La Voix De Sidi Bel Abbes

Une nouvelle vie de la célèbre « Clementine »

Clementines_whole,_peeled,_half_and_sectioned

Misserghine, une commune située à 14 km d’Oran, a pris une identité et une renommée tant agricole qu’historique, grâce à sa source d’eau douce dite «Eau de la vierge» et à ses vastes vergers de clémentiniers.

Elle a une place dans les pages de l’histoire depuis 1892 grâce aux manipulations génétiques élaborées par le frère clément (Vital Rodier) qui était directeur des cultures de l’orphelinat local et qui ont donné naissance à la clémentine de Misserghine. Ce fruit de grande qualité nutritive a eu l’honneur en 1902 de prendre le nom de son découvreur «le père Clément».

Malheureusement aujourd’hui, cet héritage, qui se voit remplacer par d’autres arbres qui demandent moins d’efforts, court un véritable danger de disparaître de sa terre natale.

Face à la gravité de cette situation, l’association algérienne Jeunesse et développement de Misserghine (wilaya d’Oran), avec le soutien financier du PNUD-Algérie et en partenariat avec la direction de la formation professionnelle de la wilaya d’Oran, le CFPA de Misserghine et l’Institut technique d’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAF), crée la première pépinière agrumicole de l’Ouest, dont l’objectif principal est la revalorisation et la sauvegarde de la biodiversité génétique et le patrimoine végétal de la région de Misserghine, ainsi que le savoir-faire des anciens jardiniers, notamment la greffe et la taille. Une fois créée, cette pépinière sera un outil d’accompagnement durant une formation de pépiniéristes agrumicoles, la première en son genre.

Trente jeunes seront formés à l’itinéraire technique de la clémentine et aux métiers traditionnels liés à ce patrimoine, notamment la greffe et la taille. Un apprentissage pratique des connaissances sera privilégié au sein de la pépinière. Cette pépinière agrumicole permettra aussi de multiplier et de réintroduire la clémentine de Misserghine, d’informer et de sensibiliser les différents acteurs sur l’importance de la préservation de ce  patrimoine végétal.

Source El Watan du 21.01.2015

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57958

Posté par le Jan 23 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “Une nouvelle vie de la célèbre « Clementine »”

  1. OUERRAD en squatteur

    Vous savez ou se trouve la statue du pere Clement , pere de la clementine ? Eh ben au fond du puit de l orphelinat a MISSERGHIN .J etais a la DDA d ORAN avant le premier decoupage adminitratif , l orphelinat a ete confie a la DDA .
    Quand , on a pris possession de celui ci , la premier action etait de jetter la statue dans le puit .40 ANSplus tard , on me parle de pepiniere agrumicole , alors qu il ne reste plus rien des belles terres de 74.C est comme l ecole d agriculture , decimee et 20 ans plus tard on nous parle d institut agronomique ?
    Le monde a l envers , c est le bricole qui continue ……

  2. Mustapha

    QU’A T’ELLE FAIT LA RÉVOLUTION AGRAIRE ???????????????????????????????????????????

  3. OUERRAD en squatteur

    L ANONYME C EST MOI PARDON

  4. Tewfik Adda boujelal

    UN PEU D’HISTOIRE

    L’histoire de la clémentine débute à Oran, au début du XXe siècle. Le père Clément, agronome en Algérie, sème des graines de mandarinier. Et, total fruit du hasard, parmi elles, s’épanouit un arbre complètement différent de ses congénères. Le religieux l’isole et récolte ses fruits : non seulement ils sont plus colorés, mais aussi plus goûteux que ceux de ses mandariniers. Le premier clémentinier est « né » !

    Baptisée en 1902

    Issu du croisement naturel d’une fleur de mandarinier et du pollen d’oranger, le fruit est baptisé « Clémentine » par la société d’horticulture d’Alger en l’honneur de son créateur.

    Le fruit, grâce à sa saveur douce, sa chair sans pépin et sa longue période de commercialisation, se popularise très vite sur les côtes méditerranéennes (Espagne, Maroc, Italie, etc.).

    source /Google.

  5. MOUHA

    @Mustapha;ce qu’a fait la révolution agraire,primo l’abattage des vignes qui jadis constituait l’attraction de la pluviométrie et consistait à un réseau atténuateur des effets de l’érosion,secondo, la diminution de la surface agricole utile SAU par l »utilisation irrationnelle des terrains versés pour l’urbanisation outrageuse et tertio,la vocation de fellah a disparu

Répondre