La Voix De Sidi Bel Abbes

Crèches : L’anarchie règne en maître !

 images

Qui contrôle les crèches ?  Partout en Algérie, les structures d’accueil de la petite enfance sont livrées à l’anarchie et à l’incompétence du personnel. En un mot, l’État est démissionnaire au grand dam des parents qui ne savent plus à qui confier leurs petits enfants. À Tiaret, les crèches qui exercent légalement subissent une concurrence déloyale. Le contrôle reste faible pour ne pas dire qu’il obéit à une sorte de deux poids deux mesures. Officiellement, il est recensé chez la direction de l’Action Sociale «18 crèches sur tout le territoire de la wilaya», dira le DAS de Tiaret, M.  Gacem. Mais en réalité, ce chiffre est loin de refléter la réalité à voir pousser comme des champignons, ces crèches ou «garderies d’enfants» comme se plaisent à les qualifier certains du fait, d’une part, de l’absence ou du peu de contrôle, et d’autre part, d’une concurrence déloyale exercée par certaines personnes, des femmes surtout, qui ont ouvert leurs maisons pour «s’occuper d’enfants issus de familles aux revenus moyens, voire bas». Mises à part la CNAS et l’APC du chef-lieu de wilaya qui gèrent leurs crèches, les autres restent du ressort du privé, notamment d’anciennes enseignantes à la retraite ou reconverties. «Bien que l’offre dépasse la demande, il y a dans l’exercice de cette activité une certaine concurrence déloyale», tient à souligner d’emblée la patronne de la crèche «Ethouraya», Mme Bennadia qui a ouvert en octobre dernier. Son opération marketing sur fond d’enseignes et placards publicitaires a plutôt servie une concurrente qui exerce dans une espace mal approprié et en ayant recours à la casse des prix. Une situation délicate embarrasse cette femme battante qui a écourté sa carrière de professeur d’anglais pour intégrer ce milieu qu’elle croyait parfait.

09-358524586

En plus du loyer annuel exorbitant qu’elle s’acquitte pour son installation dans une villa plutôt cossue, elle dit : «arriver difficilement à joindre les deux bouts» car «sa crèche n’arrive pas encore à faire le plein du fait de ces hommes et femmes qui préfèrent payer moins ce qu’elle réclame elle pour ses client(es)».

En dépit des vacances scolaires, la crèche est à moitié vide mais les bambins s’appliquent. Ramzy à 3 ans arrive déjà à monter son puzzle, nous récite une sourate du Saint Coran et nous compte dans les deux langues de un à dix. Dépitée par la tournure que prend son «affaire», Mme Bennadia nous fait découvrir les lieux : Cour bien aménagée et pleine de jouets, chambres douillettes et confortables, classes, cuisine, salles d’eaux et une armoire pleine de cadeaux. Aller à la découverte des crèches n’est pas une sinécure. L’une d’elle qui s’appelle «L’Eden» est difficile à identifier au milieu de villas luxueuses au niveau d’un lotissement à proximité de la gare routière. Surpris de ne voir aucune plaque, ni enseigne, la patronne de «L’Eden» une retraitée, elle aussi, de l’enseignement dit «qu’elle ne peut offrir plus de 25 places comme l’exige la réglementation» et de renchérir : «Si on a enlevé les plaques, c’est pour que les gens cessent de nous solliciter». Elle nous fait visiter son antre et dit «continuer à faire tourner la maison plus par passion que par appât du gain». Mme Bouaffia explique qu’«avec 25 enfants, je ne peux pas rentabiliser au maximum cette crèche même si les prix sont fixés à 6000 dinars par mois et par enfant». Dans cette crèche, une partie des enfants (les 3-5 ans) en train de suivre un cours didactique sur fond musical, d’autres plus jeunes dorment comme des anges sous la protection vigilante de deux éducatrices.

P120729-11

La visite guidée des lieux renseigne sur le sérieux de cet établissement ouvert depuis 2006. Notre interlocutrice explique : «Nous gardons les enfants de 7h15 jusqu’à 17h avec au menu deux gouters et un déjeuner». Et de conclure: «Avec 25 enfants, je ne m’en sors pas», non sans pointer d’un doigt accusateur ceux qui font dans la concurrence déloyale, voire en outrepassant le décret 02-87 du 17 septembre 2008 ainsi qu’au cahier des charges relatif aux normes pédagogiques, d’espace, volume d’air, hygiène et sanitaires. Une crèche à la réputation surfaite recèle près d’une centaine d’enfants avec comme arguments pour convaincre certains parents des offres alléchantes jamais tenues. Mme Bouaffia qui conclut sur une note quelque peu triste, s’interroge sur le rôle des organismes de contrôle dont les services de sécurité, ceux de la santé, les services du commerce et la DAS. Cette dernière, par la voix de son directeur, «reconnait qu’en la matière, il lui faut du temps pour bien comprendre ce qui se passe» bien qu’«un service est désigné pour cette tâche».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57603

Posté par le Jan 9 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

9 Commentaires pour “Crèches : L’anarchie règne en maître !”

  1. OUERRAD en squatteur

    Aucune activite n est exempte de deformations voir de detournements , ainsi les creches deviennent de simple garderies d enfants .Les lois ne sont jamais respectees dans tous les secteurs , car les gens senses controler sont eux meme diminues .Dans quelque secteur que se soit , seul le bricolage compte , et aucun suivi n est serieux .Car on recompense pas les meilleurs et ne punit pas les defaillants ?Ainsi va ??

  2. badia

    Ainsi va, comme vous venez de mentionner, monsieur Ouerrad, les gens censes controler, sont eux-memes dimunies.
    on puni les meilleurs et on recompense les defaillants.
    En connaissance de cause, Ainsi va……..
    Cordialement

  3. lecteur assidu

    J’admire franchement.

  4. Mme CH

    Salam Squatteur, comment allez-vous…??? J’espère que le plus dur est passé…!

    Vous avez entièrement raison de dire que les personnes censées contrôlées sont démunies…!!!! Je dirais aussi qu’elles doivent être contrôlées par des contrôleurs qui doivent être contrôlés par d’autres contrôleurs et ainsi de suite…pour éviter l’histoire de l’arroseur arrosé….!!! Il n’ y a pas que les crèches qui doivent être contrôlées, il y a aussi les écoles privées et même publiques….!!!! Le travail nécessiterait d’être bien ficelé à l’amont et celui qui gaffe doit payer la facture….!!!

    Par ailleurs, si seulement les femmes qui n’avaient pas besoin de travailler resteraient à la maison pour préserver bien au chaud leurs chérubins, les éduquer et les protéger contre vents et marées, la société serait plus saine…!!
    Et on se demande pourquoi nos enfants manquent d’éffection, sont aggréssifs et n’écoutent plus ni leurs parents ni leurs maîtres, ni leurs voisins…etc…!!!

    Quant à badia, il a raison. Dans ce monde à l’envers, on a tendance à récompenser et à mieux considérer les incompétents, les médiocres et les oursons en peluches…..!!! Devinez pourquoi…???

    Amicalement…!!!

  5. Mouha

    je crois que ceux qui sont fideles ne verront pas de mal .alors ils n’ont qu »a se mettre a jour en disposant de ce permis d’entrée.dans le forum

  6. un ami

    Cela fait longtemps que je ne fréquente plus le journal
    une main occulte à qui Mr l’Administrateur lui fasse confiance veut du mal à notre journal,je dis à Mr l’Administrateur d’ouvrir bien les yeux notre journal meurt à petit feu le constat est là .

  7. ghosne

    On attend le nouveau règlement ! avec le changement de la page de garde et les publicités ??? du nouveau pour 2015! sans différence et sans sohba. NOTRE VILLE RESTERA AU DESSUS DE TOUT .Respects et encouragements

Répondre