La Voix De Sidi Bel Abbes

Cherté de la vie en Algérie: Les légumes aussi chers que les fruits exotiques

Les chiffres sur l’inflation, fournis souvent par l’Office national des statistiques (ONS), sont souvent contredits par les faits. Et il suffit de faire un petit tour dans un marché, pour se rendre compte que les prix des produits de large consommation ont atteint un niveau inégalé. Et les inévitables légumes se distinguent par des prix inaccessibles.

Le relevé effectué dans un marché à Alger, est indicateur de la nouvelle tendance des marchés. Ainsi, les carottes, les navets et les courgettes sont logées à la même enseigne : 100 Da le kilo. Les tomates se vendent à 120 Da, tandis que les poivrons sont cédés à 150 Da et le chou-fleur –légume de saison par excellence- est à 120 Da. Son “frère”, le chou vert, est vendu, lui à 150 Da. Quand à l’inévitable pomme de terre, dont c’est la saison de la récolte, elle est vendue à 70 Da, voire d’avantage dans certains endroits. Inutile de préciser que les haricots verts sont à 200 Da tandis que le citron est à pas moins de 300 Da. Certaines variantes sont cédées à 500 Da. D’autre part, les oignons sont négociés à 100 Da tandis que l’ail est affiché à 550 Da.

Dans le rayon fruits, seule la banane est cédée à 200 Da. Des variantes de raisins sont également cédées à moins que cela. Le reste dépasse cette barrière. C’est le cas des poires (200 Da), des pommes (250 Da) et des oranges à 300 Da. Un citoyen qui a fait ses emplettes raconte : “avec quelques navets, courgettes, une tête de choux-fleure, des patates et des bananes, j’ai laissé 1500 Da chez le marchand des fruits et légumes”. Une somme qui dépasse une journée de travail de la majorité des salariés algériens.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=62704

Posté par le Oct 24 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

8 Commentaires pour “Cherté de la vie en Algérie: Les légumes aussi chers que les fruits exotiques”

  1. boiterfas

    l’aiguille de développements de nos hommes politique c’est arrêté dans les années 70..années dans grandes euphories..Coté agriculture on est bloqués dans les années 60..
    Jusqu’a maintenant les textes de morceler des terres ne prennent pas en considération l’évolution des technique agricole. Il n ya pas encore le principe du morceler des petite surface pour installer l’industrie agroalimentaire..Lorsque tu vas a la banque pour avoir un crédit bancaire pour l’installions d’une unité de productions de serres de production HORS SOL le service des DSA direction des service agricole vous disent qu’on ne peut morceler 3 hectare sur 8 parcelles car d’âpres le ministère de l’agriculture des années 20 une parcelle de 1000 m² n’est pas agricole certes pour les grande culture, mais elle est industrielles dans l’agroalimentaire ou horticole ..On reste dans l’ancien système agricole des années 20 car l’industrie avicole a été découvert par les allemand dans les années 30.
    Maintenant les technique horticole se font hors sol t’a plus besoin de sol, ce qui a entrainé une nouvelle application celle de l’horticulture citadine, c’est a dire sur une façade d’un immeuble au d’être orné par des fleurs sera orné par des fruits de toute couleurs..Le blocage des esprits a entrainé la fermeture des grands instituts de recherches en agroalimentaire qui a entrainé une théorisation des systèmes de productions qui a son tours bloqué les banque et les investissement privés..

  2. Mme CH

    Travailler plus = produire plus = offre > demande = prix raisonnables….!!!! Pour cela, il faut que l’exode rurale tende vers 0….que le système de gestion et de commercialisation des fruits et légumes soit révisé…..que les faux fellahs spéculateurs à la base soient pourchassés….que les vrais fellahs soient soutenus et encouragés……que la mafia des importateurs -(metteurs de bâtons dans les roues pour tuer la production nationale)-de pomme de terre irradiée, du blé de mauvaise qualité et des semences pourries soient présentés à la justice….etc…etc…..!!
    Par exemple, des tonnes et des tonnes de tomates ont été abandonnées jusqu’au pourrissement , au fil des années, pour permettre aux importateurs de noyer le marché par des boîtes de tomates concentrées importées…..!!! Quant aux semences: « La Sodea du groupe Hasnaoui par exemple, a réussi à produire de la semence base et prébase. Mais selon M. Benaouda, “le marketing particulier entrepris par les exportateurs étrangers a réussi à éclipser totalement les producteurs algériens du secteur. Par ailleurs, les agriculteurs algériens matraqués ne sont pas encore tout à fait confiants dans la semence produite en Algérie”. La Sodea avait tout de même réussi à produire, en 2001 déjà, 650 quintaux à l’hectare de semence de base. Facile de faire l’opération pour 1 000 hectares ! Les besoins nationaux en semence de pomme de terre s’élèvent à environ 180 000 tonnes, soit l’équivalent de 70 millions de dollars.
    On peut estimer qu’elle a été victime de son succès dans un créneau juteux qui risquait de ne laisser que des miettes à ceux qui s’y étaient incrustés depuis longtemps.
    Autre difficulté apparemment insurmontable pour les investisseurs, le système bancaire national. “Les banques ne suivent pas, n’accompagnent pas sérieusement ceux qui s’aventurent à tenter de développer une filière pourtant jugée stratégique”, selon M. Benaouda qui précise encore que “les crédits de campagne ne sont pas accordés, au-delà d’un hectare. Ni la Badr ni la Cnma ne nous ont accordé de crédits de campagne à la Sodea. Toutes nos campagnes ont été financées sur nos fonds propres”.
    Si l’écoulement de la semence produite localement se fait très difficilement, à cause du manque de confiance des agriculteurs dans la semence nationale, il faut savoir que son importation coûte près de 70 millions de dollars, ce qui constitue un enjeu financier considérable pour les importateurs et les exportateurs.
    Selon le cadre du groupe Hasnaoui, “il n’y aurait quasiment pas de contrôle phytosanitaire sur la semence de pomme de terre importée, contrairement à ce qui se passe avec la semence produite en Algérie qui subit un contrôle des plus tatillons, ce qui décourage la production.IM. Benaouda pense que les producteurs étrangers sont favorisés au détriment des producteurs nationaux, ce qui rend la concurrence déloyale entre eux. La pomme de terre étant, avec le pain et le lait, un aliment de base en Algérie, il serait peut-être temps de lui trouver une solution durable afin d’échapper à la dépendance totale des marchés extérieurs pour notre sécurité alimentaire….. » Et maintenant on vient nous fredonner l’air de la consommation nationale, alors que tout a été bousillé ou presque, même l’ENIE a reçu, dernièrement le coup de GRACE….!!!!!

    Il faut dire aussi, que « la révolution agraire » des années 70 a tout f………..en l’air………..!!!!! Le Fellah est devenu un fonctionnaire sur une terre qui ne lui appartenait pas, il touchait 170 DA/mois quelle que soit le taux de production -(parfois il y avait même des « Arbahs » tout en étant déficitaires)- alors que celui qui travaillait à l’usine touchait 1000DA….!!!! Bonjour exode rurale, et c’est à partir de là que le Cheikh Ibn Khaldoun fait son entrée grandiose….!!! Ce sont les séquelles du socialisme, et maintenant nous subissons le capitalisme sauvage dans le cadre d’une mondialisation barbare………….une anarchie totale….!!!!

    Bien fait pour nous, car nous nous sommes éloignés de la médiane…..!!!!! W Mazel…!!!

    Allah Yjib El Kheir….!!!

  3. boiterfas

    La Mme CH tu nous a surpris lol
    cette société la Sodea est bonne dans la mesure ou elle produit est mauvaise dans le sens ou elle n’a pas investie dans la formation professionnelle. il fallait créer une école agricole privées et offrir des bourses pour l’excellence ceux qui reussissent seront recruté par la société pour s’agrandir d’avantage..c’est ainsi qu’on peut créer des pôles d’excellence et créer le Label hasnaoui comme les label IBM, HAWLETT PACKARD, YAHOO ou mieux PHILIPS ETC..Bien que hasnaoui est une société de travaux publiques elle n’a
    pas réussi a construire son propre village de villa et de supermarchés fermée et reservée pour ces propres employés, afin de créer  »le label hasnaoui » c’est par ces méthodes qu’on crée la compétition au niveaux du lycée afin de rehausser le niveau le pole d’excellence se crée de lui même, on le crée pas par décret ni par un BO lycée occupée par de belles enseignantes..cette société reste du type commercial qui n’a aucune perspective de longévité. vite elle disparaitra sans rien laisser derrière elle comme capitale expérience pour les générations futures qui vont la prendre en charge..la société neerlandaise Philips était créée en 1891 au total 120 ans de longévité.. comment font ils??Ce sont des informations que personne ne vous le donnera..Bien sure fallait pas dire comment créer l’excellence mais je le cite parce que qu’il ya un autre facteur celui de Dieu malgré que tu fais mille pole excellence si Dieu constate une hypocrisie chez un peuple  »les portes du savoir seront fermés contre ce peuple » pour la simple raison si un peuple pas droit fassike un pays de Foussakes et menteurs aura la technologie en main il commet les pires des crimes..C’est pourquoi investie tout ta richesse dans les universités et labo de recherche sans  »Droiture » Dieu ne le permettra jamais..l’écroue deviendra anormalement dure pour se tourner..Donc y’aura aucune crainte d’un peuple ou le mensonge et l’hypocrisie font ombre même avec l’argent du monde et les enseignants ramené de harvard et Intel rien ne poussera..les peuples se juge sur une seule qualité  »el kalma »  »la parole » si un peuple perd cette qualité aucun Dieu ne les fréquentera même Le Pharaon d’Égypte..
    on se pose cette question est ce que les bel abbesiens ont la kalma??
    Est ce que les algériens ont la Kalma?? selon vos réponse vous allez savoir sans allez le demander a la banque mondiale si oui ou non l’algerie va se développer ou au contraire s’enfoncer d’avantage dans la boue..pour nos immigrés en france, est ce que les laics ont la Kalma??
    donc conclusion
     »l’indice du développements ce n’est pas les devise mais bien la Kalma »

  4. ABRAHAM

    En voyant ces prix, il vaut mieux que certains fruits et légumes soient remboursables par la sécu, mais sans dépasser la posologie prescrite par votre nutritionniste !
    Sérieusement, toutes les terres algériennes y compris son Sahara sont fertiles, d’ailleurs elle exportaient son blé avant 1830, et même après l’indépendance.
    Le blé dur algérien est l’un des meilleurs AU MONDE de part ses qualités gustatives et ses aptitudes à se concilier à toutes sortes de minoteries.
    Pour ceux qui ne connaissent pas, ils peuvent se renseigner, la variété
    BEN BACHIR était très appréciée par les meuneries parisiennes qui en raffolaient pour leur clientèle huppée : Oui, avec la variété BEN BACHIR, on faisait le pain blanc qu’on dégustait chez MAXIM’S, Le FOUQUET’S ou autre palais gastronomiques.
    Enfin plein de fruits et légumes algériens dont la valeur est inestimable, permettant auto-suffisance et exportation.

  5. moussa

    LA TERRE A DIT : <> (Taoura ZiraÏya Ketletni)

  6. zlaoui

    @moussa
    ce n’est pas la révolution agraire qui tout foutu en l’air comme le note
    Mme CH mais bien le tromperie..A l’époque avant même 1954
    les communiste voulait avoir le monde et l’algerie était
    dans leurs visés..sauf que l’algérie n’était pas industrialisé comme l’europe
    donc il n y avait pas de socialiste algériens qui peuvent faire la révolution
    a part quelques algériens qui travaillaient pour le compte des multinationale impériale c’est a dire les docks les chemins de fer et les garde forestiers, la totalité des algériens travaillaient pour leurs compte..’sauf que les socialiste avaient trouvé de la sympathie chez les musulmans algériens dite  »progressiste » qui voulaient sortir et se débarrassé de l’islam archaïque du maraboutisme et du paganisme africain introduit en algerie par l’exode de l’Afrique noir et l’envois des esclave chez les colons europeens..

    le socialisme internationale etait dans l’impasse en algerie y’avait pas beacoup de monde donc l’erreur fatale de ces socilaiste c’est de  »promettre aux algeriens les terres des colons si jamais la révolution triomphait..
    les algériens ont découvert la supercherie et se sont retirés du projet donc toute l’agriculture s’effondra..ce n’est pas la révolution agraire qui elle était que mode production qui repose sur le principe des coopératives appliqués même en scandinavie réputé libérale et capitaliste..les domaine autogérés étaient bien gérés jusqu’a leurs dissolution. si le gouvernement socialiste de 62 était claire ne rien promettre ne rien donner mais travailler pour l’État la situation de l’agriculture serait maintenant différente et peut être moins pire que maintenant..
    avec la chute des socialistes en europe et la disparition des socialiste algérien par effet d’age, le gouvernement a tout abandonné tout ce qui était nationalisé après 62 et devenue propriété de l’État est entrain de tomber entre des mains qui n’avaient aucun titre de propriété..c’est pourquoi certain accuse les socialiste algeriens au gouvernement d’être responsable de la situation actuel de l’abondant’  »tu as nationalisé tu assumes »…
    Dans l’avenir proche on ne craint pas que les terres soient exploités par des l’État ou par des coopératives mais on craint que les terres tombent entre les mains Satanique et vont exercer sur le long terme le chantage alimentaire, d’après le coran Satan est déjà connu par ces méthodes contre l’être humain et surtout contre tous ce qui est croyant en Dieu..Il ne faut pas dormir sur ces deux oreilles et rester vigilant..
    Deja dans le milieu des année 20 un plan satanique etait appliqué contre les algériens pour les déposséder de leurs terre et les envoyer droit dans les bidonvilles entourant les grande villes..La méthode était connu par les algérien et redouté tout ce que faisaient les spéculateur c’est d’offrir les crédits d’hypothécaires et ensuite pousser l’algerien a faire faillite..ses terres et ces biens seront ensuite vendus pour une bouché de pain..les colons français ont tous eu les terres des algériens par l’intermédiaire de ces crédits hypothécaires de ruses..la majorité des bachagha et kaid étaient complice dans ces tactique sataniques et ont mis la main sur presque une bonne partie des terres des algériens ..ça tout le monde le sait n’importe qui de nos grands parents encore vivants peuvent le decrire et vous dire ce qui se passait dans la hamame de bouhanifia et hamame bouhadjar ça pour l’ouest Dieu seul sait se qui se passait a l’Est au hamame el maskhoutine..MDR
    je pense que l’algerie en 2015 va clore ce sujet et prendre en charge réellement le foncier agricole..Si les colons prétendent avoir des titre de propriété qu’ils montre la pierre tombale de leurs parents avant 1830..on ne parle que avec les chrétiens et juifs d’algerie avant 1830…les gens de beni saf et de ghazaouet qui veulent mettre leur main basse sur les terres de l’ouest n’ont qu’a abandonner avec projet vaux mieux pour eux d’investir dans l’halieutique c’est plus rentable et plus  »qualité bio »..la même chose pour les Mecharoui et Tiarti qui veulent mettre leurs mains basses sur les terre de bel abbes pour paitre leurs moutons..la même chose pour les Bechari qui veulent mettre leur mains sur les plages..le foncier de l’ouest est sous une forte pression etrangére d’origine algerienne..on n’est passé du colons européens au colons Tiarti benisafoi mechraoui et halouma jara..que celui qui des chèvres qu’il construis une bergerie chez lui pas chez les autres
    toute terre acquise par les méthode tortueuse doit être remise dans le patrimoine communale et redeviendra propriété communale..
    les gens qui ont travaillé pour le compte de la révolution agraire etaient des employés ils n’ont aucun droit a la propriété des terres car ce n’est pas leurs etrres ils auront leurs retraite comme les employés de sonelec l’ont eu..pont c’est tout
    le seul droit légitime au foncier c’est le foncier industriel et artisanal ou la surface doit contenir un hangar de 500 m² et une administration de 500m² donc 1000 m² donc la commune doit libérer des 1000 m² pour l’industrie agroalimentaire..le reste des grandes culture qui nécessite de gros investissement vaux opérer par coopératives
    Si on met le patrimoine foncier sur le dos des commune et des assemblées communale le gouvernement ne sera que tranquille et les aventures des uns et des autres vont se refroidir …donc benisaf et ghazaouet va en corrée du nord et commande toi des chalutier le poisson devant toi meurt de vieillesse t’a rien a faire avec le blé l’olive et le raisin de table et le jus de raisin et du raisin sec hélas ce n’est pas ton domaine..MDR

  7. Douar

    salam
    Si vous êtes au marché des légumes et fruits, posez la question aux vendeurs : d’où venait cette marchandise verte étalée devant vos yeux ? Surement vous ne seriez pas étonnés quand on vous dira que ce n’est pas de Sidi Bel Abbés qu’elle provenait.
    La wilaya de Sidi Bel Abbés avec ces grandes surfaces des terres fertiles compte parmi les premières dans la production de céréales, toutes variétés confondues, cette culture dépend absolument de la clémence de Dieu, la pluie.
    Mais inversement pour la production de ce qu’on appelle: les légumes verts hors saisons, elle compte parmi les dernières des wilayas malgré les grandes plaines irrigables s’étendant à un rayon de plus de 40 de km de la ville allant jusqu’a Sfisef, Tenira, Tabia et Sig.
    La production des légumes hors saison ,comme les tomates, poivrons ,concombres, salades, aubergines… produits pendant l’hiver, nécessite la technique de la culture par irrigation sous les serres de jardin, cette technique qui n’est pas nouvelle ,appelée par les fellahs: les tentes en plastique assurant aux végétaux, pendant l’hiver, un climat d’été pour leur croissance ,mais malheureusement ,elle n’est pas vulgarisée chez nous à Sidi Bel Abbés.
    Par contre ces serres dont le plastique est très couteux, disait un cultivateur, on les voit envahir des parcelles de terre dans d’autres villes plus proches comme Mostaganem, Maghnia et BeniSaf et c’est de là que la marchandise de légumes provient et s’étale dans les marchés de notre ville avec un prix qui nous surprend.
    Tous les moyens fondamentaux sont présents pour réaliser une telle agriculture : les terres fertiles, l’eau en abondance, plastique disponible. Le savoir faire ne manque pas mais c’est la volonté de faire les choses qui manque, cette volonté est innée chez le vrai agriculteur or il semble qu’à Sidi Bel Abbés, les fellahs laborieux sont peu nombreux et ceux que l’état les a doté de terres dans le cadre de la restructuration agraire de 1986 sont nombreux et s’occupent peu ou pas de l’agriculture et en cherchant le gain facile et rapide, ils louent leur hectares aux vrais fellahs qui n’ont pas suffisamment de terre. L’état devra revoir ce système…

  8. zlaoui

    @douar
    le probleme apres 78 le pouvoir politique a été envahi par des gens qui n’avaient aucune culture
    ni industriel ni artisanal ni agricole ni commercial..en général ce sont des diplômes de l’université sans aucune expérience du terrain..c’est eux qui proposent des solutions qui n’ont rien avoir l’État du terrain..
    l’agriculture en algerie n’est pas une mais des milliers car la superficie de l’algerie est vaste..comme vous notez comment une région de plaine comme bel abbes abandonne l’agriculture et comment les régions montagneuse du littoral entre cherche et chlef tu vois les serres occupants les flans des montagnes..quant j’étais petit y’avait un seul marocain pour 1000 habitants qui le fournissait en légume en miel et en plante aromatique..la seule raison c’est les 2000 habitants ne savaient pas cultiver les légume car la majorité sont issus des haut plateaux et c’est région des agro-pastoureaux leurs repas c’était du laitage de la viande et des céréales. c’est pourquoi chez nous on s’étonne et ne comprennent pas comment les villageois descendent en ville pour acheter du na3na3 du krafasse et du ma3anousse alors en principe ils devaient être producteurs. Bel abbes continu d’importer ces légumes tout simplement sa composante sociale et surement d’origine des haut plateaux. imagine ces gens là sont au niveaux des APW des APC des directions de l’agriculture de l’PN des banques etc c’est normal ils ne savent pas pourquoi bel abbes ni mecheriya ni n3ama ni sougueur ni tiaret ne font pas de légumes..
    Si tu places par exemple les natifs de la plaine de la Mitidja sur le ministère de l’agriculture la politique agricole va prendre une autre virée..Depuis 1830 et meme avant le pouvoir politique était entre les mains des eleveurs de moutons dans le coté des algerien musulmans car ils etaient riche car aussi il ya vait beaucoup de paturage..avec le surpaturage et la secheresse et la désertification ce pouvoir c’est effondré apres 74..
    ces gens là ont donc changé de cap en entrant dans les villes par perte de leurs richesse ils se sont investi dans la spéculation  »voiture lot de terrain matériaux de construction etc..et ils font toujours de la politique mais p)lus agricole des moutons mais politique de la spéculation..c’est pourquoi l’économie du pays plonge
    comment faire??
    étant donné que le sur-pâturages a chuté il plus facile politiquement au gouvernement entamées de petite reformes qui vont stabiliser les gens sur les terres..
    Primos ordonné a la banque BADR de placer des agence dans chaque commune et village..Ces agences seront partis prenante dans les discutions des assemblé des communes ou le projet de l’année sera discuté voté et approuvé..la banque met le paquet et récupère son argent par l’intermédiaire des coopératives appartenant AUX MAIRIES pas au privés..le privés sera celui aura 1000 m² pour installer son petite unité de transformation production de confiture et de tomate conserve ou de batterie de poule pondeuse…des que le privés aura la promesse d’un crédit l’assemblé libére un 1000 m² proche de la route..il va de soit que les mairies mettent leurs basse sur le foncier agricole dite  »publiques » ..indirectement c’est la BADR qui gére ce patrimoine foncier issus de la guerre 1830-1954..
    par exemple a sidi bel abbes les communes de sidi lahCEN jusqu’à boukhanefis était réputé par la culture maraichère car la nappe et proche et oued mekerra etait disponible
    Les commune de Lamtare Parmentier Sidi khaled jusqu’a Sidi dahou les terres était calcaires donc les EuRopeens privilégiaient la cultures des arbres a racine profondes comme l’olivier ….
    Donc le rectorat doit libérer l’école d’agriculture pour lui permettre de lancer des programme de formation pour le compte de la BADR..C’est la BADR qui impose le programme de formation ce n’est pas l’enseignant qui impose sa matière comme diplôme..et on finit avec cette mahzala des enseignants entrepreneur financier avec le diplôme de écologie de l’univers, la physique de pluton, la chimie de saturne et la sociologie et le droit de neptune..

Répondre