La Voix De Sidi Bel Abbes

Ahmed Bencherif décède dans un hôpital parisien.

 

De gauche à droite,les colonels Bencherif,Boumediène et Chaâbani 

 

 

ALGER– Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé, dimanche, un message de condoléances à la famille du défunt colonel Ahmed Bencherif décédé samedi à l’âge de 91 ans, dans lequel il a affirmé que l’Algérie avait perdu « un vaillant moudjahid et un novembriste hors pair »… selon l’agence APS dans un communiqué du 22/07/2018 à 19.02 mn :

 http://www.aps.dz/algerie/76582-deces-du-colonel-ahmed-bencherif-l-algerie-perd-un-moudjahid-hors-pair-president-bouteflika

 

–Selon algeriepatriotique du 22 juillet sous la plume de R Mahmoudi    le colonel Bencherif est également connu pour ses interventions souvent intempestives sur l’histoire de la guerre de Libération nationale. Moudjahid de la wilaya IV, ayant activé sous la férule du colonel Si El-Haouès, Bencherif a ensuite intégré le MALG en Tunisie. Arrêté lors d’une mission en wilaya IV, il ne sera libéré qu’après le cessez-le-feu signé le 19 mars 1962.

     Auteur d’un témoignage saisissant : Fadjr el-machâti, (L’Aube des mechtas),

Bencherif a aussi apporté son témoignage, avec un certain panache qu’on lui reconnait, dans l’affaire du déterrement des ossements des colonels Amirouche et Si El-Houes, en avouant avoir reçu l’ordre de Boumediene, alors ministre de la Défense nationale, de les déterrer et de les conserver dans des cercueils, dans les caves d’une caserne de la gendarmerie. Les dépouilles des deux héros de la Révolution seront ré-inhumées, au carré des martyrs, au début des années 1980, sur un ordre du président Chadli Bendjedid.

                            Le défunt a également soulevé une vive polémique, il y a quelques années, en brocardant durement le colonel Mohamed Chaâbani, ancien chef de la wilaya VI, condamné et exécuté en 1964. Bencherif estimait que Chaâbani avait «sauté sur l’occasion» après la mort de Si El-Haouès et la décapitation de l’état-major de la wilaya VI au cours de la fameuse bataille de Djebel Thameur du 29 mars 1959. Bencherif l’avait même accusé d’avoir commis «un massacre » contre la population civile à Djelfa, sa ville natale.

Bencherif avec Benflis en 2014.

 

 

 

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=73194

Posté par le Juil 23 2018. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE, HISTOIRE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

Répondre