La Voix De Sidi Bel Abbes

Décès du poète algérien Malek Alloula époux de feu Assia Djebbar

Le poète et écrivain algérien Malek Alloula est décédé mardi soir à Berlin à l’âge de 77 ans alors qu’il était en résidence d’écriture en Allemagne, a-t-on appris mercredi auprès de l’écrivain et sociologue Noureddine Saâdi, proche du défunt.

Né le 13 novembre 1937à Oran, Malek Alloula sera inhumé vendredi dans sa ville natale près de la tombe de son défunt frère, le dramaturge et comédien Abdelkader Alloula assassiné en 1994, conformément à sa volonté, a indiqué l’écrivain.

Malek Alloula avait fait ses études de Lettres modernes à la Faculté d’Alger puis à Paris, il était écrivain, critique littéraire et poète en plus d’avoir présidé une association dédiée à promouvoir l’œuvre théâtrale de son frère.

Il a également été l’époux de la romancière et académicienne Assia Djebar disparue le 6 février 2015. En 1969 Malek Alloula avait publié son premier recueil de poésie intitulé « Villes » qui sera suivi de quatre autres œuvres poétiques et d’essais dont « Les festins de l’exil » en 2003.

La dernière œuvre du défunt était un roman photo intitulé « Paysage d’un retour » publié en France en collaboration avec le photographe Pierre Clauss en 2010.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=58625

Posté par le Fév 18 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

9 Commentaires pour “Décès du poète algérien Malek Alloula époux de feu Assia Djebbar”

  1. Dochka Dimitrova/ Bulgaria

    La paix de son âme. Le monde est vraiment pour deux…

  2. hocine

    Malek Allah yerhmou était également un enfant de Sidi Bel Abbès, il avait fréquenté en son temps, le lycée El Haouès ex collège Leclerc, il a faillit faire partie de l’USMBA, puisque Ben Barek l’avait distingué lors d’un tournoi au temps de la glorieuse équipe qui rivalisait avec le grand Sporting de l’époque. C’était un monsieur discret, courtois, il aimait rire de tout et surtout une grande plume nous quitte.

  3. OUERRAD

    L Algerie perd ses eminences grises , les unes apres les autres , quand je disais que la culture ce n est pas seulement le rai et la danse .Comment laisser partir cette ELITE CULTURELLE ? sdans penser en tirer profit de son vivant .
    Une fois partie , il est trop tard pour la pleurer .
    Madame la ministre de la CULTURE , si elle veut graver son nom sur le pantheon de la CULTURE , doit tout faire pour en faire profiter la NATION , avant qu il ne se trop tard . Et je pense , surtout aux HISTORIENS , elle doit laisser de cote le folklore et le regionalisme , et faire appel a tout ce beau monde pour laisser des traces .Quitte a ne pas les publier de suite , mais garder la MEMOIRE pour les generations futures . Car tout homme ou femme de culture qui part c est un PAN de notre HISTOIRE qui fout le camp????

  4. chaibdraa tani djamel

    @ KAID, ESSALAM, 3ALAYKOUM, c’est vrai les ALLOULA ont habité AIN EL BERD,je pense que leur pére était cheminot dans ce village , mais ils ont fait leurs études secondaires à SIDI BELABBES en tant qu’internes ,méme des fois hébérgés chez les DRIDER, qui étaits leurs oncles, rue KELKOUL YAHIA ex PALESTRO à coté de le mederssa ( graba).

  5. chaibdraa tani djamel

    SOBHANNALLAH , 12 jours d’intervalle de leurs jours de décés ,ALLAH YARHAMHOUM ,INA LILAHI OUA INA ILAYHI RAJI3OUNE

  6. BENATTOU

    Deux grands écrivains algériens viennent de mourir Assia djebbar l’épouse la rebelle la cherchelloise et malek alloula l’époux l’oranais. Prions pour que Dieu leur accorde sa sainte miséricorde . A dieu nous appartenons et à lui nous retournerons.

  7. Soraya Djellouli /Bruxcelles

    je suis de cœur avec toi mon amie Saliha Alloula dans ces jours de deuil, mes condoléances et ma sympathie la plus sincère à toute la famille Alloula , la famille Ammari et à tout ses proches

  8. Imad Mustapha

    Nous présentons nos meilleurs condoléances la familles des deux écrivains algériens. INA LILAHI OUA INA ILAIHI RAJI3OUNE.

  9. Smiley

    @ M.Lakhal
    Cher ami! Je n’ai pas eu l’occasion de te remercier et je sais qu’entre nous ( de là d’où nous venons) il ne peut y avoir de malentendus récurrents ni de controverses inutiles. Seuls les faibles d’esprit penseront que l’on recherche une exposition ‘ poudre aux yeux’ à l’heure où la terre d’Algérie accueille pour un repos éternel, ses meilleurs fils partis vers un ailleurs parce que l’oxygène se raréfiait chez eux.
    La seule conspiration que l’on, doit éventer est celle qui a provoqué la saignée intellectuelle du pays et le doux Malek en est un exemple édifiant.
    Cette conspiration contre l’altérité et l’intelligence se maintient dans sa toute puissance en encourageant les traits paranoïdes d’une personnalité névrotique qui se confond avec un nationalisme de mauvais aloi.
    Un ordre moral chimérique est dicté par des gens amoraux et insuffisants et ils sont hélas sociologiquement majoritaires dans un contexte marqué par l’incertitude, la fausse culture et l’opportunisme.
    Toi; comme moi savons pertinemment que rien n’est tel qu’il paraît être et que la construction d’un ennemi lointain permet de se dédouaner de l’obligation à circonscrire l’ennemi proche, celui qui tire le pays vers le bas voire le bas-fonds.
    J’en suis venu à me référer à L’Algérie que comme pays physique et à ne pas lier cette dimension au commerce des hommes.
    Malek et son frère Abdelkader appartenaient au peuple de gauche et ceux qui ont anéanti leurs rêves ne doivent pas verser des larmes de crocodiles.

Répondre