La Voix De Sidi Bel Abbes

Cheb Hasni, 18 ans déjà, de l’assassinat de celui qui chantait « il y a encore de l’espoir pourquoi sombrer dans l’abattement »

Hasni CHAKROUN est né en 1968 adulé par les jeunes algériens des deux cotés de la méditerranée, a grandi dans le quartier populaire à Oran « Gambetta ».

A sa naissance, ses parents étaient très heureux et personne ne savait que ce petit bébé deviendra une star de la chanson algérienne (la chanson RAI).

Il a vécu une enfance calme, très timide, et quelque chose au fond de lui l’a laissé différent des autres enfants, c’est sa douceur, sa sincérité et sa gentillesse avec les gens qui l’appréciaient énormément.

A l’age de 6 ans, CHAKROUN Hasni entre à l’école fondamentale, où il aime beaucoup jouer à la cour de l’école, il joue, il s’amuse avec ses camarades de classe.

Toute personne qui a connu Hasni, a remarqué sa timidité, mais qui ne l’a pas empêché de passer à l’école moyenne « Bachir KABASSI » dont sa gentille maman lui souhaitait le succès dans ses études, car elle espérait toujours pour lui un grand avenir et demandait le bon Dieu qu’il le protège et le voir un grand médecin, ingénieur, et pourquoi pas un pilote!
En quatrième, Hasni commence à avoir assez des études et s’est habitué à sécher l’école. Son instituteur a observé de plus en plus ses absences régulières, l’avertit plusieurs fois et quand ses parents ont été mis au courant, ils ont cherché un moyen de le faire revenir sur sa décision de quitter l’école, mais en vain, Hasni a déjà décidé que sa carrière sera artistique
il meurt assassiné à l’âge de 26 ans à peine, le 29 septembre 1994 à 11h55, à l’angle de la rue où il vivait. Avec ses parents, il habitait le quartier « Gambetta » d’Oran, mais sa famille est originaire de la Wilaya  département de Mascara!

Hasni a été victime de son succès croissant; je m’explique, a cette époque les emirs du GIA et du FIS (groupes terroristes islamistes), visaient les intellectuels les plus en vue, afin de faire parler d’eux, c’était en quelque sorte leur propagande basée sur la création d’un climat de terreur et de psychose, dans le but d’etre reconnus, craints et respectés. comme le chanteur Kabyle Matoub Lounes assassiné aussi au sommet de sa gloire, l’assassinat de hasni était un gros coup médiatique en leur faveur.

Le 29 septembre 1994, à midi pile au quartier de Gambetta, Hasni, adossé à un poteau électrique, devisait joyeusement avec ses amis. Il guettait comme d’habitude le passage des filles du lycée pour signer quelques autographes et taquiner quelques admiratrices. Au moment où il s’apprêtait à prendre une gorgée de café de la tasse qu’il tenait à la main, un jeune homme, le crâne rasé, bien habillé, emmitouflé dans une jacquette l’appelle.

Croyant qu’il s’agissait d’un admirateur, il se détache de ses amis pour aller à sa rencontre, le jeune homme le prend par l’épaule et sans dire un mot, lui plaque le canon d’une « mahchoucha » (fusil à canon scié), sur le cou puis tire par deux fois avant de prendre la fuite. Hasni s’écroule. Son agresseur s’engouffre dans une Renault 12 qui l’attendait à quelques mètres du lieu du crime. Ils étaient trois dans le véhicule. Ils seront abattus quelques mois plus tard. Hasni succombera au cours de son transfert à l’hôpital. Au palais de la Culture d’Oran, le public réuni dans la salle pour assister à un gala organisé par l’association Echourouk piaffait d’impatience. L’animateur monte sur scène avec un air grave. Il prend le micro pour annoncer que la manifestation est annulée en raison de l’assassinat de cheb Hasni. Tout Oran envahit Gambetta.indique le meme source lui, qui chantait l’amour, la jeunesse, l’espoir, la patrie. Porte-parole d’une jeunesse qui n’a pas abdiqué, il avait continué de lui donner courage et de lui susurrer à l’oreille, dans ses moments de faiblesse, Mazale kayene l’espoir, Ouahlach tagtaoû lyâs (Il y a encore de l’espoir, pourquoi sombrer dans l’abattement), indique toujours  la même source.Une tendre pensée en ce dix huitième anniversaire de son assassinat

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=16099

Posté par le Sep 7 2012. inséré dans CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

10 Commentaires pour “Cheb Hasni, 18 ans déjà, de l’assassinat de celui qui chantait « il y a encore de l’espoir pourquoi sombrer dans l’abattement »”

  1. hamidi

    je dois dire que ce fut un grand artiste fils du peuple et c’est pour la propagande intégrite qu’il fut abbattu ;relisez il est parti a la rencontre de ses assassins Bravo la voix pour votre penséeen ce jour et vous confortez nos convictions

  2. nabila t

    c’est mon idole je vous merci d’avoir une pensée a notre artiste lachement assassiné mais trop de bourreaux furent relachés..

  3. Giselle de Marseille

    Des amis Algériens m’ont fait entendre ses tubes ; quelle voix et quelles sensations éprouvaient avec moi mes voisins.Pensée a lui

  4. Mohamed.G...

    Bonjour tout le monde,
    Merci,si Mekki,d’avoir remémorer une icône de la jeunesse algérienne,parce que Cheb Hasni en compte des centaines de milliers de fans,même après sa mort !!!
    Personnellement,je suis indifférent à sa musique,mais je respecte et j’apprécie « l’Homme » qui a été victime de sa popularité et de sa bonté,en essayant de faire oublier (pour un moment) les maux et les malheurs de cette jeunesse qui en souffre toujours!!!
    Est ce que,ça valait la peine de l’éliminer???
    Est ce que son assassinat a changé le cours de l’histoire???

  5. cadre (un tous petit) de l'état

    Allah yerhmou, je ne suis pas très friand de la musique Raï mais je respecte l’homme, et je ne comprend pas jusqu’à maintenant pourquoi il a été assassiné, il était un chanteur respecté et respectable, contrairement à aujourd’hui où on n’ose même pas écouter une chanson en famille, de la musique de pacotille appelant à la débauche et à la violence.

  6. benhaddou boubakar

    allah yarhamah,c’ètait l’èpoque des reglements,il fut lachement et froidement assassinè par des « criminels »! c’est bien de penser de temps en temps a des personnes tout en priant dieu allah yarhamhoum!

  7. hanene

    Tout un beau symbole de la résistance face aux barbares .le pays n’a pas sombré dans l’abbattement des homes et des femmes étaient debout Un prix a été payé.

  8. REZIG

    Salam,

    Feu Cheb Hasni « Que Dieu ait son âme » se savait menacé. Le raï est toujours interdit par les salafistes selon leur loi. Donc, Hasni était une cible privilégiée pour les islamistes. Pourtant, il ne faisait pas de politique. Cheb Hasni chantait plutôt un raï romantique en ligne directe avec les difficultés de la jeunesse : l’amour impossible, l’éloignement entre fiancés, les problèmes de logement ou de visa… Bref, la vie de milliers de jeunes Algériens. le jour de son assassinat, la nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre. À 13 heures, le quartier de Gambetta à Oran était noir de monde. C’était donc vrai, « ils » l’avaient tué. Hasni, l’idole de la jeunesse tuée par balles à seulement 26 ans est devenue immédiatement une icône adulée et adorée. En lui rendant hommage, 18 ans après sa mort, les Algériens montrent qu’ils ne l’oublieront jamais.

    Repose en Paix, cher Hasni !

    Amicalement,

    JAMEL

  9. benoit

    18 ans qu il est mort, mais toujour vivant dans nos coeur.sa musique
    est eternelle.et pour moi aucun ne la remplacer.

  10. aouchiche yazid

    chab hasni alah yarhmou birahmati alah il étaisde ma génération ces le seule chanteure du rai qui rentre dans toute les maison son frapé et ces le seule qui a marqué son pasage trés propre et il a touché tous les coeur des algerien et algerienne yaura j’amais un desiéme hasni que dieux lui ouvre toute ces porte du paradis dite touse ammmmmmmmmmmmmmmmine qui dore en paix.

Répondre