La Voix De Sidi Bel Abbes

Des dizaines d’hectares détournés de leur vocation: Scandale à Dounia parc

Le parc des Grands Vents (Dounia Parc) d’Alger, destiné à constituer un parc citadin de villégiature pour les habitants de la capitale et un pôle écologique et touristique par excellence, est au centre d’un scandale.

Lors d’une visite de travail dans la wilaya de Tipasa, jeudi dernier, Abdelouahab Nouri, ministre de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, a fait des révélations fracassantes. Il a dénoncé la distribution «illégale» de 65 hectares sur un total de 1059 ha. Il a qualifié cette situation de «très grave d’autant plus que cette répartition n’a pas tenu compte de la moindre condition réglementaire et s’est déroulée de manière clandestine, sans aucun plan d’aménagement ou de lotissement pour l’implantation de projets suspects, pour la plupart d’entre eux (une quarantaine) des fast-foods et des restaurants».

Pourtant, il s’agit d’une zone protégée ! Le ministre a affirmé qu’il a annulé le contrat des 96 bénéficiaires qui seront indemnisés. «Est-ce que c’est ce genre d’investissement touristique dont a besoin l’Algérie ?» s’insurge le ministre.

Le plan d’aménagement du parc Dounia a été rendu public officiellement en septembre 2008 par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme de l’époque et le principal porteur du projet, le groupe émirati EIIC (Emirati International Investment Company) qui a présenté ce projet sur maquette en 2007.

Ce plan prévoit de consacrer plus de 70% de la superficie globale au côté «parc» (aires de jeux, terrains de sport, jardins botaniques, forêts…) et 30% à construire, notamment, 13 000 logements de standing, 500 chambres d’hôtel, un amphithéâtre de 5000 places, un parking de 8000 places, des commerces, un hôpital «international» et une tour de 47 étages. La réalisation de ce parc devait coûter plus de 5 milliards de dollars d’investissement avec un délai de mise en œuvre de cinq ans à partir de 2008. Après de longues négociations, la convention d’investissement  portant sur la réalisation de ce parc de loisirs a été signée en mars 2011 par l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) et le groupe EIIC.

LE MINISTRE HAUSSE LE TON

Au cours de son déplacement, M. Nouri a haussé le ton. Avec des mots assez durs, il s’est adressé aux responsables de son secteur, les mettant tous face à leurs responsabilités. Et son discours inclut l’ensemble des gestionnaires touristiques du pays. A ses yeux, il faut en finir avec l’impression dominante jusque-là qui consiste à se contenter de sauver les apparences.
Il est important de passer d’une phase de diagnostic à celle des interventions concrètes. Retard dans les projets de modernisation et de mise à niveau du parc hôtelier public, zones d’expansion touristique  (ZET) perdues ou détournées de leur vocation, dépassements et laisser-aller de certains directeurs du tourisme constatés lors de cette saison estivale… le ministre n’a pas mâché ses mots.

DÉTOURNEMENT D’ESPACES

Quant aux zones d’expansion touristique, il rappelle que le décret remonte à 1988 qui a fait l’inventaire de 205 ZET, dont 160 situées le long de la côte, 22 ans les Hauts-Plateaux et 23 dans le Grand- Sud.

Mais ces chiffres ne sont plus valables et ne reflètent en aucun cas la réalité du terrain au regard des innombrables agressions et détournements d’espaces, souvent squattés et érigés en zones d’habitation ou industrielles. «Le foncier touristique est un sujet sensible qu’il faut traiter avec  toute l’attention nécessaire», a-t-il soutenu.

Ainsi, l’assainissement du foncier est apparemment un dossier prioritaire.
Interrogé sur les travaux de réhabilitation au niveau des  complexes touristiques publics de Tipasa (Matares, la Corne d’or), le ministre s’est dit «insatisfait» du rythme imprimé aux chantiers et de la faiblesse de leur suivi. «On bricole», a-t-il fini par lâcher comme pour exprimer son mécontentement. Pourtant, le Conseil des participations de l’Etat (CPE) avait donné son aval depuis 2011 pour «le renouvellement des équipements, des infrastructures et la création d’autres activités».

M. Nouri a annoncé le lancement d’un concours  pour  le recrutement d’ingénieurs et techniciens  pour le suivi de ces opérations, car il a constaté que «les cadres hôteliers actuels ne sont pas qualifiés pour faire le suivi de la réhabilitation».

Si certains observateurs doutent de la capacité de M. Nouri à bouleverser l’ordre des choses, d’autres, en revanche, relèvent qu’il pourrait bien opérer des changements importants. Extrêmement lents, les rares progrès n’ont pas eu de retombées substantielles sur le secteur.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68946

Posté par le Août 27 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “Des dizaines d’hectares détournés de leur vocation: Scandale à Dounia parc”

  1. abbassi

    bof depuis l’indépendance on entend que le gouvernement va tout faire mais en définitif débordé sur 2 millions de km² finira par ne rien faire.
    que vient ici faire un ministère dans les affaire interne d’une commune??
    Normalement le seul rôle d’un ministère c’est de demander des comptes aux elus locaux et assemblés de chaque commune  »comment avez vous des richesse et vous ne faites rien de bons??
    Pourquoi la commune de bel abbes avait fait un tres bon plan d’aménagement ou il yavait cretion des quartiers comme sidi el djilali cité police ou les gens par le billet de la mairie ont obtenue des titres pour construire leurs propres logements.

    l’etat ne fait plus rien aucun aménagement c’est normal les gens aillent vers la construction anarchqiue fawdawi..ou sont les compétences algériennes qui ont fait des plans de lotissement wak le gouvernement dit ne pas vouloir mettre les compétences en retraite il existent encore non??
    A chaque fois qu’un algerein demande un lot dans un plan de lotissements les gens se levent et crient
    ils vont construire sur des terres agricoles..
    mais ou va habiter l’algérien dans la lune et descendre pour faire l’agriculture. tout le monde parle d’agriculture mais tout le monde préfère la ville mais qui va travailler a l’agriculture
    si vous parlez d’agriculture sortez des villes et allez y faire la production comme le font les espagnoles.. toute la ville sort femme comme homme vers les terrains la ville la journée est presque vide..les femmes sont toute entrain de trier les fleurs de safran, les suissesse entrain de faire le fromage, les hollandaise entrain de tailler les tulipes
    les russes entrain de nettoyer ert chanter pour les vaches les suédoises entrain de conduire des tracteurs..ya que l’algérien et algérienne qui depuis le balcon de AADL donne des ordres aux hommes et femmes qui travaillent et qui produisent
    apres ls années 90 tous les gouvernants aux ministres tirent un trait noirs sur les acquis depuis 62 .. y avait certes de mauvaise chose mais ya aussi de bonne choses qui ont été réalise. mais tiré sur tout pour se monter qu’on sait tout faire c’est cela qui a conduit le pays au précipice. on doit reconnaitre que bel abbes ville avait fait son propre plan d’aménagement sans le concours ni d’Alger ni du ministère. bon maintenant iletait bon ou mauvais ou incomplet c’est l’affaire interne des bel abbesiens que chacun s’occupe de son domaine et de sa région natale
    bon maintenant si le ministre dénonce un détournement de foncier pour des but spéculatif afin de les revendre au marché noir c’est toujours le problème du gouvernent car siu le gouvernent sommes les communes de faire comme les années 80 des plan de morcellements et de vente des lots déjà aménage le problème ne se posera pas et aucun bidonville ne sera créer..tout le monde sait ce sont ces même spéculateur qui construisent des bidonvilles pour s’accaparer des logements destiné au sociale alors qu’ils jouent avec des milliards hors circuit formel..le gouvernement dit entamer la lutte contre l’informel et les bidonvilles alors qu’ils est entrain de les générer contre lui même

    ou sont passés les gens qui ont fait relativement du bon travail dans le plan d’aménagement de bel abbes dans les années 80??

  2. Imène

    Ooooh ! Monsieur le ministre est furieux , il a haussé le ton et joue les vierges effarouchées !
    Forcément il ya comme un parfum de scandale dans le secteur où il est fraîchement nommé..
    l’occasion de flinguer ses prédecésseurs ! Ghoul , entre autres ! malversations , détournements dîtes vous ??? cachez lui ces dossiers qu’il ne saurait voir !! Les DZ sont médusés, les pôvres !
    Bon assez roulés dans la farine ..Qu’allez vous faire CONCRETEMENT Monsieur le ministre ??
    C’est tout ce qui nous interesse .

  3. abbassi

    iméne
    rassures toi un peu imen l’algerie avait enfin compris qu’elle n’avait pas la technologie entre les mains et l’aménagement du territoire avant 86 était fait par les coopérants et c’est les coopérants en partie qui ont pu maintenir l’algerie debout..

    ils ont regardé les bâtiment monté par les algérien et les bâtiments monté par les étranger les gens commence a faire la différence pour le même prix..

    peu de gens algérien ont acquis l’expérience en se frottant aux coopérants ils existent si vous ramenez l’étranger dans le chantier ils pourra les reconnaitre. on reconnait l’artiste et l’artisan a ces doigts fins et plumé..ce n’est pas en posant un chevalet sur un doigts qu’on doit bien gérer en faisant du bruit contre le bois du bureau.

    bel abbes a donné tous ces chantiers aux turques..c’est bien il ne reste qu’a donné l’aménagement de la wilaya aux turques et la boucle sera bouclé..
    que fera l’algerien??
    il fera se qu’il est capable de faire pas la peine de porter lunette costume et cravate FAKOU l’heure est au terrain ou tu sais ou tu ne sais pas..la retraite proportionnelle doit etre gardé comme issus de sortie les gens qui ne peuvent plus peuvent quitter et les gens qui ne servent a rien peuvent aussi sortir histoire d’aller faire une chose qu’on sait la faire au lieu de rester dans un domaine qu’on connait rien dedans.

    tu as cotisé 1 année tu prend 1/32 tu as cotisé 25 tu prend 25/32..et laisser le système se vider de lui même..

    entre nous on est condamné car la faculté du génie civil et électrique n’a pas placé un seul étudiant stagiaire chez les turques du tramway ou chez les chinois..ou inviter les turques et chinois a donner des conférences..??

    Chez les maitres de la musique CHA3BI lorsqu’il reçoivent un élève qui voudrais apprendre la musique a l’oreille le maitre lui dit
     »wlidi t’a pas l’oreille va faire autre chose »
    si tu persiste et rester tu vas gâcher ta vie et tahakmake el ghoussa

    l’instrument qu’on ne sait pas jouer avec, donne les nerfs
    le violon donne la cataracte
    le piano donne le nerf sciatique
    la darbouka donne la tension
    et le 3oud donne le foie
    et le tout dans un orchestre font donner le Colon lol

    hommage aus chyoukha expert du terrain avec leurs propre argent
    a si Garwabi et a si Dahmane

  4. Hassan

    Mon frére El abbassi. vous vous êtes trompé sur un point important:
    La derbouka ne donne pas la tension. Elle donne l’ascension. Elle propulse vers le haut de la pyramide. Plus quelqu’un joue de la derbouka plus il monte, il monte….Alors s’il danse la c’est l’apothéose il peut se retrouver trés trés haut même peut attérir dans les nuâges ou se fait la pluie et le beau temps. Lol.

  5. chaibdraa tani djamel

    Ce ministre est devenu furieux, avant sa nomination à ce poste ,il n’y avait personne comme responsable de ce secteur (tourisme)!, arrétez de nous raconter ces histoires insolites. Avant la nomination de BELGHEBRIT à l’éducation nationale ,il y avait comme ministre un certain ETCHIALI ou BABA AHMED je ne me souviens pas , lors d’une conférence de presse ,ce ministre a dit qu’il était étonné et surpris de voir que nos classes d’écoles(primaires) étaient pleine jusqu’à 6O éleves des fois, il a dit qu’il n’était pas au courant de ce qui se passe dans nos écoles ,mais le comble ce ministre ne vivait qu’à BLIDA (recteur ou professeur à l’université de cette ville) ,il vivait en ALGERIE comme nous ,nous qu’on sait tout ,mais pas en SUISSE ou au CANADA ,des fois c’est gens qui ne savent pas quoi dire.

  6. elabbassi

    chaibdeaa bonjour
    vous dites ces gens ne savent pas quoi dire c’est vrai car la periode de boumedienne ellah yarhmah
    la culture de celui qui sait parler c’est installé.
    alors qu’avant 62 il ya avait la culture de celui qui sait au moins travailler car yavait des villes ou il y avait la culture de clui qui sait fabriquer tout proche de la culture qui saura créer.
    celui qui parle bien sera au sommet malgré qu’il ne saura rien faire c’est normal l’agerie acroulé.blabla et en arabe fousha egyptienne doctour tout le monde est redevenue dakatira pas la construction et la fabrication de vehicule et des lampes mais dakatira fi el hadra la parlote
    puisque si hassan aime la poesie voici un ver 3ala wazn ouni

    el hadratou wadarbou tablati….fi les congré yarfa3ouni
    wa masmarou farida………….. fil les directiounes youlssikouni

  7. Imène

    Point de scandale Dounia parc et gros moment de solitude pour le ministre de l’aménagement , tourisme et artisanat ! violemment recadré par son supérieur hiérarchique , Nouri est trés embêté du coup , et ne sait plus à quel saint se vouer ! Sellal a catégoriquement démenti l’existence d’un  » scandale  » mais évoque de petites erreurs ( une ! ) , déjà réparées ..Ghoul s »est dit plus blanc que neige ! Circulez , y’a rien à voir ..l’heure n’est pas à la polémique mais aux législatives 2017 ! Le patron du Taj plus confiant , plus arrogant que jamais a affirmé que sa formation ira  » seule  » sans alliances aux élections et na !! Nouri.. Il doit raser les murs ! Nouriiiii , fallait pas ! Il ya un excellent article de Hadjer Guenafa sur TSA : Dounia parc : chronique d’un incroyable gâchis . Salem , bonne nuit mes amis (es ) !

Répondre