La Voix De Sidi Bel Abbes

La voix de Sidi Bel Abbes est née

Nous ne prétendons pas apporter du nouveau en soulignant que la presse en ligne est en train de prendre ses quartiers dans le monde médiatique. Le lectorat en général le sait très bien. Que ce soit au niveau international ou local, des titres de journaux électroniques foisonnent ici et là. En parallèle à ce constat connu. Des sources fiables spécialisées dans le domaine des journaux en ligne, ont même estimé que l’émergence des journaux électroniques constitue une sérieuse menace pour la presse écrite, qui selon telles la détrônent parfois. Ces mêmes sources, et dans un ton alarmiste en même annoncé la fin imminente de la presse écrite. C’est sur que c’est là, un débat entre professionnels de métier. C’est même soulignent les mêmes sources, la résultante d’une concurrence ardue qui se fait de plus en plus pour fidéliser un lectorat, que ce soit entre les lecteurs des journaux de la presse écrite ou électronique. Pour notre part, et en marge de ces joutes technologiques fortes intéressantes et instructives, caractérisées par le glissement de sens et de l’évolution spontanée, et les changements qui s’opèrent dans ce vaste domaine, nous avons tenu au vu du contexte ambiant, fait d’instantanéité de l’information, et des possibilités qu’offre tout journal électronique de lancer : La Voix de Sidi Bel Abbes, qui se veut essentiellement de proximité, de communion et de…….. Cette naissance ex NIHILO, c’est le mot que nous avons estimé le plus approprié pour parler de cette création qui est un souhait initialement formulé par le jeune Salim B. cette réflexion a pu murir avec deux principaux fondateurs, auxquels se sont joint d’autres volontaires qui ont partagé, participé a cet acte de fondation, avec comme objectif commun, a savoir dire notre ville, notre région, en d’autres mots une ville qui se parle a elle-même tout en entretenant avec ses enfants natifs, autochtones, adoptifs ou ayant un autre lien charnel ….., une indélébile connivence. La Voix de Sidi Bel Abbes tient à faire connaitre à ses lecteurs(ices) là ou il se trouvent, toutes les pulsions, les doléances, les désirs, les dysfonctionnements, mais aussi tout ce qui s’entreprend au bénéfice des citoyens de la cité en général.

Le passé comme le présent au même titre que l’avenir sont au menu de l’agenda quotidien des auteurs, des journalistes, chroniqueurs de La Voix de Sidi Bel Abbes. Somme nous tenu de vous le dire d’emblée, bien que nos cœurs d’ici en Algérie et en outre mer demeurent chavirés au-delà de toute légitime nostalgie des uns et des autres, d’autres pans méconnus de ces hommes et femmes, célébrités, auxquels une rubrique à été exclusivement consacrée. En attendant vos suggestions qui seront les bienvenus pour apporter par votre contribution un plus à cette pierre angulaire qu’est ce journal d’informations, de proximité, ouvert a d’autres opportunes donnes nationales et internationales. La Voix de Sidi Bel Abbes se veut a l’occasion comme une passerelle entre ses lecteurs(ices) au départ ceux de deux rives de la méditerranée, et naturellement tous les autres internautes de par le monde. La Voix de Sidi Bel Abbes qui se veut passerelle, arche, viaduc, est une nouvelle adresse destination.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=1

Posté par le Mar 5 2011. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

15 Commentaires pour “La voix de Sidi Bel Abbes est née”

  1. MEHDI

    C’est bien d’avoir pense. longue vie a ce journal.MERCI KADIRI ET A TOUTE L’ EQUIPE.

  2. regul23

    En fermant des cercles
    Un fils de Sidi Bel Abbes

    Ou en fermant des portes.
    Ou en fermant des chapitres.
    Comme il veut l’appeler.
    L’important est de pouvoir les fermer.
    L’important est de pouvoir laisser aller des moments de la vie qui partent
    en clôturant.
    A-t-il {-elle} fini avec son travail ?
    La relation fantomatique s’est-elle terminée ?
    Déjà ne vit-il plus dans Sidi Bel Abbes ?
    Dois-je partir d’un voyage ?
    L’amitié s’est-elle terminée ?
    Beaucoup de temps de son présent peut passer ‘en se vautrant’ dans les porqués, dans rendre le magnétophone et dans essayer de comprendre pourquoi a succédé tel ou autre fait.
    L’usure va être infinie parce que dans la vie, vous, moi, son ami, ses enfants, ses soeurs, tous et toutes sommes acculés à fermer des chapitres.
    À passer la feuille.
    À finir avec étapes ou avec moments de la vie et à suivre pour en avant.
    Nous ne pouvons pas être dans le présent ayant la nostalgie le passé.
    Ni même en nous demandant pourquoi.
    Qu’il succédât, il est arrivé.
    Et il faut lâcher, il faut se détacher.
    Nous ne pouvons pas être des enfants éternels, ni des adolescents tardifs, ni un personnel d’entreprises inexistantes, n’avoir de liens avec celui qui ne veut pas être lié à nous.
    Non … … … … … … … …
    Les faits passent et il faut les laisser aller!
    C’est pourquoi parfois il est si important de détruire des souvenirs, d’offrir présente, changer d’une maison
    D’un pays, d’une nationalité. Une langue. Un caractère, des Sommeils des autres : parce que … … … … … ….
    Des papiers pour casser, des documents pour tirer, des livres pour vendre ou pour offrir.
    Les changements externes peuvent symboliser des processus intérieurs de
    un dépassement.
    Laisser aller, lâcher, se détacher.
    À la vie personne ne joue avec les lettres marquées et il faut apprendre à perdre et à gagner.
    Il faut laisser aller, il faut passer la feuille, il faut seulement vivre ce que
    nous avons dans le présent.
    Le passé a déjà passé. OMEGA
    N’espérez pas qu’ils le rendent, n’espérez pas qu’ils le reconnaissent, n’espérez pas que “une fois ils se rendent compte qui êtes vous”.
    Seulement un fils de Sidi Bel Abbes avec un sommeil brisé. OMEGA
    Lâchez le ressentiment, le fait de saisir “son téléviseur” un personnel pour lui donner et, lui donner sur le sujet, l’unique qu’il obtient est de l’abîmer mentalement, de l’empoisonner, de le rendre amer.
    La vie n’est en avant, jamais pour pour derrière.
    Parce que si vous marchez par la vie en ne laissant jamais de “portes ouvertes”, au cas où, il pourra se détacher ne le vivre d’aujourd’hui avec satisfaction.
    Les fiançailles ou les amis qu’ils ne clôturent pas, les possibilités de « rentrer » (à que ?), une nécessité d’éclaircissements, des mots qui n’ont pas été dits, les silences qui l’ont envahi.
    S’il peut déjà affronter à eux et maintenant, faites-le! Si non, laissez l’aller, fermez
    des chapitres. On dites à vous mêmes que non, qu’il ne revient pas.
    Un fils de Sidi Bel Abbes
    Mais non par un orgueil et par orgueil mais parce que vous ne vous encastrez pas déjà là, dans ce lieu, dans ce coeur, dans cette pièce, dans cette maison, dans ce bureau, dans ce métier, vous n’êtes pas déjà les mêmes qui sont partis, il y a deux ans, vous faites dix ans, il fait vente années, par conséquent, il n’y a rien auquel revenir.
    Fermez la porte, passez la feuille, fermez le cercle.
    Ni vous serez le même ni l’environnement auquel vous rentrez sera égal parce que dans la vie rien ne reste tranquille, rien n’est statique.
    C’est une santé mentale, l’amour pour vous mêmes détachez ce qui n’est pas déjà dans sa vie.
    Rappelez que rien ni personne n’est indispensable.
    Une personne, ni un lieu, ni un travail, rien n’est vital pour vivre
    parce que quand vous êtes venus à ce monde il est « arrivé » sans cet adhésif, par conséquent c’est “une coutume“ le vivre collé et est un travail personnel apprendre à vivre sans lui, sans l’adhésif humain ou physique qui aujourd’hui lui fait mal laisser aller.
    C’est un processus d’apprendre à détacher et humanamente on peut obtenir parce que, je le répète, rien personne nous n’est indispensable.
    C’est seulement une coutume, un attachement, une nécessité.
    Mais… fermez, clôturez, nettoyez, tirez, oxygénez, détachez-lui, secouez, lâchez.
    Il y a tant de mots pour signifier fortement une santé l’esprit et n’importe lequel qui est celle qu’il choisit, il l’aidera à suivre certainement pour en avant tranquillement.
    C’est la vie!
    De Madrid à Sidi Bel Abbes
    L’auteur : Tairk O.K

  3. kheira

    j’ai assisté ce jeudi a la rencontre culturelle et j’etais tres contente car il y avait bcq de jeune qui ont participés.c’etait un plaisir de voir nous jeunes s’interessent a telle evenement.

  4. AZIZ el Abassi

    j’aime bien contacter les écoliers de l’école Turgo de 1954 à 1961 et de l’école Voltaire de 1961 à 1962.
    je suis né au GRABA rue des marbriers, en 1959 j’ai habité au 72 l’avenue Pasteur à l’angle de la rue Richelieu.
    fin 63 début 64, on a déménager à Oran. en 1968 j’ai quitter l’ALGERIE pour vivre en France.
    je suis un déraciné de ma ville et de mon pays ils me manque beaucoups.
    à chaque passage à Sidi Bel Abbès, qui dure 3 heures maximum, je suis triste de voir ma plus belle ville du monde (dans mon coeur et dans mes pensées) dans quel état elle se trouve, je me sent étranger, je cherche mais malheureusement je ne rencontre pas des amis d’enfances ou des bel abbesiens que j’ai connus.
    bonjour à Bel Abbes et aux Bel Abbesiens et Bel Abbésiennes.
    gros bisous à toute ma famille qui lisent ce méssage, faites passer aux autres AZIZ ZEMRANI (ABASSI)

  5. blal

    je suis né a la rue des maures,nous y habitons toujours.j’ai frequenté l’ecole turgot a la meme date voici mon adresse email:varois95@yahoo.fr a bientot

    • AZIZ el Abassi

      mon père ZEMRANI fabriqué des glaces (la crème) à la rue ali ben ali taleb, en face de la boulangerie de Ammi EL Ouaffi, le directeur de l’école s’appelé Mr GIBEAULT, les maitres de classes(Messieurs, Gimenez,Garcia,Perrin (le rougé) Perrier(lorsqu’il nous frappait avec ces deux règles il chantais tiens tiens voila du boudin) et Melle GILETTE que monsieur Garcia était amoureux d’elle, Mme et Melle GIBEAULT, tu te rapelle de l’instite qui venait en DS 19, (le grand coiffé à la jhonny weismiller) je me rapelle pas de son nom?
      le prof de sport???
      La rue des MAURES je connais la famille ZAAZOUH, LALLIMI.
      J’ai connu DRIBZANE sa dernière année à l’école TURGOT.
      J’ai fréquenter la mème classe l’un frère LACALNE.
      J’ai assister à la dernière apparition de CHEIKH EL MADANI à la rue du cimetière à la circoncision du fils de ???? un conseiller municipal.
      le seul instit arabe je ne me rapelle pas du nom, pourtant je l’ai rencontrer à Oran lorsqu’il était directeur de l’école BENZERDJEB (les castors).
      le prof d’arabe qui passait en classe une fois par semaine (il était dure avec nous, à cause de lui je ne sais pas écrire et lire l’arabe). j’espère que tu te rapelle de moi, j’ai un voisin en france la famille ZAAHZOUH SOFIANE un jeune pas de notre age mais on parle toujours de graba et de son histoire.
      je te remercie frère de m’avoir contacter.AZIZ ZEMRANI

  6. khayi 2

    monsieur blal as tu l’appel du samedi belabbesien a paris

  7. yahia

    Cher ami AZZIZ,j’ai habité la rue des marbriers,là où tenait ADIM Fatiha Allah yarhamha,son magasin de tissu juste en face du magasin d’oncle HAMOU qui confectionnait des blaghis avec l’aide d’un sourd muet dont j’ai oublié le nom et juste en dessous le four de AMMI Boumediène allah yarhamhoum.

    • AZIZ el Abassi

      Cher Ami YAHIA, je commence a avoir les larmes en te lisant, j’ai connu ammi ADIM lui mème et ses fils, je connais sa fin tragique qu’ALLAH YARHMEH, que dieu me pardonne du frère sourd et muet un jour an (59 ou 60) je me suis moqué de lui inconcsiament et voila tu me fais pensé à lui, je ne me rapelle pas de son nom, pourtant c’était un ami d’enfance à mon frère ainé.
      ammi BOUMEDIENE mes soeurs et moi on emmener le pain et les gateaux des fètes chez lui (el fèranne).

      FATIMA avait un cousin qui se prénomé ABBES qui habité la rue Richelieu à village abou.

      mon père ZEMRANI, faisait la glace (crème) rue ali ben ali taleb en face de ammi ELOUAFFI.
      merci beaucoups pour d’avoir retracer mon histoire avec ce message, merci.

  8. fethi k

    je vos remercie wided la voix desidibelabbes est de loin la meilleure

  9. fethi k belabbésien arzew

    je corrige je rectifie vous au lieu de vos merci taibi wided

  10. *salutaion a toute l’equipe*

  11. hmida

    slt pour la culture algerie

  12. kader

    jere ve mrci la p.c de sidi bel abbes et seyeume de ben yhaklafe badra

Répondre