La Voix De Sidi Bel Abbes

Des atrocités israéliennes de la guerre de juin 1967…

Dans le sillage de la guerre des Six-Jours (juin 1967), l’écrivain israélien Amos Oz, à l’époque réserviste dans l’armée israélienne, et un de ses amis avaient récolté des interviews de soldats israéliens qui avaient participé à la guerre et leur avaient demandé de parler des émotions que les combats avaient suscitées en eux. Les interviews avaient été publiées dans un livre intitulé « Conversations with Soldiers » (Conversations avec des soldats), auquel leur génération faisait plus populairement référence comme le livre « Des exécutions et des larmes ».

Une cinéaste israélienne , Mor Loushi, présentait son nouveau documentaire en s’appuyant sur une grande partie de ce matériel censuré. Les atrocités rapportées par les soldats comprennent des expulsions forcées , des descriptions choquantes d’exécutions sommaires de prisonniers de guerre et des allusions à des massacres de villageois innocents.

Cette commémoration de la guerre des Six-Jours (1967) coïncide aussi avec celle de la  Nekba, le nettoyage ethnique de la Palestine avant et après la création de l’entité sioniste en 1948. Ce répertoire du mal confessé par les soldats dans le  film nous remet à l’esprit les atrocités perpétrées en 1948 à une échelle plus importante, bien que similaire dans l’horreur.

Les atrocités de 1948 furent ignorées par la communauté internationale et, pendant très longtemps, la Nekba tout entière fut niée, dans le même temps que le souvenir des camps nazis semblait fournir une carte blanche à Israël dans sa poursuite du nettoyage ethnique de la Palestine.

Il aura fallu attendre longtemps avant d’entendre la version des victimes, que les milieux universitaires et les médias avaient méprisée des années durant en tant que fruit d’une imagination  à imputer à une victimologie identitaire…

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=72761

Posté par le Juin 6 2018. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, CULTURE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

Répondre