La Voix De Sidi Bel Abbes

Bencheikh Zouaoui de la section Emir Aek : Du pain sur la planche et de la persévérance.

On avait annoncé qu’une nouvelle direction au niveau de la section Emir Abdelkader, dépendant de la fondation nationale du père du premier état national, et homme politique, chef militaire, écrivain, poète et philosophe est en fonction, et que le nouveau bureau se compose de citoyens Bel Abbesiens a savoir : Mr Feraoun Med : Président, Ben Cheikh Zouaoui : Trésorier, Kebir Abdelkader : Secrétaire Général, Mr Yousfat Aberahmane, Kadi Hnifi Khelil, Chergui, Tama. Cette nouvelle composante est appelée a redynamiser cette section qui se versera on l’espère dans le vif de ses prérogatives et missions. Notons que du pain sur la planche attend cette équipe. Et c’est ce qu’on a confirmé dans une fortuite rencontre avec Mr Benchikh Zouaoui, qu’on ne présente plus, ex directeur de l’exécutif, chargé de la coordination financière de la W de SBA, élu de la première APW du temps du pharmacien Allal Mustapha, mais aussi dans la structure du CCP Conseil Populaire Provisoire a la tête de la mairie de Sidi Bel Abbes, installée en attendant les élections communales de juin 90. Il a été avec ses camarades téméraires dans ses années difficiles. Ce dernier nous a dit que « la tache n’est pas facile« , pour relancer cette section « mais elle n’est pas insurmontable ». En parallèle a cela, en lisant El Khabar d’aujourd’hui, nous avons relevé que l’ex ambassadeur Kamel Bouchama, ami de feu Cherradi et Drissi Mohamed. Celui-ci à dénoncé la vente du palais de l’Emir Aek en Syrie, et qui selon lui, a été bradé malgré les appels incessants de notre ambassadeur. Pour rappel, une source indique que la transformation du palais d’Abdelkader, chef de la révolution algérienne, en un centre régional pour le développement durable, constituait une action à contre-courant à Damas, où la tendance était ces dernières années de métamorphoser les vieilles demeures damascènes en restaurants et hôtels. Pour la première fois, un des symboles historiques et touristiques du pays est utilisé à des fins culturelles et humaines.

Tout a commencé en 2005, avec la recherche d’un bâtiment d’envergure pour le transformer en centre régional de formation et de soutien aux autorités locales. C’est en fin de compte le palais du prince Abdelkader qui a été retenu, sur les rives du Barada à l’ouest de Damas et pas loin de l’ancienne route de Beyrouth. La surface bâtie est de 1832 m² sur deux étages, entourée d’un terrain de dix mille mètres carrés.

La gestion du palais a été transférée au ministère de l’Administration locale et de l’Environnement. La réhabilitation fait partie du programme de Modernisation de l’administration municipale (MAM), supervisé et financé par l’Union Européenne.

Le palais a été transformé en un centre régional pour renforcer la communication entre les villes syriennes et européennes. Une des salles a été aménagée en musée, comportant des objets ayant appartenu à l’émir, des livres sur son histoire en plusieurs langues, des documents et des photos biographiques. Quant au parc spacieux du palais, il a été aménagé en jardin écologique, constituant un exemple pour les administrations locales en matière de «villes écologiques» et de protection de l’environnement, indique la même source.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=4038

Posté par le Mai 7 2011. inséré dans ACTUALITE, ZOOM ASSOCIATIONS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre