La Voix De Sidi Bel Abbes

Ce soir, conférence de Mr. Ould Nebia Karim «la vie, l’œuvre et les composantes de la personnalité de l’Emir Abdelkader»

La Voix De Sidi Bel Abbes qui a fait part depuis sa création a ce jour de toutes les activités de la section locale de la fondation Emir Abdelkader de Sidi Bel Abbes, continue d’informer ses lecteurs sur le cycle de conférences, pour reprendre le texte d’invitation qui nous a été adressé et émargé par M.Bencheikh Zouaoui et ce autour de la vie, l’œuvre et aux composantes de la personnalité de l’Emir Abdelkader. Ce cycle a debuté le jeudi passé après la prière des tarawihs au siège situé derrière l’agence Sonelgaz du centre-ville. Ce fut le professeur Abdelkader Belja qui inaugura le dit cycle et c’est notre ami Ould Nebia Karim qui emboite le pas cette soirée en attendant le Docteur Medjaoud, le jeudi prochain. Notre source avait expliqué ce choix des conférenciers  par l’avancée du savoir académique et de la rigueur pédagogique, quant à la représentation de ces conférences. Pour notre part, en tant que journal, nous avons déjà fait part du renouveau opéré dans la composante de la section de Sidi Bel Abbes, qui fait partie de la fondation nationale Emir Abdelkader, et nous continuons cette exaltante, tâche au seul intérêt de nos lecteurs(es).

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=6916

Posté par le Août 8 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

16 Commentaires pour “Ce soir, conférence de Mr. Ould Nebia Karim «la vie, l’œuvre et les composantes de la personnalité de l’Emir Abdelkader»”

  1. Abbes

    grande nouvelle.Enfin du serieux et du solide avec les conferences et la vraie culture.et svp en présence de 3 excellents professeurs .merci monsieur B.zouaoui.je serai présent inchaallah ce jeudi.bon vent et Ramadhan karim a tous.

  2. chaib draa tani djamel cnasc

    un jour j’ai assisté à une conférence sur l’emir aek donnée par zeddour brahim le fils de l’ex imam de la medersa (graba) et j’aimerai bien que mr zouaoui benchikh l’invite il est doué sur ce sujet

    • adherent section e aek

      on ne va pas entendre des contes des mille et une nuits ya djamel.la c’est une fondation. il ya un programme et sur ce journal .la fondation a ete traitee de polique appendice pouvoir e.t..calors ce monsieur que je connais pas il assistera comme invite aucun mal.

    • Mohamed Senni

      Cher Chaïb Daa Tani Djamel.
      Merci pour ton commentaire qui m’a doublement touché : d’abord en te souvenant de ma conférence sept années après, ensuite de ton désir de voir notre ami Zouaoui Benchikh m’y inviter. Quant à être doué sur le sujet, comme tout un chacun, je connais beaucoup de choses mais celles que j’ignore sont encore plus nombreuses. Je ne fais pas partie de la Fondation Emir Abdelkader où j’ai beaucoup d’amis que ce soit à Oran ou à Sidi-Bel-Abbès. A côté de nombreux articles publiés dans la presse écrite, j’ai eu l’occasion de donner des conférences sur le Père Fondateur de l’Etat Algérien qui, malgré les trahisons des siens, leur a laissé quand même le plus grand pays du continent. Mes amis de la Fondation savent pourquoi je ne l’intégrerai pas : l’Emir est trop instrumentalisé pour les besoins d’une bassesse politicienne et çà je ne peux l’admettre. Et chaque fois que je sens que l’on me fait appel dans cet esprit-là, je refuse de cautionner. J’ai un goût très prononcé pour certaines matières et particulièrement l’Histoire des pays du Maghreb, ses hommes, ses vrais repères, ceux-là mêmes que certains historiens du crû et de l’Etranger veulent à tout prix déformer. Mais leurs tentatives sont d’orès et déjà vouées à l’échec parce que , partout, il y a des consciences qui veillent. Ayant nommé de qui j’étais le fils je sais que tu appréhenderas ce que je viens d’écrire dans son juste contexte. Takabbala Allahou siamaka oua kiamaka. Amicalement

      • un ami

        cher Med Senni bjr,
        voilà ce que j’appelle une franchise et je vous approuve quand vous dites ,je cite:
        —(L’Emir est trop instrumentalisé pour les besoins d’une bassesse politicienne et ça je ne peux l’admettre.)
        Vous avez bien mis les points sur les(i) de l’histoire et vous avez bien mis en garde certains sur le badinage de cette histoire .
        AMICALEMENT

        • NEHARI

          EN QUOI NOTRE PERE DE L ETAT NATIONAL A ETE INSTRUMENTALISE INFORMEZ NOS MESSIEURS

        • Mohamed Senni

          Ami!
          Au style limpide de votre commentaire et aux citations à peine voilées de deux de mes articles qui sont « les points manquants aux (i) de l’histoire » paru sur un autre support en ligne et « on ne badine pas avec l’Histoire » publié, en six pages, dans « La Voix de l’Oranie » et que j’ai rédigé en sept mois puiqu’ayant fait des recherches sur 14 siècles, je vois, avec 98% de certitude, qui est cet ami que, je l’espère, je ne décevrai point. Amicalement

          • un ami

            Exactly my dear Med Senni you see at 100/100 et c’est ce que j’appelle avoir une mémoire d’éléphant excuse-moi je dirai historien ouella ma yechkach ya3tek essaha .Il faut persévérer
            voici ce que La Rochefoucault à écrit dans son livre » Maximes et Réflexionx Morales »

            « La persévérance n’est digne ni de blâme ni de louange, parce qu’elle n’est que la durée des goûts et des sentiments qu’on ne s’ôte et qu’on ne se donne point ».

            Voilà mon cher Med Senni une citation qui en dit long sur tout labeur entrepris et qui ne doit pas rester vain persévérer ,persévérer et surtout avec de l’ambition car c’est ce qu’il faut pour arriver à terme de sa tache.
            Amicalement

  3. semache abbes toba

    il faut des conferences des symposiums des ateliers de debat de formation pour tirer le maximum de nos aines

  4. blal

    frere senni.encore une lecon d’humilite de ta part.comme je l’avais ecrit et dit tu resteras une enorme source en ce qui concerne l’emir abdelkader et cela personne ne peut le renier.tes recherches sont reconnues de toutes et tous.saha ramdanak

    • Mohamed Senni

      Cher Blal,
      Ce que tu as écrit est ton avis. Il me touche certes et à travers lui je reconnais toute l’estime que nous partageons depuis des décennies. Je te rappelle qu’il a été répertorié un peu plus de 1200 ouvrages écrits sur l’Emir, des centaines de rapports qui dorment sous d’autres cieux et que lui-même a beaucoup écrit : quelques livres, une autobiographie et l’on parle de quelque 30 000 lettres qu’il aurait écrites. Avec tout ce qui précède, on est arrivé à cerner au maximum 30% du personnage. Presque tout reste à faire. Alors, sans fausse modestie, je te dirai que « l’énorme source » n’est qu’un petit ru. Ramadhan moubarak et pieuse pensée à Ammi Omar qui était toujours derrière nous.

  5. khayi

    hadi c’est vrai chahada li allah temoignons cele est une verite si blel

  6. Smiley

    J’ai eu l’occasion d’acquérir un exemplaire du livre consacré à l’Emir par Charles Henry Churchill qui l’avait connu à Damas.
    Ce livre a été publié en 1867 par Chapman&Hall.
    En prologue il y avait un long poème de William Thackeray (grand homme de lettres victorien) qui fustigeait la perfidie de la France et la dignité de L’émir dans des conditions difficiles.
    J’ai hélas eu la naiveté de confier cet exemplaire à quelqu’un pour qu’il le remette à un fonds documentaire spécialisé dans les recherches historiographiques et ils n’en trouvent plus trace.
    Vous aurez relevé la parenté de l’écrivain avec le vieux lion Winston Churchill.
    bon courage pour vos recherches

  7. Cherrak C

    Sur l’Emir Abdelkader Loius Veillot écrivit:
     » Un homme résume en lui toutes les forces que l’Algérie nous oppose; il centuple les difficultés du sol et du climat »
    Le général Duvivier ne pût que re connaître:
    « Abdelkader est l’homme de l’histoire, elle ne saura plus l’oublier »
    Avez vous le ridicule édifice qui lui est consacré à Alger?
    Sa monture tient plus du bourrin que du noble cheval arabe

  8. Informatik

    Je n’aurai pas l’outrecuidance de me prononcer sur une conférence à laquelle je n’aurai pas assisté.
    Toutefois il me semble que notre approche à l’Emir Abdelkader
    se fait au détail, ne retenant que ce nous voulons et écartant ce qui nous dérange.
    Ainsi ses rapports avec la franc maçonnerie posent un problème épineux aux historiens algériens qui préfèrent éluder cette facette.
    Je ne reviendrai pas sur les poncifs de l’enfant surdoué qui avait mémorisé le livre saint à 14, ni sur sa bravoure légendaire.
    Vers la fin de sa vie, sa mystique de soufi et sa conviction que la valeur d’une vie humaine était de l’ordre du sacré l’on fait converger vers l’éthique de la franc maçonnerie.
    Salué à l’origine comme le sauveur de chrétiens en Syrie victimes d’un pogrom, l’Emir a cru trouver une convergence entre les buts de la franc maçonnerie et la pureté de coeur exigée des soufis.
    Il a noué des contacts étroits avec la loge henri IV affilié au Grand Orient et pensait au crépuscule de sa vie que faire le bien pouvait emprunter plusieurs voies.
    Le soufisme enseigne que la belle rose écartale peut se nourrir de ruisseaux différent et ne rejette d’être irriguée par aucun

Répondre