La Voix De Sidi Bel Abbes

Décès de Blaoui el Houari le maître de la chanson Oranaise

Le monument de la chanson Oranaise Blaoui El Houari s’est éteint très tôt ce matin des suites d’une longue maladie.

Précurseur de la chanson raï moderne Blaoui el Houari est né le 23 janvier 1926 à Sidi Bled dans le quartier de M’dina Jdida d’Oran le 23 janvier. Il est initié à la musique grâce à son père qui jouait de l’instrument nommé « Kouitra » et son frère qui l’initie au banjo et la mandoline.

A 13 ans, il quitte l’école pour travailler dans le café de son père où il s’occupe de l’entretien du phonographe et la diffusion des 78 tours de grands chanteurs algériens et égyptiens et il en profite pour s’imprégner de la musique moderne.

Blaoui Houari remporte un premier prix de radio-crochet aux Folies Bergères (actuellement devenue Salle El Feth). Il est engagé comme pointeur aux docks du port après le débarquement des forces armées américaines à Oran en 1942.

C’est là qu’il apprend à jouer du piano et de l’accordéon au côté de Maurice El Médioni. Il commence alors à animer des fêtes de mariage et de circoncision dans un style bédoui joué avec des instruments modernes.

Il fonde en 1943 son premier orchestre musico-théâtral et enregistre son premier 45 tours en 1955 en reprenant la fameuse chanson de Benyekhlef Boutaleb, « Rani M’hayer ».

Blaoui el Houari a été détenu durant la guerre de libération nationale par l’administration coloniale au camp de concentration de Sig pour activité patriotique.

Après l’indépendance de l’Algérie, il prend la direction de la Radio et la Télévision algérienne régionale d’Oran puis du Théâtre National Algérien (TNA) à Alger en 1967.

En 1970, il participe durant sept mois à l’animation de l’ensemble musical algérien qui se produisait à l’exposition universelle d’Osaka, au Japon. En 1986, il enregistre un album formidable sous le titre Dikrayat Wahran (Les souvenirs d’Oran). Il adopte un rythme et style typiquement Oranais.

Le répertoire de Blaoui Houari compte plus de 500 chansons qui ont influencé beaucoup de chanteurs des années 80 notamment el Houari Benchenet et Cheb Mami.

Il sera inhumé aujourd’hui le 19 juillet 2017 à 15h au cimetière de Ain El Beida à Oran.


URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=71390

Posté par le Juil 19 2017. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, NECROLOGIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “Décès de Blaoui el Houari le maître de la chanson Oranaise”

  1. *Hamza

    Salem, Allah yerhmeh ya rab ina li lahi oua ilayhi rajioun mes condoléances Oran rahat beslama

  2. Vortex

    Encore une très grosse perte irremplaçable pour notre patrimoine artistique et culturel.
    Pour certains d’entre nous, après le départ d’Ahmed Wahbi, et à présent celui de Blaoui El Houari , Allah Yerhamhoum, c’est un pan entier de nos vies d’enfants et de jeunes adultes qui s’effondre, emportant avec lui le souvenir ému des génies créateurs de ces chants et mélodies qui nous ressemblaient et nous rassemblaient durant la nuit coloniale.
    « Wahran, wahran » et sa région n’ont ce soir que leurs belles aubades et complaintes pour réconfort.
    Inna lillahi oua inna ilayhi radji3oun.

  3. Imène

    Le maître tire sa réverence …Allah yarhmeh !
    Wahran , wahran , rouhti kh’ssara…
    Allahoma Arham mawtana , A Dieu nous appartenons , à lui nous retournons.

  4. Mme CH

    Le Rideau est tombé….!!! Allah Yarhmou Wa Yaghfirlahou. Nos condoléances à toute sa famille et à tous ses proches. Quant à Oran d’aujourd’hui….c’est une autre histoire…!!!

    A Dieu nous appartenons et A lui nous retournons.

  5. ABBES.2

    Et Voila une autre feuille qui tombe. Le maître de la chanson oranaise El ostad Blaoui El Houari. HMAMA 3ANDI DJET TNAHMAR.
    Mes sincères condoléances à tout ce qui ont connu et aimé cet artiste.
    إنّا لله وإنّا إليه راجعون. اللهمّ أكرم نزله ووسّع عليه قبره واغفر زلّته واجعل مثواه الجنة، إنّك غفور رحيم

  6. L

    Un grand pan. s’en est allé.

  7. L

    Mes sincères condoléances. Allah yerhmah.

Répondre