La Voix De Sidi Bel Abbes

Cinéma : l’Algérie rafle trois prix au festival Vues d’Afrique de Montréal

Madame Couragede Merzak Allouache, Fi Rassi Rond-Point (Dans ma tête, un rond-point) de Hassen Ferhani et Le Puits de Lotfi Bouchouchi remportent les premiers prix.

Trois productions algériennes ont remporté le prix du meilleur film de leur catégorie au 32e festival international de cinéma Vues d’Afrique de Montréal qui a pris fin hier avec une soirée de remise des trophées à la cinémathèque québécoise.

Madame Couragede Merzak Allouache a décroché le prix du meilleur long métrage dans la catégorie fiction internationale. Sorti en 2015, le film raconte « le quotidien de Omar, petit voleur à l’arraché de Mostaganem qui se dope aux psychotropes pour se donner le courage de ses méfaits. Un quotidien qui ne sera plus le même depuis que son regard a croisé celui de Selma, l’une de ses victimes pendant qu’il lui volait son collier en or. »

Dans la catégorie documentaire, Fi Rassi Rond-Point (Dans ma tête, un rond-point) de Hassen Ferhani a remporté le prix du meilleur documentaire. Le film est  « une incursion directe dans le plus grand abattoir d’Alger où « des hommes vivent et travaillent à huis-clos aux rythmes lancinants de leurs tâches et de leurs rêves. L’espoir, l’amertume, l’amour, le paradis et l’enfer, le football se racontent comme des mélodies de Chaabi et de Raï qui cadencent leur vie et leur monde ».

Le Puitsde Lotfi Bouchouchi a, quant à lui, raflé le prix du meilleur long métrage dans la catégorie Afrique Connexion. Sorti en 2014, il raconte l’histoire « de femmes et d’enfants d’un village du sud algérien se retrouvent assiégés par des soldats de l’armée française coloniale et ne peuvent sortir au risque de se faire tuer. Petit à petit, ces villageois sont confrontés à la soif. Au point où bientôt se pose pour eux le dilemme de choisir leur mort ».

Le cinéma algérien était représenté par quatre productions. En plus de celles primées, le court  métrage Serial K de Amin Sidi Boumédiène était aussi en compétition.

En hors compétition, l’Algérie était aussi présente à travers une production canadienne : El Djazair mon amour, un projet collectif de 5 cinéastes de la ville de Québec .

Le projet a déjà été présenté au public l’année dernière lors de la 31eme édition en présence des jeunes réalisateurs derrière ces courts-métrages: Michaël Pineault (La Douceur de ses mains), Yannick Nolin (1,2,3 Viva l’Algérie); Guillaume Fournier (Une idée pour demain); Elias Djemil (Au rythme du temps) et  Samuel Matteau  (Karim + Hadjer).

La 32e édition du festival de cinéma Vues d’Afrique s’est tenue du 17 au 24 avril. La programmation a retenu « une centaine de films tous genres confondus, fictions, documentaires, longs et courts-métrages provenant de 33 pays africains et créoles, canadiens et de l’international».

 madamecourage_2614581_465x348

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68070

Posté par le Avr 25 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

3 Commentaires pour “Cinéma : l’Algérie rafle trois prix au festival Vues d’Afrique de Montréal”

  1. TESSALAH

    puisque nous avons deux grandes salles de cinémas sans compter la cinémathèque à Sidi bel abbès pourquoi ces films ne sont projetés, Monsieur le wali devrait y penser pour la relance des cinémas qui ont coûtés des milliards pour leur restauartion.

  2. chaibdraa tani djamel

    @ TESSALLAH ,vous croyez que HADA ECHAABE aime le cinèma, et vous croyez que Mr le WALI va sensibiliser ce CHAABE ,alors par contre pendant notre époque on y allait tout seuls et c’était un grand plaisir culturel, je dis bien CULTUREL. Mais maintenant ,la culture « ETAKAFA RAHETE YA KHAYI »

  3. Amirouche

    TESSALAH et Chaibdraa tani djamel

    Khouti,

    Monsieur le wali, à la tête de Belabbès mais aussi de 52 communes, ne pourrait pas tout faire tout seul…C’est au maire et à son équipe d’élus de gérer le projet municipal de leur ville… »charahoume ydirou ?!!! »
    Je me demande pourquoi les deux cinémas rénovés sont fermés ?! (je croyais qu’ils étaient cinq !! avec le Versailles qui tombe en ruines!!!) …Normalement, comme partout ailleurs dans les autres pays, même s’il n’y a pas de projection de films, ces cinémas peuvent être un lieu d’activités artistiques, un relais culturel pour des rencontres littéraires, mais aussi un lieu de gala sportifs durant les week-end (boxe, Karaté…etc), pièces théâtrales scolaires..etc, moyennant paiement pour que ces salles seraient rentables…
    TESSALAH… votez pour moi « Raisse el baladiya », et je vous ferai même du cinéma en plein air « fel 3atouche », en plus d’une librairie ambulante qui fera le tour des 52 autres communes OUBLIÉES….

    Wine rahe Ouerrad ???? il me donnera surement raison…

    Salam

Répondre