La Voix De Sidi Bel Abbes

Bêtises de gamin : La ceinture du père, la claquette de la mère et la règle du maitre, étaient elles nécessaires pour notre éducation ? Par notre ami Douar

Sans titre1

Un bébé ébloui par la clarté d’une flamme, ignore le danger qu’elle dissimule, jusqu’au jour où il sentira la douleur en mettant sa main dans le feu. Plus tard, il cassera tous ses joujoux en cherchant à découvrir comment roule sa petite voiture ou d’où vient cette lumière étincelante quand il tire sur la gâchette de son pistolet… Plusieurs sont les exemples de ces actes infantiles qui se ressemblent presque tous. Autant que l’enfant grandisse, ses gestes maladroits grandissent avec lui pour devenir des bêtises, même agaçantes, tout gosse normal est apte à les commettre, c’est instinctif. Ces bêtises représentent souvent des étapes incontournables de l’auto apprentissage pour acquérir un certain savoir. Autrement dit, pour qu’on arrive à apprendre l’exact des choses, l’essai doit précéder. Mais quand l’enfant répète la même bêtise ou celle-ci dépasse les bornes de la curiosité et de l’apprentissage, on ne fait pas appel, dans ce cas, à la psychothérapie de… « Super Nanny » la blonde française de la chaine TV M6, elle n’est pas des nôtres. Nous, nous avions, à la maison, la bonne fessée corrective « Triha » qui remédiait toutes nos sottises et à l’école, la règle en aluminium du maitre qui ouvrait nos esprits.  Même si le lecteur n’est pas d’accord avec moi sur cette modeste introduction analytique, je suis certain que je réussirai à réveiller en lui, autant que moi, quelques anecdotes de bêtise de gamin qui sont ancrées dans nos cervelles même après tant d’année. Il suffit d’un stimulus, un mot ou un objet, pour que des anecdotes surgissent de nouveau, surtout celles qui finissaient par une fessée ou une raclée très douloureuse.  Tiens, en pensant à une raclée, une histoire de mes bêtises me vient subitement à l’esprit. Étant môme, on voulait souvent imiter les grands en inventant des jeux relevant de leurs métiers répandus dans la société, tel l’instituteur et ses élèves, l’épicier et ses clients, le gendarme et le voleur …cette fois-ci, moi et mon cousin, nous avons opté pour le jeu du coiffeur. Et pour faire, je me suis procuré d’une lame à raser, je ne sais pas d’où, d’un crayon de ma trousse scolaire, d’un morceau de glace pour servir de miroir et d’un peigne. Avec le crayon et la lame, j’ai conçu un rasoir ressemblant à celui de mon père. Au garage, notre salon de coiffure se fut équipé de tout. Moi, j’ai pris le rôle du coiffeur, mon cousin celui du client, il s’est installé sur un tabouret en face du miroir, j’ai humecté puis peigné ses cheveux déjà courts…puis j’ai posé la lame sur son crâne et en tirant, oups… j’ai soulevé un scalp. Paniqué devant l’écoulement du sang sur son front, il partait vite chez lui en pleurant. Sa mère, sans chercher le comment, procéda à l’hémostase en posant une poignée de poudre de café sur la plaie… Quant à moi j’ai réglé fissa ma peine par des fessées brulantes, une série de 3 ou 4 coups par la claquette de ma mère « changla », surtout sur cul-nu, était largement suffisante pour ne pouvoir plus seoir sur mon popotin durant toute la journée et jurer de ne plus refaire des sottises pareilles…mais c’est peine perdue, bientôt une récidive… Une autre connerie faisant autant rire que la première. Je devais avoir 7 à 8 ans quand mon oncle, jeune beau gosse et élégant, avait acheté un scooter neuf et était très content pour se pavaner devant ses amis. Un après midi, pas comme les autres, où tout le monde était dedans faisant la sieste, moi j’étais seul dans le garage assis sur le scooter en jouant le motard. Soudainement, une idée diabolique me fut parvenue quand j’ai aperçu sur l’étagère d’à coté un pot de peinture et un pinceau, et au bout de quelques minutes le beau scooter bleu devenait tout noir. On peut deviner facilement la suite, la Triha que j’ai « mangé » est inoubliable. Mon père avait une ceinture « Septa » suspendue sur un clou à coté de sa veste derrière la porte de sa chambre, une badine souple faite de vrai cuir, on pressentait à distance la douleur de ses coups. Il ne l’utilisait que rarement et en cas de tumulte intramuros, il n’avait qu’à demander à ma mère « apporter moi la cravache » pour que chacun s’éclipsât dans un coin et devînt sage comme une image …Mais ce jour là, j’ai dégusté un peu de sa saveur, j’ai entendu son sifflement avant qu’elle me cramait les fesses. La claquette est plus clémente que la ceinture. Mon père est parti il y a longtemps que Dieu ait son âme, aussi sa cravache n’est plus mais je vois encore son ombre plaquée derrière la porte et j’entends son sifflement chaque fois en visitant le domicile paternel.  Au collège, tout le monde a été corrigé un jour ou l’autre par des raclées, et celui qui dit n’avoir pas reçu une, c’est qu’il n’y était jamais. Mon maître ne relâchait jamais sa règle en aluminium, c’était sa partenaire qui faisait régner le silence dans la classe et sa clé magique qui ouvrait les esprits verrouillés. Les raclées, j’en ai goûté de toutes les sortes, de la traditionnelle sur les paumes des mains à celle sur les bouts des doigts passant par la fameuse raclée sur les plantes des pieds par un segment de tuyau ou une branche d’olivier de « Si El Meghazi » le Taleb de l’école coranique dont aucune anecdote ne me revient en mémoire à l’instant, sauf que je n’ai pas remis mes pieds chez lui après avoir m’infliger une bonne correction. En fin, ce sont simplement des histoires relatant les fautes d’un gamin et les corrections des grands. Mais quand je me vois dans un miroir et je vois la personne que je suis, je n’approuve que de la gratitude envers tous ceux qui m’ont puni, un certain jour, à cause de mes bêtises et qui ont été les initiateurs de mon éducation et mon apprentissage, mes parents et mes maitres.

Sans titre2

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=53255

Posté par le Août 9 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

15 Commentaires pour “Bêtises de gamin : La ceinture du père, la claquette de la mère et la règle du maitre, étaient elles nécessaires pour notre éducation ? Par notre ami Douar”

  1. chaibdraa tani djamel

    En FRANCE,une députée a demandé à l’assemblée nationale de signer une loi qui interdit méme les fessées

    • OUERRAD

      SUREMENT QU ELLE EN A DU RECEVOIRE ENORMEMENT .
      C hez nous , il ya belles lurettes que l on n utiliseplus ces punitions , en tous les cas pour mon cas . Jamais mon feu pere ne nous a tape dessus ,ni ma mere d ailleurs , seulement des engueulades bien meritees .Fel jamaa , chez EL HADJ ABDELKADER LAZREG , c etait pareil a par un zellat tres long avec le quel il nous menaçait sans jamais toucher qui que ce soit , il nous menaçait de le dire a nos peres et là , tu m as compris .Merci docteur de nous faire revivre cela .

  2. jamel

    un bon texte de hadj Douar

  3. Amirouche

    OUERRAD
    Docteur DOUAR nous fait rêver comme à l’accoutumée !
    Tu as vraiment de la chance que tes parents ne t’avaient pas donné des trehettes ! Avec mon père c’était le contraire ,sa devise était : » fais ce que tu veux mais ne ramène pas une mauvaise note  » comme nous sommes plusieurs frères « Allah ybarek » notre « grande dalia » a souffert tellement qu’il arrachait  » al zalatte  » à chaque mauvaise note ou mauvais bulletin .
    Un jour mon grand frère s’est classé 32 ou 33 ème , avant que mon père ne rentre du travail , la gentille femme à mon oncle a donné un manteau de son mari à mon frère afin de se protéger et ne pas sentir les coups du matregue ou zellat sur son dos. En rentrant à la maison et voyant mon frère en forme d’une grande boule ,mon père avait compris « le manège » et a eu un vrai fou rire , en lui disant : »mon fils ,ce que je fais ce n’est pas par méchanceté mais c’est pour votre avenir …..AKROU WALA N’DBOU  »
    Si OUERRAD , Al hamdou Lilahe je peux dire que notre père est aujourd’hui du haut de ses 80 ans , très fier de tous ses enfants ,et ce grâce au zellate et celui qui a « goutté » beaucoup plus aux trehettes est actullement un cadre .

    Quant à ma chère maman , elle utilisait une autre tactique AL KRISSE entre les jambes (mort de rires) et là c’est une autre histoire que je t’épargne pour ne pas trop te lasser .
    J’ai vu que le Renard Dib est de retour !!!!!!!!!!!!

    • Imène

      Amirouche : bjr !
      Que du bonheur à vous lire mon cher Amirouche ! j’ai adoré le subterfuge pour  » amortir  » les coups du zellat ! et la réaction du père ..trés touchante ( c ça au fond ) le  » kriss  » aussi entre les cuisses , n’est pas du reste : la peau est tendre , et ça fait trés mal !! looool ..Mon père , comme le vôtre , suivait de trés prés notre scolarité , nos bulletins qu’il  » étudiait  » avec minutie ( notes appréciations..) et toute la relation en dépendait ..à la différence qu’avec nous ses filles ( mes soeurs ) il menaçait d’arrêter net notre scolarité si les résultats ne suivaient pas ! ( eh oui ..) donc , nous étions motivées , assidues , d’ailleurs d’excellentes élèves ..Pour revenir aux bêtises , moi , je crois vraiment que les bêtises des petites filles sont différentes de celles des boys, non ? elles sont plus…soft, moins osées..les garçons sont plus audacieux, plus m’habel ( fous ).
      Chez nous, par ex. mon père ne frappait pas (du moins pas les filles ) avec mes frères ainés – paraît -il , m’a t-on dit – il a fait des carnages ! ( zelat, sebta ) à la hauteur de leur grosses bêtises ! avec la venue des filles , il s’est attendri un peu..pour rétablir l’ordre, l’autorité il nous criait dessus ! et c toute la maison qui est tétanisée ! on pressentait la tempête , et on s’éclipasait chacune ds son coin , ou derrière le dos protecteur de mam..ma mère , elle, son truc , c’est les menaces ..tjrs, en trois tps : 1/  » n’ji ? ( je viens )( et nous, au fond : ouaiiis ) 2/ mazal , hani jaya ( encore , j’arrive ) ( et nous ..c ça , causes tjrs! ) 3/ walllah , loukan ennoudh ( wallah , si je me lève ) et quand elle appuie sur la chadda du lem de ouallah, c fini ! khlass elle3b , la  » bligha »
      ( la claquette ) retournée est cuisante..et on redevenait sages et obeissantes
      comme par magie ( lool ; ederbou , ya3raf madherbou ) Pauvres parents , qu’est ce qu’on les aiment ! salut , my bro , et bonne journée !

      • Imène

        Ps : on ne dit pas  » tréhettes  » ya si Amirouche ! mais ettrayeh ( raclées ) : esskali ( les gifles ) la3fassi ( les trucs ) wa hakadha..ok ?

        • Amirouche

          Imène

          Le plaisir est partagé !

          Non ! à l’ouest on dit tréhettes au lieu de ettrayeh , saklettes ou saff3ettes à la place de esskali et comme nous sommes à la VDSBA il faut parler comme les gens de l’ouest (rires)
          Un ami s’est marié à une algéroise et après un moment en téléphonant à ses parents ,au lieu de dire « ihe,ihe  » elle disait « ouahe, ouahe  » et son père lui a dit : et voila WALITI TOUAHAWHI BENTI  » (rires)

          connaissez-vous le mot : magradni , ghadi n’magadreke ?!!! je ne trouve pas ça beau mais ça veut dire « tabasser »
          Vous m’avez fait rappeler ma mère ,quand je l’appelais « ya ma ya ma » elle me répondait  » el hama el hama » (mdr)
          Gros bisous sur le front de votre maman

          • Imène

            Bsr Tous !
            Aucun souci 3mirouche on dira comme ça ..l’accent de l’ouest est trés joli ! Quant aux  » t’wahwih  » ( substantif du verbe wahwaha) ou  » t’magrid  » ce sera peut-être – qui sait ? – l’objet d’un glossaire sur les mots , les expressions du terroir ! c’est vrai  » magradni » est assez rude, guttural , j’aime pas non plus..mais remarquez : comme les mots ont toujours une racine , une origine ..alors peut être que  » n’magrad  » tient sa racine du verbe  » karadha  » ( qui veut dire entre autres , couper, cisailler , d’où les  » kawaredh  » les rongeurs, ces petites bestioles qui ont les incisives trés développées qui leur permettent de couper la nourriture ( dure ) puis la broyer..il ya aussi le mot  » inkiradh  » qui veut dire disparition ( quand on parle de inkiradh l’espèce des dinsaures par ex ..) tout ça pour vous dire que : n’magardek , c’est plus que tabasser !
            c’est carrément couper ( y’kata3 ) tailler en morceaux, réduire en charpie son adversaire ou alors il le pulvérise , ( y’dispari men eddenia )
            loooool ! …toute ma  » démonstration  » est peut être complètement à côté et reloool ! mais bon ..wachaalih !
            Qu’ est ce qu’on dû pousser nos parents à bout ! Dieu faîtes qu’ils nous pardonnent.. pour ma mam c’est fait : Merci mon frère ! et bonne fin de soirée.

  4. Fouzia T

    je me marre en vous lisant monsieur Amirouche je n’ai pas connu ces atrocités Bien j’ai entendu parler Bonne journée ould bladi

    • Amirouche

      Fouzia T

      Pourquoi atrocités ?!! pas du tout ; quand mon père faisait sa sieste , il nous arrivait « d’entendre les mouches voler « (surtout les grosses de l’été qui font « B’zzeennneennnnn » (rires) .Regardez aujourd’hui quelle est l’éducation de nos enfants , la plus part n’ont pas peur de leurs parents , souvent je vois des mômes de bas ages dans la rue après 20 h !!!!!!!!! c’est normal ,il leur manque AL KRISSE BINE LAFKHADE .
      Cordialement binte bladi

  5. fethi

    Le zellat est utile il a eu des performances

  6. chaibdraa tani djamel

    Je pense que notre peuple a besoin de ZELATE d’une autre façon EL 3ASSA LIMANE 3ASSA

  7. moha

    c ‘est donc djamel le retour de la dictature

  8. chaibdraa tani djamel

    @ moha non ,on ne veut pas de dictature, mais quand on voit des choses horribles qui salissent notre société par exemple,vous stationnez dans une ruelle ,vous devez payer le soi-disant gardien et bessif 3alik ou vous recevez un coup sur le pare brise de votre voiture ,la saleté nous engoufre, l’enseignement ,la santé, l’agriculture, la culture, rien ne va , les élus s’en passent du peuple ( jibi-jibi),il faut étre franc , dire la vérite et n’avoir peur que d’ALLAH on est en train de decendre dans un gouffre dont on ne montera jamais c’est pour ça que le ZELATE est bon ,mais pour tout le monde ( riches ou pauvres).Chez nous les années qui passent sont meilleures de celles qui viennent ALYOUM KHEIR MENE RADOUA

  9. Imène

    Bonsoir Mr. Douar , Tous !
    Ravie de vous lire comme à chaque fois avec une histoire de vie, un récit simple, vivant , qui nous parle… et cette question fondamentale : les punitions ( ettrayeh ) sont -elles nécessaires pour une bonne éducation ? à vous lire ,dr Douar, avec ces  » morceaux choisis » de vos bêtises d’enfant ..il faut croire que OUI , vivement la tréha , et la plus cuisante svp ! à scalper ainsi le crâne de ce pauvre cousin ( en voulant jouer au coiffeur) ou encore le badigeonnage du scooter neuf ( pour jouer au peintre ) non , franchement..vous méritiez la pendaison ! ( loool )
    En fait , les bêtises pour les enfants, c’est comme les épreuves pour les adultes : ça fait grandir ! les pédopsys s’accordent à dire qu’elles sont utiles , essentielles dans l’apprentissage et le développement psycho-affectif de l’enfant.
    elles sont même un signe de bonne santé : un enfant trop sage , peut en cacher un autre ! se méfier donc..néanmoins il ya bêtise et bêtise ,et la correction doit varier en fonction de la gravité ( et bien entendu l’âge du gamin ) mais elle reste obligatoire – à mon avis en tout cas- ( edherbou ya3raf madherbou ) l’autorité parentale doit s’exercer ..les expériences ont démontré que les personnes ( f/h) eduquées  » à l’ancienne  » c a d une bonne tréha de tps en tps ( quand c’est nécessaire ) le respect même la crainte des parents..sont des personnes équilibrées , saines , respectueuses des valeurs et de la vie de famille , qui ont réussi ds leurs études , leur travail, leur vie, qui ont d’excellents rapports avec leurs parents ( contrairement à ce qu’on peut penser )..et vous le dîtes bien en fin du texte  » quand je me regarde ds un miroir…et que je vois la personne que je suis.. » c’est justement ça ! L’éducation moderne , comme on le voit, basée sur le dialogue ( c’est bien ) le copinage ( c moins bon ) entre les parents et leurs gosses..trop de permissivité ( pour ne pas fruster ) ça ne donne rien de positif : des parents faiblards , laxistes, ( périmés , nazes aux yeux mêmes de leurs chérubins ) des enfants irrespectueux , indisciplinés, gâtés, pourris, fainénants..
    oui c’est vrai le zelate ça du bon , les jours qui passent sont meilleurs que ceux qui viennent ..ou rabbi yjib el kheir ! salem.

Répondre