La Voix De Sidi Bel Abbes

Crainte du pouvoir : Bouteflika à partir d’Oran, invite les partis a mobiliser les larges franges du peuple pour les légisiatives.

A l’occasion du double anniversaire du 24 février (Création UGTA et nationalisation des hydro-carbures), le président de la république monsieur Abdelaziz Bouteflika était à Oran ce jour, il ne manquera pas dans un discours prononcé à Arzew où il s’est rendu ce matin de dire : « L’Algérie traverse actuellement une période « sensible ». Cet aveu est signé du président Abdelaziz Bouteflika, en visite de travail, ce jeudi 23 février, à Oran.  Cette période « sensible tant sur le plan interne qu’externe impose de composer avec ses exigences avec sagesse et sérénité, confiance et optimisme, à la lumière des orientations et des priorités de la stratégie nationale », a souligné le chef de l’État dans un discours prononcé à l’occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

« Notre pays passe par une période d’édification et de renouveau, dans une conjoncture internationale marquée par des mutations politiques, des tensions sécuritaires, des crises économiques et des interventions étrangères », a ajouté le président de la République, soulignant que le peuple algérien « a atteint un niveau d’éveil, de conscience et de maturité qui lui permet d’appréhender les dimensions et les défis du contexte actuel ».

Le peuple algérien « saisit l’importance des échéances et des engagements qui l’attendent et exprime ses revendications et ses préoccupations avec responsabilité sans succomber aux sinistres tromperies et aux comparaisons fallacieuses qui nous ramènent à une période funeste que le peuple algérien a définitivement dépassée », a encore dit le président Bouteflika dans son discours.

Dans ce contexte, les prochaines élections législatives revêtent une importance capitale, selon le chef de l’État. « Le prochain scrutin connaîtra une large participation des partis, y compris ceux nouvellement agréés, pour donner naissance à un parlement démocratique et pluraliste », a précisé le président de la République. « Le prochain parlement sera plus représentatif, plus diversifié, plus qualifié et surtout plus à même de poursuivre sa mission législative d’adaptation et de développement du dispositif législatif du pays, notamment l’amendement de la Constitution, en adéquation avec les mutations que connaît la société, la progression des réformes politiques et les exigences du développement accéléré », a‑t‑il ajouté.

La réussite des élections « demeure tributaire du niveau de participation des électrices et des électeurs au scrutin », a reconnu le président Bouteflika. Un faible taux de participation demeure la principale préoccupation des autorités. « L’administration est tenue de réunir les moyens nécessaires et les conditions idoines, mais il appartient en premier lieu aux partis de mobiliser de larges franges du peuple et de gagner les voix des électeurs ».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=11376

Posté par le Fév 23 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “Crainte du pouvoir : Bouteflika à partir d’Oran, invite les partis a mobiliser les larges franges du peuple pour les légisiatives.”

  1. boubakar benhaddou

    c’est tout ce qui veut notre gouvernement:le taux de participation! et bien c’est facile! que les candidats au « koursi » jurent que la cherete de la vie disparaitra,pas de harragas,nos « cervaux resteront au bled,les jeunes travailleront,on aura la vie belle quoi! exusez moi je reve bien sur puisqu’on ne va pas changer une equipe qui perd! soyez dignes d’etres candidats de changements radicaux sinon le meme scenario saison x des mercenaires se poursuivra au fil des generations!

  2. villa joly

    Pas un mot sur les scandales de sonatrach, pourquoi khalil a été limogé, pourquoi des pénuries de gaz, on a déjà oublié khalifa ou presque, et ils veulent que leurs rejetons soient leurs khalifas (successeurs), par la peur du lendemain qu’ils brandissent chaque fois qu’ils veulent se pérenniser dans le koursi, à quand l’alternance?

  3. Abbassi22

    Salam
    C’est un sujet qui me depasse donc c’est limpasse

  4. Abbassi22

    lire l’impasse

  5. Amyna

    Ce qui est encore écoeurant c’est tous ces gens qui sont venus applaudire le pouvoir en place. Ils deviennent hystériques à chaque mot prononcé par le président. Vite, ils ont oublié la misère dans laquelle vit le peuple. Pourquoi voter ??? et pour qui voter??? on prend encore les mêmes , on efface tout et on rebelote.

  6. Mohamed2231

    بسم الله الرحمان الرحيم ، السلام عليكم خاوتي ، لا لا يا أخي الكريم قادة سنوسي ، هذا الكلام الذي كتبته يعرفه الجميع و لكن لا نقوله و لا نكتبه على النايت ، هذا من نوع التحريض للخروج عن الحاكم ، و الخروج لا يجوز في الاسلام ، علينا بالصبر و الدعاء لحاكمنا بالصلاح و نقول : اللهم أصلح ولاة أمورنا و هيء لهم البطانة الصالحة التي تعينهم عن الأمر بالمعروف و النهي عن المنكر ، هل خرج أسلافنا وكان فيهم من أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم على يوسف الحجاج رحمه الله تعالى ، ويوسف الحجاج قتل حسب ما قيل أكثر من 600 عالم ، هل نحن أحسن من الذين ربهم رسول الله صلى الله عليه و ستم

  7. Saida

    Kada Senouci a traité notre président de pourriture, de dictateur et de colonisateur. Vous ne l’avez pas censuré . Il a fait ça dans plusieurs commentaires sans problème alors que vous avez censuré d’autres pour beaucoup moins de cela. Seulement pour avoir signalé des fautes d’orthographe.
    Enfin, On n’a pas le droit de traiter ainsi un chef d’etat.

  8. berkach

    SAIDA LA LOINTAINE BAIDA OUEL MACHINA GHALIA occupez vous par des comentaires personnels dites ceque vous pensez etes vous un comite de soutien nouveau

Répondre