ont colonisé les plages et elles étaient mises derrière ,loin des rivages sans aucune visibilité pour que les parents surveillent leurs bambins. Des parkings vous dites !! , ils ne méritent pas ce nom , ce ne sont qu’un simple espace entouré de quelques parpaings et surveillés par deux jeunes avec chacun «  un matrague zebouj » à la main …….., en plus on m’a volé mon téléphone portable « Allah ya3tihoume ghoma li tghoumhoume » (rires) .

    CRÉATION D’EMPLOI ,OUI………..ANARCHIE ,NON . ……..Monsieur OUERRAD , ayez l’obligeance de noter ce slogan à Aïn el turk …………

    • OUERRAD

      Bonjour , hadji !
      Ah ! la jeunesse ,c etait le bon vieux temps , mais pourquoi ceux qui nous ont precedes nous ont toujours prevenus ELLI IFOUT KHIR MELLI IJJI …
      Toute notre adolescence à patauger sur toutes plages qui avaient recouvertes
      l indepence , on etait insousciants .Cette liberte de mordre à pleins dents , ces instants de bonheur , nous a ete par la suite arrachee par ceux là meme qui nous faisaient miroiter des jours meilleurs .Et , en grandissant on s est aperçu de la supercherie .
      Le malheur , ce n est point le regret de n avoir pas trop profiter de ces moments là , mais le fait de savoir que nos enfants ont eus leur liberte tronquee des le depart .
      Dans quel monde vivent ils ?
      Des plages sales , et squattees par des imbeciles heureux .Si au moins ils connaissent la valeur de ces endroits là et de ces moments là .J aurais accepte des solariums payants , mais comme tu le souligne si bien ::::CREATION D EMPLOIS , OUI ??? ANARCHIE ,NON .
      Il faut ajouter à cela la mal vie durant toute l annee , aucun secteur n est epargne :::
      CHERETE DE LA VIE .ENVIRONNEMENT MALSAIN .VICISSITUDE DE LA VIE AU QUOTIDIEN.TERRORISME ROUTIER ?TERRORISME SONORE DE JOUR COMME DE NUIT .
      Meme vous autres , les notres qui etes de l autre cote de la Mediterrannee , vivaient ce cauchemar en sachant ce que nous endurons .Vous ne pouvez pas vous satisfaire d une vie meilleure là bas en pensant aux votres qui vivent le stress quotidien d ici .
      RABI KBIR WA GHAFOUR RAHIM … ALLAHOU MAH IRFA3 GHADHABAKA 3ANNA WA LA TOUWAKHIDHNA BIMA FA3ALA ESSOUFAOU MINNA .

  4. boiterfas

    la ministre du tourisme vient de jeter l’eponge est remplacé par ghoul..
    je ne sais pas s’il va parler avec la meme’ferveur et conviction
    comme il parlait dans le secteur du transport que celui du tourisme
    j’espere qu’il va finir avec le tourisme une fois pour toute et je dirais avec regret
    inchalah, car chez certain le tourisme balneaire c’est l’alcool la drogue les chiens
    les jambes tatoué et les boucle d’oreille perchée…nous sommes des musulmans et la malaysie n’a nulement opter pour ce type de tourisme, nous avons nos traditions et pire encore nousnn’avons pas de savoir faire pour controler ces milieux..la prostitution les drogues dures les armes et l’alcool etaient en cohabitation en europe depuis des milliers d’annee, ils savent comment la controler..tu prends un jeune russe tu le met dans ce milieu
    il sortira indepne, tu pre’d un jeune africain ou musulman ou boudhiste il sera litteralement fauché des le premier jour….
    ils faut retourner a nos tradition et au systeme de 74 qui etait bien equilibré..laisser les plages
    pour les jeunes enfants, les mairies doivent investire dans leurs patrimoine comme le font les chretiens français..y’a plein de camping e’ france ou les famille viennent passer des moments avec leurs enfants..y’a pas que la plage qui n’ouvre que 2 mois sur 12 il y’a l’escalade des montagnes, il y’a les club de randonné, il ya le’velo de la randonné, il ya le club et randonné equestre, il ya les randonné motorisé en grosse moto en plein sud, il ya les traversé du desert en chameau, il y’a la parapente et club aeronautiques,
    lorsque l’algerien commence a pratiquer il peut recevoir des jeunes des aitres pays et c’est cela le tourisme, pas le sexe l’alcool la drogue…ce creneaux doit rester privé et en dehors de notre pays..si un riche d’une region ouvre sa villa a ces invités et forme les portaille on n’a pas le droit de savoir ce qu’il fait tant qu’il n’ya pas incitation a la débauche ou une plainte..
    a bouhanifia y’avait plein de ce genre bien que mascara a coté etait le bastion de la confrerie kaderie au moindre bruit des verres ils sont chez toi..tout le monde en parle mais personne n’a rien vue…c’est cela l’islame ne pas tomber dans le Foujour , le foujour c’est lorsque tu fais une chose abominable devant tout le monde chez nous les malékite on dit  »bachake » faire ouvrir a l’extreme…le coran inciste sur la qualité du haya ou hachma…on dit ta3afouf chez une femme…
    on espere que si Ghoul va se retirer et laisser le ministere de la jeunesse et du sport entrer en scene car on veud un tourisme d’activité sportif et de plein aire par un tourisme de
    villegiature d’alcool et de sexe..celui qui voudra ce genre de chose ios savent ou aller, on ne montre pas au buveur la sortie du bouchon

Répondre