La Voix De Sidi Bel Abbes

C’est l’Aïd el Fitr : Devoir religieux accompli devant un bilan ruineux d’exigences matérielles.

Après le devoir religieux accompli  doublé par les lourdes charges financières du mois sacré  sont venues les exigences de l’Aïd el Fitr, ou  les magasins de prêt-à-porter pour enfants furent pris d’assaut par les citoyens venus acheter des vêtements pour leur bambins. C’est le bilan bien ruineux de exigences matérielles.de toutes sortes. Encore un mois très cher pour le citoyen Algérien qui vit du HALLAL pour satisfaire ses enfants.Ce que nous abordons n’est pas nouveau mais la compensation est bien divine vu que le devoir religieux fut accompli. Néanmoins il est a signaler:

Que les parents tentèrent, tant bien que mal, de satisfaire leurs enfants au point ou certains d’entre eux recoururent à l’endettement et au crédit, particulièrement les catégories à faible revenu.

L’effervescence et les bousculades des derniers jours du mois de jeune furent encore plus marquées vu que l’Aïd coïncidera pour la troisième année consécutive avec la rentrée scolaire.

« Ma fille rentre cette année à l’école. La tenue qu’elle portera pour l’aïd est la même qu’elle portera pour la rentrée scolaire », lance Fatima.

Entre qualité et source… les prix varient

Les prix des vêtements pour enfants importés de pays européens sont montés en flèche ces derniers jours. Le prix d’un pantalon en jean, par exemple, oscille entre 3000 et 3500 da et une chemisette n’est pas cédée à moins de 2000 da.

Certains magasins de vêtements pour fillettes proposent des prix exorbitants.

La robe est cédée à 5000 da et la tenue complète à pas moins de 7000 da.

Rencontrée dans un magasin de prêt à porter pour enfants , Houria dit être une cliente fidèle de ce magasin qui propose des vêtements importés haut de gamme. En dépit de leur prix excessifs, bon nombre de clients optent pour cette marchandise coûteuse dont la qualité dépasse de loin celle des produits chinois, selon certains témoignages.

Autres hauts lieux alliant qualité et accessibilité des prix, certains magasins à la Place de martyrs (Alger) de même que les vendeurs à la sauvette sont assaillis par un flot important de clients qui estiment que les prix des effets vestimentaires sont à la portée de toutes les bourses.

Un ensemble pour fillettes est cédé entre 1000 et 3000 da. Le prix des pantalons et des chemisettes pour garçon varient entre 1600 et 2000 da.

Moins chers et accessibles, les commerces qui proposèrent la production chinoise et nationale semblent avoir une bonne presse, car plus sollicités par la clientèle qui se dit ruinée pour peu que le devoir religieux fut pour tous soulignent ils le plus important

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=31504

Posté par le Août 8 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

7 Commentaires pour “C’est l’Aïd el Fitr : Devoir religieux accompli devant un bilan ruineux d’exigences matérielles.”

  1. abbes

    Oui le bilan a la fin est ruineux ;très cher a été ce mois de ramadan mais pas de choix

  2. un membre de la h'cira

    Rien n’est plus cher qui ne saurait vous contraindre.

  3. mokhtaria

    je n ai pas compris monsieur membre d la h’cira

    • un membre de la h'cira

      Koul djaja tbayad 3ala hsabha

      • Hakem Abderrahmane

        Vous avez entièrement raison Mr un membre de la h’cira!Notre religion ne nous oblige pas de faire de telles dépenses!La youkalifou allah..je laisse le soin aux érudits en Islam de nous éclairer sur ce sujet!

  4. Un parmi d'autres

    Alors que faut-il résoudre de cette cherté au pays ou tout est production asiatique importation des matières 1ère des pays presque émergeant l’habillement de marques contrefaites à croire que l’état cautionne la contrefaçon et même les pièces détachées des voitures de mauvaise qualité sont vendues au prix des marque d’origine .
    Alors pour ce qui est du pouvoir d’achat ,il n’existe pas . L’inflation bat son plein .
    Alors disons que pour un pays riche comme le notre l’austérité est à son summum alors courrons pour atteindre la prospérité tant souhaité.
    Ou sont nos économistes pour nous parler d’économie ,de budget et de finance, si ce n’est d’entendre à longueur de temps de Milliards et de chkara bien Mag3ora qui fait le bonheur des requins de certaines sphères .

  5. samia

    Excessivement cher

Répondre