La Voix De Sidi Bel Abbes

Cheikh Touil Bouziane et l’matrag Bel abbésien !par K.Benkhelouf

« D’un bout à l’autre des contrées  de l’ouest  du pays en particulier et de toute l’Algérie en général, les objets d’arts, certaines pratiques, certaines coutumes sont des signes de l’appartenance à une communauté ou à une région telle, mais ils sont  aussi le moyen de communiquer entre tribus, au-delà de l’espace et du temps ».

C’est à l’occasion d’une soirée ramadanesques, qu’il nous a été permis de faire  connaissance avec Cheikh Bouziane, parmi l’une des exception qui ne vit que de ses produits de confection traditionnelle dont il tient fer comme roc à en assurer la continuité, en transmettant à son jeune fils toutes les connaissances qu’il détenait, en fabriquant  presque tout les ustensiles liés à l’art culinaire bédouin , de la poterie, et de la fabrication de canne. Pour se qui est de cette spécialité de confection de cannes« l’matrag », il la noue à son autre passion qui est la pratique de la discipline de « l’matrag».Il s’agit au départ d’un jeu, qui est très répandu à l’ouest, et qui est revenu de très loin, comme  sport ancestral, que des chouyoukh tentent de le préserver et vulgariser dans toutes manifestations qui seraient programmés. Alors très loin des feux de la rampe et sans aucun artifice, des pratiquants de tout âges ne demande qu’à se livrer à leur jeu traditionnel et  « l’matrag » ou l’art de la matraque. Mais ces  brèves apparitions, dans le temps, font partie des inquiétudes que Cheikh Touil Bouziane, souhaiterait les voire se prolonger….Et c’est à  travers  ce vif intérêt  de créer une salle pour  la discipline du « l’matrag »,ce sport traditionnel,  que Cheikh Bouzian ,  ne cesse de rêver à la réalisation de ce projet qu’il  entend valoriser , auprès d’une population de jeune, désirant pratiquer cette discipline  traditionnelle, qui s’exhibe avec des bâtons…Pour l’instant, il se contente de faire ses entrainements en pleine nature, lorsque le temps  est clément.

Cheikh Touil Bouziane, nous expliquera qu’El Matrag (le bâton) est une lutte traditionnelle particulièrement  de la région Ouest du pays, le plus souvent pratiquée comme un divertissement  Deux joueurs s’y affrontent en utilisant un long bâton, dans un affrontement où l’on marque des points en déjouant et en contournant les techniques de l’adversaire. Il nous fera comprendre qu’à l’ origine, il n’y avait pas de règle, mais il est très rare de constater des dégâts car les sportifs maîtrisent parfaitement l’art de l’esquive. Le côté le plus spectaculaire du jeu réside dans la manière avec laquelle les « sportifs » font tournoyer et virevolter leurs armes1

Il nous apprendra que cette discipline consiste a opposer des combattants qui durant chaque partie, les combattants  font tournoyer, avec une parfaite  technicité, leurs bâtons pour le plus grand plaisir des spectateurs. Et pour la petite histoire, ce jeune maître, nous expliquera que de par le passé, cette  pratique du « l’matrag » qui était marginalisée, ne se voyait que lors de réunions spéciales liés à des  manifestations traditionnelles  à type de « wouadis » ou  entre adepte  en pleine nature  ou les « Tahtahattes »(places  populaire). Il  nous affirmera que la  discipline fut dynamisée en  1984, lorsque  Maitre Hadj Meskine, un judoka  d’Oran  a remarqué cheikh Boutlilis pratiquant « l’matrag » en compagnie de ses élèves, alors l’idée lui est venue d apprendre la pratique et de la lancer  sous la forme d’une  discipline structurée du « Matrag ».Puis un certain nombre de Chouyoukh, tel que cheikh Taher Souria, Cheikh Salah, Cheikh Kaddour ould Grada, Cheikh Abdelkader ould Grada (son frère) Cheikh Bouhjar, Cheikh Slimene Rami ,Cheikh Bouamama, Cheikh Boutlilis se regroupèrent , afin que cette discipline prenne un  sursaut et soit vulgarisée à travers les régions de l’Oranie dont Sidi bel abbès qui devenait la responsabilité de Cheikh  Bouziane …. Des associations ont commencé à voir le jour en Algérie présidé et coaché par Chikh Belhadj Kacem Nouredine, qui est le créateur du « l’matrag » moderne Algérien.

Au cours de cette nuit de la 2ieme Sbaya, Cheikh Touil Bouziane, s’est arrange pour que ses éléments, puissent s’exprimer, Et en  le public apprécia  se que Bouziane et ses  compères avaient comme surprises dans leurs « cannes » et qui allaient émerveiller par les techniques et les prouesses employées sous le regard d’autre « Cheikh anonyme » au sein du public.  Impressionné par la qualité et le talent dans cette discipline  très peux connue du «l’matrag», nous laissant dans la certitude de confirmer qu’au sein de ces graines de pratiquants, existe des « champions et des artistes ». Mr Talha Zouaoui,  délégué communal et ex pratiquant d’escrime, nous dira que ce jeux ancestral, n’est pas trop loin de la famille de l’escrime,  et c’est pour cette raison que ce sport très plaisant et spectaculaire devrait retrouver sa place à travers les autres discipline.

La possibilité qui serait donné à Cheikh Touil Bouziane, pour faire un travail d’excellence  dans ce sport traditionnel, en  prospectant de jeunes talents sportif, serait de lui permettre d’avoir une salle, ou il s’emploierait a fond dans la pratique de ce sport, dont la pratique  « l’matrag » a atteint un niveau appréciable en Algérie, mais quelque peux délaisser, par le manque de compétition, alors que son niveau est jugé exportable. Le jeune Cheikh , nous confirmera que  ce sport phare  du « l’matrag »  a besoin à se qu’on lui accorde un certain intérêt en sa qualité de sport traditionnel, au même titre que tout se qui  touche à nos tradition et notre culture dont il est lié et doit être préservé, développé  et promu  envers tous âges confondus.En attendant , Cheikh Bouziane continu à entrainer ses  élèves au Bosquet, au petit lac, dans les champs, lorsqu’il trouve le temps de se libérer de son atelier d’artisanat ou il confectionne habit et produits solide du terroir. Son chez lui est un véritable musé d’articles reliant le passé , au présent et au futur.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=31284

Posté par le Août 4 2013. inséré dans ACTUALITE, INDIVIDUELS, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Cheikh Touil Bouziane et l’matrag Bel abbésien !par K.Benkhelouf”

  1. Asidahmed

    C’est un homme plein de qualités, modeste et très généreux, je tiens à remercie la VDSBA d’avoir permis aux lecteurs de découvrir cet homme qui vie en cachette et qui tient à cœur au sport traditionnel, félicitations Bouziane et bonne continuation.

  2. moncef

    je découvre allégrement

  3. EL BOUZIDI

    Bouziane est une personne hors du commun, sympathique, il mérite d’etre encouragé.L’matrag, cette discipline du terroir, comme la si bien décri mister Benkhalouf mérite d’etre préservé, donc Messieurs del DJS la balle est dans votre camp.Agissez!

  4. benali

    merci mr Benkhalouf pour cela

  5. hakem abderrahmane

    Un sport traditionnel à développer!Bon courage Si BOUZIANE!

  6. un membre de la h'cira

    Khaskoum el matrag pour vous mettre sur le droit chemin du civisme ,du respect de la vie en communauté et tout le reste.El 3aça limène 3aça.

Répondre