La Voix De Sidi Bel Abbes

Coopération économique Algérie-France: Manuel Valls attendu à Alger les 8 et 9 avril

Manuel Valls, accompagné d’une forte délégation de chefs d’entreprise franco-algériens, viendra à Alger, les 8 et 9 avril prochain, pour parapher avec Abdelmalek Sellal cinq projets d’envergure.

C’est le «scoop» de ce forum ayant regroupé 300 chefs d’entreprise, annoncé avant-hier à l’hôtel Renaissance de Tlemcen, lors du forum économique Algérie-France, par Kaci Aït Yala, président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie France (CACI). Une diaspora qui regroupe près de 50 000 chefs d’entreprise d’origine algérienne à travers l’Hexagone. «La baisse du prix du baril de pétrole est une aubaine pour nous. Une crise qui nous incite à venir au pays pour ramener… de l’espoir», a souligné presque avec emphase M. Aït Yala, avant de préciser : «Les poches sont pleines de projets qu’on va présenter pendant la rencontre entre Sellal et Valls !»

Cinq projets d’envergure parmi les 32 identifiés seront signés en avril prochain pendant le sommet Sellal-Valls, dans le cadre de ce partenariat avec le FCE algérien, représenté à Tlemcen par Hocine Metidji  en l’absence de Ali Haddad. Il s’agit de la numérisation des hôpitaux et de la gestion des banques, du recyclage des déchets à Oued Tlélat, dans la wilaya d’Oran, de la fabrication des matériaux agricoles dont le site n’a pas été annoncé, un software pour la gestion des malades au niveau des institutions hospitalières et de leurs domiciles et enfin d’un autre ayant trait au gaspillage du pain.

Dans cette euphorie qui caractérise généralement ce genre de rencontres, il subsiste cependant du scepticisme et un climat de méfiance chez les opérateurs économiques. Un sentiment que M. Metidji a tenu à balayer dans son allocution : «L’Algérie vient d’adopter une nouvelle Constitution qui consolide la liberté d’entreprendre et d’investir. Cette Loi fondamentale scelle en outre l’engagement de l’Etat à œuvrer à l’amélioration du climat des affaires et à l’épanouissement de toutes les entreprises, qu’elles soient publiques ou privées (…).

En outre, l’Algérie a entrepris depuis des mois la reconfiguration du cadre juridique régissant l’investissement pour baliser la pression fiscale, améliorer l’accès au financement et au foncier, moderniser l’administration et assouplir toutes les procédures, favoriser la compétitivité des entreprises algériennes et étrangères implantées en Algérie…»

Kaci Aït Yahia a indiqué qu’«en France, il y a un climat d’investissement de 450 milliards de dollars. Une opportunité pour nous d’en faire profiter notre pays…» Les 800 entreprises activant sous l’égide du FCE, présidé par Ali Haddad, cumulent un chiffre d’affaires de 25 milliards de dollars et emploient plus de 250 000 salariés.

Approché, le consul général de France à Oran a rappelé le réchauffement des relations entre les deux pays : «C’est la symbiose des deux chefs d’Etat pour contribuer puissamment à ce réchauffement et c’est ce qui a permis au président Bouteflika de dire au président Hollande que jamais les relations n’ont été aussi bonnes. C’est une volonté de deux chefs d’Etat qui s’appuie sur une amitié profonde entre les peuples… Et puis, il y a une diaspora algérienne très importante en France…» Cette diaspora contribuera-t-elle à sauver l’économie nationale en cette période de vaches maigres ?

Partagé par Mémoria

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=67881

Posté par le Mar 19 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

29 Commentaires pour “Coopération économique Algérie-France: Manuel Valls attendu à Alger les 8 et 9 avril”

  1. Mémoria

    La visite de Manuel à Alger et qui n’est aucunement la première en Algérie indépendante,serait porteuse du message d’excuses de la République française au peuple algérien pour le crime de génocide au nom de la pacification par un gouvernement socialiste…!Enfin!!!

    • Mme CH

      Salam Grand frère…!!! ça doit être un poisson d’Avril, cette, histoire du message d’excuses et du gouvernement dit socialiste…hhhhhh….!!!! Justement c’est la révolution française qui a garanti le déclin de la valse…!!! Les premiers offices du parquet et des chaussures de cuir ont assuré le passage des pas sautés aux pas glissés, et c’est ce que Mr Valls viendra nous apprendre avec sa délégation qui comptera sûrement des étoiles bleues, des Corneilles noires et des Fars de Jerry…!!! N’est elle pas belle la vie…???? Ce qui est sûr c’est qu’en valsant, le couple se déplace sur la piste en tournant sur lui même…!!!

      Il ne faut pas oublier aussi que le beau gosse est amoureux de ladite Israël, lors d’un dîner au CRIF -passage obligé- il a déclaré que «l’antisionisme est synonyme de l’antisémitisme» (le Figaro, 7/03/2016), alors que vient-il faire dans un pays à majorité antisioniste, va-t-il nous traiter d’antisémites….?????

      L’auteur de l’article parle de 5 projets d’envergure, mais quand on lit, on n’y voit rien. Mais le meilleur projet c’est celui qui concerne le gaspillage du pain, alors là….c’est du Top…!!!! Bon comme toujours, les peuples ne voient que la partie apparente de l’iceberg, quant aux abysses il faudrait attendre un peu…!!!

      Mr Valls naturalisé français en 1982, défend Kamel Daoud qui renie ses origines et s’attaque à Karim Benzima qui a dit qu’il était fier d’être algérien…!!! D’ailleurs le nouvel avocat de Benzema a déclaré au micro de RTL: « « Manuel Valls a dans son équipe gouvernementale deux condamnés : M. Ayrault et M. Désir. Vous avez entendu Didier Deschamps contester la constitution de l’équipe du gouvernement ? Mais de quoi il se mêle le Premier ministre ? (…) Que chacun reste à sa place, de grâce. » « …Allez que chacun reste sur sa rive….!!!!

      Au fait, pourquoi il revient encore une fois en Algérie lui qui l’a échappé belle lors de sa dernière visite en rentrant sain et sauf là bas chez-nous….!!! A ne rien comprendre..!!!

      « L’erreur que commentent la plupart des gens est de penser que l’homme politique est un homme, alors que c’est un homme politique. » (G.K Chesterton)

      « À force de compter les moutons, je comprends pourquoi ils exercent une politique d’endormis. » (A. Carrette).

      « Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient vite. » (Talleyrand)

      Je pense à mon Bro Cheniti que je salue, lui le spécialiste des valses lentes…!!!!

      Mes Respects…!

  2. elabbasi

    bof si nous etions colonisés par les anglais peut que la situation serait differente. mais ona adopté le systeme français par heritage et les français regarde dans le mirroire leur propre systeme..j’espere qu’ils ne vont pas dire  »bureaucratie »
    y’a pas de solution pour le systeme français que les zones franches…les administrateurs ne font pas leurs boulots ils s’immissent dans le travail des autres..regardez comme ils veulent s’introduire dans les investissements privés, ils se propoesent d’accompagner le prive..mais le privé n’a pas besoin d’un administrateur pour l’accompagner..il va faire quoi en l’acompagnat?? le milieu des affiares et de l’industrie a ces propres propfessionel, au moins parler l’anglais..il veut acompagner le privé alors que le privé est en chine entrain de negocier des machines et des process de fabrication acheter des licences negocier un marcher etc..cet administrateur voudra l’accompagner mais ou le privé va le placer dans cette negociation la majorité de la discution est technqiue et technologique le reste c’est la finance poser les dollars et negocier et dans la majorité meme avec tes dollars rien n’est negociable..le pdg de renault algeire l’avait bein rapeler  »chacun a son role chacun son metier »
    on veut gerer l’economie par l’ancien systeme obsoléte basé sur la rente??
    allo fait moi entrer ma fille allo fait moi entrer mon cousin allo fait nous entrer notre ami allo allo allo allo..
    dans le systeme anglosaxon y’a pas d’allo..l’americain peut placer son fils comme PDG Mais lorque le resulat final n’est pas attent il dit a son fils  »va mon fils faire autre chose ce n’est pas ton metier »..c’est simple…l’economie ce n’est pas la monnaie, ce n’est pas la monnaie devise qui crée le developement mais c’est le developemnt qui crée la monnaie et ‘limpose comme devise..

  3. Mme CH

    Même si je ne partage pas tous les goûts et les couleurs de Mr Boujedra, je dois dire qu’il a écrit un bel article le 5 mars 2016, intitulé, : « les élucubrations de Mr Valls »..

    A part 4 ou 5 mots, je crois qu’il a bien résumé la valse musette de Valls…en voici les notes:

    « Un Premier ministre d’une puissance étrangère ne devrait pas venir fouiller dans le linge sale ou propre d’un pays en voie de développement et qui est en train de constituer son État national. Ni farfouiller dans les arrières boutiques de son conscient et de son inconscient collectifs. Votre rôle, Monsieur le Premier ministre, est de permettre au peuple français de vivre dans la dignité, la prospérité et la sécurité – ce que vous avez complètement raté ! – et non pas de faire l’éloge dithyrambique et délirant d’un écrivain algérien qui a tout à coup la grosse tête, jusqu’à renier tout ce qui fait son algérianité et se renier lui-même.

    Parce que cette personne a dit tellement d’insanités et de bêtises que 19 spécialistes français – ceux-là, vous ne pourrez jamais les déchoir de leur nationalité ! – de l’Islam et de sa civilisation et de la langue arabe et de son génie ont été obligés de rédiger une pétition démontrant scientifiquement que les analyses de cette personne tiennent du délire, de l’ignorance et de la haine de soi (Il souffre, dirait Frantz Fanon, du complexe du colonisé !) et peut-être qu’il a une très mauvaise conscience de la période où il était un islamiste
    fanatique.

    Lorsque l’Algérie traversait son enfer islamiste, vous étiez content vous et certains de vos camarades du Parti socialiste de son malheur ; et en particulier François Mitterrand, le chef de ce parti, qui a été un ignoble colonialiste et qui a fait guillotiner plusieurs de nos camarades musulmans, juifs et chrétiens.

    Le PS et depuis ses origines SFIO a toujours été un parti ultra-colonialiste et je ne vous dis pas qui est Guy Mollet, ni qui est André Lacoste, ni qui est Jacques Soustelle. Pas la peine ! Car vous étiez un de leur fervent admirateur.

    Avec votre propension à la guerre – vous voulez toujours aller casser du Syrien, non ? -, à la violence, à la haine et à l’incompétence brouillonne qui a mené le peuple français que nous aimons et que nous respectons à la mauvaise passe dans laquelle vous l’avez fourré sur tous les plans : le chômage, la pauvreté, le déclin de son prestige universel, le terrorisme que vous avez nourri avec vôtre incompréhension totale, la censure que vous imposez à la crème des intellectuels français courageux, tels Emmanuel Todd, Régis Debré, Michel Onfray et autres Colon, Baumann qui ont disparu de vos journaux et de vos chaînes de télévision, parce qu’ils ne pensent pas comme vous !

    Sans oublier ce pauvre Dieudonné que vous persécutez parce qu’il fait son travail de … clown. Par contre vos amis, tels B.H. Lévy ou Finkelkruat ou Gluksmann, ceux-là tiennent le haut du pavé médiatique, sans aucune vergogne. C’est en vous comportant hystériquement, comme vous l’avez fait dans cet article paru le mercredi 2 mars concernant cet écrivain algérien que vous faites mal à la France, que vous la dégradez et que vous la mettez en danger.

    Lors de votre visite à Alger en 2015, vous aviez dit que vous l’aviez échappé belle en rentrant sain et sauf dans votre pays. J’espère que vous n’auriez pas le même sentiment après la lecture de cet article….. »……. en plein dans le mille…………Amen…!

    Quand on est amoureux des étoiles bleues, le croissant n’a pas sa place dans le cœur…!! Mais, on connaît la nature de la politique, des politiciens et des politicards qui pratiquent presque tous la danse du ventre pour séduire le Sultan….lors d’un Dîner ou dans une loge….où on ne boit jamais du café pur arabica……!!!!

    Mais, il faut dire que c’est un homme très charmant (puisque de mère arabe selon le livre d’Emmanuel Ratier) alors avis à nos ministresses de ne pas tomber sous le charme, car une valse de trop peut faire tourner la tête….(rires) n’est ce pas Mr elabbassi…???

  4. Amirouche

    Vamos, vamos, il ne faut pas oublier qu’à l’iviernos 2015, el caballero Valls n’avait pas accepté el decisión du maire Ménard de Béziers quand ce dernier avait rebaptisé la calle du « 19 mars 1962 », en el calle du « commandant Denoix de Saint-Marc », y el ministro Manuel s’est fâché comme el toréro diciendo que  » la nostalgie de l’Algérie française n’apportera rien de bon, tout en conseillant le FN de regarder vers el futuro … »
    Mais atención mis amigos, una proverbio espagnol dit « Del dicho al hecho, hay mucho trecho », qui veut dire « De la parole à l’acte il y a un long chemin « …S’il y a parole en el mondo !
    Adiós amigos

    • Mme CH

      Querido hermano….puisque les Nostalgériques ont été cités, et afin de rendre à César ce qui est à César, voici la réponse de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca) au billet de Nicolas Sarkozy sur le 19 Mars.

      « En bon pompier pyromane, l’ex-président de la République déplore, dans un billet du Figaro de ce jour, que la commémoration du cessez-le-feu du 19 mars 1962, ravive la guerre des mémoires.

      C’est la polémique qui ravive la guerre des mémoires.

      Prendre en compte la seule souffrance des rapatriés et des Harkis à cette occasion, c’est oublier, de manière au moins aussi déplorable, que la population de notre pays est toujours composée de plus d’un million d’anciens soldats du contingent souvent engagés contre leur gré dans ce conflit, et aussi, des familles des 30 000 militaires tombés sur le sol d’Afrique du Nord entre 1952 et 1962.

      C’est oublier que le cessez-le-feu du 19 mars 1962 a été ressenti avec soulagement par des milliers de familles, au point que celui-ci a été approuvé lors du référendum du 8 avril 1962 organisé par le général de Gaulle, par 90,8 % de nos concitoyens. C’est oublier que la seule association spécifique des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie, la Fnaca, forte encore aujourd’hui de plus de 320 000 membres, rend hommage aux victimes de ces conflits, le 19 mars de chaque année…depuis 1963 !

      C’est oublier qu’il existe dans notre pays, plus de quatre mille lieux de mémoire, rues, places, portant la date du 19 mars 1962, que seules deux municipalités d’extrême droite ont osé débaptiser.

      C’est oublier enfin que la loi du 6 décembre 2012, instaurant une Journée nationale du souvenir et de recueillement le 19 mars de chaque année, a été votée au Parlement, avec l’approbation d’un certain nombre de députés et sénateurs proches de M. Sarkozy.

      C’est la polémique politicienne qui ravive la guerre des mémoires.

      Le moyen le plus convenable de rendre hommage à ceux qui ont sacrifié leur vie pour la France, au moment de la sonnerie aux morts, c’est le silence ! »

      Cela ne va pas plaire à toutes les Corneilles noires, surtout, aux sympathisantes de l’OAS…!!!

  5. Mme CH

    Salamos Amigos…!!! « Le mérite et la grandeur d’un homme ne se doivent mesurer qu’à ses actes. » (E.F De Vernage 1690).

    Dalida avait chanté Paroles paroles
    Encore des mots toujours des mots
    Les mêmes mots
    Je ne sais plus comment te dire
    Rien que des mots

    Quant aux acciones elles doivent avoir el acuerdo du Crif…!!!!

    On sait qu’il y a la politique de façade et la politique derrière les rideaux ou dans les loges fermées…car les Nostalgériques se trouvent aussi au PS…!!!!!! N’oubliez François Mittérand et sa Saga, même dans les années 90….!!! Mais certains atlantistes savent valser sur les deux pieds….!!!!

    Au FN on est au moins, moins hypocrite, car l’espèce des Caméléons qui ne sait plus de quelle couleur elle est, lorsqu’elle se regarde dans une glace peut être très dangereuse surtout qu’elle flirte avec les étoiles bleues….!!! La preuve….!!!

    Ou est passé mon chère Cygnus « Azizen »…

    Fraternalmente…!!!

    • Amirouche

      Mme CH

      Querida amiga

      El caballero Manuel avait dit en el periodico (Média-press-info)  » …qu’être contre l’État d’Israël c’est être « antisémite », et el journalisto qui s’est posé cette questioune légitimos :  » Que pense el hombre Valls de tous ces sionistes qui sont contre un État de Palestine ? Sont-ils aussi « antisémites » ?!
      Ou ès passato el chica señorita Imène Azizanos….Mdrrrrrr

      Salamos harrosse

  6. Mme CH

    ReSalamos Amigos…!!! La respuesta is si por supuesto….!!! Car le bonhomme sait bien qu’on ne peut pas valser sans être amoureux….!!! L »élève qui a dépassé le Maître en matière obédience à ladite Israël avait affirmé en 2011 lorsqu’il était maire d’Evry et député de l’Essonne : « je suis lié de manière éternelle à Israël » clair net et précis..surtout qu’il s’est marié avec une juive…!!!! Le résultat: il est aujourd’hui Premier ministre…!!! Et demain qui sait….???? N’est elle pas belle la vie colorée en bleu…!!!

    L’ancien président du Conseil constitutionnel, Mr Roland Dumas a déclaré le 16 février 2015 sur BFMTV et RMC: «  »Sous prétexte que je défends les Arabes contre les Israéliens, il m’a agressé un jour alors que je le connais à peine. […] Chacun sait qu’il est marié avec quelqu’un…. quelqu’un de très bien, je dirais, qui a de l’influence sur lui ».

    La Chica Azizanos nécessite un Balaghos…!!!

    Salamos Harrosse sans Hrissassos…..mdrrrrrr..!!

    • Imène

      Mme CH , 3mirouche , Mohamed
      Ami(es) Vdsbéens ..
      J’ai l’immense douleur de vous faire part du décès de Mam..- Rahimaha Allah –
      Je vous demande juste , vous mes frères , ma soeur , mes amis (es ) de la Voix , de tout Bel3abbes, d’avoir une pensée pieuse , un doua’a , pour elle dans vos prières .
      Je reviendrai vers vous in chaAllah , dès que les choses rentrent dans l’ordre .
      Salam aleikum

  7. Mémoria

    @Au Cygne …!

    Accords d’Evian : Pas de clauses secrètes

    PUBLIE LE : 18-03-2016 | 20:33 par Elmoudjahid.dz

    L’historien Madini Bachir a indiqué «qu’il n’y a aucune clause secrète» entre l’Algérie et la France dans les accords d’Evian qui ont été sanctionnés par un cessez-le-feu le 19 mars 1962. Lors d’une conférence animée au forum de la Sûreté nationale à l’occasion de la fête de Victoire, M. Madini, qui enseigne l’histoire à l’Université de Blida, a précisé «qu’il n’y a aucune clause secrète entre les délégations algérienne et française dans les Accord d’Evian», en voulant pour preuve l’absence de documents attestant la thèse contraire et les déclarations du porte-parole de la délégation algérienne aux négociations d’Evian, Rédha Malek, à maintes occasions.
    «Le maintien de certains aérodromes et installations militaires, à l’instar de la base de Mers El-Kébir après l’indépendance, est prévu dans les clauses des Accords d’Evian», a-t-il affirmé, soulignant que «la récupération par l’Etat algérien de ces installations militaires françaises comme la base de Mers El-Kébir, en mars 1968, et son renoncement à certaines clauses des accords étaient une nécessité imposée par les dépassements commis par les autorités françaises». L’écriture de l’histoire doit être objective et s’appuyer sur des documents, a soutenu l’historien, estimant que «de nombreux écrits étrangers sur l’histoire de l’Algérie sont dépourvus d’objectivité». Rappelant que les
    Accords d’Evian, signés le 18 mars 1962, avaient permis à l’Algérie de sortir du joug colonial et d’accéder à l’indépendance, il a appelé les jeunes à préserver la sécurité, la stabilité et l’unité nationale.————————————————————————–
    LeSoirdAlgerie.com 16 juin 2012 :

    -Pr Abdelmadjid MERDACI

    Qui parmi les spectateurs de la station d’Alger de la télévision française s’attendait, ce 17 juin 1962, à voir et à entendre le Dr Chawki Mostefai, responsable du groupe FLN de l’Exécutif provisoire faire état d’un accord entre le Front et l’OAS et qui des Algériens en ont aujourd’hui connaissance ?
    L’accord, confirmé le soir même par Jean- Jacques Susini, responsable politique de l’OAS, dans une émission pirate, pour autant qu’il ait pu aussi surprendre acteurs et observateurs du conflit, n’en marque pas moins une inflexion décisive dans le cours de la transition vers l’indépendance mise en place par les accords d’Evian de mars 1962. Il est pour le moins notable qu’en cinquante années d’indépendance et de polémiques récurrentes de légitimité ou portant sur tel fait ou tel acteur de la guerre d’indépendance, cet épisode, non dénué d’enjeux dans un contexte d’extrême violence, ait été à ce point scotomisé et littéralement effacé de la mémoire collective nationale. L’accord du 17 juin 1962 est-il ainsi stricto sensu un non-événement à la fois dans la liturgie patriotique instituée — dont il ne pouvait que bouleverser les postulats héroïques et populistes — mais aussi dans les élaborations académiques d’un récit national et tout autant dans les recherches — souvent d’une grande diversité — engagées y compris en France même. Dans ses mémoires, le président de l’Exécutif provisoire Abderrahmane Farès, qui avait joué un rôle de premier plan dans la conduite de ces négociations, a priori improbables, souligne que cet accord «amena le miracle de la fin immédiate de l’OAS et de la guerre d’Algérie» (1). Ce seul titre justifierait que l’on s’y intéressât et que l’on rappelât ce que fut l’OAS, ses objectifs et les conditions qui présidèrent aux négociations avec le FLN.
    1- Les illusions meurtrières de l’OAS
    Formellement mise sur pied en Espagne en février 1961 par un groupe d’ultras de l’Algérie française exilés ou entrés en clandestinité au lendemain de l’échec de «la semaine des barricades», l’Organisation armée secrète, OAS, s’enracine en Algérie même au lendemain de l’échec du putsch des généraux d’avril 1961 et avait vocation à fédérer civils et militaires engagés dans la défense, par tous les moyens, du maintien de l’Algérie française (2). Des assassinats ciblés de Me Popie et du commissaire Gavoury jusqu’à ceux de Château Royal où périront Mouloud Feraoun et ses compagnons, l’OAS prétend d’abord frapper «là où elle veut et quand elle veut» avant de faire sans nuance du musulman algérien — et cela comprend largement les Algériennes — l’objectif déclaré de son action. Que le but ait été de contraindre d’une part le FLN à réagir et par effet d’entraînement cheviller encore plus l’armée française aux intérêts des activistes de l’Algérie française faisait peu de doute. La stratégie de «faire basculer l’armée» se comprenait, comme l’explique sans ambages Jean- Jacques Susini, responsable politique de l’OAS : «Nous envisagions un nouveau coup de force, le putsch avait échoué, mais un autre soulèvement de l’armée pouvait réussir, pensaient les militaires. Comment, avec quels chefs et quelles unités ? Nous en discutions. Pour moi, l’atout majeur restait la mobilisation de la population, de la population en armes. Il fallait établir une passerelle entre les civils en armes, les unités territoriales pour simplifier et le reste de la population.(3) Ce rappel, d’une source aussi autorisée, remet en perspective les conduites et les responsabilités des Européens d’Algérie, principalement à Oran et dans la capitale où ils étaient fortement implantés, durant cette meurtrière séquence (4) dont témoignent aussi les journées des casseroles ou du ruban qui visaient à rendre audible et visible la réalité du soutien dont bénéficiait l’OAS. «La population était de notre côté. Nous trouvions des relais partout», précise Jean- Jacques Susini qui ajoute : «Nous étions comme un poisson dans l’eau dans la population algérienne» (5). La circulaire 29 de février 1962 du général Salan — Soleil, dans la clandestinité — codifiait ce qui allait être connu comme la politique de la terre brûlée dont l’objectif déclaré était de rendre inapplicables les accords annoncés entre le GPRA et le gouvernement français (6) et requerrait explicitement l’extrême violence de l’organisation, autrement dit des Européens engagés dans la défense de l’Algérie française. Il s’agit bien ainsi d’une guerre comme en rend compte sans ambiguïté Susini qui ciblait d’abord — ce sont ses termes — les «pro- FLN» et devait par la suite s’élargir aux éléments de l’armée française dans laquelle les civils européens en armes ou pas ont pris une part active et à divers niveaux du renseignement ou de l’action. «En mai 1962 — relève Jean-Pierre Peyroulou —, le préfet de police d’Oran Biget estimait que la sécurité publique, les renseignements généraux, la police de l’air et des frontières, ainsi que la police judiciaire composées à 90% de pieds-noirs étaient inutilisables pour le maintien de l’ordre» (7). Toutes les cibles visées lors de l’expédition punitive montée par le Commandant Azzeddine et les hommes de la Zone autonome d’Alger le 14 mai 1962 étaient des civils en armes connus comme tueurs de l’OAS (8). S’il est, sans surprise, controversé le bilan des opérations de l’OAS — qui aurait fait, selon le préfet de police d’Alger Vitalis Cros, trois fois plus de victimes que le FLN entre 1956 et mai 1962 — pour les seuls deux mois de mars à mai 1962, s’établit à ce niveau insoutenable de mille six cent cinquante- huit tués et cinq mille cent quarantehuit blessés dont quatre vingt cinq pour cent (85 %) de musulmans selon une source du commandement militaire.
    2- Les voies improbables d’une négociation
    Si l’OAS pouvait sans conteste se prévaloir du soutien d’une large part des Européens d’Algérie — y compris dans les services publics et l’administration — sa capacité de nuisance et de négociation était jour après jour affaiblie à la fois par le poids de dissensions internes et par le démantèlement progressif de sa direction — notamment l’arrestation de Salan — mais de manière plus déterminante par le nouveau contexte politique né des accords d’Evian. Susini prend acte du délitement de l’organisation et fait le constat que les Européens d’Algérie devaient faire le deuil de l’Algérie française et au terme de réflexion estime qu’il fallait «changer d’axe. Prendre langue avec l’aile modérée du FLN pour tenter d’obtenir des garanties en faveur des Européens qui décideraient de rester en Algérie» (9), mais l’initiative de la prise de contact est celle de Abderrahmane Farès, président de l’Exécutif provisoire, convaincu que «la seule solution — au climat de violence qui prévaut — est de rencontrer Susini» (10) qui fait passer le message par ses réseaux d’amitié. La première rencontre, le 18 mai, dans l’appréhension et la tension, a lieu dans une ferme de l’Alma où Farès se rend seul et sans protection. Susini parle de garanties pour les Européens, Farès explique que celles-ci sont largement assurées par les accords d’Evian y compris l’amnistie des faits liés à la guerre. La président de l’Exécutif provisoire, après s’être assuré que Susini parlait bien au nom de l’OAS, évoque une trêve comme signe d’apaisement — Susini appellera effectivement à la suspension des opérations — et s’engage à informer rapidement le GPRA de la rencontre et de son contenu. Son émissaire Boutaleb arrive à Tunis à l’heure où toute la direction du FLN était réunie en congrès à Tripoli et en dépit du contretemps une seconde rencontre au domicile de Jacques Chevalier à laquelle prend aussi part le colonel Gardes. L’OAS qui s’interroge sur la sincérité de Farès choisit de mettre la pression sur les Algériens et le colonel Godard fait savoir que des opérations sont envisagées pour faire sauter les égouts d’Alger et agite la menace d’un bombardement de La Casbah et de Belcourt. Le 7 juin, Farès en compagnie de Benteftifa et du Dr Chawki Mostefai, dûment informé des tractations secrètes, se rend à Tripoli où il fait adouber sa démarche par Ben Bella. «Au point où on en est, il ne peut être question d’un accord écrit. Trouvez une formule orale. L’essentiel est que le référendum puisse se tenir» (11) les instruit ce dernier, puis à Tunis où il rend compte au président Benkhedda. Mostefai est officiellement mandaté pour poursuivre les négociations et le président du GPRA confirme aux deux responsables que la position exprimée par Ben Bella, à savoir négocier mais pas d’écrit, est bien tout à fait celle du GPRA. Dans un témoignage rendu public à la fin des années quatre-vingt-dix, le Dr Mostefai est bien plus précis que Farès sur les atermoiements des deux clans qui se disputent le contrôle du GPRA dont il ressort que l’assentiment à la poursuite des contacts avec l’OAS — une première fois interrompus sur injonction du président du GPRA — obtenu du bout des lèvres ne présageait en rien de la lecture qui en serait faite plus tard. Les membres de l’Exécutif provisoire rentrent à Alger avec une idée plus précise des dissensions au sein de la direction du Front et le sentiment de l’urgence dans la conduite des négociations. L’ultime rencontre, en présence du Dr Mostefai, se tient dans l’après-midi du 15 juin au domicile de Tine. Le représentant du FLN précise d’entrée qu’il ne pouvait y avoir d’accord FLN/OAS dès lors que les accords d’Evian avaient réglé toutes les garanties exigées par le gouvernement français mais il s’engage à faire une déclaration radio-télévisée confirmant toutes les assurances sollicitées. Susini, qui ferait une déclaration publique, donne son accord à la démarche suggérée par les plénipotentiaires algériens. Les deux parties conviennent que les textes des déclarations seront soumis à approbation par chacune d’entre elles. Un épisode inédit prenait ainsi fin qui allait se rajouter aux lourds contentieux spectaculairement révélés par la réunion de Tripoli au sein de la direction du FLN. Relevant les faux-fuyants des uns, les calculs des autres, Ali Haroun note que : «Dans une atmosphère délétère, prélude aux funestes événements qu’allait vivre l’Algérie, une fois éteints les lampions de l’indépendance, aucune voix ne pouvait soutenir les efforts conjugués du Dr Mostefai et du président de l’Exécutif, soucieux avant tout de préserver au mieux le potentiel du pays déjà saigné par sept années et demie d’une guerre atroce.» (12) L’accord FLN/OAS sera, sans surprise, convoqué dans les luttes de pouvoir, désormais à visage découvert, et conduit les trois responsables de l’Exécutif provisoire à déposer leur démission le 27 juin. Pour autant qu’il visait, du point de vue de l’OAS, à garantir la présence et les droits des Européens dans l’Algérie indépendante en devenir, cet accord aura rapidement été vidé de son contenu par ce qu’il est convenu de désigner comme «l’exode» des Français d’Algérie vers la France. Pourquoi alors y revenir dès lors qu’il n’impactera pratiquement pas la tenue du référendum du 1er juillet et principalement le contenu de l’indépendance algérienne ? La raison la moins discutable est historienne car enfin cet accord fait partie de l’ensemble de l’entreprise de libération nationale conduite par le FLN et qu’un demi-siècle après la consécration de l’objectif de l’indépendance la seule sanction désormais légitime du passé est celle de connaissance qui attend encore, dans notre pays, la levée des peurs et des interdits. Sur un autre registre, il ne peut échapper à l’observation que la situation et les positions des Européens d’Algérie au cours de la guerre d’indépendance algérienne continuent de faire l’objet de manipulations, de mensonges et d’approximations qui, en l’absence de mises au point précises du côté algérien, ont acquis d’une part une capacité d’impact sur les débats franco-français — ouvrant droit notamment à un cours clairement révisionniste au sein de la recherche française — et constituent d’autre part une hypothèque à laquelle les dirigeants français se sont objectivement résignés dans leur appréciation des relations entre les deux Etats. La loi du 23 février 2005 — prônant la reconnaissance et l’enseignement des aspects positifs de la colonisation — en offre l’exacte illustration alors que la commémoration du cinquantenaire en France avait vu se dresser — à Nice, Evian, Nîmes, Marseille, entre autres — les oppositions parfois violentes d’organisations dites de «rapatriés» souvent soutenues par les élus de l’ancien parti présidentiel UMP alors que les plus virulentes d’entre elles travaillent activement — c’est notamment le cas à Perpignan — à une claire réhabilitation des figures de l’OAS dans l’espace public français. La spectaculaire décoration, par le président français sortant, d’Hélie de Saint Marc, officier putschiste d’avril 61 condamné par la justice française, appelle toute l’attention sur ce qui ne s’inscrit plus sur le seul registre d’une «guerre des mémoires».
    3- Une construction victimaire : «les rapatriés»
    L’accord du 17 juin 1962, qui à l’exigence formelle du FLN ne devait supporter qu’une déclaration publique dès lors qu’il ne pouvait contrevenir à la lettre et à l’esprit des accords d’Evian, demeure un marqueur important des conduites des Européens d’Algérie d’abord en ce sens qu’il scelle sans ambiguïté la fin formelle de l’Algérie française. L’OAS reconnaissant en effet la réalité d’une République algérienne s’attachait à négocier les termes d’une représentation de la communauté européenne dans les institutions du nouvel Etat. L’accord aura été, sur le terrain, impuissant à juguler la stratégie de départ à laquelle se ralliait un nombre de plus en plus important d’Européens alors que l’interdit qu’avait expressément fait peser l’OAS sur toute forme de sortie d’Algérie n’avait plus d’effet dissuasif. Il importe de relever que les conditions dans lesquelles les Européens d’Algérie avaient fait le choix de quitter une Algérie qui n’était plus française procédaient principalement de mouvements internes à la communauté et qu’en tout état de cause ce choix ne s’est pas effectué sous la contrainte d’un FLN — par ailleurs réputé militairement défait — ni de violences directes de la part des musulmans algériens. Déclinant les divers motifs du départ massif des Européens d’Algérie, le journaliste Pierre Daum retenant en particulier la peur des représailles en raison de l’engagement dans les rangs de l’OAS relève : «Pourtant une grande majorité d’Algériens n’a pas manifesté d’esprit de vengeance et leur étonnement était grand au moment du départ en masse des Européens.» (13) Ces départs se sont échelonnés sur plusieurs mois au cours de l’année 1962 et on sait désormais, avec la publication de l’ouvrage de Pierre Daum(14), que d’une part ils n’avaient pas concerné la totalité des Européens d’Algérie — quelques deux cent mille feront le choix de rester —et que d’autre part et en dépit du contexte politique algérien particulièrement difficile, il n’y eut aucune violence visant les Européens dans le pays. L’attention peut être recommandée, dans les entretiens d’un grand intérêt de l’auteur avec ces «pieds-noirs» qui sont restés en Algérie, sur le cas de cet héritier d’une grande entreprise de transport de Blida, engagé dans les rangs des forces spéciales françaises, ayant combattu les armes à la main les maquisards de l’ALN et qui finira cadre supérieur dans les institutions de l’Etat algérien indépendant. La littérature, y compris celle des historiens, reconduit cependant sans plus d’examen la thèse du «million d’Européens» contraint à «l’exode», sans qu’il soit clairement rappelé que le choix du départ — qui n’est pas dénué de fondements politiques — s’inscrivait tout à fait en contrechamp des engagements des négociateurs d’Evian et il est utile de rappeler que cette question, celle des garanties reconnues aux Européens d’Algérie, aura été l’une des pierres d’achoppement des négociations entre le gouvernement français et le GPRA et une lecture, même rapide, des accords d’Evian suffira à faire justice de la position algérienne. Il est même justifié de soutenir que l’hypothèse d’un départ massif des Européens n’aura pas réellement retenu les négociateurs du GPRA. «A l’époque, nous avions tous les deux — négociateurs algériens et français — estimé au minimum à 600 000 le nombre des Français qui resteront. Les évènements nous ont démentis», rapporte Lakhdar Bentobbal, ministre de l’Intérieur du GPRA. (15) Dit plus simplement, le FLN n’a ni imposé ni accéléré le départ des Européens d’Algérie qui renvoyait moins à une stratégie «d’épuration ethnique » aujourd’hui imputée plus ou moins explicitement aux dirigeants algériens qu’aux choix politiques des Européens d’Algérie au cours de la guerre et notamment dans la séquence meurtrière de l’OAS. Un courant particulier de la recherche en France s’attache depuis quelques années à légitimer la reconstruction victimaire des «rapatriés» en effaçant sans autre forme de procès la responsabilité des uns et des autres dans le cours de la guerre. Sans doute serait-il injuste et inapproprié de tenir, sans distinction, toute la communauté des Européens d’Algérie pour partie prenante des crimes de l’OAS mais le fait est que ceux qui s’en démarquèrent ne furent pas suffisamment nombreux pour peser sur le destin collectif. Hommes en armes et en guerre, ils demeurent ainsi éligibles aux lectures admises des conflits et en l’espèce figurent-ils bien dans les rangs des vaincus de la guerre d’indépendance et en aucune manière dans la catégorie des victimes. Les images récurrentes — assurément pathétiques — de files dans les ports et les aéroports ne disent pas tout et sur tout le monde et masquent sous l’émotionnel ce qui relève sans ambiguïté d’une fin de guerre. Il s’agit bien, pour l’essentiel, du cortège des vaincus. Cette position doit être assumée — Susini pour sa part revendique sans ambiguïté ses engagements — et non plus masquée par une construction victimaire qui sature, dans la complaisance et les calculs politiciens, l’espace public français depuis des décennies. En la matière, les victimes sont celles du terrorisme aveugle de l’OAS niées en France et facilement oubliées en Algérie et le rappel de leurs mémoires devrait mettre le sang sur les mains qu’il faut et réserver la compassion à ceux qui y ont droit. Cinquante années après l’accord du 17 juin — dont la singularité tient aussi au fait que ce soit la seule négociation formelle entre représentants des autochtones musulmans et ceux des communautés migrantes européennes en plus d’un siècle de colonisation — aucun éclairage n’est venu, du côté algérien, informer la réflexion ou réactiver les mémoires sur les rapports entre communautés d’une part et plus précisément sur leurs positions et leurs responsabilités durant la guerre d’indépendance. Comme si Alger n’avait pas encore appris que le silence ne pouvait indéfiniment apprivoiser l’histoire. De l’autre côté de la mer, les anciens de l’OAS qui s’en revendiquent et dressent des stèles, les harkis — sans doute aucun stigmatisés et ostracisés par la République française mais dont il faut bien rappeler que l’histoire violente ne peut se réduire aux chiffres fantaisistes de massacres de 1962 — continuent de figurer les victimes d’un fanatisme algérien sans cesse remis au goût du jour. En juin 1998, dans un échange avec le Dr Mostefai, le président Benkhedda écrit : «En fin de compte, je me dois malgré tout de rendre hommage aux frères du groupe FLN de l’Exécutif provisoire pour avoir conclu l’accord avec l’OAS. L’histoire leur a donné raison. Ils ont sauvé la population d’Alger d’un bain de sang et évité à la capitale algérienne des destructions massives et ruineuses. La nation leur en saura gré.» (16) «C’est à toi en premier lieu que la nation devrait être reconnaissante puisque sans ton accord, l’opération n’aurait jamais eu lieu», observant que «l’hommage aux frères de l’Exécutif provisoire» aurait plus de sens en juin 62. (17)
    A. M.

    NOTES
    1-Farès (Abderahmane) : «La cruelle vérité» Casbah Editions-Alger 2000.
    2-Dard (Olivier) : Voyage au cœur de l’OAS» Perrin Editions Paris 2005.
    3- Legendre(Bertrand) «Confessions du N° 2 de l’OAS».
    4-Dard op cité
    5-Legendre op cité
    6-Dard op cité
    7- Peyroulou (Jean-Pierre) «Guelma,1945» Editions La Découverte Paris 2009.
    8-Dard op cité.
    9-Legendre op cité.
    10 Farès op cité.
    11- Cdt Azzeddine : «Et Alger ne brûla pas» ENAG Editions Alger 1997.
    12- Haroun (Ali) «L’été de la discorde» Casbah Editions Alger 2000.
    13 Daum (Pierre) «Ni valise ni cercueil» Editions Acte Sud Paris 2012.
    14 Daum op cité.
    15 Daum op cité.
    16 : Dr Mostefai (Chawki) Dans les coulisses de l’indépendance Témoignage.
    17 Dr Mostefai (Chawki) op cité.

    LES PROTAGONISTES
    Abderrahmane Farès
    Notaire, ancien élu au Conseil général d’Alger, ancien président de l’Assemblée algérienne. Placé à le tête de l’Exécutif provisoire chargé de la transition aux termes des accords d’Evian. C’est lui qui prend l’initiative des premiers contacts avec Susini.
    Dr Chawki Mostefai
    Militant indépendantiste, membre du comité central du MTLD. Il représente le FLN à Tunis puis à Rabat avant d’être désigné à la tête du groupe FLN de l’Exécutif provisoire. Il lui revient de rendre publics, sur les ondes de la radio et de la télévision, les termes de l’accord FLN-OAS.
    Jean-Jacques Susini
    Etudiant en médecine, milite dans les rangs des syndicats ultras en France avant de revenir à Alger. Condamné pour sa participation à la semaine des barricades, réfugié en Espagne, il prend part à la création de l’OAS en janvier 1951. Chargé de l’agitation-propagande dans l’organigramme de l’organisation, proche du général Salan ; il est considéré comme le premier responsable politique de l’OAS. Conduit les négociations avec les représentants du FLN et donne lecture de l’accord lors d’une émission radio pirate le 17 juin.
    Jacques Chevalier
    Ancien maire d’Alger, considéré comme l’une des figures libérales de la communauté européenne, il avait associé des élus du MTLD à son conseil municipal. Ancien ministre dans le gouvernement Mendès France, il joue un rôle de médiateur dans les négociations FLN-OAS qui se déroulent, en partie, dans son bordj d’El-Biar.
    Jean-Marie Tiné
    Entrepreneur, proche de Jacques Chevalier, il met sa villa à la disposition des négociateurs le 15 juin et prend part à la rencontre décisive.

    La déclaration du Dr Mostefai
    «Je sais le désarroi dans lequel vous êtes. Vous vous posez des questions sur votre avenir dans ce pays, sur votre sécurité, sur le respect de votre personnalité et de votre dignité d’hommes. Ces sentiments ont été exprimés par des dirigeants des organisations syndicales et professionnelles, et en particulier par les dirigeants de l’OAS avec lesquels nous nous sommes entretenus. Et si j’ai participé à cet entretien c’est parce que son utilité a été reconnue par les dirigeants algériens dont vous entendez recevoir les assurances nécessaires. »
    La déclaration de Jean-Jacques Susini
    «Au nom du haut commandement de l’armée secrète, Jean-Jacques Susini vous parle. Algériens musulmans et européens, depuis la conclusion de l’accord du 17 juin entre le FLN et l’armée secrète, vous attendez, par delà des paroles d’espoir, de solides raisons d’espérer. Certes, vous avez souscrit aux paroles d’apaisement de part et d’autre mais pour reprendre confiance, les assurances positives vous manquaient encore. Ces assurances commencent aujourd’hui à être données. Les accords du 17 juin entrent progressivement en application. Les internés administratifs ont été libérés. Le recrutement d’une première phalange de 225 ATO européens a été décidé par l’Exécutif provisoire. Cette mesure inaugure la participation des Européens au maintien de l’ordre et constitue un premier gage de sécurité pour les Algériens d’origine européenne mais leur donne l’occasion de manifester leur loyalisme vis-à-vis de l’ensemble du peuple algérien. Un premier pas a donc été fait dans la réalisation des accords conclus. Dans ces conditions, le haut commandement de l’armée secrète vous invite, européens d’Algérie, à reprendre confiance et à répondre à l’appel que le général Salan vient de nous adresser à tous.»
    —————————————————————————————

    Bonne lecture pour les adeptes de la navigation en eaux troubles !!!

    • Mme CH

      A Samatan (Gers), la soirée couscous est annulée. Le maire a jugé le risque de trouble à l’ordre public trop élevé. L’organisateur de l’événement, prévu le 25 février, crie, lui, à la censure. Il s’appelle Alain Lopez. Dans le coin, on le présente comme « quelqu’un qui a ses idées » – en clair : un peu grande gueule et très à gauche.
      Cet enfant des Hauts Plateaux algériens est devenu exploitant agricole dans le Gers – « comme beaucoup de Pieds noirs », précise-t-il. « Le gouvernement nous avait orientés vers ce département qui se dépeuplait ». Il est désormais retraité et a passé ces dernières semaines à organiser une « Fête du cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie » avec :
      • la projection d’un film, « El Gusto », au cinéma de Samatan ;
      • un « débat », animé par des membres de l’association 4ACG (Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre) ;
      • un couscous à la salle des fêtes.
      Sitôt l’événement annoncé sur une paire de feuilles A4, le village gersois a perdu sa tranquillité. « Des dizaines et des dizaines d’e-mails de protestation, pour ne pas dire des centaines, sont arrivés sur les ordis de la mairie », raconte Pierre Chaze, le maire (PS) de la commune.
      Ils provenaient de « membres d’associations de rapatriés, de Pieds Noirs, de harkis ». Tous choqués par un mot : « fête ».
      « Pugilat »
      « Pour nous, les 50 ans, c’est les 50 ans de l’exode. Un million de Français sont rentrés sans rien. 150 000 harkis ont été massacrés. On ne peut pas faire une fête », s’indigne Lionel Vivès-Diaz, qui a pris la tête de la fronde contre le « couscous festif » et ce « pseudo-débat avec des orateurs tous issus d’une même association qui fait l’apologie de militaires qui ont déserté ou aidé le FLN, qui ont combattu contre leur propre camp et applaudi le Manifeste des 121 ! »
      Ce professeur d’espagnol est une figure du milieu associatif pied-noir. Cette histoire, pourtant, n’est pas la sienne. C’est celle de ses parents. Lui est né « ici », en 1964. Il se présente comme un homme « assez perméable à la souffrance », très conscient de la « blessure béante » des rapatriés d’Algérie. Il emploie avec insistance le mot « douleur ».
      Bientôt, le maire a eu vent d’un projet de contre-manifestation « d’ampleur nationale ». Face à cette perspective, des villageois étaient prêts à venir défendre le monument aux morts. « Ça prenait des proportions folles. » Il a pris contact avec la préfecture.
      « On m’a rappelé que le responsable de la sécurité publique, c’était moi. Je n’avais pas envie d’un pugilat. »
      Il a renoncé à prêter la salle des fêtes.
      « Félon », « traître », « communiste »
      Mêmes pressions et même réaction à Lombez, commune voisine où Alain Lopez a voulu abriter son couscous. « Il y aurait eu des débordements, des vociférations. Des deux côtés on a des gens très passionnés, très sûrs de leur vérité », justifie le maire (PRG), Jean Loubon.
      Il constate que « les gens ont des visions très différentes de cette guerre. On est à la fois trop près et trop loin. » Son homologue de Samatan se dit que « même 50 ans après, tout ça n’est pas vraiment rentré dans l’histoire ».
      Les nostalgiques de l’Algérie française estiment qu’Alain Lopez s’est livré à une provocation. Lui plaide aujourd’hui la maladresse.
      Il relit les lettres d’insulte reçues ces derniers jours. « Ta place n’est pas sur terre mais en enfer », « pauvre type », « sous-merde », « collabo » ; « je te pisse à la raie », « félon », « traître », « lopette », « communiste », « illuminé »…
      Il soupire : « Ces gens-là ont un pois chiche à la place du cerveau et ils ont arrêté les pendules en 1962. On ne peut vraiment pas discuter avec eux. »
      (Dans le Gers, on ne « fête » pas la fin de la guerre d’Algérie, M.Deslandes, 5/2/2012)

      Je me demande si nos Corneilles noires belabbésiennes, font partie de celles qui fêtent le 19 Mars 1962 ou non…??? Pourtant, elles aiment le couscous….!!! Même s’il n’y aura pas de réponse, moi, j’ai déjà ma petite idée…!!!! Enfin, il ne fallait pas fuir, mais que faire devant le terrorisme de l’OAS…!!!???

  8. elabbassi

    désolé mais vous regardez trop dans le rétroviseur..il faut conduire ecrire en regardant en avant et en écoutant les infos..vous dites economies entre france et algerie
    l’enpi la promotion immobilière en algerie declare aujourdhui les inscriptions closes pour le porgramme lpp..dite moi est ce qu’il ya pays dans le monde ou son gouvernement construit des logement pour des gens qui touche un salaire entre 10 et 20 millions??
    Y’a aucune theorique soit elle qui fait meme le systeme soscialiste ne l’a jamais fait
    maintenant ou le gouvernement a trouvé l’ergent pour lancer ce programme pour des gens qui font theoriquement 220 millions par ans..Donc le gouvernement fiat des ponctions des salaire les plus bas pour soutenir ceux qui ont des salaire plus haut donc en plus des 20 millions il leurs offre un logement lequel sera vendu par la suite..
    on ne demande pas au gouvernement de ne pas donner 30 millions de salire par mois au gens mais on lui demande de ne pas opere des ponctions c’est du vol indirect c’est de la raquette pure et simple..on s’en fiche qu’il touche les 20 millions car a partir d’une certaine somme l’argent redevient du papier inutile que va t’il faire avec un surplus de 15 millions par mois il ne sait rien faire il construit une villa et propose le garage comme location a un maitre d’école pour faire des cours suplementaire..l’enseignant lui loue le garage a 2 millions …comment voulez vopus qu’on se developpe dans det etat d’esprit de la rente incencé..tu lui donnes 20 millions de la rente qu’il n’est pas incapable de la mobiliser pour construire sa propre maison avec son rpopre garage avec sa propre activité il attend des éléves de 6 ans pour payer un enseignant qui touche une misere
    et qui n’a pas droit a un logement de fonction alors que le lpp est normalement destiné pour les logement de fonction tout secteur confondu..avec 20 millions par mois il ne peut pas demander un credit bancaire?? avec un poste de 20 millions il ne sait pas construire sa maison?? les africains de la brousse savent construire leur maisons, les français on construit des immeuble a bel abbes rien que avec le tuf et l’argil des immeuble le ludo et qui tiennent toujours..nos batiment en beton s’effrite comme le gateau sec lol..que la ministre de l’education national commence a fraper la table pour primo relacer un rpograme de contruction des logement de fonctions dans les communes ensuite faire doubler le salaire des enseignants et comme ça si elle exige la qualité et si elle oblige les éleves de venir en classe et ne pas aller aux garages des haut fonctionnaire enr etraite  »on dit  »elle fait enfin du neuf avec du vieux » elle reuni des cadres agées de 60 ans pour discuter programme alors que ces meme cadres c’est eux qui fait les anciens programmes..celui qui élaboré un programme qui s’avére par la suite catastrophite aura au moins la honte el hachma de se taire et de ne pas dire  »on est entrain de reflechir sur un nouveau programme mieux que l’ancien » ya si mohamed c’est toi qui a fait l’ancien au moins laisses les opposants le dire et laisse les opposant reflechir pour élaborer leurs propres programmes, on verra dans 5 ans, au moins le emrite ils sont entrain de faire la science de l’education comparée » on compare les syteme j’espere qu’ils integrent le reliqaut historique qui redevient hereditaire dans le domaine des reflexe..chaque ville chaque region doit s’orienter vers son rpopres programme scolaire adapté a leurs histoires et réadapté sur le siecle de la technologie…on comprend rien lol
    il ya des gens qui sont debout pour ce pays et cette ministre est apprement sincere..mais là, accepeter ce raisonement de l’absurde ça devient vraiment insuportable ..

  9. BADISSI

    Scandaleux d accueillir sur la terre des chouhaddas un sioniste , j aurais aimée qu il seras accueillie par les supporteurs présent au stade 5 juillet lors du match historique
    Algérie Palestine en slogan PALESTINE CHOUHADDAS

    • Mme CH

      Voici les passages d’un article: « Algérie 19 mars 1962 – 19 mars 2016. Rien de nouveau sous le soleil pour un apaisement » (26/03/2016, Professuer C.Chitour) dédié à tous ceux et celles qui doutent….et veulent dépassionner la rive Sud alors que la rive Nord est pleine de passions…!!! Mouhal….!!!

      19 Mars 2016, 54 ans après, la France de Hollande veut «ouvrir une nouvelle page» avec l’Algérie, en commémorant l’anniversaire au grand dam des associations françaises qui regroupent une bonne partie des rapatriés d’Algérie. Pourquoi 54 ans après la tragédie de la guerre d’Algérie, il se trouve encore des hommes et des femmes (le petit nombre) qui font de ce malheur un fonds de commerce? Que représentent ces boute-feux au sein de la population française. On nous parle encore aujourd’hui de massacres perpétrés méthodiquement et à grande échelle le 19 Mars 1962. Qu’en est-il de ces harkis utilisés à des desseins bassement électoralistes aussi bien par la droite que par la gauche?

      La « nostalgérie » toujours actuelle

      Plus de cinquante ans après l’indépendance algérienne, cette date, devenue celle de la Journée nationale de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, fait toujours polémique. Pour Gilles Manceron:
      «Cette Journée nationale du souvenir a été votée en décembre 2012, après l’élection de François Hollande comme président de la République. Parce que les partisans de l’Algérie française de l’époque, qui s’étaient opposés au cessez-le-feu des accords d’Évian, ont continué à faire entendre leur vision de l’Histoire, à savoir qu’il aurait fallu maintenir la présence française (…) Cette vision d’une légitimité de l’Algérie française, a acquis une certaine hégémonie culturelle dans cette région » (1)
      « Politiquement, elle a conquis la droite française. (…) C’est un fait qu’il y a eu encore des victimes après le 19 Mars en Algérie et en France. Mais si elles ont existé, c’est en raison du refus de l’OAS de reconnaître l’indépendance et l’application des accords d’Évian. (…) Il y a eu un militantisme très véhément de l’extrême droite depuis quelques années contre le 19 Mars. On a par exemple vu Robert Ménard débaptiser une rue du 19 Mars à Béziers et lui donner le nom d’un militaire putschiste, Denoix de Saint-Marc. (…) On assiste à un certain réveil du projet colonial qui s’appuie sur la nostalgie de ce monde pied-noir ou du moins qui s’en réclame. D’autres en ont fait un fonds de commerce idéologique» …………………………………………………………………………………

      Et maintenant ? Rien de nouveau sous le soleil !!

      Cette phrase tirée de l’Ecclésiaste s’applique au statut quo actuel. Les politiciens de tout poil qui instrumentalisent les douleurs des autres ne savent pas de quoi ils parlent. Nous devons reconnaître que la guerre d’Algérie a été une tragédie qui a commencé 12 ans auparavant. Mais quel peuple n’aurait pas métabolisé dans ses gênes ces horreurs ? Il n’est pas interdit de penser à l’immense tremblement de terre, qu’ont subi les Algériens un matin de juillet 1830 du fait de l’invasion de la France. Les répliques de ce tremblement de terre, à savoir les errances actuelles, les traumatismes et les névroses des Algériens de ce XXIe siècle seraient dus en partie au tsunami subi au XIXe siècle.

      Le soleil est brûlant, il vaut mieux ne rien mettre sous le soleil….!!!!

      Notre hôte du printemps, doit tempérer les ardeurs de ces nostalgériques qui nous empoisonnent la vie et leur expliquer une bonne fois pour toute que l’Algérie appartient aux algériens, et tous ceux qui sont venus avec le colonisateur barbare sont repartis avec lui, et c’est la moindre des choses……!!!

  10. Mémoria

    Ecoutons un philosophe français très contemporain ,Michel ONFRAY, parler de Valls ainsi que Roland Dumas s’exprimer sur Manuel…!!! Il est pertinent de médiatiser une certaine intelligentsia française pour éclairer l’opinion nationale ! L’Eau d’Evian n’a pas toujours un arrière goût sulfureux comme semble s’en offusquer souvent Mme CH !

    https://youtu.be/Ab0pv3dMGfE

    https://youtu.be/vjvkvUjyz8Q

    https://youtu.be/nzcpHT7yb-o

    • Mme CH

      Je constate que mon Grand frère Mémoria ne peut se passer de l’eau minérale d’Evian, ça y est, il est « contaminé »….. normal quand on est né Pingtruche…..!!!! Ce n’est pas le cas des victimes de Reggane, elles, elles ont été contaminées par l’atome de l’eau d’Evian…!!!

      Heureusement, qu’il y a encore une « intelligentsia française » sensée, qui n’a pas été totalement bernée par les hommes et les médias sionistes..

      Michel Onfray a déclaré « Manuel Valls défouraille à tout va, mais, dans ses rafales, il y a pas mal de balles perdues »…!! Il a dit aussi « Manuel Valls, l’ami de BHL, perd les pédales ! » « Je ne lui réponds rien du tout parce qu’il n’a rien lu du tout. Ses fameux conseillers en communication ont dû lui fabriquer une petite fiche, ils n’ont pas compris ce que j’avais écrit. Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste et mon problème n’est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche. J’ai l’impression que Manuel Valls pense le contraire, c’est-à-dire qu’il préfère une idée fausse, pourvu qu’elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite. » Et le philosophe d’ajouter : « J’ai vérifié dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin. Ce n’est pas insultant, c’est familier. »
      « Moi, je suis vraiment de gauche, et eux ont cessé de l’être en 1983 », a affirmé Michel Onfray, faisant référence au « tournant de la rigueur » mené par François Mitterrand. Pour lui, « les repères sont perdus depuis que Mitterrand a converti la gauche à la droite ». Poursuivant sa diatribe, Michel Onfray n’a pas oublié de tacler l’actuel chef de l’État, sans le nommer. Faisant référence à un récent dîner à l’Élysée auquel participait Joey Starr et Julie Gayet, l’écrivain assène : « Si ce monsieur oublie ce que je fais depuis treize ans, et, plutôt que de m’inviter, on préfère inviter Joey Starr qui boit du whisky ou Julie Gayet ou Yannick Noah en considérant que ce sont les seuls critères intellectuels qu’on ait à présenter, c’est leur affaire, mais ce n’est pas la mienne………… » (9/03/2013, Le Point)

      Alors, souhaitons la non-venue » à l’ami de BHL…!!!!

  11. el abbassi

    quel cooperation et sur quel base de formamtion sin on sait la main mise des seciences sociales et humaines sur l’école??
    alors que l’ecole le college et le lycée ne doivent etre occupé que par les sciences et technologie..
    on reste jsuqu’a maintenant cloisonné dans l’ancien systeme de l’ecole coranique qu’on a greffé sur l’école republicaine par republqiue on sous entend pour les algeriens l’ecole du developpement technqiue et technologique que l’europe avait établi apres la revolution industrielle apparue aux etats unis par l’entremise du la nouveau mode de production de la cooperative..
    Normalement l’ecole le college et le lycée dpoivent etre des  »cooperatives  » comme ça leurs roles ne sera plus manipulé ni squaté par des gens qui n’ont rien avaoir avec cette specialité..donc dans 18 ans Manuel Valls va enfin trouver des bacheliers pret a etre integré dans un systeme productif..que va t’il faire Manuel Valls avec un bachelier en theologie en science sociale science po ou en philo des specialités en principe de la quarantaine lorsque l’ingenieur en analyse physico chimiqe qui a passé une moitié de sa vie entrain de travailler dans un labo d’analyse contre la fraude il pourra entamer a l’age de 40 des etudes de droits de philo et de sciences politique et social pour voir
    comment redevenir un future  »legislateur »..et postuler a un poste dans le cercle de la magistrature..

    • Mme CH

      Cinq jours avant sa visite officielle en Algérie, Mr Manuel Valls s’attaque encore une fois à l’un des concept de notre religion…!!! En voulant sûrement soutenir sa ministre Kheïra Bent El Gourari , il a tenu des propos très sévères et très inquiétants sur le voile islamique et les musulmanes…!!

      « Ce que représente le voile pour les femmes, non ce n’est pas un phénomène de mode, non, ce n’est pas une couleur qu’on porte, non : c’est un asservissement de la femme »…..Qu’est ce que vous en savez…???
      « Il faut faire la distinction entre ce qu’est un voile, un fichu porté par les femmes âgées, et la revendication d’un signe politique qui vient confronter la société française », a-t-il ajouté….Mais, ce n’est pas une affaire d’âge, monsieur, c’est une affaire de conviction, de choix et de liberté…!!!

      Alors, est ce qu’il croit vraiment que les millions de femmes à travers le monde qui portent le foulard ou le voile sont asservies….??? Mais c’est dingue, quel raisonnement simpliste….!!! Et pourquoi à chaque fois, des personnages étranges se donnent le droit de parler au nom des femmes musulmanes….??? Ah! Choc de civilisation quand tu nous tiens…!!! On comprend mieux maintenant…!!!
      Non Mr Valls, ce n’est pas un asservissement …Ghir Gla3 Echitan Men Khatrek…. !!!!

      Et puisque vous parlez d’asservissement pourquoi vous ne dites rien sur les femmes- objets qui ont été presque dénudées pour servir des situations, des jobs, des marques, des hommes, des loges, des sectes, des tatati tatata…..bien précis……. !! Pourquoi vous agressez toujours celles qui ont choisi de « cacher » leur corps (elles sont libres non) et vous laissez celles qui ont choisi de « l’exhiber » (elles sont libres aussi non)….????? Alors la liberté va dans un seul sens seulement…l’autre est interdit….??? Par qui…??? par les Minus Créatus…!!!

      Et les nonnes sont elles des femmes asservies… ???!! Non Mr, elles ont fait leur choix en fonction de leurs convictions religieuses tout comme les femmes musulmanes alors, on vous demande juste de respecter la femme, quelle soit voilée ou pas… !! En plus un premier ministre qui se dit Za3ma laïc doit respecter tous ses citoyens, quelle que soit leur pensée, religion… etc…et n’utilisez surtout pas le Bouloulou monté en toutes pièces par les mêmes chefs d’orchestre de la valse pour combattre l’islam et les musulmans.. !! Aw Fa9o…. !!!

      Le président du CFCM Anouar Kbibech a dit « on a plus besoin maintenant d’apaisement et de travail de fond, et pas tellement d’effets d’annonce et de prises de position un peu clivantes, qui pourraient être perçues comme stigmatisantes et donneraient du grain à moudre à ces groupuscules »…et encore, il a été très gentil…!!!

      Mais, c’est devenu très clair maintenant, toutes ces mascarades sont concoctées pour s’attaquer aux concepts de l’Islam et non pas au  » terrorisme »…!!!

  12. elabbassi

    dans ce commentaire juste pour faire rire
    un peu d’humour ne tue pas..je vais esayer de prevoir ce qui se passer dans 20 ans
    le role d’un intellectuel un vrai c’est  »la prevision a court  » il devient un savanrt s’il fera des prevision a long terme on dira  »un vrai prophéte »
    alors??
    Je crois vue l’exode du sud vers le nord on va bientot avoir une nouvelle
    ecole  »poussez les tables derrière farchou étaler une zarbiya » et retour a l’ecole
    classique..l’enseignant que soit a l’ecole au lycées iou université se voit comme un cheikh et un chikhate..assis par terre entrain de donner des cours de physique philo chimie
    une algerienne venant de paris une medecin psecialiste vient donner un cours a ces enfants de bel abbes elle a été recruté contre vent et marrée car elle en jupe debout faire un cours c’est normal mais assise notre nouvelle recrus est vraiment dans l’ambaras..elle a éssyer un peu de tout un hijab impossible de s’assoir et de croiser les jambes
    une djellaba marocaine pereil..Elle opte pour une robe kabyle..c’est bien elle se voit belle et enfin elle peu s’assoir sans probléme pour donner un cours a la faculté de medecine..
    pas de table ni de chaisse dans les salles de cours..comme elle est chargé de TD travaux dirigé elle a une salle au premier etage..reste la preparation du cours..

    elle tire son livre ramener avec elle de bordeaux et commence a preparer la fiche de TD sur la table de sa cuisine devant elle un oignon basla rouge le fait pleurer..elle croque l’ognon et compose des vers de biochime 3ala wazne  »quine » en pleurant..
    demain c’est c’est le chapitre 1.4.2.1. Hormone antidiurétique..elle croque une nouvelle fois et commence pleurer et hurler et le poeme se compose tout seul

    L’hormone antidiurétiquine, ou ADH, est la vasopressine,
    sécrétée au niveau des noyaux hypothalamiquine
    , déversée dans le tronc porte hypothalamo-hypo- hysairiquine
    et stockée dans la post-hypophysiquine.
    Toute lésion de cet axe se traduira par un diabète insipidiquine.
    Elle contrôle en effet la réabsorption d’eau au niveau des tubiquine
    contourné distal et collecteur du néphropiquine,
    assurant une élimination plus ou moins grande d’eau libriquine
    par les reiniquine,
    en réponse à des variations de
    l’osmolalité plasmatique ou du volume circulantine.(Pierre Valdiguié 1)

    avant de dormir Fouzia essyae de se voir demain dans cette salle
    assise sur un tapis une hissira deavnt elle des etudiants et etudiantes
    elle avec un fouet machhate sur sa tete une tchador, elle regarde les etudiants a travers un morceau d’une filet de pecheur..elle croque encore une fois l’oignon el basla et commence a pleurer
    et elle doit l’aprendre apr coeur car le livre est inadmissible  »tout doit s’apprendre smawi de l’air..
    et sous la couverture elle reprend
    chapitre 1.4.2.1. Hormone antidiurétique
    L’hormone antidiurétiquine, ou ADH, est la vasopressine,
    sécrétée au niveau des noyaux hypothalamiquine
    , déversée dans le tronc porte hypothalamo-hypo- hysairiquine
    et stockée dans la post-hypophysiquine.
    Toute lésion de cet axe se traduira par un diabète insipidiquine.
    Elle contrôle en effet la réabsorption d’eau au niveau des tubiquine
    contourné distal et collecteur du néphroniquine,
    assurant une élimination plus ou moins grande d’eau libriquine
    par les reiniquine,
    en réponse à des variations de
    l’osmolalité plasmatique ou du volume circulantine.(Pierre Valdiguié 1)

    le lendemain Fouzai a les yeux rouges..elle regarde a droite elle regarde a gauche vite es senia et bordeau..a bordeau elle croise sa copine venat du maroc elle aussi a croqué au maroc on chante en rajoutant tiwliwla et le TD redeviend
    chapitre 1.4.2.1. Hormone antidiurétique
    L’hormone antidiurétiquine, tiwliwla
    ou ADH, est la vasopressine, tiwliwla
    sécrétée au niveau des noyaux hypothalamiquine tiwliwla
    , déversée dans le tronc porte hypothalamo-hypo- hysairiquine tiwliwla
    et stockée dans la post-hypophysiquine.tiwliwla
    Toute lésion de cet axe se traduira par un diabète insipidiquine. tiwliwla
    Elle contrôle en effet la réabsorption d’eau au niveau des tubiquine tiwliwla
    contourné distal et collecteur du néphroniquine, tiwliwla
    assurant une élimination plus ou moins grande d’eau libriquine tiwliwla
    par les reiniquine,tiwliwla

    toutes les deux vont en chantant et en pleurant…lol
    en réponse à des variations de
    l’osmolalité plasmatique ou du volume circulantine.(Pierre Valdiguié 1)

  13. Mme CH

    France : une jeune algérienne exploitée par un couple de Français
    (TSA, 24 mars 2016, par Sonia Lyes )

    Une jeune algérienne âgée d’une trentaine d’années a été exploitée par un couple de Français pendant sept ans. Elle a été contrainte de travailler matin et soir pour une somme dérisoire (50 euros par mois), rapporte ce jeudi la radio Europe 1. Le couple a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 6 000 euros d’amende chacun.

    « Pendant sept ans, (cette jeune femme) a été contrainte de vivre auprès de gens qui l’ont abusée », a expliqué son avocate. Selon Me Driencourt, le couple avait fait venir sa cliente d’Algérie et la faisait travailler du matin au soir pour eux contre une rémunération dérisoire
    « On avait vraiment le sentiment que l’épouse entendait la garder sous sa coupe, sans qu’elle puisse s’épanouir en dehors du cercle familial », a expliqué l’avocate insistant sur le fait que sa cliente ne parlait pas français.
    La jeune femme effectuait des tâches allant des courses, la cuisine à la garde des enfants et au lavage de la voiture, selon la même source.

    Et qui a dit que l’esclavage a été aboli…??? Reste à savoir comment ce couple a fait venir une jeune fille de 23 ans d’Algérie pour l’exploiter ainsi…!!!!????? Wa Ma Khafia Kana A3dham…….FaFa ya FaFa….!!!!

  14. Mme CH

    Sir J.M Ayrault est là…!!! Il a dit: « L’Algérie et la France sont liées par un « partenariat d’exception « , oui puisqu’il est perdant -gagnant, mais on voudrait bien le croire, si seulement il nous expliquait le jeu de FaFa…!!! Entre autre, en ce qui concerne le soutien ferme de la France au Maroc dans le dossier du Sahara occidental….!!! Remarque ce n’est pas étonnant de la part d’un ex-néo-colonisateur….!!!!!

    Aujourd’hui, selon TSA, Mr Lamamra a déclaré qu’«Entre amis, on se dit les choses franchement» …..Drôle d’amitié…!!!!

    Interrogé, le ministre français a indiqué que « la France a toujours la même » position sur cette question, expliquant que son pays œuvre à promouvoir « un effort de dialogue pour que les relations entre le Maroc et l’ONU s’apaisent. »….c’est ça….. le jeu du pompier-pyromane….!!!!

    Dans le même temps, selon Jean-Marc Ayrault, la France souhaite que la mission des Nations unies au Sahara occidental puisse se poursuivre. Il a réaffirmé la volonté de la France d’un «renouvellement du mandat» de la Minurso.

    La réponse de Ramtane Lamamra renseigne sur le fossé qui sépare les deux positions. Rappelant que « Monsieur Jean-Marc Ayrault est ministre depuis quelques semaines » alors que la crise du Sahara occidental « dure depuis près de 40 ans », le ministre algérien a mis la France devant ses responsabilités. Martelant le terme de « responsabilité » et de devoir devant « l’Histoire », Ramtane Lamamra a dit « espérer que l’administration Hollande va contribuer à aider la région » et permettre « une sortie de crise. »….vous pouvez attendre….!!!!

    « C’est la première fois, au moins depuis de longues années, qu’Alger fait des reproches aussi directs à Paris sur la question du Sahara occidental. Des reproches qui montrent à quel point les Algériens sont agacés et irrités par le dernier soutien de la France au Maroc dans son bras de fer avec l’ONU. Mais pas seulement. », espérons que ce ne sera pas la dernière…!!!

    Faut-il faire confiance à FaFa, bien sûr que non car son jeu est clair sauf pour les voyants-aveugles et les entendants-sourds…!!! D’une part, Romain Nadal le porte-parole du MAE français, déclare que « Pour la France, le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007, constitue une base sérieuse et crédible pour une solution négociée » de la question du Sahara, et d’autre part il dit : La France soutient la recherche d’une « solution juste, durable et mutuellement agréée, sous l’égide des Nations unies », en indiquant que la question du Sahara « fait l’objet d’une médiation des Nations unies, que la France soutient dans le cadre des paramètres fixés par le Conseil de sécurité »….!!! A vous de tirer les conclusions qui s’imposent…!!!!

    Seule la vache laitière intéresse FaFa…!!! Attendons la valse du printemps…!

  15. Mme CH

    À trois jours du sommet algéro-français, les relations entre Alger et Paris connaissent quelques tensions. L’ambassadeur de France à Alger a été convoqué ce mercredi par le ministère des Affaires étrangères.
    Il a été reçu par Ramtane Lamamra , une première depuis plusieurs années. Le ministre algérien des Affaires étrangères a émis une protestation énergique, selon une source diplomatique. Il lui a fait part du mécontentement de l’Algérie. Officiellement, c’est la Une du journal Le Monde. Mais les Algériens sont également mécontents du dernier soutien de Paris au Maroc dans son bras de fer avec l’ONU sur le dossier du Sahara occidental.
    À trois jours du sommet algéro-français, les relations entre Alger et Paris connaissent quelques tensions. L’ambassadeur de France à Alger a été convoqué ce mercredi par le ministère des Affaires étrangères.
    Il a été reçu par Ramtane Lamamra , une première depuis plusieurs années. Le ministre algérien des Affaires étrangères a émis une protestation énergique, selon une source diplomatique. Il lui a fait part du mécontentement de l’Algérie. Officiellement, c’est la Une du journal Le Monde. Mais les Algériens sont également mécontents du dernier soutien de Paris au Maroc dans son bras de fer avec l’ONU sur le dossier du Sahara occidental.

    « Nous avons décidé de ne plus rien laisser passer », affirme à TSA une source gouvernementale.

    Pour sa part, l’ambassadeur d’Algérie à Paris se trouve actuellement à Alger. Il était cet après-midi dans les bureaux du premier ministre Abdelmalek Sellal. Selon une source diplomatique algérienne, il ne s’agit pas d’un rappel…. »

    Hé oui, le double jeu des Pingouins est très dangereux surtout après la fente des glaces, il ne faut jamais leur faire confiance….!!!

  16. Mme CH

    Et l’accueillir avec des dattes pour une valse à mille temps ouvrant le bal…!!! Ce n’est pas mal…!!! Ensuite une valse « des patineurs » serait tout indiquée avant de terminer par la valse de « la poupée »…!!! Cependant, je trouve que la valse la mieux appropriée pour ce genre de fête foraine est la valse musette « Indifférence » suivie « des éternelles passions » pour envoyer valser tous nos soucis….!!!

    Pour une fois, on est pour l’hypothèque….!!!

    • Mémoria

      Bonsoir !
      La visite de Don Manuel serait hypothéquée selon certaines sources non autorisées par un vice de protocole…La ministre de l’artisanat aurait insisté pour faire partie du comité d’accueil sur le tarmac pour l’accueillir ! A suivre !!!

    • Mémoria

      Mais non Mme Ch,les valses vous font perdre la mesure et…la tête !Ne saviez-vous pas que Don Manuel n’avait pas l’érudition de Don Quichotte et qu’il n’aimait pas le voile…?

      • Mme CH

        Mais non Grand frère, ce n’est pas moi, c’est la ministresse et puis il ne s’agit pas de n’importe quelles valses, elles sont spéciales et réservées aux invités spéciaux….!!! Comme celle aussi qui l’accompagne, la ministre de l’éducation nationale « Audrey Azoulay. »…..! Ainsi, c’est trois en 1, c’est la France, le Maroc et la dite israël qui vont effectuer la visite en Algérie….!!!! Voilà pourquoi l’article 51 est une très bonne chose dans notre constitution…..!!!! On comprend pourquoi, il y a une montée en flèche du racisme et de l’Islamophobie en France…!!!

        Ding Dang Dong…!!! Les prochaines élections présidentielles se dérouleront en 2017….!!! A Bon Entendeur Salam…!!

  17. Imène

    Azzul !
    Belle partie de ping pong CH -Mémoria comme on les aime ! à l’avantage de qui ? de l’interactivité VDsbéenne bien sûr ! Ma petite CH , grand frère est bien décidé à te donner du fil à retordre , et au passage te tordre tes petites méninges d’autruche …( sourires ) tiens bon !
    ne perd pas pied , c’est qu’il est coriace le grand frère , il désarçonne…salem CH , Mémoria , tlm .

  18. Mme CH

    Manuel Valls qualifié de « sioniste » par un partisan du sionisme »Je n’ai jamais dit que j’étais sioniste, ce n’est pas mon problème » (TSA, 23/05/2015)

    Interrogé sur l’hommage qui lui a été rendu lors d’une cérémonie dans une université de Tel Aviv, et lors de laquelle il s’est vu attribuer le qualificatif de sioniste par un professeur (« Vous êtes l’un des seuls Premiers ministres qui ait soutenu Israël et qui soit sioniste »), Manuel Valls a eu du mal à cacher sa gêne. À la question de savoir si le socialisme français et le sionisme étaient compatibles, le Premier ministre a ainsi botté en touche : « Je n’ai jamais dit que j’étais sioniste, le sujet n’est pas là. Ce n’est pas du tout mon problème. Mon problème c’est de dire que le discours antisioniste est le premier pas, la porte ouverte à l’antisémitisme. »

    Le plus royaliste que le roi…a une grosse Chita…!!!

Répondre