La Voix De Sidi Bel Abbes

Culture et Union Africaine ! Lettre de Francine Afane à Tewfik Adda Boudjelal.

30df569

 

 

 

 

 

Monsieur Tewfik,

Il est bon de découvrir derrière ce nom, un adepte de la culture mais mieux encore ,de la culture de notre mère Continent l’Afrique !

Je vous comprends quand vous parlez de main mise des pays africains anglophones.

Mais à mon humble avis, les anglophones manifestent plus d’engagement et semblent avoir plus foi que nous francophones, a un panafricanisme actif et opérationnel.

Je crois personnellement, et ceci n’engage que moi bien sur, que construire l’Afrique dans sa diversité est une urgence a laquelle nous tous, francophones, anglophones, lusophones ou hispanophones devrions répondre efficacement. Que dirons-nous des ahmarophones dont nous ne devons pas ignorer l’histoire et la force pleine de symboles. Les arabophones me demanderaient quelle dent j’ai contre eux!!! Aucune bien sur !

Mon frère Tewfik, loin de penser à ces « ersatz » qui risquent de nous éloigner les uns des autres et de surcroit des vrais débats, j’aime inviter les frères et sœurs africains a construire, ensemble, l’Afrique dans laquelle nos enfants et petits enfants se sentiraient chez eux a Gambilla, Yaoundé ou Nabeul. Une Afrique à la fois plurielle et singulière dans le concert des Nations, prenant sa place de mère de l’humanité qu’elle protégerait en faisant taire le son des canons, offrant ses richesses a ses enfants et participant a la mondialisation.

Un rêve éveillé ? Non mais une vision Certainement .Elle se réalisera un jour ,grâce a la richesse de ses hommes, à la générosité qui est leur, à la solidarité que les femmes cultiveront dans leurs enfants, fruits de l’amour qui les pousse chaque jour a aller plus loin, malgré la douleur, le viol, l’excision, l’abandon, l’humiliation, les corvées, les violences de toutes sortes ainsi que tous les maux dont souffrent les jeunes filles, les femmes et mères africaines. Malgré tout cela, elles trouvent encore le courage de se tenir debout et de transmettre l’éducation, de sourire, de donner a manger a leurs enfants, alors même qu’elles saignent en dedans.

Cette Afrique là est en route avec les artistes dont vous faites partie, ancre des racines africaines très profondes, a la suite de nos héros dont les pères fondateurs de l’Union africaine et surtout de nouveaux leaders en gestation.

Je nourris et chéris jalousement ce rêve pour mes enfants et petits enfants.

 

Signé/ Francine Afane

Conseil en management/ Sénégal.

Actuel /HEC International

Précédent /African Union Commission /Addis-Abeba.

IMG_1110 IMG_1160 IMG_1172 IMG_1205 SAM_4159 SAM_4161 SAM_4165-001 SAM_4193

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57155

Posté par le Déc 21 2014. inséré dans ACTUALITE, CONFIDENCES, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

44 Commentaires pour “Culture et Union Africaine ! Lettre de Francine Afane à Tewfik Adda Boudjelal.”

  1. Bel Abbesien

    Une lettre fortement pleine de messages pour le droit des Africains à un meilleur avenir que tiennent a bâtir ses enfants dont les artistes.

  2. madjid

    @Francine Afane Votre lettre est arrivée a bon port Le facteur (jeu de mots mon ami) est sérieux puique le plus urgent dans la lecture est le contenu qui est un message fort recu 5/5

  3. Douar

    Les états unis Africains, ça me rappelle le rêve de celui que l’on qualifiait de « fou » Keddafi.
    Mais le sort programmé par des « Sages » a voulu que ce fou rêveur ait été anéanti par l’arme … par leurs armes comme Boko haram et consorts.

  4. madjid

    vous avez vu trés juste docteur.

  5. Harmel Mehdi

    Cette classification sur la base de la langue de l’ex colonisateur n’a pas lieu d’exister à mon humble avis..car elle n’a pas une réalité sur le terrain. par exemple un pays comme le Cameroun parle les 2 langues sans que cela pose problème alors parler à l’échelle d’un continent comme l’ Afrique c’est vraiment absurde…le défit est ailleurs.. il est politique »instaurer une vrai démocratie  » et surtout économique…..MERCI

    • BADISI

      @Harmel Mehdi et Mohand

      salem Messieurs vous avez raison tout les deux on remarque que les Africains on toujours ce complexe d’infériorité en se classant suivant les langues de leur colonisateur je peut pas dire ex car ils sont toujours colonisée et dépendant avec des chefs d états dictateurs et corrompue , les richesses de leur pays est divisée entre leur pouvoir et les multinational dont la majorité appartient aux sionistes , le temps des slogans et de la propagande est révolue .

  6. lecteur

    Pour cela oui mais l’extrême urgence est bien formulee

  7. Mohand

    Ni UMA, ni ouma , ni UA. Beaucoup de slogans, beaucoup de rencontres, et les décisions politiques sont prises ailleurs.

  8. houssine

    @Mohand Je ne suis pas étonné de votre réaction qui est certes personnelle mas minoritaire vu que la portée de cette lettre est tellement grande que votre goutte d’au est engloutie dans la grande Afrique millénaire

  9. Mohand

    On n’a pas pu construire une union maghrébine, ni libérer le Sahara occidental dont la colonisation est approuvée par plusieurs états africains.
    Ton Afrique millénaire est déchirée par les guerres civiles,la misère et les épidémies, ebola et sida entre autres.
    Le plus africain de tous ces pays reste l’Algérie beaucoup plus par ces actions humanitaires, et sa politique extérieure de bon voisinage.
    À côté de Al Sissi et de M6, vous aurez demain un sebsi de 88 ans, insensibles à vos lettres.

  10. Mohand

    Il faut dire que quand les USA, la France, etc, se font un plaisir de sponsoriser des candidats à eux, on comprend que les dirigeants africains soient crispés.

  11. lecteur

    Quels candidats ?

  12. Mémoria

    Une lettre …ouverte à notre expert culturel ,architecte et monteur de projet ne peut être considérée comme une bouteille à la mer. Venant de cette dame ayant des références en management en pays d’Afrique,sa médiatisation par notre frère Tewfik suppose que ce dernier soit fier et confiant dans la validation d’un diagnostic du territoire pour ne pas dire terreau belabbésien au niveau socio-culturel.Et toutes ces sorties et contacts en Afrique sont-ils frime de la part de Tewfik qui s’échine grâce au vecteur de la VDSBA à rassembler toute une logique d’acteurs locaux dans le cadre d’objectifs spécifiques intégrés à une politique générale de l’OUA dont l’Algérie est membre traditionnel.
    Positivons avec les acteurs impliqués dans la mouvance culturelle belabbésienne pour qu’ils expriment leurs besoins,exposent leur production locale,exportent leurs tubes,CD,livres,toiles,films,etc…vers l’Afrique de N’krumah,Patrice Lumumba,Myriam Makéba et Stockely Carmichael,Senghor,Aimé Césaire,Mandéla et tant d’autres…
    Francophonie ou anglophonie,lusophonie ou Boers,le continent Africain est sujet à une dynamique de développement du capitalisme mondial avec la mondialisation opérationnelle comme semble le souligner Francine Afane.L’Algérie est partie prenante et devrait sortir de cet eurocentrisme qui lui reste de la colonisation en regardant vers le Sud. Notre matrice continentale reste l’Afrique et se voiler la face n’a plus lieu d’être avec la proximité dans nos rues de l’existence physique des peuples d’Afrique !!
    Bon courage Si Tewfik pour votre projet! Je vous dois un café dans une certaine cafétéria !!!

    • Tewfik Adda Boudjelal

      Mon ami Mémoria !
      Votre esprit clairvoyant, vos analyses justes et vos critiques constructives épanchent la soif des gens sensés et instruits. Effectivement, la lettre de Francine est émouvante et pleine d’espoirs. Espoirs, que les amoureux de l’Afrique- dont je fais partie-, nourrissent.
      Il faut connaitre l’Afrique pour comprendre ce rêve lucide de Francine que beaucoup partagent. Malgré mes innombrables voyages à travers le monde, mon cœur penche finalement du coté de notre « matrice continentale « comme tu l’as si bien dit. Ceux qui pensent que l’Afrique est unicolore se trompent lourdement, car elle est vraiment colorée.
      Ce n’est un secret pour personne, tout le monde sait que lorsque la politique est quelque part défaillante, seuls deux éléments moteurs peuvent garder un peuple à flot. La pratique sportive de masse et la culture à la portée de tous.
      Durant mes voyages, je rencontre des personnes intéressantes, Artistes, Ambassadeurs, Ministres, tous d’une modestie et d’une richesse intellectuelle et culturelle uniques .je me nourris de leurs expériences et ils prennent avec intérêt ma vision des choses.
      Mais le problème chez-nous, on verse dans l’agitation stérile plutôt que de se concentrer sur la promotion de l’Art, mais là c’est un autre long débat.
      Quant aux dictateurs dont font référence certains intervenants, je leur dirais tout simplement que nul n’est éternel et que tout à une fin.
      Je te remercie pour l’invitation que j’accepte avec plaisir .Je serais demain inchallah, au même endroit à 17.00 h.

  13. lecteur

    Merci pour votre soutien !

  14. Mohand

    la nouvelle franc-maçonnerie africaine ne saura et ne pourra résister à l’eurocentrisme.

    • B52

      Bien dit Mohand, la bonne dame paraît bourgeoise dans un pays, ou le salaire mensuel moyen ne dépasse pas 80 USD!

      • Bel Abbesien

        Faut il parler du contenu de la lettre?ou des apparences la vous venez faussement avec votre artillerie agresser sans foi ni loi……….. Non non je vous prie de bien lire en bon destinataire moi j’ai apprécié et je le dis

        • B52

          Avec un simple BTS de 2 ans à Courbevoie, elle se retrouve manager au Sénégal et enUA. C typiquement africain.
          Conseil en management chez les gladiateurs de la misère.
          Chacun ses amoours.

          • Un ancien

            Vous n’arrivez pas à avaler une réussite alors vous vous entetez à flouer le débat qui a vu des lecteurs assidus saluer cette lessive qui vous pousse à vous cogner au mur!

  15. khayi

    @Si Tewfik Souhaitez a cette dame de notre continent logue vie et bonne santé pour qu’elle puisse voir son vœu qui est le notre aboutir..En 1954 en Algerie peu d’observateurs doutaient des homes et femmes qui ont déclenché l’inévitable insurrection….Trés bonne lecture sur le journal de proximité a la dimension des aspirations des hommes et femmes épris (es) de progrès..

  16. Belabbesien

    J’ai lu avec un grand intérêt et tristesse cette lettre. On dit que le rêve peut déplacer les montagnes , mais hélas en Afrique un rêve reste un rêve. Le destin a voulu que je travaille et séjourne dans plusieurs pays africains: La Tunisie, l’Algérie, le Maroc, le Niger, le Kénya, le Burundi, le Ruwanda, le Congo etc..Si dans les pays du Maghreb il existe une certaine vie plus au moins vivable dans la plupart des pays au sud du Sahara c’est la lutte pour survivre. Au Burundi par exemple le travailleur gagne 1$ par jour quand il a la chance de trouver du travail. En RDC la vie tient du miracle à cause de la pauvreté , du sous-développement matériel et mental . Vous n’entendrez que  » Mosongo akouna matata » Étranger (blanc) donnes moi de l’argent. Des enfants et des femmes qui mendient de quoi manger le jour le jour.
    Beaucoup de cadres de ces pays ont été formés en Algérie:Il existe même une équipe de foot des anciens d’Algérie à Bujumbura. Dés que vous dites que vous êtes algérien vous êtes bien reçu, cependant si vous dites que vous êtes africain on vous regardera comme quelqu’un qui est déboussolé par le soleil ou les moustiques. Un africain doit être noir point à la ligne. En RDC les Mai Mai et les Assaillants et l’armée guerroient sans arrêt. Tous sans exception vous demandent de payer et ce depuis les chefs coutumiers en passant par les creuseurs, les miltaires, les administrateurs jusqu’aux ministres. La corruption est un sport national!. Au Kénya à Nairobi vous n’avez pas intérêt à marcher seul dans la rue; Le blanc a de l’argent il faut le lui prendre. Parmi toute une file d’attente devant les guichets de la PAF j’.étais le seul arabe avec un passeport vert. On m’a sorti de la file pour n’emmener dans des bureaux de la sécurité pour me questionner. Tout simplement parce que j’étais arabe.Voici deux incidents véridiques pour savoir ce que pensent certains africains:
    1. Un jour je discutais avec un burundai. Il m’a demandé de quel pays j’étais? J’ai répondu que j’étais africain et algérien. Il m’a dit non Mr.. vous n.êtes pas africain . L’Algérie n’est pas un pays africain mais un pays arabe.
    2. Une nuit , alors que nous campions dans la jungle en RDC, assis autour d’un feu de camps, la conversation avec des bantous a touché le comportement des rebelles du M 23. Ils m’apprirent que ces derniers quand ils prenaient un prisonnier dans les rangs de l’armée, ils l’emmenaient avec eux et en cas de manque de nourriture ils le mangeaient. En disant cela l’un d’eux me dit »La viande humaine ça goute bien » Je lui ai répondu oui demain matin on achètera une chévre pour la rôtire.

    3. Une autre fois dans la grande forêt qui limite le Burundi, le Ruwanda et la Tanzanie, notre groupe traversa un hameau perdu dans cette forêt. A ma vue tous les enfants ont fui et se sont cachés. J’ai demandé à un de mes accompagnateurs: »que se passe -t-il?. Il m’a répondu que les enfants ont peur que tu les dévores, parce que leurs méres leurs disent de bien se comporter ou le blanc viendra les manger.
    Je pense que l’union africaine est trés loin d’être réalisée. C’.est une organisation qui sert de gagne pain pour certains polititiens. Ces gens sont avec celui qui leurs offre le plus et c’est tout.
    L’Algérie a investi beaucoup dans les mouvements de libération des pays africains mais malheureusement elle n’a pas su fructifier ces investissements en envoyant par exemple ses spécialistes travailler la-bas et en exportant ses produits. Tout cela à cause d’une bureaucratie qui étouffe toute initiative. Chaque haut fonctionnaire veut placer les siens et rien d’autre.
    C’est pourquoi on peut dire avec l’écrivain  »Pleure oh pays bien aimé ».

    • BADISI

      @ belabbesien
      merci pour ce témoignage qui va réveiller je pense certains rêveurs , et dire que notre pauvre pays a effacer leur dettes qu on auras due investir dans notre beau et grand sud .

  17. Imène

    Mohand , Bélabbessien , entre autres : Azzul , m’ssa el kheir Tous !
    Vous avez parfaitement raison !
    La lettre de mme Afane est tout à fait émouvante et porteuse d’espoir pour reprendre les mots de l’auteur ..mme Afane caresse un rêve , une vision ? qu’elle chérie jalousement et souhaite voir se concrétiser pour l’avenir ..( visiblement mme est plutôt bien lotie , bon , c un détail ..) mais : entre le rêve et la réalité africaine il ya un monde ! un abîme abyssal fait de douleurs , de contradictions , de gros problèmes inextricables qui trahissent toute la complexité de la situation de notre continent : avec des régimes corrompus jusqu’au os ,les connivences soutenues avec le colonisateur d’hier devenu le partenaire priviligié ( le suceur de sang ) guerres civiles , conflits ethniques et religieux excerbés par les ingérences étrangères à outarnce , les prédateurs et les rapaces des multinationales qui jouissent de tous les privilèges et richesses de ces pays ( or , uranium , petrole …) laissant les peuples dans la pauvreté , la misère , la situation plus que déplorable des femmes… bref ! la aussi , Mohand , un tsunami est nécessaire ! doublé d’un seisme de forte magnitude ..pour pouvoir esperer changer qq chose , mais ça c encore loin ! il faut des années …lumières ! oui Belabbéssien : pleure ô pays bien aimé !

    • Mohand

      Je suis très content de voire une femme algérienne dont l’analyse est pertinente.
      Merci soeur imene, car comme vous le savez, avec un BTS , on n’a de poste superieur que dans les pays sous développés.
      Quoiqu’il en soit nous restons sensibles aux messages d ‘espoir mais il n’est pas résolu car pays arabes africains sont ruinés par leur politiciens.
      Les revolutions arabes n’ont fait que retarder leur évolution, et en Tunisie ,un dinosaure de 88 ans va prendre les commandes du pays. Je suis jaloux de voire un Mateo renzi né en 1975 mener des réformes dans son pays, l’Italie.

      • Imène

        Mohand , Badissi :
        Effectivement Mohand , dans nos contrées du sud , du sous dev , c’est la maarifa qui régit le marché du travail ( ni le diplôme n ni les compétences , encore moins l’intégrité ou ..) si vous connaissez qq ds n’importe quel administration ou entreprise qui ait les bras longs et les épaules larges ..alors vous pouvez accéder à ce que vous voulez ! c simple : chez nous c’est un critère majeur pour les recrutements ..et nous restons sensibles aux messages d’espoir pour un avenir meilleur , même si pour nous c’est f….il ya les générations qui viennent !
        Badissi : ce qui se passe en centre afrique ou encore au myanmar c’est le nettoyage ethnique , un véritable génocide à huis clos ( et pourtant le bouddhiste et les moines sont des hommes de paix , mais face à l’islam et les musulmans ..??? et ça se passe au vu et au su de toute la communauté internationale ..Allah el mousta3ane !
        Pour revenir à notre sujet : Le rêve c’est le luxe de la pensée écrit J.Renard , et si l’espoir fait vivre , alors le rêve le fait durer ! rêvons ..Salem !

  18. Mouha

    @IMENE je crois qu’il faut rester optimiste non?

  19. Imène

    Oui , oui Mouha : il faut positiver , et rester optimiste , c’est bon pour le moral !
    je vous dédie cette citation sur l’optimisme que je trouve particulièrement interessante c’est de Paul Tristan Bernard :  » Le comble de l’optimisme c’est de rentrer dans un grand restaurant , et compter sur la perle qu’on trouvera dans une huître pour payer la note !  » trés joli ! n’est ce pas ?
    Nos problèmes à nous Africains sont colossaux , mais pas insurmontables ( ?? ) : il faut se prendre en charge , et ce par le travail , l’effort , le dur labeur , et non pas par les carnavals , les rencontres au sommet dans les hôtels huppés ..voilà , je vais encore me saper le moral et le vôtre ! salem !

    • BADISI

      @ Imène
      Bonsoir ma sœur comment être optimiste pour ces pays Africains qui se sont stagner dans le sous développement avec complicité de leur dictateurs corrompue sans oublier nos frères musulmans massacrés en Centre Afrique , ou la fermeture des mosquées en Angola mais certains ne veulent accepter une vérité absolue et se noient dans des le rêves alors laisser les rêver .

    • Mme CH

      Voici, la réalité de l’Afrique en plusieurs épisodes (à partir de plusieurs articles parus dans la presse….!!! Tant que l’Afrique reste colonisé, il n’y a aucun espoir..!!! Et leurs politiciens ne sont que des petites marionnettes entre les doigts de ceux qui les ont placés sur le fameux Koursi éjectable….!!!!

      Commençant par la fameuse confidence de Jacques Chirac faite à Pierre Péan: « Il faut soutenir les dictateurs africains sinon ils ne feraient pas d’élections. »
      Une Vieille, règle africaine veut qu’« on n’accepte les élections que si l’on est sûr de les gagner ». C’est dans les faits, vrai dans la plupart des élections à l’africaine….. »….. »Est-ce à dire que l’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie et l’alternance? Ou est-ce les intrigues et les soutiens occultes et les promesses aux parrains, notamment occidentaux, qui font que celui qui bafoue les élections a, d’une façon ou d’une autre protégé ses arrières…??.. »

      Ensuite voici la réplique de De Gaulle: « Vous savez, cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux : il y a des nègres à l’Élysée tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites invi ter à déj euner. Je suis entouré de nègres, ici. […] Et puis tout cela n’a aucune espèce d’intérêt ! Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous entendez ? Plus une audience avant deux mois. Ce n’est pas tellement en raison du temps que cela me prend, bien que ce soit déjà fort ennuyeux, mais cela fait très mauvais effet à l’extérieur : on ne voit que des nègres, tous les jours, à l’Élysée. Et puis je vous assure que c’est sans intérêt. » (Entretiens avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968. cité dans ses Mémoires, tome 2).

      Mais l’histoire a été entamée bien avant De Gaulle.

      « Avant 1880, Les Européens disposaient pour l’essentiel d’implantations côtières. La France se réservait une partie du Maghreb, et en Afrique occidentale, le Sénégal. L’Angleterre possédait la colonie du Cap, la Côte de l’or, des compagnies commerciales anglaises travaillaient en Afrique occidentale et orientale. Toutefois, de 1870 à 1880, l’exploration de l’Afrique progresse : on découvre des richesses intéressantes, or et diamants d’Afrique du Sud, cuivre de Rhodésie. Les Européens voient miroiter, à tort souvent, l’image d’une Afrique noire riche et peuplée.

      Le point de départ des ambitions européennes se situe au Congo. Le roi des Belges, Léopold II, qui s’intéresse aux questions coloniales et gère une importante fortune personnelle, suscite en 1876 la fondation d’une Association internationale africaine à but essentiellement géographique : explorer le continent. Il trouve dans l’Anglais Stanley l’organisateur de l’exploration du bassin du Congo. Stanley se heurte aux ambitions françaises : Brazza s’engage dans l’arrière-pays du Gabon, sur un affluent du Congo (1875-1879); les Portugais font état de droits historiques sur l’embouchure du Congo. L’enjeu devient européen; les ambitions de Léopold se heurtent à celles d’autres pays colonisateurs.

      En 1884, Bismarck propose une conférence à Berlin, afin de régler les problèmes du commerce dans le bassin du Congo. Jusque-là intéressé par les seuls problèmes européens, Bismarck se rallie à l’idée de protéger les marchands allemands en Afrique. La conférence de Berlin (novembre 1884-février 1885), à laquelle participent les principaux Etats européens, rédige un « acte final ». Celui-ci, après avoir défini le bassin du Congo, établit l’obligation de respecter le libre-échange pour toute puissance colonisatrice, même en cas de guerre; il définit les conditions à remplir pour l’occupation effective des côtes et elles seules : implantation du « pavillon », autorité suffisante et notification diplomatique.

      L’acte, qui n’autorise aucun partage, le déclenche dans les faits. Dès lors, dans une course de vitesse, la France entreprend de constituer un vaste empire, de la Méditerranée à l’Afrique occidentale; l’Angleterre veut dominer l’Afrique orientale du Cap au Caire. La Belgique, l’Allemagne et l’Italie, moins bien lotie, se partagent le reste de l’Afrique. Des heurts nombreux opposent les grandes puissances, mais de multiples traités bilatéraux permettent de fixer les frontières. Les frontières issues de compromis entre les Européens sont artificielles et fondées sur le principe des compensations territoriales : elles divisent les ethnies africaines, les anciens royaumes. L’Afrique décolonisée en est restée tributaire. »….!!! Tiens cette dernière phrase résume toute la situation…!! Ah! Si c’était une histoire de culture seulement..!!

      A suivre…!!!

      • Mme CH

        Il ne faut jamais dissocier le passé et le présent, car ce qui se passe maintenant en Afrique n’est que la continuité du passé, mais sous un autre miroir….!!! « Il n’existe rien qu’on puisse appeler le passé, parce que le passé existe dans le présent. » (William Faulkner). En plus « Le présent fécondé par le passé engendre le futur. » ( F. Parker Yockey)

        Voici, l’Acte général de la conférence de Berlin de 1885….!!!

        Voulant régler, dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation dans certaines régions de l’Afrique, et assurer à tous les peuples les avantages de la libre navigation sur les deux principaux fleuves africains qui se déversent dans l’océan Atlantique; désireux, d’autre part, de prévenir les malentendus et les contestations que pourraient soulever à l’avenir les prises de possession nouvelles sur les côtes de l’Afrique, et préoccupés en même temps des moyens d’accroître le bien-être moral et matériel des populations indigènes, ont résolu, sur l’invitation qui leur a été adressée par le gouvernement impérial d’Allemagne, d’accord avec le Gouvernement de la République Française, de réunir à cette fin une Conférence à Berlin, et ont nommé pour leurs plénipotentiaires, savoir :
        (Suivent les désignations.)
        Lesquels, munis de pleins pouvoirs, qui ont été trouvés en bonne et due forme, ont successivement discuté et adopté :
        1° Une déclaration relative à la liberté du commerce dans le bassin du Congo, ses embouchures et pays circonvoisins, avec certaines dispositions connexes ;
        2° Une déclaration concernant la traite des esclaves et les opérations qui, sur terre ou sur mer, fournissent des esclaves à la traite ;
        3° Une déclaration relative à la neutralité des territoires compris dans le bassin conventionnel du Congo ;
        4° Un acte de navigation du Congo, qui, en tenant compte des circonstances locales, étend à ce fleuve, à ses affluents et aux eaux qui. leur sont assimilées, les principes généraux énoncés dans les articles 108 à 116 de l’acte final du Congrès de Vienne et destinés à régler, entre les puissances signataires de cet acte, la libre navigation des cours d’eau navigables qui séparent ou traversent plusieurs États, principes conventionnellement appliqués depuis à. des fleuves de l’Europe et de l’Amérique, et notamment au Danube, avec les modifications prévues parles traités de Paris de l856, de Berlin de 1878 et de Londres de 1871 et de 1883 ;
        5° Un acte de navigation du Niger, qui, en tenant également compte des circonstances locales, étend à ce fleuve et à ses affluents les mêmes principes inscrits dans les articles 108 à 116 de l’acte final du Congrès de Vienne;
        6° Une déclaration introduisant dans les rapports internationaux des règles uniformes relatives aux occupations qui pourront avoir lieu à l’avenir sur les côtes du continent africain.

        Alors si vous voulez avoir plus de précisions sur le découpage de la tarte africaine, vous pouvez consulter tous les articles de cet Acte Général…!!!

        Le Congo ça vous dit quelque chose…??? Allez, chantez et dansez, pendant que les peuples africains sont pillés, massacrés ou meurent de faim, de froid, du Sida ou d’Ebola…et la liste est encore très longue..!!! C’est ça la triste réalité….!!! Quant à l’espoir…..!!!

  20. Fethi

    Moi je ne veux pas faire l’individu intéressant qui contredit pour se faire tirer et puis crie au secours. Je reste optimiste pour cette dame.

  21. Mohand

    L’Afrique rongée par la corruption, selon le rapport de Transparency.
     »Pour avoir accès à des médicaments, on doit payer quelque chose même quand les médicaments sont gratuits ; pour pouvoir inscrire son enfant à l’école, […] pour pouvoir avoir des notes et avancer de classe, on doit coucher avec son professeur… […] La corruption touche vraiment tous les aspects de la vie quotidienne ».
    Chantal Uwimana
    Directrice régionale (Afrique) pour Transparency International.
    08/12/2014 – par Amélie Tulet

  22. Mohand

    En tout cas, la corruption est pour beaucoup dans les malheurs de l’Afrique. Elle est l’autre Ebola auquel l’Afrique est confrontée depuis belle lurette. En effet, du fait de la grande corruption surtout, les Etats perdent des ressources insoupçonnées. Pourtant, ces ressources auraient pu permettre aux mêmes Etats, de faire face à des défis de taille comme la lutte contre le paludisme qui continue de faire des ravages sur le continent noir, de bien prendre en charge l’éducation qui est un élément indispensable au décollage d’un pays. Et cette corruption prend de l’ampleur quand l’environnement lui est favorable.

  23. Fethi

    Je remarque que l’on peint un tableau connu et ce inutilement pensant à tort que l’expéditeur de cette lettre est loin de ces réalités lui qui est déjà au front et nous la soutenons.

    • Abbes

      Si Fethi , je vous comprends , on a une preuve flagrante de nos citoyens qui voient le monde à travers leur petite lucarne .Ils savent tout et ils ont tu vu à partir de leur chaise .

  24. oulhissane

    Tewfik, sbah L kheir
    C’est à propos de Culture et Union africaine :
    Un sujet très intéressant qu’on reconnait par la diversité des opinions qu’il a suscitée.
    Personnellement, je ne suis pas encore arrivé à prendre position en ce qui concerne notre continent.
    Une question me gêne : Est-ce dans les pays francophones ou dans les pays anglophones qu’éclatent les crises et les conflits sanglants qui déchirent les africains entre eux ?
    Que ceux qui en ont une idée claire nous fassent un décompte depuis les années 60. Actuellement, il n’y a que le Nigéria anglophone qui connaît un conflit armé. Le voilà maintenant qui s’étend à trois pays francophones.
    Qui se souvient de la guerre du Biafra (1967-1970) ?
    Pour quel raison, Mugabe( 91 ans) au pouvoir depuis l’indépendance du pays (1980) n’a pas été traité de dictateur comme l’a été Kaddafi qui n’était ni francophone ni anglophone ?
    J’ai relevé l’observation de Mr Douar, que je soutiens, quand il dit que l’Union Africaine était le rêve de  » celui que l’on qualifiait de fou Keddafi ». Chez nous, et tout le monde le sait, il n’y a pas beaucoup d’écart entre un fou et un illuminé. Ce dernier lègue à ses assassins sa malédiction.
    N’a-t-on pas lu sur les deux rives de la Méditerranée qu’un ancien président français a été  » rattrapé par le fantôme de Kaddafi ? »
    À madame Francine Afane, je reprends un paragraphe de sa lettre :
     » Mais à mon humble avis, les anglophones manifestent plus d’engagement et semblent avoir plus foi que nous francophones, à un panafricanisme actif et opérationnel « , et je dirais que votre avis doit plonger profondément dans l’histoire de ce continent, insidieusement insulté, à Dakar même, par un président français ( juillet 2007).
    Non, les africains anglophones ne sont pas plus motivés que leurs compatriotes francophones. Le problème qui se pose, est que la francophonie est une calamité combattue par des gens, et qui ne sont pas des moindres, depuis très, très longtemps. Et c’est nous, qui subissons les conséquences de cette guerre qui ne connaîtra pas de fin.
    C’est dans notre continent que les Latins et les Anglo-Saxons se font la guerre. On dit qu’elle est secrète. Et c’est dans les pays francophones que le sang africains coule le plus.
    Mme Francine Afane, si vous avez des informations au sujet de cette guerre, faites nous connaître un peu de son histoire, de ses gageures.
    Merci.

Répondre