La Voix De Sidi Bel Abbes

Débat:Pourquoi la tahtaha n’est plus ce qu’elle fut?

SIDI BEL ABBES :La place mythique «Tahtaha» en voie de disparition Ceci fut écrit-par Mr KADER.Nous reprenons e joli texte en posant la question a nos lecteurs car ce n’est plus le passage obligé reléve t’on.Possible le constat est excessif.Aux Belabbésiens de nous le dire.

La mythique «Tahtaha», connue dans le jargon populaire par El graba ou encore dans les sphères administratives par l’Emir Abdelkader, a perdu, au fil des années, son charme d’antan. En fait, Ce lieu de retrouvailles, de rencontres ou encore point de chute de tous les Bel Abbessiens notamment les vieux, s’est réduit, ironie du sort, à sa plus simple expression. Réputée, jadis pour ses cafés populaires où l’odeur du thé et du café ainsi que les « gâteaux maisons » se sentaient à plusieurs mètres à la ronde,Tahtaha qui faisait également office d’un théâtre à ciel ouvert laissant loin derrière son lustre d’autan. En effet, des spectacles de bonne facture furent animés par des grands artistes anonymes artistes à l’instar de cheikh Daho, Mekaleche, pour ne citer que ces deux, sous les regards joyeux d’un public exclusivement masculin, attablé autour d’une tasse de thé ou de café servis dans une ambiance bon enfant par des vieux serveurs, tout souriants et rompus à ce genre de métier. On y trouve des artistes à l’instar de Abbès Lacarne, Mékalèche, Bensaid,… et la liste est longue. Même des footballeurs comme Abdi Djillali, Kadi Boutareg, Bahri s’attablent avec des citoyens anonymes pour parler de tout et de rien. Des enseignants, des médecins y viennent, bref tout le monde s’y côtoie dans un brouhaha indescriptible. Ce fut aussi un lieu d’inspiration par excellence pour les poètes, chanteurs, peintres chanteurs. De nombreuses oeuvres ont germé dans ce cet endroit mythique. Kateb Yacine, Cheikh Daho, Ahmed Wahbi, Belaoui Houari en connaissent quelque chose. Pour l’auteur de Nedjma ce fut son endroit de prédilection. Chaque soir et juste après fin du travail Kateb descend à l’incontournable Tahtaha ne serait-ce que pour prendre une tasse de thé à la menthe et aussi et surtout voir a l’oeuvre des troubadours chanter gratuitement, à pleins poumons, l’amour, la peine, la joie la, tristesse… autres temps autres moeurs, Tahtaha est aujourd’hui un lieu de bagarre, d’agressions, de commerce informel. L’endroit rime avec l’anarchie, les vols et les hold-up nocturnes. Et gare à celui qui s’aventure au-delà de 10 heures du soir. Il faut dire que certaines personnes ont voulu que la mythique Tahtaha soit ainsi. Elle représente un pan entier de l’histoire et dérange par conséquent beaucoup de personnes sans… histoire

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=19991

Posté par le Déc 7 2012. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

11 Commentaires pour “Débat:Pourquoi la tahtaha n’est plus ce qu’elle fut?”

  1. Benhaddou Boubakar

    tout a changè au « tahtaha » ou jadis ètait un lieu de distractions et de repos,aujourd’hui un marchè informel de tout genre;personnelement je suis toujours attachè a cette citè de « graba » chaque vendredi et samedi,histoire de se degourdir les jambes et les « yeux », j’ai peur qu’on perd cette mytique place qui nous lie a nottre ville par son passè glorieux,TAHTAHA,COUPOLE et PLACE CARNOT c’est SIDI BELABBES

  2. sokato de Alicante

    Quels souvenirs mais je remarque que la vile périclite de jour en jour Tenez y compris les verts et rouges écrasés et ces dirigeants importés comme les responsables de la ville s’acrochent et atentent a tout ce qui est trés cher.Nous ne sommes pas aussi loin je vais priér en disant RABI OUKILKOUM LACHES

  3. merabbi

    Essalamoualaikoum!

    Nos amis résidents à l’étranger vous diront simplement que la culture au sens premier du mot a et est disparu(e).
    le « goual» n’est plus ,le troubadour ,le peintre,le clown et le berrah ainsi que «l’intellectuel» sont pour ainsi dire absents pour ne pas dire désinterréssés par la vie de leur ville.
    Le constat des lieux est ,on ne peut plus, claire. EL KHOURDA A PROFUSION ET L’ACHETEUR EN GRAND NOMBRE .
    la beauté des lieux ( l’ architecture ) d’antan n’est pas entretenue ou plutôt restaurée pour en faire un lieu touristique et culturel .
    Côté circulation des personnes c’est toujours bondé de personnes errant et à la recherche d’une chose « pas chère».
    Bref. je vous dirais que la tahtaha ou tout autre lieux de repos ou de retrouvaille devrait, avant tout, être défendu par ses occupants et dons considéré comme espace public vital par ceux qui ont la charge de veiller à sa propreté et à sa vocation .
    A titre d’ exemple d’activités culturelles ( soutenues par les autorités )je verrai personnellenent une troupe artistique chaque semaine ,je verrais d’un bon oeil ,des troupes de danses folkloriques ,je serais également heureux de voir des ventes de livres usagés ,également j’encouragerais des parades de scouts et des expositions de peinture ainsi que des halkates et des tentes aux couleurs locales dréssées de manière organisée sous lesquelles le visiteur pourrait trouver un objet ou article culturel lui rappelant ô combien le mot et le symbole ( DE CETTE PLACE )sont importants .
    Ceci dit ,ces actions ou activités necessitent bien sûr le concours de tous notamment de la sureté de wilaya qui doit veiller à la sérénité des lieux .
    , L’URBANISME ,LA SURETE ,LES SERVICES CULTURELS DE LA WILAYA,L’ACADEMIE ET L,UNIVERSITE AINSI QUE LES SERVICES DE LA LOGISTIQUE DE L’A PC DEVRAIENT (R) ACCORDER LEUR VIOLON

  4. merabbi

    LIRE RETROUVAILLES, DONC CONSIDERE…. ET JE VERRAIS AU LIEU DU FUTUR ……. les «nerfs» khayi.

  5. OMAR

    La tahtaha n’est pas occupée par la culture d’antan mais occupée que par le souk de la khourda. on assiste à un désintéressement totale de la culture Les librairies ont été transformés en cafés ou restaurants Pas de bibliothèques dans les quartiers mais uniquement des cafés et des snacks et les bibliopthèques existantes sont désertes Le role du citoyen se limite aux deux verbes qui sont manger et boire tout en laissant la cervelle vide.

    • Mohamed

      Y’a akhi il n’y a plus de librairie et nos jeunes ne lisent pas, le prix du livre est cher surtout s’il est acheté en euro. Chaque fin de semaine je me ressourçait chez Oumata , journaux et au moins un livre (150DA en moyenne). À la place on vend des vêtements , des cafés et des fast fonds , des marchands de la calentica en plein centre ville ( principale artère), Zid ou Zid!
      Adieu Bel Abbés, adieu traditions

  6. Mohammed.G..

    Bonjour tout le monde,

    TAHTAHA, symbole de la ville de Sidi Bel-Abbes où la matinée de chaque Vendredi est devenu incontournable pour tout Bel-Abbésien de faire un tour ,sans oublier de passer par Elhoffra et sillonner les artères du quartier mythique de Graba qui s’est métamorphosé en véritable souk hebdomadaire où l’on trouve de tout, et quoique l’on puisse dire ,elle restera l’endroit préféré des Bel-Abbésiens durant toute la semaine pour faire ses achats ou rencontrer des amis!!!
    Place TAHTAHA, baptisée ‘Sahet el Fida’ , appelait Place Bugeaud , de l’époque du colonialisme, limitée par les rues du Sénégal, Flatters, des Chevriers et du 2ème Spahis, est un lieu historique qui a vu défiler des évènements avant et pendant la révolution où la Graba fut le fief du nationalisme ,en passant par les halkates de différents chouyoukhs tels que cheikh Daho, Antar, les 3issaoua avec leurs serpents et autres activités de distractions, continue d’attirer ,aujourd’hui, un grand monde qui trouve son bonheur en faisant des affaires dans la friperie (bala) en dénichant quelques vêtements de qualité, introuvables dans nos vitrines et à des prix abordables, qu’on fait passer au dégraissage ou tout simplement laver et repasser !!!
    Donc TAHTAHA a aussi ses atouts et ses avantages,en dépit de ce qu’on pourrait dire en matière de sécurité,où chaque nostalgique retrouve ses empreintes et remémore ses souvenirs à travers les anciens cafés et boutiques!!!
    Amicalement !!!!

  7. merabbi

    Si tout va bien alors pourquoi s’en plaindre ya khouya Mohamed ?

    Selon- vous c’est normal que cette place soit comme cela et que les Belabbesiens acceptent cette situation que vous qualifiez de sécuritaire.

    Allah yahdina jamiane oua yesslah oumourouna.

    • Mohammed.G..

      Salem Si Merabbi,
      Tout d’abord permettez-moi de vous dire que dans mon commentaire,je n’ai jamais qualifié de ‘sécuritaire’ les activités à la Tahtaha,et il me semble que vous vivez bien loin du pays pour le savoir ,aussi,comme moi.Peut-être que vous êtes partis à l’époque où la Tahtaha était déserte ou ne contenait que quelques personnes dispersées, d’autres attablées autour d’un café où les mélodies des chouyoukhs et elhalkate dominaient cet espace….
      Rassurez-vous,cher ami, que ce n’est plus la Tahtaha d’antan comme nous l’avions connu, une bonne partie de nos traditions est enterrée avec ses acteurs,et par conséquent nous sommes contraint de suivre l’évolution du temps auquel nous sommes appelé à s’adapter en dépit de notre volonté!!!
      Les facteurs qui ont conduit à cette situation sont la démographie galopante qui a engendré l’absence du travail, le manque de structure en matière de locaux commerciaux,l’ agencement et l’organisation qui ont laissé l’état des lieux explosif voire incontrôlable !!!
      Seulement il ne faut pas oublier que dans toutes les villes du monde,il existe des espaces pour la brocanterie, la friperie, la marché au puce,donc pourquoi doit-on faire l’exception???
      Maintenant,si vous me parlez de sécurité,sachez mon cher ami,que Tahtaha a été toujours Tahtaha, pourquoi dramatiser la situation ?? Ce qui me turlupine ,que fait une personne à la Tahtaha à 22 h ,comme annoncé dans l’article?? Comme on dit chez nous ‘arouahli abla oualla njik’ , puis on ose parler de sécurité !!! Même les quartiers sécurisés sont incertains à une heure pareille,surtout en hivers!!!
      Amicalement cher ami !!!

  8. merabbi

    Essalam khouya mohamed!
    Je pense que tu voulais que les bel abbesiens réagissent et ,je l’avoue,j’étais un peu surpris de certaines affirmations de ta part car en fait tous les intervenants sont d’accord que ce n’est plus le lieu de repos ou des retrouvailles .
    Quand khouya Mohamed tu dis que chaque ville a des lieux ou il ya de l’insécurité .je préciserais que le risque zéro n’existe pas mais que quand même ,il ya de forts risques quand la culture dans tous ses aspects ( et vous l’avez si bien dit ) est quazi absente .
    Oui. tout comme vous ,je vis à l’étranger mais je vis Bel abbes chaque instant et je ne dramatise pas en disant que sans l’intervention des structures concernées et des personnes chargées de rendre ce lieu à sa vocation originelle , il y aura toujours cet accaparement des espaces publiques et cette spoliation de la culture .
    Honnêtement khouya Mohamed les marchés aux puces ( OPUS ) OFFICE DES PUB UNIV ) que vous avez l’habitude de voir est- ce aussi anarchiques et agressifs? si oui alors je retire tout se que j’ai mentionné. Sinon alos nous disons tous les deux la même chose mais nos perspectives ou approches de la situation sont différentes et ELMOUHIMM EL MOUCHARAKA BIKOULI IHTIRAMATI

  9. merabbi

    MES EXCUSES POUR LES FAUTES ( J’ESSAYE TOUJOURS DE MAITRISER CETTE LANGUE)CAR JE SUIS CE QUE L’ON PEUT APPELER UN ARABOPHONE.
    eT VOS REMARQUES SONT LES BIENVENUES.

Répondre