La Voix De Sidi Bel Abbes

Bernard Henry Levy, un ami qui vous veut du bien.

Selon un de nos confrères en l’occurrence monsieur Moncef  Wafi, « les dernières confidences susurrées par le très cathodique et pas catholique BHL, puisque juif de confession qu’il est, et qu’on ne vienne pas me traiter d’antisémitisme, sur l’oreiller du Crif, a, semble-t-il, étonné les perspicacités des défenseurs zélés de l’émancipation de la Libye et de l’exécution en live de Kadhafi. Le fait d’avouer publiquement que son intervention pour le «sauvetage» du peuple libyen n’avait rien d’humanitaire mais seulement et simplement un acte patriotique en direction d’Israël, renseigne, si besoin est, sur la véritable nature des actions de philosophes et hommes politiques «philanthropes» qui se soucient peu de la bonne gouvernance arabe. Pour eux, comme pour le «faussaire» Bernard Henry Levy, la priorité de toute action n’a d’autres objectifs que de renforcer un peu plus la sécurité de l’Etat sioniste et d’endiguer, sur le corps de dizaines de milliers d’Arabes, toute menace présumée contre sa pérennité. Les déclarations de BHL ne devraient pas surprendre outre mesure puisque l’homme, plus à droite que la droite, avait, maintes fois, et, clairement, affiché ses positions quant à son idéologie partisane. Adepte du terrorisme d’Etat, il met en avant sa religion qui conditionne toute démarche politique. «J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël», dira-t-il comme pour mieux afficher sur la place publique son fonds de commerce.

Car, il est connu dans le milieu de la communication française, sous le contrôle presque exclusif de la diaspora juive, que plus on déclare son à-plat-ventrisme au drapeau sioniste, plus on récolte des dividendes publicitaires juteux. Et vice versa, si on a l’outrecuidance d’effleurer, ne serait-ce que par la pensée, l’existence de la Shoah alors on est catholiquement décédé. Dieudonné en a fait l’expérience et a été livré à la vindicte des médias institutionnalisés. BHL, resté étrangement muet lors des révoltes égyptiennes et tunisiennes, dont les présidents ont été deux grands amis d’Israël, s’est mué en défenseur de la veuve et de l’orphelin libyens à condition d’être du côté des adversaires de Kadhafi. Ce dernier, excentrique, à moitié dévoré par un égocentrisme sénile, avait, à plusieurs reprises, menacé l’Etat hébreu en prenant le parti de ses victimes. Cette seule attitude avait fait de lui, avec l’Iran des Ayatollahs, le pire ennemi de BHL qui retrouve une verve toute particulière lorsqu’il s’agit de casser Bachar El Assad, coupable d’être un allié du Hezbollah libanais et de Téhéran. Damas devra craindre les envolées lyriques d’un BHL, devenu par la force des choses et la faiblesse des Arabes, le ministre de la guerre le plus puissant d’Israël. Présidents et rois arabes, craignez pour vos trônes et palais quand la langue de vipère de Bernard Henry Levy prononcera votre nom en pleurant les morts de la démocratie. »

ovient B� orP� 0� charrie inévitablement avec lui les valeurs occidentales mal acceptées par la vision islamiste. Pari insensé ou stratégie d’occupation du terrain avant de dévoiler le vrai visage ? En tout état de cause, le leader charismatique tunisien n’est pas venu pour rien. Il a pris des islamistes soft algériens représentés par le MSP de précieuses consignes, dont celle du comment faire de l’entrisme dans une gouvernance controversée paraît essentielle. Si les autorités algériennes ont accueilli officieusement le guide spirituel, mais avec des égards dus à un chef d’Etat, c’est tout le staff du MSP — ministres, députés, sénateurs — avec bien sûr à leur tête le secrétaire général du parti qui s’est mobilisé pour faire la leçon à leur invité. «Attention, il faut être prudent et ne pas tout bousculer d’entrée. Il faut aller doucement dans la gestion, impliquer l’ensemble des forces politiques, ne pas marginaliser les gens pour leur appartenance idéologique…». Si c’est cela la politique islamiste, elle pourrait devenir fréquentable, sauf que dans le grand Maghreb les sociétés et les peuples sont malgré tout différents. Il est évident qu’il est loin le temps où la démocratie était considérée comme «kofr» par les islamistes radicaux du FIS qui, pour tenter d’arriver au pouvoir, ont mis le pays a feu et à sang. A l’époque, il est utile de rappeler que le parti de Ghannouchi ne s’est jamais démarqué de cette folie engagée par Abassi Madani et ses troupes, et qu’au contraire il y avait adhéré par un soutien inconditionnel sans trop penser aux conséquences. Le même personnage qui était déjà pourchassé par le régime en place dans son pays avait usé de violence du même type que celui du FIS en s’attaquant aux touristes étrangers. A-t-il changé depuis ? Sont-ce les vingt ans de son exil britannique qui lui ont fait prendre conscience que la démocratie ne peut se construire sur des victimes innocentes. Il est donc loin ce temps de violence inouïe, cette période tragique où le mouvement islamiste ne savait se faire entendre que par la terreur. En Algérie, il a fallu que la société tout entière se soulève et fasse front pour barrer la route à des fanatiques qui voulaient précipiter le pays dans le chaos. Mais si la violence a considérablement baissé, il reste que le règne de l’inquisition islamiste demeure toujours, et n’est pas près d’être abolie tant que l’Algérie n’aura pas défini un projet de société clair dans lequel la démocratie et l’idéal républicain se reconnaissent. L’important, par conséquent, ce n’est pas de s’émouvoir devant les attitudes alambiquées d’un leader islamiste qui garde pour lui le fond de sa pensée, mais d’œuvrer pour libérer la société de ses faux dévots qui confondent tout pour la perpétuation de leur domination.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=9445

Posté par le Nov 25 2011. inséré dans ACTUALITE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

14 Commentaires pour “Bernard Henry Levy, un ami qui vous veut du bien.”

  1. kebdani

    la dispoaa juive est infatigable bhl est donc son agree agent qui ne recule devant rien.les objectifs sont traces et les missions bien cibleees que font les gouvernants arabes telle est ma question.

  2. chaibdraa tani djamel

    c’est un natif de beni-saf et c’est pour ça qu’il est rancuneux envers le monde arabe

  3. Gambetta

    @kebdani,BHL reussi avec le soutien des masses populaires opprimées et discriminèes.Il faut sortir de l’absrait et on a qu’a constater la réalité dans les pays arabes (hogra,chomage,la loi du plus fort et impuissance ect….) c’est tjrs commode de prende des raccourcis pour pointer des boucs emissaires,raciste,sioniste et je ne sais pas quoi encore…le peuple libien est satisfait de la situation actuelle et se n’est pas grace a l’algerie.

  4. Maitre Mellali Mostefa

    Lévy was born in Béni Saf, French Algeria, to a wealthy Algerian Jewish family. His family moved to Paris a few months after his birth. His father, André Lévy, was the multi-millionaire founder and manager of a timber company, Becob.[citation needed]

  5. Mtr Mellali Mostefa

    nous le connaissons . il est chez nous
    Né le 5 novembre 1948 à Béni-Saf, en Algérie, près d’Oran, Bernard-Henri Lévy passe son enfance au Maroc puis, très tôt, en France où sa famille s’installe dès 1954. Il fait ses études au Lycée Pasteur de Neuilly où ses parents résident. Après une « Hypokhâgne » et une « Khâgne » au Lycée Louis-le Grand, à Paris, cette ceinture noire de judo entre (septième) à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm où il est élève de Jacques Derrida et Louis Althusser et où il se rapproche, sans toutefois y adhérer, des groupes maoïstes (UJCML, puis Gauche Prolétarienne) qui ont, en ce temps-là, la faveur des Normaliens.

    Long séjour au Mexique, pendant le premier semestre de 1969 ; en sort un texte intitulé « Mexique, nationalisation de l’impérialisme » et publié par « Les Temps Modernes ». Ainsi donc, l’un des tout premiers textes jamais publié sous la signature de Bernard-Henri Lévy l’a été sous l’égide et dans la revue de Jean-Paul Sartre.

    Voyage, à l’été 1969, en Israël qu’il connaît depuis deux ans déjà puisqu’il s’y était rendu au dernier jour de la Guerre des Six Jours – rompant, de la sorte, avec l’antisionisme de réflexe de la plupart de ses camarades. De ce second voyage, en 1969 donc, il tire un texte, paru dans la Revue du « Comité de la Gauche pour la paix négociée au Proche-Orient » qu’anime Clara Halter et à laquelle collaborent, entre autres, Vladimir Jankélévitch, Jean-Pierre Faye, Jean-François Revel. Ce texte s’intitule « Sionismes en Palestine » et fixe une ligne dont Lévy ne déviera jamais : soutien inconditionnel à l’existence et à la sécurité d’Israël ; mais nécessité absolue, pour des raisons tant éthiques que politiques, d’un Etat palestinien souverain, aux côtés d’Israël et en paix avec lui.

  6. mellali mostefa

    Né le 5 novembre 1948 à Béni-Saf, en Algérie, près d’Oran, Bernard-Henri Lévy passe son enfance au Maroc puis, très tôt, en France où sa famille s’installe dès 1954. Il fait ses études au Lycée Pasteur de Neuilly où ses parents résident. Après une « Hypokhâgne » et une « Khâgne » au Lycée Louis-le Grand, à Paris, cette ceinture noire de judo entre (septième) à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm où il est élève de Jacques Derrida et Louis Althusser et où il se rapproche, sans toutefois y adhérer, des groupes maoïstes (UJCML, puis Gauche Prolétarienne) qui ont, en ce temps-là, la faveur des Normaliens.

  7. Tayeb T (SBA)

    Moi, je vous pose la question suivante : Pourquoi Khadafi a t-il obligé son peuple à s’aider de BHL et de l’occident pour le destituer ? Pour vous , Khadafi est innocent , donc ?
    Regardez ce qui se passe dans le monde arabe . Des centaines d’innocents ( enfants , femmes ,…) se font massacrer par les armées criminelles au service des despotes . Alors , s’il faut une intervention d’occidentaux , de juifs ou même de démons pour arrêter les massacres , moi je suis pour . Dans le Coran , il est dit ceci (traduction approximative ): Dieu combat l’oppresseur par l’oppresseur . A bon entendeur .

  8. Ghrib S ( Bel abbes )

    Je suis indigné par l’oppression qui s’abat sur les peuples frères Yéménite , Syrien et Egyptien . Je condamne énergiquement l’intervention criminelle des armées de ces pays et je salue le courage de ces peuples qui se battent pour leur dignité et leur liberté. Vive le monde arabe libre !

  9. ARBI ZAZOU SLSBA

    L ARTICLE MIS EN LIGNE A TOUT DE MEME LE GRAND MERITE DE LANCER UN DEBAT MAIS JE NE VOIS PAS COMMENT DOIT LE PEUPLE REAGIR OU SONT NOS ELITES ARABES ALGERIENNES NOTEMMENT MESSIEURS

  10. mekki DE VDSBA

    je suppose qu’il faut pas se bourrer d’ articles .les sujets en ligne conaissent un debat et ce n’est pas une question de date.ce n’est pas comme un journal de papier En plus tenons compte du benevolat de cette equipe.je souhaite Bonne annee a tous les lecteurs.MERCI.

Répondre