La Voix De Sidi Bel Abbes

CIA : on connaît désormais le nom de la « Reine de la torture »

indexTout au long du rapport sur les pratiques de tortures de la CIA publié il y a quelques semaines, le rôle d’une agent en particulier, dont le nom a été gardé secret, a été disséqué dans les moindres détails. NBC News révèle dans une longue enquête que sa participation active au programme secret de torture initié par l’agence, sa responsabilité pour avoir dupé le Congrès sur l’efficacité des pratiques inhumaines utilisées dans les centres de détention de la CIA… Tout cela fait de cette femme « l’apologiste-clé » de la torture post-11-Septembre. Surnommée par les médias la « Reine de la torture », elle a participé aux « interrogatoires renforcés », du chef auto-proclamé des attentats du World Trade Center, Khalid Cheick Mohammed. Elle a assisté au « waterbording » du suspect Abu Zubaydah. Elle a ordonné la détention d’une personne soupçonnée de terrorisme sans qu’aucun lien avec Al-Qaïda ne soit avéré. Elle a également été critiquée pour avoir refusé de donner le nom de deux pirates de l’air au FBI, avant que les avions ne s’encastrent dans les tours. L’un des plus gros échecs des services de renseignements.

2645905898_3

Alfreda Frances Bikowsky

Cette femme a été identifiée, par plusieurs médias, comme celle qui a mené l’administration Obama à la cache d’Oussama Ben Laden. Ce serait elle que l’on peut voir sur la fameuse photo de la Situation Room, au fond à droite, autour de Barack Obama et d’Hillary Clinton, lors de la mort de l’ancien ennemi numéro 1 des Américains. C’est d’ailleurs son rôle, Maya, que joue l’actrice Jessica Chastain dans le film qui retrace l’opération commando au Pakistan dans le film « Zero Dark Thirty ». Son nom a été dévoilé vendredi dernier par le site The Intercept : Alfreda Frances Bikowsky. L’information, repérée également par le « Figaro », dans son édition de mardi 23 décembre, a suscité de nombreux débats outre-Atlantique.  Selon NBC News, qui a décidé de ne pas dévoiler son nom, une partie de la bataille entre les démocrates du Sénat et la CIA portait sur la protection ou non de l’identité de cette femme, par crainte de représailles. The Intercept, de son côté, écrit avoir décidé de révéler son identité après avoir jugé que son rôle avait été beaucoup trop important pour être caché.

Une des meilleures expertes d’Al-Qaïda

images

A 49 ans, elle est décrite par NBC News comme l’une des meilleurs expertes de la CIA sur Al-Qaïda. Les compétences de cette quadragénaire sont présentées comme inégalées à l’époque. Selon la biographie donnée par le média américain, Alfreda Frances Bikowsky a été recrutée comme analyste en charge de l’Union soviétique, avant de rejoindre l’unité chargée d’Al-Qaïda au milieu des années 1990, alors que le réseau terroriste n’était encore qu’à ses balbutiements. Considérée comme la chef-adjoint de la station Alec, le nom de l’unité Ben Laden de la CIA, elle devient très vite une partisane acharnée de la torture. Loin d’avoir été sanctionnée, elle a été promue pour diriger l’unité du Djihad mondial.  Selon un ancien collègue, John Maguire, qui a passé 23 ans à Langley, Bikowsky est « une analyste extraordinairement compétente » :

« Elle a une personnalité caustique, mais elle est terriblement intelligente et en sait plus sur Al-Qaïda que pratiquement n’importe qui d’autre à la CIA. Elle est difficile à gérer, mais apporte beaucoup… Elle n’avait pas peur de faire des erreurs. »

Toujours selon lui, la femme est « furieuse » des conclusions du rapport.

Son efficacité battue en brèche par le rapport de la CIA, certains estiment désormais que Alfreda Frances Bikowsky devrait maintenant répondre de ses actes devant la justice. Pour un ancien officier du renseignement, cité par NBC News, elle devrait être suspendue et même « mise en prison » pour n’avoir pas su empêcher les attentats du 11-Septembre et pour sa responsabilité dans la pratique de torture de la CIA. images

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57219

Posté par le Déc 23 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

9 Commentaires pour “CIA : on connaît désormais le nom de la « Reine de la torture »”

  1. MOUSLIM 100/100

    Nul n’est parfait ,partout dans le monde on pratique les tortures,qu’ALLAH YASTORNA

  2. Amirouche

    George W. Bush avec ses associés Richard Cheney , Donald Rumsfeld, M. Alberto Gonzales, David Addington, Rice, Powell, Albright ,John Yoo Choon sont les vrais criminels de guerre , avec des charges menant « normalement » à la plus grave sentence ……Alfreda et les autres tortionnaires n’étaient qu’un moyen de tortures sur leurs instructions .
    je ne me rappelle plus qui a dit cette belle phrase à méditer :
     » Dans l’art de faire du mal à son prochain, l’imagination de l’homme ne connaît pas de limites. »
    Sallam

  3. lecteur

    HADJ la torture pratiquée dans une nation dite »libre »est grave.

  4. Harmel Mehdi

    La torture est actuellement l’apanage de tout être humain mais certains l’utilisent à tort ou à raison pour protéger leurs compatriotes mais malheureusement d’autres torturent leurs concitoyens pour spolier les richesses de leurs pays et confisquer leurs droits à s’exprimer et d’avoir l’égalité des chances chez eux ….à vous voire et choisir s’il y’a lieu de choisir ….la réalité du monde ou on vit ne nous donne plus un troisième choix………

  5. Mohand

    La CIA et la « torture » : les 10 leçons explosives du rapport du Sénat
    En 10 points, voici ce que le rapport affirme :
    1.L’utilisation des techniques d’interrogatoire « renforcées » n’était pas le moyen le plus efficace pour recueillir des renseignements
    2.La justification de la CIA pour utiliser ses techniques d’interrogatoire « renforcées » reposait sur des allégations inexactes à propos de leur efficacité
    3.La CIA a menti dans ses rapports au Congrès sur la brutalité des interrogatoires des détenus, sur les conditions de détention des prisonniers
    4.La CIA a fourni des informations inexactes et à plusieurs reprises au ministère américain de la Justice. Elle a activement entravé la surveillance par le congrès et la Maison Blanche de son programme d’interrogatoire et de détention
    5.La gestion du programme par la CIA a compliqué, et parfois entravé, les missions de sécurité nationale des autres organes de l’exécutif
    6.La CIA a donné de fausses informations sur le programme d’interrogatoire aux médias
    7.La CIA n’avait ni l’expertise, ni les ressources, pour gérer le programme d’interrogatoire. Ainsi, deux psychologues sous contrats ont conçu les techniques d’interrogatoire de la CIA. Ils n’y connaissaient rien en ce domaine
    8.Les prisonniers ont été soumis à des techniques d’interrogatoire coercitives qui n’avaient pas été approuvées par le ministère de la Justice ou n’avaient pas été autorisées par la direction de la CIA
    9.La CIA n’a jamais su précisément combien de prisonniers elle avait en détention
    10.La CIA n’a jamais évalué correctement l’efficacité de ses techniques d’interrogatoire

    • Omar

      Depuis des lustres que la torture existe, mais dans les contrés Arabes ça a toujours existé.On a ça dans nos gènes,la preuve aucun Pays arabo-musulman vit en harmonie avec les Pays dit (Démocratiques) nos dirigeants non seulement accapare notre liberté qui est fondamentale mais aussi les biens des peuples.Nous sommes assouvit à leur désidérata quoi qu’il arrive, et pendant ce temps les potentats occidentaux en profitent de ce désordre mondial qui règne dans nos Pays.Je ne vois aucune différence entre les peuples et le bétail nous avançons têtes baissés jusqu’à quand ? Nous ne connaitrions pas notre liberté et notre bien-être tant que les peuples ne prennent pas conscience que la vie n’est pas seulement obéir mais on a des droits.Dans d’autres contrés civilisés des animaux ont leur propres avocats qui les défendent bec et ongles quant à nous on se fait écrasés par nos semblables, on nous fait croire qu’on est en (Démocratie) mais fermez vos gueules à bon lecteurs salem.

  6. Mohand

    Ce que le rapport ne dit pas…
    Le rapport sénatorial ne lève pas le voile sur les lieux des « sites noirs » où ont eu lieu les tortures. Selon un rapport européen de 2007, la Pologne et la Roumanie ont abrité des centres de détention secrets entre 2003 et 2005. Un site en Lituanie est également suspecté. La Thaïlande et l’Afghanistan auraient aussi abrité des prisons secrètes.

    « Ce rapport décrit un programme troublant », a commenté Barack Obama, « et il me renforce dans la conviction selon laquelle ces méthodes brutales étaient non seulement contraires à nos valeurs mais elle n’étaient pas utiles à nos efforts dans la lutte anti-terroriste ». Et d’ajouter : « Aucune nation n’est parfaite. »

    Paul Laubacher (NO)

  7. lecteur

    Bons éléments Monsieur !

Répondre