La Voix De Sidi Bel Abbes

De la presse d’investigation… Par Mourad Salim Houssine.

Il n’est aucunement dans mon intention de pénaliser une presse tant indépendante que gouvernementale qui a déjà payé le prix -à la place des partis politiques- de la facture du début du processus démocratique en Algérie en perdant près d’une centaine de journalistes et travailleurs de la communication… Cette saignée des gens de la presse additionnée à celle de certains repères de l’élite culturelle nationale ne peut trépasser une seconde fois aux oubliettes d’une « réconciliation nationale » sans être objectivée en tant que phénomène psycho socio politique pour ne pas dire anthropologique_et étudié en tant que tel pour servir d’enseignement aux générations qui remplissent l’Agora aux heures de sortie scolaire. Si la presse continue à se confiner dans une narration officielle ou para-officielle des faits et événements de façon symptomatique et presque morphologique, donc apparente et sémiologique, elle devient une presse-excusez l’expression- clinique qui informe certes le lectorat sur le où, quand, avec une synchronie qui conditionne à coup sûr l’opinion publique nationale dont le leitmotiv actuel de Sebdou à Tébessa se résume ainsi: «…Tous ces évènements qui se succèdent…, et on n’a rien compris!»» Cette prise de conscience d’une majorité de la population algérienne,lettrée ou non,d’un déficit certain au niveau de l’information sécuritaire et socio politique,reste un indicateur d’une carence grave au niveau de la conscience politique d’une nation qui aurait dû rester fière de ses passé et Histoire. Occulter le comment et pourquoi des évènements par certaines structures de l’Etat,plus par phobie d’espionnite qu’alibi d’efficacité,reste une mauvaise gestion de la crise nationale qui perdure et risque d’hypothéquer le destin de l’Etat/Nation qu’est l’Algérie indépendante d’aujourd’hui issue des Accords d’Evian du 19 mars 1962.
Faire endosser cet état de fait à une incapacité de la presse de couvrir tous les événements reste malhonnête du moins pour ceux qui monopolisent l’accès aux sources d’information.Se confiner de la part de certains organes d’information dans la suffisance d’un quotidien se vendant bien ,ou mieux que les autres avec tirage chiffré à l’appui,reste peu crédible à long terme tant au niveau de l’opinion publique locale qu’internationale avec l’intégration qualitative dans les marchés de la mondialisation culturelle qui a déjà commencé.
Analyser le pourquoi et comment des faits et événements en présentant des hypothèses et probabilités au lectorat sur la base d’enquêtes et investigations,n’a jamais été commentaire ou opinions qui doivent rester l’apanage des lecteurs voulant intervenir dans le cadre d’un droit de réponse ou présentation d’une étude scientifique.
S’autocensurer en prétextant la déviation journalistique du commentaire pour annihiler toute tentative d’analyse de la causalité-fût-elle probabilité- des événements et leurs auteurs-fussent-ils présumés !- ne va aucunement dans le sens de l’information facilitant la prise de conscience d’une opinion publique de la réalité des faits et phénomènes ainsi que de l’identité de leurs commanditaires.
La presse d’analyse et d’investigation peut aider et précipiter le processus démocratique en Algérie.
————————————————————————
*Psychologue

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=21989

Posté par le Jan 19 2013. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

13 Commentaires pour “De la presse d’investigation… Par Mourad Salim Houssine.”

  1. Arab. I

    je profite pour demander a l’auteur de ce papier.Quelle est la ligne du journal électronique la VOIX DE SBA, ?Son sujet pose de réelles questions de fond ..le débat est bien instructif camarade

  2. kerroum retraite

    La question n’est pas embarrassante mais nécessite une réponse a la lumière de ce que nous avons lu jusque la.Pour ce qui est de l’investigation dont parle monsieur MSH.elle n’est pas facilitée par les pouvoirs publics nous rétorquent les gens de la presse et puis il ya la rétention de l’information.

  3. meradi

    Article très intéressant.

  4. Messafer ft sba

    Lecteur de la vdsba votre avis est trés exagéré.il ya de trés courageux journalistes et dans toute corporation il ya des intrus des opportunistes.

  5. kerroucha

    Prière demeurer sur le sujet en ligne Pas de procès et il est préférable d’avoir un avis sur la problématique de l’investigation

  6. kerroucha

    Vous persistez monsieur a tort.je voulais que vous nous donniez plus sur cette investigation.

  7. Medya

    Algeria is for Algerians only…
    Allons soyons sérieux…on est tous des frères, on doit être fiers de ce qu’avait fait nôtre glorieuse « Armée »… à In-Aménas. Vous n’avez qu’a lire les nombreux articles écrits par nos journalistes pour comprendre qu’en algérie l’information n’est pas au top, mais quand même, qu’il y a eu d’énorme « progés » de tout poin de vue! Le sujet proposé par Mr. Houssine est trés interéssant. L’algérie est visée, alors comment voulez qu’on dise à la presse les intentions réelles de l’armée…C’est pas un briefing à l’américaine!!! Un journaliste est censé connaître ses limites car il y va de la « santé » de nôtre chère algérie. Ils sont nombreux les correspondants autodidactes…!!!). Alors SVP, nos gouvernants ne sont bêtes…il faut être algérien pour savoir gérer…Hilary Clinton l’a reconnu implicitement: « Antouma ma kèche likadelkoummmmmmmm… » (Sic)
    Amicalement…Merci camarade de classe, je crois qu’on est trois ou quatre personnes « anciens » dans ces annonces »…
    Tahya ElJazair… Ta »icheeeeeee…

  8. Mourad Salim HOUSSINE

    Il y a lieu de préciser que l’article ci-dessus a été publié dans la rubrique « Opinions » du Quotidien d’Oran du 16 avril 2009,et que j’en supporte la responsabilité en tant que chroniqueur libre et psychologue;je n’ai jamais été journaliste.Il est vrai que j’ai enseigné un module de « Communication et information » et reste à ce jour une plume libre…
    Je remercie la Vdsba d’avoir accepté que je le publie trois années après tant il reste d’actualité avec cette tragédie d’In Aménas où nous constatons la duplicité des média occidentaux et une récupération de l’information qui aurait fait fuser de fureur Joseph Pulitzer (1847-1911) …..

    Respectueusement !

  9. Mme Mostefaoui SAB

    Mr je ne vois pas l’obligation de venir formuler des précisions On lit la un article qui est venu au beau moment.Continuez a nious donner de bons thémes.

  10. Mme Mostefaoui SAB

    La précision pas urgente le sujet est bien allant avec le contexte.Continuez monsieur Mourad S.H

  11. jamel

    Trés bon article

  12. mekah

    la prise de conscience du peuple peut etre faciliter,dans le cas de la rétention de l’information par les pouvoirs publiques ,par la participation des intellectuels ou par tout ceux qui ont un savoir faire dans les diverses activités culturelles,cultuelles,sportives et professionnelles en animant les débats dans le cadre des différentes associations qui existent déjà ou qui peuvent etre crées ou au sein des syndicats et ce bien évidemment en restant probe .

Répondre