La Voix De Sidi Bel Abbes

C’est l’hiver: Que préférez-vous, la viande congelée de l’Inde ou la viande séchée de Grand-Mère ? Par notre ami le Dr Douar

La Grand-Mère, dans le temps où elle gérait sa cuisine, n’avait pas, comme la plupart de ses semblables, de frigo pour conserver au froid ses denrées putréfiables entre autre la viande rouge. Alors pour cette pratique, elle procédait au salage puis au séchage en suspendant à l’air libre sur le fil sèche-linge, des côtelettes de mouton ou le plus souvent ce qui en restait de l’aïd El Kabîr. La viande, exposée au soleil méditerranéen, se déshydrate pratiquement en quelques semaines et devient ce qu’on appelle El khliiالخليع ou El kedid القديد et peut être stockée pour de longues périodes. C’était une préparation culinaire ancestrale propre à la gastronomie algérienne et maghrébine. Dans la région de Sidi Bel Abbes, on cuisait la viande séchée avec le gros couscous au lait « Berkoukess bel Hlib » ou généralement avec des légumes de la saison et des épices « ras el hanoute », cette nourriture ancestrale à sauce rouge pimentée était inévitable et fort présente dans le menu du soir glacial de l’hiver. Dans le sud, on préparait du couscous avec de la viande séchée du chameau en s’offrant une ripaille le jour d’Achoura ou du Mawlid.
D’autres régions dans le monde procédaient à la conservation de la viande par salaison et assèchement, quoique les méthodes diffèrent d’une région à une autre, l’aboutissement reste le même.
– La bresaola italienne originaire de la vallée de Valentine.
– La viande séchée des Grisons ou du Valais en suisse.
– La jerky en Amérique latine.
– La carne de sol brésilienne.
– La cecina espagnole.
– La kilichi au Niger.
– Le biltong des Afrikaners de l’Afrique du sud.
Qui, de nous, connait la saveur de ce mets « El khlii » ? Si peu nous sommes! La plupart ne connaissent que le nom car cette pratique culinaire s’est engloutie au fond des oubliettes, poussée par l’essor de l’industrie frigorifique. Tant mieux, si, aujourd’hui, la technologie procure plaisir et confort à nos bonnes femmes, des frigos pour congeler, des micro-ondes pour réchauffer… et le tout pour nous faire bonne chère. Cependant, oublions la viande séchée de grand-mère… Elle n’est pas si mauvaise cette viande hallal de l’Inde, hachée en « kefta »puis… boulée et grillée!
Douar.
59954

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56818

Posté par le Déc 5 2014. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

81 Commentaires pour “C’est l’hiver: Que préférez-vous, la viande congelée de l’Inde ou la viande séchée de Grand-Mère ? Par notre ami le Dr Douar”

  1. jamel

    Ah notre docteur qui nous revient avec cette denrée ignorée par les jeunes couples et qui se pratique dans des anciens foyers ou on veille à conserver ces traditions culinaires. Merci toubib

  2. Lecteur assidu

    Venant du docteur Douar. Je dis bravo pour cet article qui est intéressant nostalgique aussi.

  3. Amirouche

    Douar ,

    El Khli3 est une technique ancestrale de conservation de la viande ……Dommage que nos femmes ont délaissé cette méthode de préparation de la viande boucanée qui donne un gout inoubliable au coucous . Merci Douar de nous avoir rappelé cette façon de faire de nos mères , hélas personne n’en fait aujourd’hui sauf peut être dans les montagnes ……
    Eeeh Hadj Douar , wine rahe « el mermez » , « m’chahma » , » el bakbouka » , »al rougague bel left mahfoura  » , « el seffa bel jelbene wel foule  » , « el tchicha bel zaater » , »khobz el koucha » , « el harcha », »el khringo » …….etc .Nous avons presque tout perdu des plats de notre terroir belabbésien .Et ben moi non ! demain j’irai acheter du foule yebess pour faire el cherchemmmmmm

    Merci Douar
    Amicalement

    • ami

      Merci si Douar pour ce sujet très sympathique ! et Bravo a El hadj Amirouche ,
      j ‘ai rigolé à chaque mot qu’il a écrit dans cette liste de mets hummmmm délicieux qui nous rappellent le passé et surtout les senteurs du terroir !
      Tiens moi aussi ,demain je ramènerai du foul yebess et et du gamh (blé),
      et on fera ce plat de cherchem , un kazele (une grande soupière) où tout le monde sera rassasié de foule(fèves sèches au cumin )! et….. ca fera disparaître cette envie d ‘aller chercher de la viande congelé sans aucune saveur , qui n’égalera jamais le khlii dans du berkoukes ! Allez bonne soirée
      et bon appétit à tous et à toutes (rires )!!!

      • Douar

        @ Amirouche et Ami sallam….. N’oublier pas de le tremper la veille dans une bassine pour qu’il se ramollisse en absorbant suffisamment d’eau et sa cuisson ne durera pas longtemps…. Mangez du foule et ne dites pas nous en avons assez… il n’est pas du tout 3assi !!…. Vous connaissez la blague !!

    • Imène

      Azzul tlm , 3MIROUCHE m’sse el kheir ! kirak khayi ? vraiment yaatik essaha pour ces connaissances culinaires, on sent tout de suite le fin cuistot , le fin gourmet que vous êtes ! comme j’aime les fèves séches , j’aimerai stp connaître le mode de préparation du cherchemm ( c quoi déjà ? ) ou thani wachnou el khringo ?? ( jamais entendu parler ! c’est dz ce truc la ? )
      Quand à la viande congelée ou séchée : ni l’une , ni l’autre ! plutôt un petit steak cuit à point avec des légumes étuvés .. le berkoukess ? non plus , plutôt un bon couscous : j’ai découvert tout récemment le couscous aux glands de chêne ( t’3am el bellout ) une petite merveille !
      Merci Douar , heureuse de vous retrouver , ça fait un bail qu’on ne vous a pas lu ! mais el kedid c pas mon truc ..à trés bientôt in chAllah ! Salem !

      • Amirouche

        Imène

        Ma soeur

        « khringo » chez nous c’est le « baghrir  » chez vous (mdr) , et le cherchem , c’est un plat à base de blé dur,de fèves ,de pois chiche , on met tout à bouillir , ne pas oublier le cumin et le sel à la fin de cuisson…Dans l’ouest on le faisait surtout  » fel nayer  » (célébration de jour de l’an berbère ), par ailleurs chaque famille achetait tous les fruits secs existants sur le marché.Notre grand mère , Allah yarhamha, les mélangeait avec des bonbons dans une « meydouna » ; nous ,enfants avions chacun un petit sac en tissu avec fermeture en fil et chacun attendait impatiemment son tour pour le lui faire remplir …….Que de bons souvenirs que Douar nous fait plonger dedans à chaque fois ……Ya hasrahe !!
        Sallam Khayti et embrasse MAM

        • Imène

          M’ssa el kheir tous , 3mirouche Azzul !
          Merci d’avoir répondu à mes interrogations : le khringo n’est autre que le baghrir ??? qui l’eût cru ? ça se prononce comment ? avec le kh ( comme khalida ) ou k ( comme keltoum ) ? ce mot a certainement une origine ibérique..le cherchem pour nous ( ds la famille ) est surtout à base de blé ( trempés qq jours puis cuit comme vous avez decrit ) est préparé pour  » fêter  » la poussée dentaire des petits ( la 1re dent qui perce , on fait cherchem ) . C’est vrai que Douar a l’art et la manière de  » remuer  » en nous des souvenirs trés doux , des nostalgies du temps passé ..à partir de petits mots , des récits tout simples..et la magie Douar opère !!
          Tu sais 3mirouche , outre le séchage , il existe d’autres techniques de conservation traditionnelles , comme celle dont ma parlais mam ..c’est la conservation sous terre : ils creusent des cavités ( el matmoura ,en arabe je crois , asrafth en berbère ) d’une certaine profondeur , les tapissent avec l’alfa , et ils y mettent les céréales , les olives , l’huile , le miel , edhen on les met ds des jarres en terre cuite ( ezzir ) on met dessus une couverture en alfa et des grosses pierres pour tenir ..cette technique a un double but : conserver les reserves de nourriture ( el 3awla) et tromper la vigilance des soldats de l’occupation qui venaient de façon récurrente perquisitionner , et ils saccageaint tout sur leur passage surtout les reserves des vivres ( pour affamer les populations ) ..Salem bro ! Mam t’embrasse trés fort .

          • Amirouche

            Imène

            Sallam

            Le trou dans la terre , on le nomme « el matmoura  » à Sidibelabbès.
            Oui l’appellation du « khringo » a une origine ibérique et se prononce avec « kh  » comme Khadra , kheïra , Khadija ,Khana….mais surtout pas Khalida , ça me fait rappeler de mauvais souvenirs ..T..O..U..M….I (rires)

            Sallam sister

            • Imène

              3mirouche : resalam !
              Khalida est partie , elle a fait son temps ..ils partiront tous un jour et sans regrets ! Alors : recette pour recette , je vais vous en refiler une ( que vous connaissez probablement ) du terroir , que mam nous faisait qu’on on attrapait froid : il s’agit des figues séches macérées ds l’huile d’olive ..une préparation saine , naturelle ( j’ai un peu innové zaama ! ) alors : choisir de belles figues séches tendres , les passer à l’eau ( et non pas laver , juste pour éliminer l’excédent de farine ) ôter les pédoncules et inciser les fruits sur le côté ( juste pour s’assurer qu’il n’ya pas de vers ..certains les mangent ! ) la figues doit rester entière , les cuire à la vapeur pour les ramollir davantage , ( mon petit plus perso , je rajoute à l’eau de la vapeur un batonnet de canelle , 2 ou 3 clous de girofle , une feuille laurier ( rand ) quelque anis étoilé ( badiane ) au bout de 7 à 10 mn , retirer et laisser refroidir complétement , mettre les fruits dans un bocal en verre ( si c pour conserver , vaut mieux stériliser le récipient ) perso je ne stérilise pas ( ça part en moins de deux ! ) et couvrir d’huile d’olive , à prendre le matin , donner aux enfants par temps froid ( pour les réchauffer de l’intérieur ) ça donne de l’énergie , c riche en fibres et en minéraux ( surtout le fer ) facilite le transit . c excellent , Essayez vous m’en direz ! salem khayi !

  4. Mohammed

    si El Hadj Amirouche vous savez à quel prix se vend le kilo du foule yabess ,250 DA également loubia yebssa,3dess ,pois cassé ,homos,mais sont de meilleure qualité puisque nous les échangeons contre le brut noir.

  5. OUERRAD en squatteur

    Et celui de la viande , que le docteur veut nous voir secher pour en faire du khliiii ?TOUT EST CHER ;et en plus le manque de temps , comment voulez gerer l ingerable ,SAHBI pour te mettre l eau a la bouche ce soir au menu chez ma niece il y a la berkoukess aux herbes medecinales .JE TE FERAI SIGNE POUR VENIR GOUTER COMME LES BEBOUCHS DE MA VOISINE ???

  6. L'écoeuré

    J’ai bien réfléchi tout compte fait pour cet hiver glacial je choisirai la viande de Grisons bien rouge et saine .
    Les goûts et le couleurs ne se discutent et pas .Pour ce qui est de la viande des Indes et leur vaches sacrées cadavérique maisons les du côté de Katmandou se purifier sur fleuve.

  7. Mohand

    Vous avez un grand choix , viande à 1400 DA, poulet à 400 DA, la sardine à 500 DA. Séchez vous, une loubia blech, un verre de lben et une galette………ou une calentica.

  8. chaibdraa tani djamel

    Nos mamans faisaient sécher la viande bien salée pendant quelques jours et la mettre dans un KAZELE à la place du frigo ou le congélateur qu’on n’en avait pas à cette époque et ce KHLI3E était délicieux ,Dr DOUAR tu nous a régalé avec cette ZLAFA de BERKOUKES et son KHLI3E, merci docteur de commentaire de notre vie traditionnelle qui hélas disparait de plus en plus

  9. chaibdraa tani djamel

    Trés bon conseil cher MOHAND ,vous n’avez dit que la vérité

    • Mohand

      Je n’ai dit que la vérité monsieur Djamel . Avec une khobiza au citron et sans sel de maman, j’aurai moins de cholestérol et moins de tension dans mes vaisseaux.

  10. Fethi

    Merci djamel. Ta présence est de bonne augure merci

  11. Mohand

    Je n’oublierai jamais le goût de l’omelette au kaddid que ma mère
    Nous préparait au dîner . Fast et bon.

  12. GHOSNE

    Autrefois , pour conserver la viande rouge il y avait 3 manières: – El Guedide c’était la viande confite cuite Salée normalement ,apres la cuisson evaporation de l’eau et refroidie la mariner dans dans l’huile de table et mise en conserve dans des zyers en terre cuite. -Le Khi3e c’est la viande séchée au Soleil . – LAKNAF c’est la viande de veau assaisonnee,Épices ,piment doux salée,poivrée cuite jusqu’ a évaporation de l’eau , une fois refroidie découper en gros Des et mettre dans une marmite assez épaisse pour la conservation a manger dans la semaine. Pas plus. Nos repas d’hiver aujourd’hui ce sont les bons potaufeu, les soupes épaisses, le berkoukess c’est le SAMU (rires) a l’heure qui suit.

  13. Omar

    C’est incroyable, sur d’autres sites les lecteurs écrivent sur la science les nouveautés sur le bien-être et nous autres y’a que la panse qui nous titille les babines? changer de sujets et écrivez sur ce qui nous creuse les méninges.Pourtant vous êtes assez intelligents pour développer vos capacités sur d’autres problèmes qui nous sape le quotidien.Dans les autres pays ils n’arrêtent pas de se creusaient le ciboulot aux développements, et on est entrain d’étayer des sujets qui n’ont plus raisons d’êtres.On ne vit pas pour manger, on mange pour vivre et apprendre des choses qui nous fait avancer,je suis persuadé et convaincu qu’on restera à la case départ c’est-dire zéro pointé oualou,nada niente,nothing,c’esrt le seule site que je connaisse et que les lecteurs écrivent sur leurs allez bon homos et bonjour les flatuations.

    • Mme CH

      La définition de l’UNESCO stipule que la culture est « l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ».

      La cuisine est le « fruit des ressources naturelles locales, mais aussi de la culture et des croyances, du perfectionnement des techniques, des échanges entre peuples et cultures. »
      Donc, elle a dépassé « son simple impératif biologique d’alimentation pour devenir un corpus de techniques plus ou moins pointues, un fait culturel, un élément de patrimoine et d’identité national ou familial, un élément de systèmes de valeur, mais aussi un sujet d’étude pour les sciences sociales et la sociologie, voire un enjeu de politique et de santé publique. »

      A l’Assemblée générale: les appels se multiplient pour que la culture figure parmi les domaines clefs du programme de développement post-2015″ et parmi la culture il y a l’art culinaire….!!!!

      « Un pays qui ne développe pas son industrie culturelle consomme celles des autres nations, affaiblissant ainsi son identité culturelle et faisant perdre aux générations futures des opportunités d’emplois et de richesses », a prévenu la Ministre de la culture du Paraguay pour qui le problème majeur de la mondialisation croissante réside dans le risque que la culture prédominante, « la grande culture de masse qui s’étend à l’échelle mondiale », ne monopolise l’espace culturel, sape la diversité et envahisse, « voire annihile », les identités particulières.

      La culture, a dit le Président de l’Assemblée générale, est un pont symbolique qui permet le perfectionnement des qualités humaines. La recherche de la prospérité matérielle doit se fonder sur le respect de nos racines et de celles d’autrui, en bâtissant sur le patrimoine légué par nos prédécesseurs.

      « Il n’existe pas de recette unique pour le développement. Trop de programmes de développement, bien intentionnés certes, ont échoué car ils n’ont pas pris en compte la dimension culturelle », a déploré le Secrétaire général de l’ONU, qui a également constaté que le « rôle fondamental » de la culture n’avait pas été pleinement reconnu en tant qu’outil dans les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

      Ceci dit les plats de 9adid, Khli3 ou de la viande séchée de Grand-mère fait partie de la cuisine traditionnelle en adéquation avec la tradition culinaire du terroir….!!!

      La cuisine est aussi une science, puisque maintenant on parle de cuisine moléculaire. « Elle étudie la matière élémentaire composant les ingrédients, pour optimiser les réactions chimiques qui s’opèrent par les mélanges, les cuissons, les tailles, les macérations, etc. Elle vise à utiliser ce que fait chimiquement la cuisine pour mieux la maîtriser. »

      Donc, comme on vient de le constater la cuisine est loin d’être uniquement une affaire de se remplir la bedaine , puisque c’est aussi un art et une science…..!!!! Tout dépend de l’angle optique, et du fait qu’on réfléchisse en usant une cervelle ou un estomac….!!!!

      • GHOSNE

        Mme Ch sbah El kheir ghayebti 3lina! Content de vous lire , votre commentaire est comme d’habitude très détaille. Notre fatcha et notre cuisine nous identifie, si je me trouve en Australie que je veux manger du saumon li Maraniche kabare 3lih je mange mais il faut pas que je pense que je suis australien je vais essayer d’inviter un australien chez moi pour lui faire gouter Tchicha BE za3tar.(rires) sans aucun complexe !!! bonne journée.

        • Mme CH

          Salam Sayidi GHOSNE..et Merci..!!! J’espère que vous allez bien….!!! Je n’en doute pas, surtout si vous mangez la Tchicha Be Za3tar..!!! Je suis sûre que votre invité australien va bien l’aimer surtout qu’elle est très bonne pour la santé……!!! Il aimera aussi: Tchicha Mermez Bel Bouzellouf, la Rechta, la Chekhchoukha, le Couscous avec tous ses genres, le Zfété, le Tlitli, les Mhadjeb, El Mbessess Be Domrane et j’en passe…..!!!!
          Je ne sais pas si Mr Douar connaît la recette du pain Essabah coupé en petits morceaux puis passés sur le feu avec un peu d’huile d’olive et du sucre, c’est succulent, ma grand-mère Allah yarhamaha adorait cette recette. Sans oublier la recette du pain Essabah aussi, coupé en tranches, trempées dans du lait et des oeufs puis portées à la friture. Une fois cuites, on peut les saupoudrer de sucre ou étaler de la confiture d’abricot, un vrai régal. Les adeptes du régime s’abstenir….!!!!

          Donc, toute cette cuisine, c’est Nous….!!!! Et puis Dieu nous a créés une panse pour la remplir aussi, pas avec du n’importe quoi bien sûr ni n’importe comment , et surtout avec de l’argent Halal…..!!!!

          Cependant, il ne faut pas non plus avoir un estomac à la place de la cervelle et/ou du coeur……!!!!

          Mes Respects…!

  14. Amirouche

    @ Omar

    Sallam alaykoum

    Puisque vous êtes très intelligent , pas assez comme les autres , faites nous le plaisir de nous faire la surprise ,ne serait-ce qu’un partage ou une contribution , d’un sujet qui vous tiens à cœur et croyez moi ça ne serait qu’un plus pour nous qui parlons du terroir .Pouvoir débattre avec vous du sujet de votre choix , ça réveillera , peut être , le génie qui sommeille en nous et nous permettra de voir la lumière loin du « zéro pointé » !!!!!!!!!!!!
    Bonne nuit

    • Omar

      Salam Amirouche, c’est facile pour toi étant donné que tu habites, en France et que tu ne vis pas dans la mouise, n’est-ce pas ? J’attire ton attention que je n’ai jamais dénigré d’où je viens mes racines sont dans mes gènes,c’est comme un arbre s’il n’a pas de racine tôt où tard il périclite à petit feu. Dans l’état actuelle je ne connais point d’Algériens aux quatre points cardinaux qui te diront qu’on vit bien c’est faux et je défi quiconque qui me dira le contraire, qu’on soit riches où pauvres,il y’a un mal-être vivre dans un état anxiogène en longueur d’années ce n’est pas normal et pourtant on a tout ce qu’il faut pour vivre heureux.J’ai constaté qu’il suffit qu’un lecteur parle de quelque chose qui touche tout le monde et ça part comme un rouleau compresseur.J’aurai aimé qu’on fasse notre autocritique et se dire est-ce normal la vie qu’on mène ? J’aime mon Pays autant que toi je l’espère mais ce que je vois me rends triste et je suis triste aussi pour les bonnes âmes qui n’ont pas le choix de subir ce fardeau.Beaucoup de compatriotes meurent pas par mort naturelle, c’est les aléas de la vie ,Hier j’ai vue une vidéo sur Facebook,concernant l’Hôpital de S.B.A. ce n’est pas digne un ville qui était l’une des plus belles villes d’Algérie et aujourd’hui tout parait une décharge public,mais comme on dite l’habitude est une seconde nature moralité avec nos mauvaises habitudes on s-y habitues à même de vivre dans une fosse sceptique c’est ce qui ressemble la ville à l’heure où j’écris ce commentaire, je n’ai aucune compassion,ni sympathie dans l’ensemble, qui s-y frotte s-y pique.

      • Lecteur

        Vous en abusez de cette pseudo liberté de ne briser que tout ce qui est écrit sur ce journal sans oser appuyer ce qui est fait. Dommage vous parles de fosse sceptique pour dévier toute une discussion. Vous avez un seul mérite vous excelle dans le dénigrement abusif.

      • Amirouche

        @Omar

        Sallam
        C’est maintenant que je vous lis et reconnais Omar aux commentaires sensés et instructifs , tout au contraire de celui dont vous dites que tous les intervenants ont tort de parler de la « panse » ,alors que c’est un sujet ayant trait à nos traditions culinaires ….. !! ni un bonjour , ni un au revoir ?
        Bref , la vidéo dont vous parlez sur l’hôpital de notre ville ,je l’ai vue bien avant et je sais ce qui se passe dedans car j’étais voisin de cette structure et j’ai pas mal d’amis qui y travaille .Omar , le fait d’habiter à l’étranger n’a jamais été un luxe et croyez moi , j’ai beaucoup de peine ,tout comme vous , je suis aussi touché ,et « galbi yatgata3  » car ma mère est souvent aux urgences vu sa maladie,mais ça touche aussi ma famille, mes amis et mes voisins , et c’est la raison pour laquelle je vous ai demandé d’écrire, de contribuer ,de dire et de dénoncer la chose qui vous tiens à cœur ….
        Omar , ceux qui dénigrent leurs racines (qui sont très nombreux) ne participeront jamais à ces débats , et ne s’inquièteront jamais du devenir de leur ville ni de leur pays.J’allais oublier de vous dire que j’ai connu « la mouise » dans le vrai sens du terme , peut être pire que vous , mais je l’ai combattue et j’essaye de faire le maximum pour aider mes semblables afin d’y s’en sortir …………..
        Pour les dénigreurs et les contempteurs ,le leur dirait « Arbi, Arbi loukan ykoun el colonel Bendaoud »…
        « Wa lane tarda ‘anka al yahoudou wa la an nassara hatta tatabi’a milatahoume qoule ina houdAllahi houwa al houda » (Al-Baqara/120)

        Douar , veuillez m’en excuser du HS………….
        Cordialement et bonne fin de journée Omar …..

        • Amirouche

          Quelques erreurs de frappe !!

        • Omar

          Amirouche, je suis ravi que tu fais la différence,entre critiquer son Pays à bon escient et accaparer la Toile avec des futilités qui n’ont pas raison d’être ? De toute façon quoi qu’on dise il’y a et aura toujours des lecteurs de mauvaises foi, ils vivent dans les méandres et tout va bien Madame la marquise.Sache que je réponds qu’aux commentaires qui m’horripile,nous Algériens on vit dans la m………… et tout va très bien nous ne sommes pas idoines avec le reste du monde;quelque part on est hypocondriaques avec la vérité.Personnellement je ne peux dissocié ma vie professionnel à ma vie privée, les (khouya,les hbibi et la machette au dos ce n’est pas ma dans mes gènes je ne force personne à lire mes commentaires et ce que je fais d’ailleurs toute cette bouillabaisse ne m’intéresse pas raconter des sornettes non plus alors à chacun son dada. Tous les lecteurs se réfèrent au Saint-Qur’an oralement mais dans la pratique ce n’est que du vent,que les bonnes âmes m’en excuse et je sais qu’ils y’a des personnes à être connus.

          • khayi

            Avant de poster un commentaire critique acerbe Sachez que tout lecteur a le droit de rejeter votre opinion qui vous est propre surtout que le médecin qui écrit ces articles spécifiques Oui c’est son dada est connu contrairement a vous Il a sa dignité sa famille :ses amis Alors…

  15. Mohand

    Freud est l’un des premiers à avoir donné à l’agressivité permanente un statut spécifique, en l’articulant à la pulsion de mort ou de la nuisance morale. Pour autant, la psychanalyse freudienne ne considère pas l’agressivité humaine comme un fait évident, mais plutôt comme une pulsion complexe attestée par l’inconscient, et notamment par l’observation clinique de deux phénomènes : le sadisme et le masochisme. Cette observation conduit Freud à analyser le plaisir spécifique d’où procède l’agressivité qui révèle l’ambivalence fondamentale des sentiments du sujet à l’égard d’autrui.

  16. Mohand

    Freud mangeait , pensait et écrivait.
    He was human.

  17. Imène

    Bjr TLM , bjr Mme ch !
    Bravo , mille fois ! perspicace et pertcutante à souhait votre contribution .. ce sont les mots , les arguments que je recherchais , le côté scientifique de la cuisine , son aspect culturel et identitaire .. l’angle optique par lequel on considère cet art : enfin tout y est MERCI ! et bonne journée .

  18. chaibdraa tani djamel

    Le tourisme marocain est à son top niveau mondialement et c’est à grace à la cuisine traditionnelle de ce pays .

  19. Mus

    Vous avez raison de remettre ce lecteur a sa place Je salue le docteur Douar

  20. Douar

    @Omar.
    Je ne vous démontre pas que vous êtes à coté en croyant que ces sujets sont en relation uniquement qu’avec la panse, d’autres lecteurs vous l’ont démontré avec raisonnement entre autre Mme Ch , Chaibdraa Tani…et autres lecteurs …même sur d’autres pages. Mais je vous avertis gentiment Monsieur que la vdsba a un rituel immuable de publier chaque vendredi un titre semblable à (la panse qui ne vous plait pas). Donc je ne vous dis pas de ne pas lire le journal mais de s’abstenir le jour du vendredi.

    • Lecteur

      Bonne réponse du toubib

    • Omar

      Sieur Douar, ma liberté commence ou finit la tienne et j’écris ce que je pense adéquat pour le Pays et en général la majorité qui comme vous je pense ne pas me trompé n’ont rien vue dans leurs vies,ni voyager à part PL,Carnot où les environs,je vous conseille d’aller voir ailleurs pour s’enrichir à tous les niveaux, moi je n’emplois pas la langue de bois comme la plupart par peur de se montrer du doigt.J’écris et dis ce que je constate de visu,l’hypocrisie, le mensonge,brosser ce n’est pas ma tasse de thé dans le Saint Qur’an y’a un passage qui dit je cite <>,ils faut que tout le monde y mets du sien pour voir ce qui nous touche. On arrête pas de critiquer les autorités mais on est un peuple d’assisté et tout va très,très,très mal prouvez moi le contraire ! on est tout et son contraire pour conclure bon bouzèlouf etc….

      • Fethi

        Ce lecteur dans ses commentaires s’attaque aux gens de la place carnot. Qui le motive ne sait il que parmi ces gens figurent ceux qui ont parcouru le monde sans le crier sur les toits. Arrêtez votre méchanceté cela ne vous mène à rien.

  21. MADANI

    Laissez OMAR tranquille il a le droit de réagir selon ses idées , ses libertés , et ses options , qu’il lise ou qu’il s’abstient tout dépend de lui ce site est en ligne pour tous les pros et les anti apportez des arguments valables à ses réactions ne le blamez pas il est LIBRE et vit dans un pays LIBRE la khawouf , la tahha , la chkima ; LUI au moins dit ce qu’il pense tout haut sans hypocrisie alors pas de suivisme ni démagogie messieurs les donneurs de leçons .

    • L'écoeuré

      Bravo Mr madani de dire que ce Mr Omar était libre de s’exprimer comme il l’entend et c’est cela la forme de la liberté d’expression que l’on accepte pas chez nous ou l’adoption du brossage dans le sens du poil est un acte courrant .
      I’AM FREEDOM BECAUSE I LIKE SPEEKING .
      cordialement .

  22. MADANI

    e 16 novembre 2010, le repas gastronomique est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Défini comme « une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie […], un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du « bien manger » et du « bien boire » ». Ainsi, ce n’est pas seulement la gastronomie française en elle-même qui est reconnue, mais bien un moment consacré, reconnu comme une exception française.

    Que signifie pour les français « être à table » ? Y a-t-il une « tradition » gastronomique française ? Peut-on parler de construction identitaire autour du partage du repas ?

  23. L'écoeuré

    Je ne comprend plus rien sur cette toile puisque personne n’admet les dires de l’autre .par contre ce qu e je déplore le plus dans notre mentalité qui est bien la notre,c’est que lorsqu ‘ un intervenant est montré du doigt par XouY voilà que toute la Smala s’en prend à lui .comme s’ils avaient besoin d’etre booster comme un voligeait fonctionne au carburant.
    Allons messieurs un peu de calme et montrer votre savoir dire .
    Chacun est libre de s’exprimer comme il le souhaite du moment qu’il n’y a ni injure ni blasphème .
    Quand au Dr Douar il est aussi libre de dire ce qu’il veut sans pot autant lui venir en aide je pense qu’il est est autonome et libre de toutes ses pensées
    Alors continuer à mettre de l’ambiance autant que vous le désirez ,mais sachez qu’il y a plus important que de parler de la nourriture pour ne pas dire de la gastronomie puisque cet art culinaire dépasse de très loin l’aquisition fondamentale de l’étude gastronomique de beaucoup d’entre nous sans en avoir recours à WIKIPÉDIA .
    sur ce je vous souhaite un très bon appetit avec une très bonne Miga et du du poisson séché le plat du pauvre que nous mangions du moins pour Dans les années 50 un délicieux plat à base de semoule et de l’ail passée à la poêle avec de l’huile et le poisson séché le Chichar.

    • madjid

      @L’écoeuré Ne pensez vous pas quant un sujet ne vous intéresse pas ? Vous avez l’opportunité de commenter un autre ou carrément lire comme le font des centaines de lecteurs Sachant qu’Omar ne pourra jamais donner son identité a des personnes bien identifiés de ce forum des lecteurs Le courage n’est pas derrière un prénom ou pseudo..Sans rancunes

      • L'écoeuré

        Mr Madjid opter pour un pseudo c’est courrant sur la toile tener pour ce qui est de ce qui m’intéresser et de commenter sur ce que j’aime ne regarde que moi .par ailleurs tous les articles mis à la une de ce journal certains et la majorité ne m’inspirent pas pour que je puisse perdre mon temps et mémoire pour dire ce que je pense .
        La seule question qui m’inspire c’est « –Comment trouvez-vous l’état actuel de la ville dans un contexte d’hygiène de bien être et du social en général .
        Là beaucoup de bel-abbesiens auront certainement des choses très intéressantes à nous dire .
        Je ne parlerai pas des établissements de santé qui sont laisses pour compte .
        Alors cette ville est la notre et nous ne dénigrons rien si ce n’est de revoir un jour la ville ainsi que celle de mes parents et grands parents reprendre sa notoriété d’antan .il faut vraiment avoir vécu et connu le bel-abbés d’antan pour en parler .
        Voilà je ne m’intéresse ni à la politique ni au parti des malfrats ni aux parvenus de toutes sortes.Vous portez un jugement à mon égard et vous m’incriminez sur ce que je Pete comme commentaire et vous avez la vision à 360degres pour insinuer que je détourne les commentaire et qui n’ont pas attrait avec le d’y articlealons un peu de sérieux vous ne voulez pas que je m’y met aà ajouter la sauce sur le Bouzelouf comme la tête de veau et sa sauce Gribiche une très délicieuse sauce.
        Nô hay

      • L'écoeuré

        Ah! Non Mr Madjid vous n’allez pas vous y mettre vous aussiet si ce n’est pas envers ce Mr Omar c’est envers moi .
        Mais bon je blindé .
        Si je vous pose 2 questions d’ordre général sur le qu’est-ce qu’une tête bien faite ,qu’une tête bien pleine et cela rejoint l’article du Dr Douar sur le Khmi3 et tous les commentaires qui on attrait à cet boustifaille ou à cet art communauté puisqu’il est traduit ainsi.
        La 2ème question est la plus courante par son aspect et son attitude de certains .
        Que pensez-vous de l’hypocrisie de la société mondainbien de chez nous.
        Nô hay resentimientos hombré y una buena noché .

  24. Anonyme

    Bien manger, c’est aussi bien cuisiner, surtout avec le peu de choses qui vous sont disponibles.

  25. merabbi

    Peut-on donner un caractère scientifique à ce débat ?
    Je pense que notre ami « Omar » et le docteur « Douar » partagent au moins 4 lettres alphabétiques dans leur noms ou pseudos ce qui ,au départ très significatif.
    Pour monsieur « Omar »,je pense qu’ il veut tout simplement nous dire que le sujet traité pourrait être malvenu eu égard aux vrais problème que connait SBA.
    Pour notre ami « Douar » l’art culinaire est partie intégrante de toute société et qu’une société qui « sait » comment et quoi manger est une société à l’abri des risques ou ▬ épidémies, car : « nous sommes ce que nous mangeons ».
    Bref , pour concilier les deux vues il me semble intéressant de proposer une lecture objective en posant ces questions : est-ce que le fait de manger des plats dits traditionnels « pauvres en calories ,riches en gras ,ou l’inverse…?» doit être respecté à la lettre ou est que il faudrait ,au contraire ,l’éviter ? pour des raisons de taux de cholestérol très élevé ou est-ce le temps de reconnaître que certains plats même s’ils sont ancestraux doivent être conseillés ?
    Le « berkoukes ,le taam,le khliii » devraient faire l’objet d’études calorifiques et pourquoi pas suivre le même chemin commercial que la « pizza ou le couscous » quitte à ce qu’ils soient congelés ou surgelés.

    • Omar

      Mon Cher Merrabbi ,vous avez très bien analyser mes pensées et je dois dire que vous avez vue juste et au delà de mon espoir.Il est bien spécifier que nous ne vivons pas de la même manière ni en pensée,ni en vision de notre situation excecrable. Comment peut-on parler de soi-disant <> mais quel Art ? A-t’on un art culinaire ? Mais vous rêvez, au plus profond de vos entrailles, soyons objectifs, et cohérents avec nous mêmes,est-ce qu’il y’a un seul Restaurant digne de ce nom à S.B.A.? Si des gargotiers, et je ne veux pas rentrer dans les détails au niveau de la propreté infecte,vous ne voulez pas admettre qu’on est que des boyaux droit et tout-y passe c’est une honte de parler de Culinaire de toute façon c’est toujours les mêmes qui ne se prennent pas pour la queux de la poire soi-disant des connaisseurs, eut égard à pas mal de lecteurs je n’ai pas envie de verser dans la bassesse leur concernant et le fait de voir leurs commentaires on dirait qu’ils se passent le mot,mais bon personne n’est parfait, j’aurai aimé lire des commentaires au sujet de notre Pays qui va à la dérive tout m’est abscons et je n’arrive pas à comprendre qu’est-ce ce qui se passe dans notre société.On étale de la moutarde en longueur de journée depuis l’indépendance, résultat c’est le serpent qui se mord la queux,or qu’ils y’a beaucoup plus intéressant penser à construire le pays et non pas parler dans un puits et plus on creuse plus on s’enfonce l’algérien est prie de cécité et il ne voit que ce qu’il arrange,jusqu’à quand ? plutôt il verra que le noir et il est déjà.

      • khayi

        @Omar Cessez de dire des bétises ; il ya des restaurauts chics ; cela se voit que vous étes déconnecté.je ne vais plus me fatiguer a vous réorienté vainement.

        • Omar

          Khayi, je sais que je dis que des bêtises, mais pas autant que vous,et vous n’êtes pas le seul,vous devriez faire sociologue parce que je vois que vous avez l’art et la manie d’analyser en deux mouvements trois temps mes commentaires continuez vous êtes sur le bon chemin comme tant d’autres,quant à moi je continuerai de dire des bêtises que des bêtises rien que des bêtises.Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voire ou Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre,le partie pris ferme l’espoir à tout éclaircissement.

  26. Mohand

    le livre des Mille et une nuits nous offre un aperçu des habitudes alimentaires à l’époque du Prophète. En outre, les agronomes et les médecins étaient également intéressés par l’alimentation. Grâce à leurs traités, ils perpétuèrent la tradition d’Hippocrate (460-377 ACN), de Galien de Pergame (131-201 PCN) et de Rufus d’Éphèse ( Ier siècle PCN), exclusivement connu de la traduction des ouvrages arabes. En effet, le Traité de Diététique de Galien, en arabe Kitâb al-alghdiya, a été cité dans tous les ouvrages de l’époque que l’auteur soit musulman, juif ou chrétien.Ainsi, le recours aux sources littéraires et scientifiques est un moyen de mieux cerner les pratiques alimentaires des arabes du Moyen-âge.
    Quant à la littérature culinaire proprement dite, celle-ci semble être née à Bagdad au début du IXe siècle. Les spécialistes s’accordent pour affirmer qu’entre le IXe et le Xe siècle, de très nombreuses recettes furent rédigées. Cependant, de cette période prolifique, il nous reste seulement le livre de Abû Muammad al Mazaffar ibn Sayyâr al-Warrâq : le Kitâb al-tabîkh (Livre de cuisine). Il s’agit du plus ancien livre de recettes arabes (il est daté du Xe siècle). Il relate l’âge d’or de Bagdad. En effet, au VIIe siècle PCN, les arabes conquièrent l’Iran et découvrent les habitudes de la cour sassanide riche et raffinée. La plupart de ces pratiques arrivent alors à Bagdad : des concours de recettes sont réalisés, les aristocrates font compiler leurs recettes préférées, etc.

    Enfin, une dernière particularité caractérise un grand nombre de ces ouvrages : les informations concernant les doses, les mesures à utiliser, le temps de cuisson sont peu précises ou même totalement absentes. Notons aussi que le public à qui étaient destinés les livres de recettes était cultivé et aisé. Ces livres de recettes reflètent les habitudes culinaires de la cour et des élites. Enfin, ces ouvrages circulaient à travers les grands centres urbains de l’époque : Bagdad, Damas, Alep, Le Caire et Cordoue.

    • Mohand

      Grâce aux romains, la culture de l’olivier et de la vigne a été implantée dans tous les territoires conquis. Ils ont également diffusé certains légumes verts et de nombreuses légumineuses telles que les haricots secs, les pois chiches et les lentilles. L’agriculture des régions conquises a été développée et modernisée, à tel point que l’Afrique romaine est devenue le « grenier à blé » de l’empire. En effet, ils ont promu de nouveaux systèmes d’irrigations pour permettre l’extension des zones de cultures céréalières jusqu’au sud de la Tunisie. Les Romains ont imposé de nouvelles bases productives et profondément modifié les structures alimentaires des territoires qui relevaient de leur administration. Ceux-ci consommaient peu de viande, et préféraient réserver les animaux au trait (à l’exception des chèvres).

      • Mohand

        Certaines caractéristiques de la cuisine arabe sont similaires à celles de la cuisine antique gréco-romaine. Ainsi, des préparations similaires au fameux « poulet à la Numide » d’Apicius se retrouvent dans les livres de recettes arabes, il y a également de nombreuses sauces de poisson, les saveurs dominantes sont aigre-douces. Enfin, dans les deux cuisines, l’utilisation excessive des épices et des condiments tels que le poivre, le cumin et la coriandre est récurrente.

        Par juliette le lun

        La cuisine arabe et islamique: entre traditions et innovations

        Alimentación y creencias

        • Mohand

          Merci monsieur Douar pour votre article qu’un gut ne saura apprécier s’il n ‘ a pas de neurones. La prochaine faites exploser la baraque avec une gastronomie spécifique, allez le cherchem nous unit.

          • Douar

            Mr Mohand salam
            Vous savez, je pense, que renseigne l’anatomophysiologie : Le gut est aussi important que le cerveau puisqu’ils ont le même nombre de neurones. Ces neurones sont enveloppés et protégés par la Glie qui leurs apporte nourriture et O2, et élimine les intrus nuisibles et les inutiles (les cellules mortes et les microbes) en conclusion sans Mosrane la mort cérébrale est inévitable.

            • Mohand

              vous avez raison monsieur Douar, car l’organisme est un tout . Le gut ici est au sens figuré.Un Alzheimer ou un démentiel na saura jamais apprécier ce qu’il mange, par ailleurs je connais beaucoup de gens à qui on a enlevé une partie du gut, ils mangent peu et apprécient le peu de ce qu’ils mangent sans mourir.
              Cependant notre débat est de donner une importance aux recettes de nos mamans, alors que nos enfants préfèrent ce qui est fast et peu nutritif, hamburger, chips,……………….

              El hamdoulillah et Rabi yaafina.

    • Imène

      Mohand Azzul , m’sse el kheir tlm :
      Trés interessant , merci pour ce clin d’oeil à l’histoire : qu’est ce que j’aimerai avoir  » kitab ettabikh  » de Abu muhammad et warraq entre les mains ! feuilleter délicatement ses pages jaunies ..puis l’évasion ..les mille et une nuit , les palais de Bagdad , les eaux scintillantes de Tigre et l’Euphrate ..Salem !

      • Mme CH

        Le Tigre et L’Euphrate dites vous…??? Chère Cygnus, Ya Hassrah, les eaux scintillantes de ces deux fleuves ont été souillées par le sang des irakiens et les tonnes d’uranium appauvri américain, dont la poussière uranifère invisible à l’oeil nu risque de nous contaminer tous progressivement, via la respiration,à des moments inattendus, au gré des courants aériens de l’hémisphère Nord……..!!!!!

        Selon l’Unicef « L’Irak fait face à des difficultés pour atteindre l’objectif de fournir de l’eau potable à 91% des foyers d’ici 2015″.
        Environ 50% de cette eau est perdue en raison des déperditions, des fuites et des gaspillages dus à la mauvaise qualité du système de distribution ».
        « Un Irakien sur cinq, soit six millions de personnes, n’a pas accès à l’eau potable, notamment dans les régions rurales », ajoute l’Unicef. Selon le rapport, 500.000 enfants utilisent l’eau d’une rivière ou d’un ruisseau et plus de 200.000 autres puisent l’eau d’un puits à ciel ouvert. Les maladies causées par la pollution de l’eau sont répandues en Irak. Durant le premier semestre 2010, 360.000 cas de diarrhées, frappant surtout les femmes et les enfants, ont été recensés. Ces épidémies sont causées par l’eau polluée et le manque d’hygiène, souligne l’ONU.

        C’est ça, la Démocrassie que la pieuvre du mal est venue restaurer en Irak ….!!! Mon oeil…!!!! L’Irak pays des civilisations et du savoir a reculé de plusieurs siècles maintenant……!!!! Le Liban est divisé, la Syrie est en voie, la Libye n’en parlant pas…etc…..!!! A qui le tour d’après-vous….!!!!

        Salam!

        • Imène

          Que voulez vous que je vous dise mon amie ???? Pourquoi remuer le couteau ds la plaie ? notre douleur est incommensurable que rien ne saurait apaiser , le mal est partout , le monde arabo-musulman en plein tourmente sur le point de s’écrouler , dépeçé en entités..la chute de Bghdad dejà, avait sonné le glas du monde arabe ! ces chiens et leurs mains supplétives de l’intérieur ont semé le chaos le désordre et la mort ..pire que les tatars et les mongoles , là où ils passent, c les souillures et plus rien ne pousse , ces ennemis du sens même de la vie ,
          A qui le tour ? je ne veux même pas y penser , mon amie ..par fatalité , résignation , impuissance , ce qui est certain notre pays : ça ne va pas !!
          il me vient cette maxime de Y. khadra , que j’ai noté ds mon petit carnet :  » Que la sagesse nous preserve de nos vieux démons , que l’Algérie soit saine et sauve  » Salam ! Salam 3ala Baladi !

  27. Amirouche

    Un enfant curieux demande à son père :

    « Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?

    Alors le père demande à son fils de le suivre ; Ils sortent de la
    maison, le père sur leur vieil âne et le fils suivant à pied.

    Et les gens du village de dire:
    « Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d’aller à pied ! »
    « Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison » dit le père.

    Le lendemain ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils
    sur l’âne et lui marchant à côté.
    Les gens du village dirent alors :

     » Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied ! »
    « Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison. »

    Le jour suivant, ils s’installent tous les deux sur l’âne avant de quitter la maison.
    Les villageois commentèrent en disant :
    « Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi ! »
    « Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison. »

    Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l’âne trottinant derrière eux.
    Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :

    « Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C’est le
    monde à l’envers ! »
    « Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison. »

    Arrivés à la maison, le père dit à son fils :

    « Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur.
    Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire. Fais ce qui te plaît , tu seras heureux. »

    • Mme CH

      Wal 3ibratou Limen Ya3tabir…!!!

      Merci Khouya Ami..rou….che ou A….mirou…che ou Amir….ouche…ou..etc…rires!!!

      Fraternellement…!

      • Imène

        Tout à fait Mme cH , 3mirouche : comme dit l’adage on ne peut pas contenter tout le monde et son père ! ( irdha’a ennass , rayatoun la toudrak ! ) autrement dit : bien faire et laisser dire..excellente devise ! Salem !

  28. ourrad n

    moi j’adore les sujets de si douar ils me font rappeler la vie d’antan celle de nos meres et nos grands meres nos amies et nos voisins d’enfances ses sujets sont tellement variés qu’on a du plaisir à les lire cela prouve qu’il est (du dar el kbira)pas du(chebaa eljdida) comme on dit quant à la viande séchée(kaddid) je pense que c’est une pratique trés ancienne puisque notre prophète (alayhi salat wa salam) a dit:je ne suis qu’un ètre humain et ma mère mangeais du kaddid
    continuez doct douar

  29. Belabbesien

    @Dr.Douar
     »Qu’il est doux
    qu’il est doux,
    d’écouter des histoires,
    des histoires du temps passé.
    quand la neige était basse
    un peuplier au loin s’élasse
    quand dans les veines coule un sang glacé »

    L’âme a aussi besoin de nourriture: Ou sont nos contes qu’on écoutait au coin de la cheminée:
    3chba khadar conte écologique par excellence,
    Mohamed El khamar: Conte épique ou le magique et la morale se côtoient.
    Lounja moulat seb3a soualef: Conte sur les vicissitude de la vie
    Le soir de la fête du Nayer, alors que la nuit s’installe et le vent hurle dehors, alors que dans la gas3a fûme une marga au foul et jelben. Alors serrés les uns aux autres nous écoutions l’histoire du pêcheur et du singe.
    La télé a tout balayée et el moussalssel aussi fade qu’un café réchauffé nous distille une culture qui ignore d’ou l’on vient qui nous sommes.
    Salutations à tous.

    • Amirouche

      @Belabbesien
      Espérons que les « donneurs de leçons » ne me lisent pas , mais je tenais à vous dire que vous avez tout à fait raison .Personnellement c’était ma grand mère Allah yarhamha qui nous racontait à sa façon les contes « bien tournés » que vous avez cités , c’était tellement beau et angélique …Ya hasrahe

      « Kane ya makane, dkhalte bled wa akhrajte bled.
      Il existait dans un pays lointain un royaume où vivait un roi que tout le monde aimait, car c’était un bon roi. Il n’aimait pas la guerre et vivait en bonne intelligence avec tous ses voisins. Ses terres étaient nombreuses et riches et les paysans travaillaient dans la paix. C’était un royaume prospère et le roi était heureux, d’autant plus que le plus précieux de tous ses trésors qu’il possédait, celui qui pour lui avait une valeur inestimable et qu’il considérait comme le joyau le plus rare était sa fille, Lounja.
      Elle n’était encore qu’une petite fille, mais elle promettait d’être d’une grande beauté. Tout en elle était exquis et charmant. Sa beauté était connue jusqu’au-delà des mers, car elle avait une particularité qui la rendait différente de toutes les autres princesses…………etc » …….J’ai essayé plusieurs fois de faire la même chose que ma grand mère à mes enfants , hélas ,peine perdue ! car ils sont « accro » aux manettes ; je fais en sorte qu’ils ne touchent pas à leur ordi qu’une heure par jour de peur qu’ils développent une addiction à ces jeux ………
      Mais vous avez oublié « debe el namla ,debe el far ,debe 3zaïze ,debe el ghare »……..rires
      Merci Belabbessien
      Cordialement

      • Fethi

        Je ne cesse de rire en vous relisant. Que du sourire efficace.

      • Mme CH

        Salam Khouya Amirouche, vous avez oublié « Azbida Anbida Wine Kount El Bareh, Fi Jnen Bousalah etc.. » ainsi que l’histoire de « Mama 9ssiwra Darha Sghiwra….(sourires)…..!!!

        Ya Hassrah, c’est le début de la fin hélas….!!!!!

        Bonne soirée

        • Mémoria

          Début de la fin hélas …????

          • Mme CH

            Eh oui, Grand frère Mémoria….!!! Comment allez-vous…??? Est ce qu’il y a un autre livre en vue….????

            Pour reprendre le titre de votre livre: « Terriens réveillez-vous »…..!!!! Et spécialement, les Algériens, bien évident que je ne parle pas des extraterrestres…!!!

            Mes Respects…!

            • Mémoria

              @Mme CH
              Loin de moi l’idée de vous taquiner mais je vois que vous avez le goût des lectures et contes du patrimoine local au niveau de l’école parallèle en hors programmes scolaires…L’enfance marginalisée avec son imaginaire reste un investissement brut et boudé par les adultes que nous sommes malheureusement! Et comme vous restez une commentatrice qui nous met parfois en « accoutumance »,que diriez-vous d’un bain de jouvence en assistant à une conférence sur les contes d’enfants avec évidemment la prévision d’un calendrier adéquat ? Il va sans dire que je serais heureux enfin de vous connaître en savourant vos compétences de chercheure…?

              • Mme CH

                Ohhhhhh…..!!! Grand frère c’est ce qu’on appelle faire une esquive de 180°…..!!! Vous avez raison les contes du patrimoine nous ont marqués pour toute la vie, tellement qu’ils étaient éducatifs, pleins de bon sens et de sagesse, autrement dit des contes de qualité…..!!!

                L’école parallèle…..!!!! Combien elle était efficace….!!! Oui, l’école de la vie où l’on a appris beaucoup de choses….!!!

                Je vous dédie les paroles de la chanson: « L’école de la vie »

                J’y suis entré tout petit sans le savoir, comme tout le monde
                Derrière ses murs, j’ai grandi et j’ai observé chaque seconde
                J’y suis entré naturellement, personne m’a demandé mon avis
                J’ai étudié son fonctionnement, ç s’appelle l’école de la vie
                Faut savoir qu’ici tout s’apprend, les premières joies et les colères
                Et on ne sort jamais vraiment de cet établissement scolaire
                A l’école de la vie, y’a des matières obligatoires
                Et certains cours sont en option pour te former à ton histoire
                La vie démarre souvent avec le prof d’insouciance,
                Il est utile, il t’inspire et puis il te met en confiance
                Mais juste après vient le cours des responsabilités,
                Tu découvres les maux de tête et les premiers contrôles ratés
                Le cours de curiosité est un passage important,
                En le comprenant assez tôt, j’ai gagné pas mal de temps
                Puis j’ai promis que je m’inscrirai dans le cours de promesse…
                Mais j’ai parfois été fort dans le cours de faiblesse

                A l’école de la vie, tout s’apprend, tout enseigne,
                Tout s’entend, on s’entraine, des matières par centaines,
                C’est l’école de la vie, j’ai erré dans ses couloirs,
                J’ai géré dans ses trous noirs, j’essayerai d’aller tout voir

                En cours de grosse galère, j’ai eu quelques très bonnes notes,
                C’est ce genre de résultats, qui te fait connaitre tes vrais potes
                Ca m’a donné des points d’avance et une sacrée formation
                Pour le cours de prise de recul et celui d’adaptation
                Je me souviens du cours d’espoir, j’avais des facilités,
                A moins que je ne confonde avec le cours de naïveté
                Puis il y avait une filière mensonge et une filière vérité ;
                J’ai suivi les deux cursus, chacun à son utilité
                En cours de solitude, j’avais un bon potentiel,
                Se satisfaire de soi même est un atout essentiel
                J’ai vite compris que l’existence ce conjugue mieux au pluriel
                C’est qu’en cours d’humanité j’ai eu deux très bons professeurs,
                On a eu des travaux pratiques tout les jours, moi et ma sœur
                J’espère que petit à petit, j’ai bien retenu leurs leçons
                Et qu’à l’école d’une autre vie, je transmettrai à ma façon

                En cours d’histoire d’amour, j’ai longtemps été au fond de la classe,
                Le c…contre le radiateur, j’ai bien cru trouver ma place,
                Mais en pleine récréation, alors que je n’attendais rien,
                J’ai reçu ma plus belle leçon et le prof m’a mis très bien
                Au cours de liberté y avait beaucoup d’élèves en transe,
                Le cours d’égalité était payant, bravo la France
                Pour la fraternité, y’avait aucun cours officiel,
                Y’avait que les cours du soir, loin des voies institutionnelles
                Alors on saigne, on cicatrise,
                On se renseigne, on réalise
                Les bons coups et les bêtises
                On salit, on se divise
                Moi pour comprendre l’existence un peu plus vite ou un peu mieux,
                J’ai choisi le cours d’enfance en ville, j’ai même pris l’option banlieue
                Reste qu’au cours de bonheur, le prof était souvent malade,
                On s’est démerdés tous seuls, on a déchiffrés ses charades
                Autodidacte en sentiments, y’aura pas d’envie sans piment
                Dans mes cahiers en ciment, moi j’apprends la vie en rimant..

                Mr Mémoria , rien qu’entre vous et moi, je vous conseille plutôt la Fontaine de jouvence…..!!!

                Mes respects..!

                • Mémoria

                  Merci Mme CH pour la cure que vous me conseillez ! Saviez -vous que Alexandre le Grand est mort d’impatience à 33 ans sans avoir réussi à trouver cette fontaine mythique alors que Khizr ou Al Khadir a trouvé sans chercher ce que Alexandre a cherché sans trouver…selon la tradition Moyen-Orientale pré-islamique ?

                  Cela m’apprendra à chercher à connaître la direction des moulins à vents !!!
                  Bonne nuit

                  • Mme CH

                    Je croyais que vous étiez invité à un bal des châteaux en ruine, et que j’avais même laissé mon tour de danse à une Corneille noire….(rire)….!!!

                    Sans rancune Grand Frère….!!!

      • Belabbesien

        @Mr. Amirouche
        Votre nom nous est cher car il nous rappelle le grand Amirouche et nos amis les fréres Amarouches Allah yarhamhoum. Nos patrimoines culturels et culinaires sont vastes et variés. Comme le proclame une chanson patriotique d’un grand peuple: A partir de quoi commence la patrie?
        La Patrie commence par un sourire et une chanson maternelle chantée au dessus du  »M Had » lorsqu’on ouvre la première fois les yeux. Elle est contenue dans une odeur familliaire d’une nourriture bien de chez-nous. Elle se concrétise dans une plainte de la flûte de nos Chouioukhs ou dans le son vivifiant d’un gallal. La patrie c’est aussi des amis d’enfance qui se sont éparpillés à cause des vicissitudes de la vie et que l’on rencontre d’une façon inattendue au tournant d’une rue des grabas. La patrie c’est aussi Antar qui déambule du côté des cars rouges de Grandonna ou ceux du Riffi. La patrie c’est un conte merveilleux que nous raconte un Médah sur sid Ali Sur la Tahtaha et qui vaut plus que toutes les chansons de geste réunies avec Roncevaux en plus.
        La Patrie est aussi faite de mille petites choses comme un garçon au rire cristallin qui sort du lycée avec toute la confiance dans le future ou un jeune djoundi du service national sanglé dans sa tenue militaire avec un béret noir incliné sur sa tête qui se pavane avec l’assurance d’être épaulé par tout un peuple.
        La patrie c’est aussi les nouvelles de notre frére Douar qui nous raconte les histoires du temps passé et l’on se souvient du farane avec du pain d’orge fumant et une chekoua pleine de lait caillé qui va et vient comme les jours d’une vie. C,est aussi un homme habillé d’une gandoura blanche et coiffé d’une kréla avec du Keit noir tout autour et qui se tend en avant sur les étriers d’une selle brodée d’or jetée sur le dos d’un étalon noir à la crinière qui ondule au vent.
        Ma Patrie c’est aussi une femme avec un voile, melhfa, blanc légérement pincé au niveau du visage ,juste pour laisser deviner un œil noir souligné d’antimoine et relevé sur le mollet et qui telle une gazelle se dirige d’un pas assuré vers l’avenir.
        Ma patrie c’est une intégrale triple qui englobe tout ce qui est beau et sublime dans notre passé et dans l’avenir de notre glorieux peuple.
        Et avec Douar je me souviens, je me souviens: Kane ya ma kane fi kadime Ezamane….
        Fraternellement à tous les Ouleds Bladi.

        • Amirouche

          @ Belabbesien

          Bonsoir

          Vous ne pourriez pas savoir à quel point j’aime votre plume et votre façon d’écrire ……Rien à « jeter » , tout à aimer MERCI MERCI MERCI et chapeau bas Belabessien
          Je vous salue
          Fraternellement

        • Mémoria

          Merci Belabbésien pour ce commentaire où je me projette personnellement à la limite de la catharsis ;commentaire qui mériterait article tant la prose est attachante,envoûtante et émotionnelle !!! Peut être aussi parce que nos routes se sont croisées sans jamais nous connaître !!

          Bonne nuit Fi Aman Allah et…la Patrie !!!

        • Mme CH

          Effectivement, je me joins à Khouya Amirouche et Grand frère Mémoria pour féliciter Belabbesien pour son beau récit qui m’a beaucoup émue…..!!!! Quelle classe, c’est du Top…!!! Je perçois de loin l’impact de « l’antimoine » et du « cristallin »sur notre ami Belabbesien…(.rire)….!!! Vous m’avez comprise…!

          C’est ça aussi l’école de la vie…!!!

          Toujours un plaisir de vous lire….!!! Restez avec nous Grand Monsieur…!

Répondre