La Voix De Sidi Bel Abbes

Contribution : Total crash sur la Place Rouge par Dr El Hadj Abdelhamid

Christophe_de_MargerieLe PDG de Total, Christophe de Margerie, avec sa rondeur amène et sa moustache Dupont-Dupont sans rond-de-cuir, semble un personnage sorti tout droit d’un album de Tintin. La mort du Pétroleur français reste aussi une énigme tintinesque digne dune aventure du maître de Milou.
Le boss de Total aurait de mauvaises fréquentations. Il serait l’ami de Poutine, l’ennemi n° 1 de l’OTAN, à abattre. L’avion de Poutine, lui, aurait échappé au crash téléguidé. Ce serait, dit-on, un sister-ship, un avion sosie, hollandais, passé, par le même couloir, quelques instants plus tôt que le Force One russe, qui aurait fait les frais de la mise à mort.
Le Falcon de Dupont de Total n’a vraiment pas de chance avec un contrôleur aérien stagiaire et un conducteur d’engin de déneigement, émule du capitaine Haddock, qui avait quelques grammes de sang dans un litre de vodka.
Une aventure de Tintin, avec des avions, ne saurait être totale sans un désert comme le Sahara et des avions, il en tombe beaucoup depuis quelques temps, même au Sahara.
Selon La Gazette de Bruxelles non encore parue, tout ce rififi aérien sent le gaz et Tintin n’attendrait que l’autorisation d’Alger pour venir enquêter sur la mort d’une tronche si ronde.
En attendant, on pourra toujours relire Tintin au pays des Soviets et Tintin au pays de l’or noir.

tintin

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=55785

Posté par le Oct 25 2014. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

51 Commentaires pour “Contribution : Total crash sur la Place Rouge par Dr El Hadj Abdelhamid”

  1. Hamid

    Un grand niveau j’aime

  2. Miloud

    La TOTALE !!! Moche coup à Moscou !!!

  3. fethi

    Comment ne pas apprécier cette contribution du toubib? Merci de nous épater de temps a autre

  4. Mohand

    La visibilité réduite ne constitue pas une gêne pour procéder à un décollage en toute sécurité, comme cela se pratique quotidiennement dans le monde. En revanche, elle implique un contrôle en « aveugle » des aires de circulation car la vue directe depuis la tour de contrôle est rendue impossible. L’autorisation donnée au pilote implique à l’évidence que la piste soit claire et, en l’occurrence, ce n’était pas le cas ! Penser qu’un engin de déneigement part en opération dans le brouillard, avec un conducteur seul et des consignes imprécises, est totalement aberrant.

  5. Mohand

    Total est actionnaire de la compagnie pétrolière russe Novatek, elle-même contrôlée à 23 % par Guennadi Timtchenko, un proche de Vladimir Poutine, qui fait aujourd’hui l’objet de sanctions. Total participe avec Novatek à un projet d’ampleur à Yamal, dans le nord de la Sibérie centrale.
    Au fait, je croyais qu’il y avait un embargo contre la Russie…!

  6. abbassi

    Un débat riche avec Mohand

  7. Imène

    Style mahboule !!! j’aiiiiiiiiiime ! y’a des gens qui vivent en long , ( une vie lonnnnngue , ennuyeuse , monotone , et déséprément vide …) d’autres vivent en large ( une vie courte peut être, mais riche , palpitante , intense, pleine..) le monsieur de la moustache Dupont -dupont fait partie de ceux -là : Paix à son âme .
    En final , personne n’est responsable de son destin…wa al 3akiba lilmouttakine .
    Merci mohand pour votre éclairage .

  8. Abbes

    Grande contribution

  9. Amirouche

    Le professeur Tournesol pourrait peut être résoudre cette énigme Poutino-Otanaise avant le 27 Octobre , date de l’inhumation du feu Christophe de Margerie!!!!!!
    Si El hadj Abdelhamid , il me semble qu’un jour vous nous avez promis de nous raconter l’histoire où vous avez failli perdre votre diplôme dans un hôpital ( si ma mémoire est bonne ) à cause d’une personne ……………
    Votre contribution est « top »
    Merci Docteur

    • elhadj abdelhamid

      Bonjour
      Hadj mabrouk, Si Amirouche.
      Je piaffe de curiosité en pensant que Si Amirouche ne peut être que le Hadj, tout sourire béat, à droite de Boumesang. Si c’est le cas, alors vous avez un sosie, un jeune cousin, Mohamed fils de Si Hallouche Baghdad, de la rue de Lorraine, à « Cayassoune ».
      Pour l’histoire promise, la-voilà . 1980. J’étais jeune médecin-interne à l’Hôpital psychiatrique de Sidi Chahmi. Mâchou Blidi, journaliste, a voulu, je crois, jouer au reporter-paparazzi. A Sidi Chahmi, en raison de la spécificité « dangereuse » de l’Etablissement, on ne badine pas avec la sécurité et je ne sais pas comment le reporter a eu accès, ’un après-midi, au pavillon où j’étais le seul praticien présent. Pour moi, le journaliste, que je ne connaissais que de réputation, devait être en situation de « présence autorisée» dans l’hôpital. Lorsqu’il m’apprit la raison de sa visite, un reportage, je me suis empressé de le guider. Mais au bout d’un instant, un responsable de la sécurité accourt et reconduit manu militari le reporter en proférant de sérieuses menaces à l’encontre au journaliste qui ne dit pas un mot, à mon grand étonnement.
      Quelques jours plus tard, dans Algérie-Actualités, je crois toujours, le reporter publia un article, plus en quête de sensationnel que professionnel, où il évoqua, entres autres, le cas d’un vieux « pharmacien abandonné par les siens, une famille riche d’une ville de l’ouest….. » en me citant directement dans l’article « l’interne répondait invariablement… ».
      Le Professeur Bakiri, le patron de la Psy au CHUO, sûrement convaincu ( à cause de Sidi Bel-Abbès, peut-être ) que je devais être pour quelque chose dans le reportage du journaliste belabbésien me convoqua en « urgence »
      – J’ai reçu votre ami le journaliste de Sidi Bel-Abbès. Il y a des fautes graves qui peuvent coûter un diplôme. !

      • Gamra de Sidi khaled

        DOCT Vous nous avez déjà donné d’autres anecdotes et cela est réjouissant de voir ces services entrepris avec tous les risques voulus.

      • Amirouche

        @ elhadj abdelhamid

        Avant tout , merci docteur pour toutes vos contributions ,à travers lesquelles je n’ai senti à aucun moment que vous auriez utilisé un style sarcastique !!! tout au contraire ,j’aurais fait appel à votre plume si j’étais maire de Sidibelabbès , mais avec interdiction de parler aux journalistes (rires)
        Logiquement , les Hallouche de la rue Lorraine sont des cousins à mon père , mais ce sang ne m’est qu’à moitié transmis coté maternel !!!! je suis un ami de votre cousin Mustapha et Bachir . Si Baghdad est un cousin de Hbibe Hallouche (allah yarhmeh) le boxeur et ce dernier est mon oncle maternel , ce qui me fait dire que vous êtes un « cousin REMUÉ de germain maternel  » , allez ! j’arrête de peur de s’emmêler les pinceaux.
        L’essentiel nous sommes « hna fi hna » ……..
        Toujours dans l’attente de vos prochaines contributions appréciables et intéressantes .
        Merci Docteur
        Courtoisement et khayicalement

  10. Abbes

    Vraiment du top Hadji

  11. Point de vue

    Comme c’est rigolo !!!
    Peut être aurons nous dans quelque temps un nouvel article dans le même genre, mais sous forme de polard à la méthode d’Agatha Christie « Mais ou est dont passé Le Pr Bouteflika ? « Avec beaucoup de suspens et de rebondissements !!!!!!!

  12. Claude.B

    Bonjour Mr Elhadj Adelhamid ,
    Je vous reconnais un certain talent ,cependant je ne suis pas certaine qu’il soit très correct de faire de l’esprit avec la mort d’un homme ,grand capitaine d’industrie et décrit de surcroît par ses employés comme un excellent patron très humain . Cet homme encore jeune ,63 ans ,et dynamique laisse derrière lui une épouse et trois enfants dans la peine !
    Je crois sincèrement que l’on ne peut pas rire et faire rire de tout ,et que l’on doit résister à la tentation de faire  » un bon papier  » quand les faits appèleraient plutôt à de la retenue et du respect .
    Vous seriez vous permis de faire de l’humour sur la mort de ce pauvre imam ,qu’elles que soient les circonstances de sa mort : moi je reçois cette nouvelle comme un triste événement d’un homme jeune ,un religieux ,disparu trop tôt et qui plonge dans le malheur une femme et des enfants ?
    Qu’elle que soit la personne concernée ,ma désapprobation aurait été la même ,mon indignation aussi .
    Je vous ai préfère dans d’autres registres plus respectueux , d’autres apprécient ,normal ,c’est la,loi du genre .
    J’adore les gens qui ont de l’humour ,mais je préfère encore ceux qui en font à bon escient .
    Cordialement .

    • Claude.B

      Lire Mr elhadj Abdelhamid : veuillez m’excuser je ne m’étais pas relue .

    • elhadj abdelhamid

      Bonjour, Mme Claude
      Je suis tout confus d’avoir heurté la sensibilité d’une si gentille dame.
      J’ai toujours pensé que, sans en manquer de respect, l’on peut, par la caricature, mieux toucher l’opinion sur une question grave, comme le destin malheureux d’un grand homme comme Christophe de Margerie parti au ciel en une fin douteuse.
      C’est le respect dû cet homme chaleureux et la compassion à la douleur de sa famille qui ne nous laissent pas indifférents à sa mort suspecte.
      Je reconnais que c’est la moustache du PDG de Total qui m’a inspiré les aventures de Tintin
      Georges Filoche, un membre du conseil national du PS de France a « salué l’humain mais pas le suceur de sang ».
      Dans son hommage au grand capitaine de l’industrie, Manuel Valls, qui a dit que Filoche ne méritait pas de rester au PS, a aussi évoqué, dans un petit sourire réprimé, la moustache de Christophe de Margerie.
      Encore une fois, mille excuses.

      • Claude.B

        Mr elhadj adbelhamid ,

        J’admets volontiers que la physionomie de « big moustache  » comme le surnommaient ses employés ait pu vous inspirer ,mais il est vrai que j’ai été heurtée par la façon dont vous avez traité ce drame humain . Cependant ,je n’aurais pas fait de comparaison avec le comportement inadmissible d’un élu de la république française .
        Le député Filoche ne s’est pas honoré par ses propos ,pas tant parce qu’il le traitait de « suceur de sang  » ,mais parce qu’il insultait un mort . Que n’a t il eu le courage de s’exprimer du vivant de cet homme ,certains auraient été d’accord ,d’autres opposés ,mais cela aurait été plus courageux et plus propre que d’attendre qu’il soit mort pour dire tout le bien qu’il pensait de lui
        Filoche est ,et restera un petit personnage sans consistance !
        Votre réponse m’indique que vous êtes un homme intelligent et honnête car vous savez reconnaître une maladresse .
        Je vous en remercie .
        Cordialement .

  13. MADANI

    @ Claude Vous avez raison mme moi je n’ai pas apprécié cet article vide sans aucun sens ni aucune morale et encore moins avec les histoires de Tintin . une mauvaise idée .

    • Mme CH

      Salam Mr MADANI…!!! Moi, par contre, et ce sont des avis, J’ai beaucoup apprécié cet article qu’il faudrait lire entre les lignes, et être un petit futé pour le comprendre…..!!!! Donc, je remercie Mr El Hadj Abdelhamid, pour ce récit court, concentré et plein de non-dits et d’humour à la limite du noir….!!!!

      Une mort tragique de cet homme puissant qui était apparemment l’ami de tout le monde, des « pauvres » comme des riches, de la communauté de Sant’Egidio comme des hommes politiques de droite ou de gauche….!!!?? Un ami Manuel Valls, de François Hollande, dont il était, parait-il, un « visiteur du soir » et qu’il préférait à Nicolas Sarkozy, peut-être parce qu’il était cousin par alliance de Jean-Pierre Jouyet, l’ami fidèle du chef de l’État actuel, tellement fidèle qu’il devint jadis ministre de Nicolas Sarkozy. Et vice versa. »

      Un ami de communauté de Sant’Egidio mais « il n’y aura pas de cérémonie religieuse à Saint-Pair, où il sera inhumé » ……!!!!

      Ce qu’il y a lieu de savoir, c’est que « le jour de l’accident Margerie revenait d’une réunion avec Medvedev dont l’objet était « les investissements étrangers en Russie. »…..
      Et comme le « Big moustache » « ne s’est jamais détourné de Moscou » malgré les sanctions prises par les pays occidentaux dans le contexte de la crise ukrainienne…, alors est ce que c’était l’homme à supprimer pour donner un coup dur au « Tsar Poutine »…!!! Mon petit doigt me dit que c’est très probable….!!! Car, dans son dernier discours prononcé le jour de « l’accident  » en Russie, le PDG de Total appelait certes Moscou à « faire ce qui est nécessaire pour corriger la situation » liée à la crise ukrainienne, mais tout en répétant son hostilité aux sanctions imposées à la Russie. Il s’agit de sa dernière intervention publique…. »

      Il a dit: « Je ne vais certainement pas me mêler de politique ou exprimer des opinions que je n’ai pas la compétence de formuler. Je dirai seulement ceci: si nous voulons que des investissements étrangers stables et de long terme continuent à arriver en Russie, nous devons restaurer un espace économique stable et pacifique entre la Russie et nos pays », a estimé le patron du géant pétrolier, ajoutant: « Notez que je donne des conseils similaires à mon propre gouvernement ».
      Christophe De Margerie a répété qu’il était opposé aux sanctions économiques imposées à la Russie, les qualifiant de « à la fois injustes et improductives ». « Nous sommes opposés à des sanctions, parce que nous pensons que les relations économiques sont une force positive, une voie de dialogue et un moyen d’améliorer notre compréhension mutuelle. C’est pourquoi elles doivent être encouragées et protégées, surtout en des temps difficiles. Aujourd’hui c’est le contraire, les relations économiques sont tenues en otage par la politique », a-t-il déploré. »

      On sait aussi à travers les médias que l’un des principaux projets dans lequel Total est actuellement impliqué en Russie est Yamal. Ambitieuse collaboration avec le groupe gazier russe Novatek (qui en possède 80%), Yamal est une gigantesque usine de liquéfaction du gaz en cours de construction au delà du cercle polaire, dans la péninsule du même nom. Les réserves de ce gisement sont estimées à 800 millions de barils équivalent pétrole.
      En 2011, Total a investi 4 milliards de dollars dans Novatek, décrit par Dow Jones Newswires comme « le premier groupe gazier et pétrolier indépendant de Russie ». Un investissement réalisé dans le cadre d’un accord avec le milliardaire russe Gennady Timchenko, proche de Vladimir Poutine et qui fait partie des personnalités russes visées par les sanctions occidentales. »

      Alors, il faut chercher dans toute cette grande vadrouille, pour connaître les mobiles de « l’accident »…..!!!! Mais ce genre d’affaire personne n’a intérêt à la mettre sous les projecteurs y compris les amis de la victime…!!!

      Mes amitiés à Milou…!!!

  14. un ami de VDSBA

    @Madani Tentez de relire ne vous coute rien.Pourtant des lecteurs ont saisi

  15. MADANI

    @ un ami de VDSBA monsieur je comprends ce que je lis c’est mon avis et si c’est les lecteurs qui comprennent mal ? que diriez vous ? Le concerné raconte une histoire sortie de son imaginaire , absurde est -il dans le secret de la russie ,est-il l’ami intime du dictateur poutine qui prouve ce qu’il croit de cet accident a-t-il des preuves ? un trash ? il y a mort d’homme personnalité connue qui travaillé pour sa société aimé par ses employés cet accident stupide dans un pays de merde n’arrive que dans les pays dont le systeme est comparable à la russie attendons l’enquête pour se prononcer mais pas en histoire de tintin là c’est le réel et le destin dont on ne peut pas échapper cet article n’aurait du jamais être dans l’esprit de son auteur je ne sais pas moi ? il nous a habitué à mieux en maestro mais là je regrette une erreur de parcours ? @ ALI on commente un texte et on donne son avis qui a dit que mr elhadj n’est pas gentil ? qu’il ne positive pas ? revenez à la réalité de l’écrit les sentiments n’ont pas de place monsieur .

    • révolté

      Après moi c’est le déluge, telle est aujourd’hui la devise des élites algériennes , toutes tendances confondues, d’ici et d’ailleurs. Notre pays grouille de prophètes des temps modernes de la démocratie et de la justice. Tout le monde semble trouver ses comptes dans l’ignorance généralisée du peuple. Lorsque il s’agit de faux débats c’est tout le monde qui s’agite, qui parle par postulats, qui monte sur ses grands chevaux, qui interpelle, qui intimide, qui fait valoir sa science, son art et sa perspicacité mais lorsque il s’agit des sujets éminemment importants et des questions qui engagent le destin du pays c’est tout le monde qui perd sa verve et son enthousiasme . Ya jamaa il faut revenir à la réalité , est-elle plus instructive cette histoire qu’un débat sur l’école ou sur la santé, ? Si on avait une école bien établie, est ce que nous aurions connu toutes ces situations ubuesques, toutes ces tragédies faites de sangs et de larmes, tous ces incompétents, tous ces imposteurs, tous ces ignorants qui nous dirigent comme si nous étions du bétail? Au lieu d’investir dans l’école pour la construction d’un État de droit, le chantage est devenu le meilleur moyen d’expression pour l’accès à un mode social autrement plus aisé et plus huppé. Après tout y a t-il un avenir dans une société ou les maîtres chanteurs es- qualité deviennent des stars et suscitent des débats houleux au moment ou l’on tourne le dos à toutes les questions qui engagent le destin de la nation.
      Je ne vise personne, mais un point de vue personnel.
      Bonne journée

      • Hamid

        Hamid vous dit que ces sujets furent abordés et il faut de tout pour en faire un monde. Cet article en fait parti.

      • Mme CH

        « Transfert illégal de devises et fausses facturations : le “business louche” du géant Total en Algérie » ( août 16, 2014) …..Donc, un article très récent écrit par
        Par Abdou Semmar. Il dit:

        « Le géant français Total, une multinationale spécialisée dans l’industrie des hydrocarbures, est au coeur d’un scandale financier en Algérie. Sa filiale algérienne, qui s’occupe essentiellement de la vente des lubrifiants, est dans le viseur du fisc algérien dont les services enquêtent sur un des pratiques illicites de transfert de devises à l’étranger. »

        « Selon plusieurs sources concordantes, Total Algérie est accusée d’avoir “gonflé les factures concernant ses importations pour transférer des sommes considérables de devises à l’étranger“. Ces sommes ont atteint un seuil phénoménal au point d’attirer l’attention des enquêteurs du fisc algérien qui, nous apprend vendredi El-Khabar, cherchent désormais à infliger une amende records de 8 milliards de dinars, l’équivalent de presque 80 millions d’euros, à Total Algérie. La compagnie française “est soupçonnée d’avoir triché sur l’origine et le montant de ses importations”, nous expliquent en outre des sources judiciaires bien au fait de ce dossier.
        Ce n’est pas la première fois qu’une compagnie française est soupçonnée de transfert illégal de devises et de dissimulation de bénéfices. Le laboratoire pharmaceutique Sanofi avait écopé, en 2012, d’une amende de 2 millions d’Euros. Le dirigeant de la filiale algérienne avait été condamné à une peine de prison. Il avait quitté le pays avant la condamnation définitive. De l’avis de plusieurs investisseurs et experts étrangers ou nationaux, la législation algérienne en matière de transfert de devises est l’une des plus contraignante dans le monde. Mais cela ne légitime guère pour autant la triche… »

        Voilà le genre de partenariat auquel il nous invite, partenariat perdant-gagant… !!! Vous connaissez sans doute le perdant dans l’affaire…??? La vache laitière bien sûr, quant au Trayeur et ses orbitons……???!!!

        Wa Ma Khafia Kana A3dham… !!!

      • Belamri abdelkader

        Merci Monsieur pour votre perspicacité et votre sens de l’engagement.Je me tue à le dire et le répéter que le débat majeur se trouve au cœur des enjeux de l’avenir du pays au plan économique social et culturel ,au delà des rentes provenant des ressources énergétiques masquant notre incapacité à penser juste et se mobiliser pour la construction d’une société moderne axant son développement sur l’intelligence ,la créativité et le travail de l’homme.Le reste est éphémère.

        • révolté

          Serions nous, nous autres algériens, les champions du « haf » et des donneurs de leçons en puissance? Quand il n’y a pas d’école, quand l’école n’existe pas, quand un universitaire ne sait pas lire et écrire, peut-on être porteur d’un projet de société, peut-on réaliser le changement et de construire des institutions bien établies au service de la république? Le changement pour qu’il puisse s’accomplir, la vérité pour qu’elle puisse s’épanouir et la justice pour qu’elle puisse régner, il faut une école qui forme des citoyens ayant le sens des responsabilités morales et civiques. Ce qui n’est pas le cas en ce moment dans notre pays. Pour que la corruption, le piston, les dépassements, l’arbitraire, l’injustice, la hogra, le crime impuni cessent, il faut d’abord construire une vraie école. Mais tout le monde veut être chef, le tuteur autoproclamé du peuple, tout veut être l’interlocuteur de ce régime moribond . Les instruments si nécessaires à l’édification d’un État droit n’intéresse personne y a si Belamri.

          • president51

            REVE de FOUS ?avec les responsables de ce genre c est le desert qui attend les Algeriens de demain plus rien ne repoussera apres leur passage ?

  16. Abbes

    C’est une opinion comme une autre.

  17. Chot Lahcène

    les gros bonnets du capitalisme morts ou vivants seront toujours les vampires qui vampirisent le peuple .ils aspirent le sang du peuple jusqu’a la dernière goutte ..le monde est emplis de dracula ….un gros boss satanique touche 50 fois le smic de base ou plus pour une simple retraite ….ils se morfondre dans la déchéance de la saleté de fric ….les gros actionnaires de total du congo sucent le sang de tous un peuple qui crie famine …le machin exministre du pétrole sonatrach …je me rappelle plus son nom …avec sa bande de mafia ont ruiné le pays ont faisant fuir des milliards de dollars afin de préparer la fuite des boss de la nomenclatura …..tous ces draculas se connaissent fréquentent les memes club illuminatis pour sucer encore le sang des pauvres ….tous ces discours de nationalismes et consorts et patati et patata c’est pour les bamboulas de begnets ….le fric il pue le diable ….cette vie c’est le début de l’enfer ….il n’echapperont pas à la main de dieu…l’enfer est leurs séjours …

    ALLAH EST PUISSANT

  18. Mme CH

    Selon la presse, au terme d’une transition de trois ans, Christophe de Margerie devient en mai 2010 PDG du géant pétrolier français. Il avait été reconduit en 2012 dans ses fonctions d’administrateur du groupe jusqu’en 2015. Les statuts du groupe avaient été modifiés au printemps dernier pour repousser la limite d’âge des fonctions de président et de directeur général du groupe, ce qui aurait pu lui permettre de briguer un nouveau mandat en mai prochain. » alors fallait-il lui concocté un petit accident (avec un chasse neige sur la piste…???) parce qu’il est devenu trop gênant….???

    Pourtant, peu après sa nomination, comme PDG de Total en 2010 il passe plus de 24 heures en garde-à-vue, dans le cadre d’une affaire de corruption avec l’Iran.
    Il avait aussi été mis en cause dans le scandale de pots-de-vin et de surfacturations mis en place par le régime de Saddam Hussein pour contourner le programme onusien « pétrole contre nourriture ». Toutefois, après huit ans d’instruction et un mois de procès, le tribunal correctionnel de Paris avait rendu le 8 juillet 2013 un jugement spectaculaire dans cette affaire, en relaxant tous les prévenus…..!!!

    Et dire qu’il y a toujours deux justices partout dans le monde….!!!!

  19. Mémoria

    @@@@@@@@@@@@@@Aux Dupont D et Dupont T pour complément d’enquête !

    Les agissements de Foccart sous les ordres de De Gaulle – Partie 2 –

    Extrait du livre LAMIA – des éditions de l’HOMME, de THYRAUD de
    VOSJOLI Philippe, agent du SDECE.

    On avait l’habitude, à Paris, de résoudre par l’assassinat les difficultés politiques; comme cela fut, une fois de plus, démontré par le plan machiavélique préparé à la fin de 1962 pour se débarrasser d’Enrico Mattei.

    Peu de personnes ont eu dans leur vie plus de succès ou se sont fait plus
    d’ennemis qu’Enrico Mattei, président de l’ENI (Ente Nazionale
    Idrocarburi), l’Institut National Italien des Hydrocarbures.

    Né en 1906, il était le fils d’un agent de police italien. Son père n’ayant pas les moyens de subvenir à l’éducation de ses enfants, le jeune Enrico fut obligé d’aller travailler à l’âge de quatorze ans.

    Son premier métier fut celui de peintre dans une fabrique de lits de fer. Plus tard, l’ambitieux Mattei fut engagé comme garçon de courses dans une tannerie et, en quelques années, devint directeur de la firme. Mais cela ne suffisait pas à son énergie débordante. A vingt-cinq ans, il démissionna et se spécialisa, à Milan, dans la vente de produits chimiques. En 1936, il décida de s’installer à son compte et il fonda sa propre entreprise pour la fabrication de produits chimiques, où il employait de nombreux ouvriers.

    Au moment de l’entrée en guerre de l’Italie, en 1940, les affaires de Mattei étaient florissantes; mais les hostilités en compromirent bientôt le développement.

    Dégoûté par les fascistes, il entra dans la clandestinité et dirigea un important réseau de partisans en Italie du Nord. A la tête de ses hommes, il combattit les Allemands et les partisans de Mussolini.

    De ce fait, après la guerre, Mattei devint un des leaders de la démocratie chrétienne et ses compagnons d’armes formèrent le gouvernement italien après l’armistice.

    On demanda alors à Mattei de liquider l’AGIP (Agence Italienne du
    Pétrole), une création de Mussolini.

    Pendant plus de quinze ans, cette compagnie avait gaspillé des sommes énormes à chercher du pétrole dans le sous-sol de la péninsule. Le pays était appauvri et l’on était convaincu qu’aucune prospection effectuée sur le sol italien ne donnerait de résultats.

    Agissant à contre-courant, Mattei eut l’idée non seulement de continuer les prospections, mais aussi de maintenir en activité l’AGIP sous la forme d’une entreprise géante s’occupant de prospection et, en outre, de tout ce qui touchait le pétrole et ses dérivés.

    Après avoir étudié à fond tous les rapports précédents, il acquit la conviction qu’il y avait du méthane dans la vallée du Pô et il concentra les recherches dans cette zone.

    En 1946, on y découvrit un vaste gisement de gaz naturel. Pour Mattei, c’était le succès.

    Son ENI, qui procédait de l’AGIP, occupa rapidement une position très en vue non seulement pour l’exploitation du méthane comme énergie à bon marché pour l’industrie italienne, mais aussi pour la construction d’oléoducs, la création de nouvelles industries pétrochimiques et de nouvelles raffineries de pétrole dans le monde entier.

    Diversifiant ses activités, ENI devint une entreprise tentaculaire ayant des intérêts dans le textile, les restaurants, les motels,les journaux, etc.

    Ainsi, Mattei était devenu à la fois l’homme d’affaires numéro 1 de l’Italie et l’un des chefs les plus importants de l’industrie pétrolière mondiale. Il luttait contre les grandes compagnies étrangères en offrant aux pays du Moyen-Orient des contrats à 75-25% contre les 50-50% que proposaient ses concurrents. En plus, ENI, ne s’embarrassant pas de considérations politiques, raffinait du pétrole brut acheté à la Russie et aux pays satellites.

    Enrico Mattei n’avait jamais été spécialement apprécié en-dehors de l’Italie; et ses succès lui valaient dans le monde de nombreux ennemis, qui redoutaient de lui voir créer un empire italien du pétrole.

    Les journaux occidentaux faisaient campagne contre lui et le gouvernement italien se trouvait, à cause de lui, en difficulté avec ses alliés.

    Toute fois, Mattei, impassible, continuait à développer ses projets. S’opposer à la Standard Oil et aux grandes compagnies pétrolières occidentales était une chose, mais s’en prendre au gouvernement de de Gaulle en était une autre; or, ce fut justement ce que fit Mattei.

    Quand de Gaulle avait donné l’indépendance aux colonies françaises d’Afrique Noire, et plus tard à l’Algérie, il avait assuré ses compatriotes que la France y garderait sa prééminence économique.

    Pour stimuler le commerce entre la France et ses anciennes colonies, de Gaulle accorda à celles-ci d’importants crédits et un appui financier considérable.

    En France, beaucoup de petits épargnants privés avaient mis leur argent dans les actions des compagnies françaises de prospection et d’exploitation de pétrole du Sahara et des territoires nord-africains.

    Le soutien de ces groupes financiers de Gaulle le savait – lui était essentiel en cette période cruciale et le Général tenait absolument à leur démontrer que la retraite politique de la France
    en Algérie ne signifiait nullement son remplacement par une nation
    étrangère dans l’exploitation du pétrole.

    Les bourgeois français pouvaient se croire assurés que la France garderait le contrôle du pétrole nord-africain.

    Mattei, lui, ne le pensait pas. Il désirait s’approprier un gros morceau du gâteau ou, avec un peu de chance, la totalité du dit gâteau.

    Déjà au Sénégal, au Mali, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et même à Madagascar, son AGIP avait conclu des accords avec les gouvernements en vue d’établir un réseau de distribution pour leur pétrole et leurs produits pétroliers.

    Les Italiens étaient en train de s’implanter dans les anciennes colonies françaises, cela à la grande colère de de Gaulle et de son collaborateur chargé des affaires africaines, Jacques Foccart.

    En Tunisie, Mattei avait obtenu l’autorisation de procéder à la prospection du pétrole, et il construisait une raffinerie à Bizerte. Il en était de même au Maroc, où l’une des succursales de l’ENI faisait de la prospection et où une raffinerie venait d’être achevée.

    Située entre leMaroc et la Tunisie, il y avait l’Algérie pour le moment en guerre contre les Français; mais Mattei observait les signes avant-coureurs de l’indépendance de ce pays et espérait y trouver un fleuron de plus pour sa couronne.

    Les chefs du Front Algérien de Libération Nationale se rendaient souvent en Italie pour y acheter des armes et des munitions et arranger leur transport en Algérie.

    Le plus grand marchand d’armes du monde, Sam Cummings, président de Interarmco dont le siège social est à Alexandria, en Virginie, avait à Gênes un de ses entrepôts les plus importants.

    De là, il expédiait aux rebelles et révolutionnaires du monde entier des armes achetées en Europe aux ventes de surplus. Les Algériens étaient ses clients réguliers.Mattei leur accordait un certain appui financier et les aidait pour leurs problèmes de transport maritimes.

    De nombreux renseignements reçus à Paris confirmaient que les leaders arabes lui avaient, en échange, promis un contrat pour la construction d’une raffinerie en Algérie et le monopole de la prospection du pétrole au Sahara

    La politique de de Gaulle était ainsi compromise. II fallait faire quelque chose.

    Les Renseignements français avaient plusieurs agents au sein de l’ENI. L’un d’eux, qui occupait un poste élevé, tenait le SDECE au courant et espérait que des mesures énergiques seraient bientôt prises, ce qui lui permettrait de réaliser certaines de ses ambitions.

    Mais Mattei était un personnage d’envergure et l’Elysée voulut d’abord essayer de le gagner ou du moins de le persuader de rester en dehors de l’Algérie, même si cela coûtait très cher.

    Un diplomate français fut envoyé en Italie et réussit à obtenir une entrevue avec Mattei.
    Il lui déclara carrément qu’il représentait un problème gênant pour la France et que, s’il acceptait de mettre fin à ses manœuvres en Algérie, le gouvernement français lui serait reconnaissant et lui accorderait une forte compensation.

    Mattei était fier, et il éclata de rire au nez du représentant du Quai d’Orsay.

    Mattei, dit-il, n’avait nul besoin des faveurs de la France et, de son côté, n’avait aucune intention de lui en accorder une.

    Quant aux menaces, elles le laissaient absolument froid.

    La conversation tourna court, Mattei ayant prié le diplomate français de s’en aller et de ne plus revenir.

    Puisqu’il était impossible de se mettre d’accord avec Mattei, on décida, en haut lieu, d’augmenter les pressions faites sur lui.

    Plusieurs messages lui furent envoyés portant la signature d’une organisation extrémiste française de droite: on menaçait de l’assassiner s’il ne suspendait pas son aide aux rebelles algériens.

    Le bruit courut, également, d’un sabotage perpétré sur l’avion personnel de l’industriel italien; mais l’attentat terroriste avait été déjoué à temps. Cette rumeur donna une idée au service «Action» qui avait, à plusieurs reprises, reçu la consigne d’éliminer Mattei.

    Pour ses voyages d’affaire l’Italien utilisait un bimoteur à réaction, appareil rapide construit en France par Morane Saulnier.

    Ses déplacements s’effectuaient selon un programme régulier. Normalement, Mattei faisait la navette entre Milan, Rome, Ravenne et Gela. Très obstiné, le magnat italien refusait la moindre modification à ses plans; il n’admettait même pas qu’un voyage aérien fût retardé pour des raisons de mauvaises conditions météorologiques.

    Il n’aimait pourtant pas particulièrement se déplacer en avion et, plus d’une fois, il avait été indisposé par le mauvais temps et des turbulences atmosphériques. Mais il préférait cela, plutôt que d’annuler une réunion à laquelle il avait promis d’assister.

    Le service «Action» avait pris la décision de saboter l’avion de Mattei.

    L’aéroport de Catane fut choisi comme l’endroit idéal pour accomplir cet attentat, parce que la surveillance des avions stationnés sur l’aérodrome de Fontanarosa ne paraissait pas très active et parce que Mattei y faisait souvent escale lorsqu’il allait inspecter des travaux de forageaux alentours de Gela. Ce nouveau gisement de pétrole était devenu un des projets les plus chers
    du président de l’ENI, et il y passait une grande partie de son temps pour mettre au point les nouveaux chantiers. Au cours des deux années précédentes, le SDECE avait, en plusieurs occasions, recouru à des sabotages d’avions et le Service avait élaboré une technique simple pour ce genre d’attentats.

    Des mécaniciens parlant couramment la langue du pays où l’opération devait avoir lieu étaient spécialement entraînés sur du matériel et des avions identiques à ceux choisis comme objectif.

    Dans le cas de Mattei, la chose ne posait aucun problème particulier, car l’homme désigné avait travaillé sur un appareil semblable dans l’usine Morane Saulnier et il connaissait très bien l’équipement spécial qu’on avait placé sur l’avion avant de le livrer à l’acheteur italien.

    Je ne connais pas le nom exact du saboteur, mais son pseudonyme était Laurent.
    D’origine corse, il parlait couramment l’italien. Au cours de l’automne 1962,il se rendit en Sicile et s’établit temporairement à Catane, où il eut l’occasion de trouver du travail à l’aéroport de Fontanarosa. Le poste de SDECE à Rome restait en contact avec ses agents dans l’entourage de Mattei et suivait de près tous les déplacements de l’homme d’affaires.

    Quant au Service «Action», il recevait d’avance les bulletins météorologiques concernant les endroits où Mattei devait se rendre. Le 26 octobre, des renseignements arrivèrent suivant lesquels Matteidevait quitter Catane par avion le lendemain, en fin d’après-midi, pour arriver à Milan à la tombée de la nuit. Les prévisions météorologiques annonçaient que sur Milan le plafond serait bas et le brouillard épais. Laurent reçut l’ordre d’agir.

    Au matin du samedi 27 octobre, il gagna l’aéroport et put monter à bord de l’appareil de Mattei sans être remarqué. En moins d’un quart d’heure, travaillant avec la dextérité que lui donnait un long entraînement, il débrancha etrebrancha d’une manière différente certains fils reliant les instruments.
    Ouvrant la boîte noire de l’altimètre, il substitua rapidement à certains éléments les pièces
    qu’il avait apportées avec lui. Sa besogne accomplie, il fit disparaître toute trace de sa visite,
    jeta un coup d’œil aux alentours pour s’assurer que tout était en ordre et partit sans être vu.

    Tout avait marché sans accroc et il se surprit à siffloter.

    Bien que trois hommes fussent condamnés à mourir quelques heures plus tard, il n’éprouvait nul remords. Il était bien entraîné et ne pensait qu’à l’argent qu’il toucherait bientôt comme prix de ses services. Pendant ce temps, Enrico Mattei faisait visiter son gisement de pétrole de Gela à un journaliste américain, William McHale, chef du bureau de Time à Rome, qui était venu l’interviewer. Il avait passé quelque temps en Irak et était très au courant des problèmes du pétrole.

    Time avait toujours violemment critiqué Mattei et celui-ci, profondément ulcéré, essayait de présenter ses projets et lui-même sous le jour le plus favorable. McHale avait l’intention de regagner Rome par un avion de ligne commerciale; mais Mattei insista pour qu’il l’accompagnât à Milan afin de voir certains autres projets qui lui tenaient à cœur. McHale estima que le déplacement valai la peine et accepta l’invitation.

    Vers 16h 30, Mattei et McHale arrivèrent à l’aéroport Fontanarosa, à Catane, et s’embarquèrent immédiatement sur le Morane Saulnier où les attendait le pilote préféré de Mattei, qui était aussi son compagnon de pêche à la truite. Irnenio Bertuzzi avait servi comme pilote dans l’Aviation italienne durant la guerre et avait été membre de la fameuse escadrille Baracca qui signifie « bonne chance » en arabe.
    Il avait jusqu’alors eu de la chance, en effet; et il ne pouvait pas savoir que cette chance l’avait désormais abandonné. Le Morane Saulnier était construit comme un avion de chasse.

    Le cockpit était recouvert de plexiglas transparent, et quand l’appareil
    décolla, vers 17 heures, on aperçut Mattei assis sur le siège avant, à côté de Bertuzzi, tandis que McHale avait pris place à l’arrière et s’appuyait au dossier du siège de Mattei.La distance entre Milan et Catane est
    d’environ 1000 kilomètres et le Morane Saulnier vole à environ 650 kilomètres à l’heure, à l’altitude de 25,000 pieds. A 18h 45, conformément à son horaire, l’avion s’approcha de l’aéroport de Milan. Il faisait noir, le temps était mauvais et le plafond très bas.

    Bertuzzi n’avait d’autre choix que d’atterrir aux instruments. Il appela la tour de contrôle de Linate et annonça: «Altitude, 6000 pieds.» « Visibilité sur la piste d’envol: 1400 mètres.

    Vous pouvez atterrir immédiatement », répondit la voix de la tour de contrôle.

    Bertuzzi répondit: «Eventuellement.»

    Réponse étrange et laconique, absolument inattendue. Quelques minutes plus tard, cependant, le pilote se fit entendre de nouveau, déclarant qu’il descendait à 2000 pieds et qu’il tournait autour de l’aéroport afin de perdre de l’altitude.« Quand allez-vous atterrir? » demanda la tour de contrôle.

    «Dans une minute, une minute et demie », répondit Bertuzzi.

    Ce furent les dernières paroles du pilote.

    Une minute plus tard, alors qu’il croyait se trouver à une altitude de quelques centaines de pieds, l’avion émergea brusquement du brouillard et trouva devant lui une rangée de peupliers.

    L’appareil plongea au sol et explosa.

    A Paris, les responsables de l’opération exprimèrent leur satisfaction
    .
    L’affaire Mattei était maintenant terminée.

    Quant au journaliste innocent qui avait perdu la vie dans l’accident et au malheureux pilote qui ne pouvait pas savoir que son altimètre et ses instruments avaient été sabotés, ils n’y pensaient pas plus qu’ils ne pensaient aux familles douloureusement éprouvées. Rentrant chez eux, auprès de leurs enfants, ils n’eurent aucun remords.

    L’assassinat faisait partie de la routine journalière des membres du Service «Action » du SDECE. Ils exécutaient ponctuellement les ordres qu’ils recevaient et étaient fiers de leur habileté qui, ils en étaient convaincus, valait bien celle de la Gestapo ou du KGB.


    @@@@@@@@@@@@@@@@@Laboratoire du Professeur Tournesol pour analyse !

  20. elhadj abdelhamid

    Bonsoir Mémoria
    La saga de Mattei conforte une conviction largement partagée : La bataille d’Elalamein ( les 2 Mondes ! ) ne cessera jamais… tant qu’il y aura des hommes et…du pétrole. Ce n’est pas une guerre de religions ou de races. La Yougoslavie ( comme la Tchécoslovaquie, l’Ukraine…) a été dépecée avant l’Irak et la Libye et la pendaison westernienne de Saddam ( mort dignement ) est hautement plus « hygiénique » que la boucherie de l’exécution de l’Européen Causescu et de sa malheureuse épouse qui n’arrêtait pas de supplier ses bourreaux aussi européens qu’elle.
    La Terre entière est une planète « fossile » ( du Big Bang ? ). Alors, du pétrole, il y en aura encore pendant longtemps et sûrement partout, dans les océans, le cercle arctique… Aussi, il n’est pas impensable qu’un jour, à la place de le Tour Effel, un monument privé appartenant à des actionnaires et qui rapporte des millions d’euros, se dressera un…derrick de pétrole qui en rapportera des milliards moyennant une petite fracturation du Trocadéro.
    En attendant, il y a le naphte « facile » des déserts arabes. Dans les années 70, pour railler ses adversaires d’une énième guerre israélo-arabe, Moshé Dayan, le ministre sioniste de la Défense au bandeau noir de pirate avait dit : Là où il y a un arabe, il y a un désert !
    Aujourd’hui, là où il y a du pétrole, dans les déserts arabes et ailleurs, il y a un terroriste, islamiste, de préférence ( c’est la tendance moderne ), un Arabe, un Tchétchène ou même un Européen converti.

    • Mme CH

      Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhh…..!!! C’est un régal…..!!! Mr elhadj abdelhamid, depuis que je vous lis, à mon avis, ce récit est le Top des top…!!!! Merci, car j’ai beaucoup apprécié, le style et le contenu, sauf pour le passage, ce n’est pas une guerre de religions ou de races, car déjà le fait que le pirate dit « arabe »…!!! Bref, on en reparlera avec des arguments Inchaallah…!!!!

      Mes Respects et Bonne soirée

      • Mme CH

        Salam Mr elhadj abdelhamid….!!! Votre article ainsi que le commentaire adressé à Mr Mémoria, m’ont rappelée un article très intéressant intitulé:  » Si vous n’entendez pas les tambours de la guerre, c’est que vous êtes sourds »….!!! Il s’agit d’un entretien rare et exceptionnel, dans lequel l’ancien Secrétaire d’Etat de l’ère Nixon, Henry Kissinger révèle ce qui se passe en ce moment-même dans le monde et plus particulièrement au Moyen-Orient…..!!! Et certains nous taxent de tous les maux, alors que les comploteurs reconnaissent leurs « crimes » contre l’humanité….!!!!

        S’exprimant depuis sa somptueuse maison à Manhattan, le vétéran de la politique, qui aura 89 ans en mai, a une longueur d’avance sur la situation géopolitique et économique mondiale. Voilà ce qu’il dit: « Les États-Unis attirent la Chine et la Russie, et le dernier clou pour fermer le cercueil sera l’Iran, qui est, bien sûr, la principale cible d’Israël.
        Nous avons permis à la Chine d’accroître sa force militaire et à la Russie de se remettre de la soviétisation, pour leur donner un faux sentiment de bravade, cela va créer une mort conjointe plus rapide pour eux. Nous sommes comme le tireur d’élite provoquant l’amateur à ramasser le pistolet, et quand ils essaient, c’est sa fin.
        La guerre à venir sera si grave qu’une seule superpuissance pourra gagner, et ce sera nous autres. C’est pourquoi les européens ont une telle hâte de former un super Etat : ils savent ce qui se prépare, et pour survivre, l’Europe devra être un Etat fort et soudé. Leur empressement me prouve qu’ils savent très bien que la grande épreuve de force est à nos portes. O combien j’ai rêvé de ce moment délicieux.« »Contrôlez le pétrole, et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture, et vous contrôlez le peuple« M. Kissinger a ensuite ajouté : »Si vous êtes une personne ordinaire, alors vous pouvez vous préparer à la guerre en vous déplaçant à la campagne et en construisant une ferme, mais vous devez prendre des armes avec vous, tellement des hordes affamés seront en errance. En outre, même si les élites auront leurs refuges et des abris spécialisés, elles devront être tout aussi prudentes, lors de la guerre, que les civils ordinaires, parce que leurs abris peuvent toujours être détruits. »
        Après une pause pendant quelques minutes pour rassembler ses pensées, M. Kissinger, poursuit :
        « Nous avons dit aux militaires que nous aurions à prendre plus de sept pays du Moyen-Orient pour leurs ressources et ils ont presque terminé leur travail, nous savons tous ce que je pense de l’armée, mais je dois dire, cette fois, qu’ils ont obéi à des ordres superflus. C’est juste que le dernier tremplin, c’est à dire l’Iran, va vraiment faire pencher la balance. Combien de temps la Chine et la Russie pourront se contenter de regarder l’Amérique nettoyer ?
        Le grand ours Russe et la faucille chinoise seront réveillés de leur sommeil et c’est à ce moment qu’Israël va devoir se battre de toutes ses forces et avec toutes ses armes pour tuer autant d’Arabes qu’elle le peut. Nous avons espoir que si tout va bien, la moitié du Moyen-Orient sera aux Israéliens.
        Nos jeunes ont été bien formés, au cours de la dernière décennie, sur les jeux de combat sur console, il était intéressant de voir le nouveau jeu Call of Duty 3, jeu de guerre moderne, qui reflète exactement ce qui va se passer dans un avenir proche avec sa programmation prédictive. Nos équipes de jeunes, aux États-Unis et à l’Ouest, sont préparés parce qu’elles ont été programmées pour être de bons soldats, de la chair à canon, quand ils seront commandés pour sortir dans les rues et lutter contre ces fous de « Chintocs » et de « Russkies », ils obéiront à leurs ordres.
        Sur les cendres nous construiront une société nouvelle, il restera seulement une superpuissance de gauche, et seule, elle sera le gouvernement mondial qui gagne.
        N’oubliez pas, les États-Unis ont les meilleures armes, nous avons des choses qu’aucune autre nation n’a, et nous introduirons ces armes quand le moment sera venu.  »
        par Alfred Heinz

        Ce néoconservateur sioniste sait qu’il y a beaucoup d’aveugles et de sourds-muets sur cette terre…..!!!! A la bonheur…!!

        • Mme CH

          Par ailleurs, 1,7 million de documents concernant l’activité diplomatique des Etats-Unis à l’époque du secrétaire d’Etat Henry Kissinger, a été publié écrit le quotidien RBC Daily.

          Selon le créateur du site, Julian Assange, les documents publiés évoquent la participation des Etats-Unis dans les affaires intérieures de presque tous les pays du monde. « Ces informations sont les plus intéressantes, d’un point de vue géopolitique, de toutes celles qui ont été publiées jusqu’à présent », a déclaré Julian Assange.
          La correspondance diplomatique dévoilée par WikiLeaks dans le cadre du « projet spécial K » comporte près de 1,7 million de messages, de télégrammes et de lettres datant de 1973-1976. Assange cite une phrase caractéristique de la diplomatie américaine, tirée de la correspondance personnelle du secrétaire d’Etat : « The illegal we do immediately. The unconstitutional takes a little longer (On commet l’illégal immédiatement, l’inconstitutionnel prend un peu plus de temps).
          Les informations publiées par WikiLeaks ont été qualifiées de « bibliothèque publique de la diplomatie américaine » (Public Library of US Diplomacy, PlusD). Elles incluent plus de 205 000 messages personnels de Kissinger, 227 000 messages « confidentiels » et 61 000 « secret défense ». 12 000 autres documents comportent le sigle « ne pas diffuser » et 9 000 – « uniquement pour la lecture ».
          Les documents dévoilés évoquent également le soutien des Etats-Unis aux régimes fascistes d’Amérique latine et au général espagnol Franco. Ils évoquent également la guerre de 1973 entre Israël, la Syrie et l’Egypte.

          A vous de faire les projections, les recoupement nécessaires et en tirer les conclusions qui s’imposent….!!!??? Sinon dormez, il se fait tard…!!!

          Ding, Dang, Dong….!!!

          • elhadj abdelhamid

            Salam Mme CH
            Je viens de lire votre double-post du 29/10/2014 à 23 h.
            Il commence par Salam Mr El Hadj Abdelhamid…et se termine par…A vous de faire les projections….sinon dormez, il se fait tard, Ding, Dang, Dong !
            Madame, je tiens à vous rassurer. Si je suis un lève-tôt notoire ( je dois tenir ça d’un trait familial ), je suis aussi plutôt un couche-tôt et le 29 à 23 heures, c’est-à-dire hier soir, je dormais !
            Voici la preuve. J’ai regardé le match de foot Rennes-Marseille joué hier en soirée. Alors que j’ai pensé que l’OM avait gagné ( 1-0 ), j’ai appris, tôt ce matin en suivant les infos après la prière du fejr, que Rennes s’était qualifiée au dépens de Marseille sur le score de 2- 1.
            J’ai alors compris que je me suis endormi à avant l’heure de jeu, la 60ème minute du premier but, que je n’ai pas vu, des Bretons. Comme le match a débuté à 20h55, donc 20h55mn + 60 mn = 21h55mn !
            Merci d’avoir apprécié mon post.

            • Mme CH

              Ohhhhh…!!!! Salam Mr elhadj abdelhamid, en plus vous avez un sens de l’humour que j’apprécie beaucoup….!!!! Mille pardons, vous avez bien fait d’attirer mon attention, car je crois qu’il y a une petite confusion que je dois lever….!!!

              la conclusion: « A vous de faire les projections, les recoupements nécessaires et en tirer les conclusions qui s’imposent….!!!??? Sinon dormez, il se fait tard…!!! Ding, Dang, Dong »…. ne vous était pas spécialement adressée , je peux vous l’assurer , Vous= ceux qui nous lisent, et là, le verbe dormir avait un sens beaucoup plus large….!!!!
              Alors tachez de veiller la prochaine fois, sinon vous allez rater beaucoup de choses….(rires) !!!! Entre nous, couche-tôt -lève-tôt, est la meilleure formule, sur tous les plans….!!!

              ‘Allah Ya9bel pour la prière du Fejr’

              Tiens, je vais vous rapporter un autre article qui dévoile les agissements de la pieuvre du mal, mais dans une autre rubrique (immolation), histoire d’informer sur les sources du mal…!!!

              Cordialement…!

  21. Hamid

    La conclusion est discutable cher docteur.

  22. Mohand

    le FSB affirme en outre qu’ils ont découvert ” des contradictions inexplicables “entre les informations récupérées à partir des boites noires de l’avion et les informations de la tour de contrôle publiées qui ont montré que cet avion a été ” subrepticement dirigé “dans la trajectoire du chasse-neige qui roulait sur ​​une autre piste.

  23. Blaha

    Ceux qui savent se taisent et laissent ceux qui ne savent rien faire semblant de savoir.
    Le Qatar lui pleure son renfloueur et son vrai maître.
    Vivre pour l’or noir et mourir dans le kérosène. Un signe non?

  24. Blaha

    Quand Tintin rencontre Miloud ou les élucubrations en roue libre.

  25. Smiley

    Big moustache était un patron atypique, le seul qui s’est prononcé publiquement pour la taxe à 75 pour cent qui avait fuire les patrons et l’acolique Depardieu qui ne déparait pas au pays de la vodka Smirnoff.. Détesté de Sarkozy et la réciproque étant aussi vraie, il était à tu-et à-moi avec Hollande l’homme qui ‘n’aime pas l’argent’ mais qui est amoureux des patrons qui en gagnent beaucoup.
    Il est sutout proche de Jean-Pierre Jouyet de la même promotion Voltaire de l’ENA que Hollande, Ségolène et Villepin ( bonjour l’endogamie et l’inceste politique dans ce marigot présenté comme la mère de la démocratie et des libertés).
    Jouyet est marié à sa cousine Brigitte de la famille Tattinger (du champagne du même nom) et à la fois ministre d’ouverte de sarkozy e tgrand ponte de l’administration hollandaise. Démocratie et bulles de champagne pour cultiver l’ivresse du pouvoir.
    Margerie a été un grand patron et un redoutable pétrolier qui poussait à l’exploitation du gaz de schiste. La Russie était pour lui le nouvel Eldorado, la terre promise des pétroliers avec le projet Yamal valorisé à hauteur de 27 milliards de dollars.
    Le 20 octobre dans la nuit de Vnoukovo, sa bonne étoile avait fini de briller dans un choc avec un chasse neige dans un nuit sans neige….

    • elhadj abdelhamid

      Bonsoir
      Christophe de Margerie était ( tiens, on parle déjà au passé du « pauvre » homme ) un personnage aussi atypique que ne l’était sa moustache. J’ai consulté une foule de catalogues des moustaches et je n’ai pu la classer nettement. En tout cas, vous pouvez le vérifier, elle pourrait être plus une « Russe » qu’une « Américaine » ou une « Anglaise ». Mais surtout pas une « Française ».
      En 2011, avec quelques boss fortunés, pour « contribuer à l’effort de solidarité » nationale, le patron de Total avait lancé au pouvoir : Taxez-nous !
      Je ne sais pas pourquoi mais cet hyper civisme m’a rappelé la tête aussi ronde Jacques Dufilho, le petit meunier du film algérien Le moulin de Monsieur Fabre de Ahmed Rachedi. Jacques Dufilho, pour contribuer aussi à l’effort de l’édification nationale, avait lancé au « pouvoir » de sa petite ville où il n’y avait pas grand-chose comme industrie à « nationaliser » que son petit moulin : Mais, nationalisez-moi, nationalisez-moi !

  26. lecteur assidu.

    De quoi être fier de ces commentaires de bonne facture qui vous livrent des compléments de nouvelles fort utiles à la compréhension.

Répondre