La Voix De Sidi Bel Abbes

« Bel abbes ma ville » d’ Andre Martinez sur les traces de nos amis Memoria et Bouchentouf G

BEL ABBES, ma ville.
43 ans que je t’ ai quittée et rares sont les jours sans qu’une rencontre, un souvenir, une musique, une senteur ou un mail me rapprochent de toi, alors tu penses depuis que j’ai découvert un site qui t’ est consacré, je te dis pas………
Et si je t’aime ce n’est pas que par nostalgie, ni parce que j’ y suis né, ni parce que nos morts y sont enterrés mais pour les souvenirs de jeunesse enfouis dans tes pierres.
Louis- Napoléon Bonaparte aurait dit que tu étais un « petit Paris » et bien moi, j’ai visité le vrai Paris coiffé de ciel gris, où les oiseaux toussent tant l’air est pollué, les saisons pourries, et son équipe de foot qui se traîne alors que nous avec le sporting Te rappelles-tu ?si forts nous étions.N’est ce pas ? .
Mon père disait que Bel Abbes était une des plus belles villes du monde, et bien si mon père l’ a dit c’est simplement parce que nous autres on n’est pas chauvins, c’est tout….. André MARTINEZ.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=22245

Posté par le Jan 25 2013. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

57 Commentaires pour “« Bel abbes ma ville » d’ Andre Martinez sur les traces de nos amis Memoria et Bouchentouf G”

  1. giselle de Marseille

    Fantastique.

  2. Claude.B

    Bonjour Mr fric ,
    Tout le monde a le droit d’évoquer son passé ,tout le monde peut avoir été meurtri par celui ci ,et je respecte votre douleur .Je pourrais raconter certains faits qui ont marqué aussi mon enfance . Mais remuer sans cesse ce passé n’est bon pour personne ,non pas parce cela heurte « notre » sensibilité, mais tout simplement parce que cela ne permet pas de vivre le présent sereinement .Et cela est valable à mon sens ,et pour vous et pour nous .
    Cordialement .

  3. giselle de Marseille

    Mr il s’agit de souvenirs et chacun est libre de dire ce qu’il pense.Pour moi je me ressource dans ma vile natale sans indexer x ou y.De nombreux lecteurs dand ce jiournal sont devenus des amis le passé existe Personne ne peut nier ces réalités. le journal vis a nous rapprocher et cela s’ est fait. Je dis ces mots sans vouloir heurter quiconque.Mr Andre Martinez parle de notre belle ville et moi la première a mettre un post je disais ce matin Fantastique en parlant de son article.

  4. Benhaddou Boubakar

    Très beau article de mr Martinez;tres belles phrases de la part d’un ex belabbesien tres nostalgique! bravo!

  5. Mémoria,

    Merci Monsieur Fric d’avoir exorcisé ce souvenir mnésique traumatisant et vous réussissez une partie de cette catharsis en écrivant (formulation) ces moments intenses ,en décrivant une atmosphère,en évoquant cette enfance victime de tous les conflits de l’espèce humaine car « La douleur n’a pas de camp ».Et je suis heureux de vous entendre dire à Claude B que vous compatissez à sa douleur parce que vous êtes un intellectuel conscient et responsable même si vous avez été « trépané » par cette guerre qui a fait tant de victimes de deux ou trois côtés…Et justement ce site de retrouvailles a besoin de gens comme vous qui savent ce que les traumatismes peuvent faire d’une personne qui voudrait vivre dans l’harmonie et l’équilibre.Faisons Si Fric en sorte que nos enfants ne revivent plus ce que nous avons vécu comme déchirures,séparation,déracinement,déplacement de populations,fractures familiales,etc…Nous comptons sur votre volontarisme et votre disponibilité pour aider,orienter et sauver ceux qui n’ont pas eu le courage de s’objectiviser et de sortir de la « prison » de leurs traumatismes…Aidez-nous Mr Fric,aidez aussi ceux ou celles qui avaient votre âge aussi quand le seul langage était celui des armes de part et d’autre.

    « La douleur n’a pas de camp.Comprendre celle des autres aide à atténuer la sienne ! »

  6. meradi

    Honnetement khiwani vous sortez du sujet et ce qui est publié n’a rien a avoir.

  7. meradi

    je m’adressais a monsieur FRIC qui est bien gentil mais ce qu’il dit est tout autre.

  8. Un parmi d'autres

    Ah! Cette douloureuse douleur que nous avions tous ressenti et subornais bon nous avons grandit et Grace à dieu nous avons évolué .
    Alors chaque douleur a une mémoire et un proverbe chinois dit :quand la blessure est cicatrisée , on oublie la douleur .
    Une petite pensée à un fruit que nous mangions jadis et pour mettre l’eau à la bouche je vous dit, qui se souvient des Jujubes?
    Je vous dirai que la nostalgie est la fiancé des bon souvenirs .

  9. Albarracin

    Nostalgie A FRIC

    Ne laissez pas passer le passé, qui telle une ombre dessine une silhouette fragile.
    Elle est le doux reflet qui éponge une lueur que l’on nomme souvenir ! Dernier message du vivant posté pour la postérité !
    La voix de SBA se veut en être l’écho !
    Depuis la nuit des temps, comme de pauvres mendiants, nous quêtons un peu de compassion ! Pour les faibles, comme pour les forts, la vague des regrets nous inonde de tourments.
    Dire que l’autre était mon frère, ma sœur si il, elle ne l’était pas, il elle le sont devenus !

    • Mémoria,

      Mémoire tourmentée telle est ma pénitence , camarade Albarracin, car cette nuit sans étoiles restera à jamais gravée dans mon coeur rajeuni par l’apparition d’une étoile filante qui fît de moi le plus heureux des prétendants au trône de cette Histoire si diffuse que j’en perdis les repères pour l’éternité….

    • TeRkmani T SBA

      Du plaisir a vous relire.monsieur ALBARRACCIN.

  10. CHAIBDRAA TANI DJAMEL

    Mr FRIC vous portez ce nom est ce que vous étes riche,vous sortez du sujet de Mr ANDRE MARTINEZ lui qui aime cette ville comme nous l’aimons tous,c’est vrai c’était un PETIT PARIS avec ses 8 salles de cinéma( L’EMPIRE, VOX,, LE VERSAILES, LE RIO, LE COLISEE, L’ALHAMBRA, LE PALMARIUM, L’OLYMPIA )ou aucune ville de l’ORANIE n’avait ce nombre à part ORAN, son jardin public, ses 2 piscines , son aéro-club , son centre équestre ,ses salles de boxe, ses 2 théatres (verdure et municipal ) Mr FRIC ou sont passé ces bijoux Mr MARTINEZ s’il parle de sa ville natale c’est qu’il est en train de parler à notre place le passé est le passé mais on n’oublie jamais nos valeureux MOUDJAHIDINES et nos CHOUHADAS ALLAH YARHAMHOUM, regarde les FRANCAIS et les ALLEMANDS comme ils sont unis avec tout ce qu’ont fait les ALLEMANDS pendant la 2éme guerre mondiale, ilfaut tourner la page sans la déchirer.

  11. BRAHIM

    SI FRIC Bonsoir
    Si notre école a continué sur le meme rythme le niveau sera plus élevé et le monde sera plus éduqué La liberté a ses limites et pour réussir dans l’enseignement il faut etre sévère Le niveau a complètement baissé avec la liberté et les droits nouvellement crées
    Cordialement

  12. BRAHIM

    SI FRIC j’ai oublié de vous dire que si vous écrivez le bon français c’est grace à ce monsieur aux grosses lunettes et au beret noir ,si je me trompes pas

  13. Medya

    Zut alors…!!!
    Cessez de «jacassez» Messieurs…Mr. Martinez a dit une chose qui le tient bien à cœur…c’était son image à lui de voir les choses après 43 ans!!! Il est libre quand même d’adorait sa ville natale, de dire ce qu’il en pense… Cependant, Il n’a pas manifesté pourquoi un traité de Concorde (comme celui entre l’Allemagne et la France) n’a jamais eu lieu entre l’Algérie et la France… Ah histoire quant tu nous tiens…!!! Si vous y tenez toujours beaucoup à «vôtre» ville natale, pourquoi avoir attendu 43 ans (toute une …vie!!!) pour implorer le passé…y a pas d’autres moyens?
    Nostalgie quant tu nous tiens…

  14. badissie

    MONSIEUR CHAIBDRAATANI DJAMEL M FRIC A RAISON QUAND VOUS PARLER DE L ALLEMANGNE LES ALLEMAND ONT RECONUE LES CRIME DE GUERRE , MAIS LA FRANCE ENVER L ALGERIE JAMAIS ET LEUR PRESIDENT M HOLLANDE IL L ODACE DE DIRE JE NE SUIS PAS VENUE POUR DEMANDER DES EXCUSES !!! ET IL D ECROCHE DES MARCHES PARCEQUE LA FRANCE AURA UNE CRISE APRES LA GRECE L ITALIE L ESPAGNE . C EST MARCHES SURTOUT L AUTOMOBILE ONT AURAI DUE LES DONNER AUX ALLEMAND OU LES JAPONAIS 9A SERAIT MIEUX

  15. NABILA T SBA

    TOUT JUSTE UN ARTICLE DE NOSTALGIE et D’amour a sidibelabbes

  16. BRAHIM

    Dans la chaine de télévision française Public Sénat . il existe une émission qui s’appelle « un lieu une histoire » ou on nous fait voir tous les lieux de France ou il y a eu la première et la deuxième guerre mondiale . Les français et malgrès leur rapprochement avec les allemands continueront toujours de parler de l’allemagne nazie et c’est pareil pour nous lorsqu’on parle de la France coloniale L’allemagne a été détruite plus que la France pendant la deuxiéme guerre mondiale mais elle s’est réveillée avant 1960 pour etre le meilleur pays d’Europe. Pourquoi certains lecteurs et lectrices refusent qu’on parle de notre histoire et parler du passé ça ne provoque pas une autre guerre ou faire des ennemis entre lecteurs qui n’ont aucune responsabilité de notre histoire commune seulement que chacun respecte la douleur de l’autre. Ce n’est pas avec la convergence de nos idées qu’on va faire le rapprochement mais avec le respect mutuel; IL existe des palestiniens qui sont des amis avec des israelliens et des français avec des algériens meme avec leurs différences du passé ou de religion

  17. R TARI

    M. Fric, je comprends mieux ce que vous exprimiez plus haut. Il s’agit donc d’une histoire romancée… Ayant moi-même vécu cette même période, je ne reconnaissais pas cette description de Sidi-Bel-Abbès. Merci de le préciser. Pour autant, comme le dit si justement notre ami Mémoria, « la douleur n’a pas de camp. Comprendre celle des autres aide à atténuer la sienne ! ». Je souhaite que ce soit votre cas car, avec M. Albarracin, je pense que « Dire que l’autre était mon frère, ma sœur s’il (elle) ne l’était pas, il (elle) l’est devenu ! ».

  18. SCORPION 09

    «Personne ne peut changer le passé, mais nous pouvons tous décider de nos lendemains» – Colin Powel
    Les amis peuvent transformer les mauvais moments en bon souvenirs et les bons moments en souvenirs inoubliables»

  19. ghosne

    Salam Mr fric, voyez vous toutes ces humiliations et le massacre des enfants(bonnet d’âne et tirer les oreilles) n’ont servi à rien parceque le dernier des malheureux qui habitait un douar ou une dechra sont devenus des sommités avec l’aide de Dieu . Lors de leur rapatriement certains de leurs enfants n’ont pas pu suivre leurs études et ont fini par travailler à la chaîne et trier des têtes de laitues!!!! certains des instituteurs étaient racistes et n’acceptaient jamais un arabe soit le premier ou avoir la meilleur note!!! on en a vu de toutes les couleurs!!!!!! le petit arabe effaçait le tableau, allumait le feu de bois (c’était des roulements de services pour les arabes) les anedoctes il y en a mais bon il y a des choses qui marquent l’enfant ?????

    • Danielle B

      bonsoir mr Ghosne
      hé bien là je ne peut pas vous dire ça, car c’est n’importe quoi, dans mon école nous avions toutes à tour de rôle la responsabilité pour une semaine d’effacer le tableau, de remplir le poêle et les encriers, de faire le tour des classes avec le cahier où chaque institutrice consignait ce qu’elle avait à dire ou à demander et qu’ensuite nous rapportions chez la directrice
      JE N’

      • Danielle B

        Je continue car mon commentaire est parti tout seul
        donc je disais à mr GHOSNE que je N’AVAIS JAMAIS CONNU D’INSTITUTRICE RACISTE (je parle pour les filles) mais ça m’étonnerait qu’il en soit autrement chez les garçons, je ne peut pas vous laisser dire de pareilles choses, comme le dit mon amie Régine ce serait mettre de fausses idées dans la tête de ceux qui n’ont pas vécu cette période et qui seraient tentés de croire tout ce qu’ils lisent
        des injustices mais bien sur qu’il y en a eu mais envers tout le monde, j’ai connu les petites chouchoutes des maitresses qui arrivaient avec des gateaux et des fleurs pour se faire bien voir et qui les invitaient le jeudi , j’ai eu une institutrice qui ne m’aimait pas et qui m’en a fait voir de toutes les couleurs (à l’école Fénelon par exemple où seules les filles de bourgeois étaient bien vues) et pourtant je n’étais pas arabe, toutes celles que j’ai connues étaient bienveillantes et ne faisaient pas de différence entre les classes sociales , chrétiennes, musulmanes ou juives et diffusait leur savoir à toutes les gamines qui leur étaient confiées quelle que soit la religion
        cordialement

        • GHOSNE

          Chère Madame,
          Tout d’abord ne portez pas de jugement sur des choses que vous n’avez pas connu et ressenti et ne pas faire de COMPARAISONS , d’après vous et d’après votre commentaire « J’invente », j’étais un enfant de famille aisée avec des mains bien propres et le coiffeur venait à la maison avec sa petite valise nous couper les cheveux! alors j’avais toutes mes facultés pour m’apercevoir et surtout de ressentir certaines choses qu’un psy pour enfant ou pédagogue peut comprendre!!!!!!
          Toutes mes amitiés chère Madame, je suis heureux c’est cela l’essentiel je vous invite à couter un morceau de Murray head « Say It Ain’t So, Jo » sur you tube allez bonne écoute .

          • Danielle B

            je n’ai jamais dit Mr GHOSNE que vous aviez inventé quoi que ce soit relisez bien mon commentaire
            mais je pense aussi que vous prenez vos désirs pour des réalités et que les années passant vous avez embelli « ce qui vous arrange »
            c’est-à-dire occulter ce qui a été fait de bien et vous savez comme moi que c’est vrai, il y a eu des injustices et à mon sens cette indépendance était inévitable mais de grâce ne me prenez pas pour une débile non seulement en dénigrant mes propos mais en me proposant d’écouter de la musique surement pour oublier oui mais pour oublier quoi???? LA REALITE??? j’ai les pieds bien sur terre mr Ghosne désolée pour vous
            bonne soirée

  20. BRAHIM

    ils faut pas citer uniquement les inconvénients de l’école française mais aussi les avantages sinon pourquoi écrire en français?

    • ghosne

      Si brahim, moi je ne leur ai pas dit de venir nous coloniser!!! que les anglais soient venus en algerie je parlerai l’anglais , et si les chinois étaient venus en Algerie je parlerai le chinois , je parle français mais en retour ils ont mangé les quintaux de blé, les primeurs etc…..mes richesses sont dans leur ventre hélas!!! mes enfants parlent 4 à 5 langues sans être colonisés. Salam khayi

  21. BRAHIM

    SALAM SI GHOSNE Vous avez raison, les colons ont exporté nos richesses en lessant nos ventres creux mais ils ont travaillé pour exporter :ils étaient pas des fainéants alors pourquoi on travaille pas comme eux pour exporter ou pour ne pas importer alors que notre terre est la plus riche au monde.
    Bonne journée khayi

    • ghosne

      Si brahim ils n’étaient pas de fainéants hé!hé sur le dos de qui? « eljarnatas » khayi qui suaient ils étaient en haillons dans leurs gourbis pendant eux ils envoyaient leurs enfants à St cyre les grandes écoles! et leurs filles qui n’avaient pas de succès faire « None » oui! j’ai vu des ouvriers faire la queue le dimanche chez le colon pour 5 sous avec des insultes en plus.je connais des propriétaires terriens qui exploitent leurs terres atuellement (fruits, fleurs et légumes) ils sont pleins aux as mais il existe les fainéants comme vous dites qui préfèrent être beznassis au lieu de conduire un tracteur!!! c’est de la jiyaha! c’est heriditaire vous savez le « TFENIENE »bonne journée khayi

      Ps: ce n’est pas le sujet (je m’en excuse auprès des lecteurs) et ne supprimez pas mon commentaire merci!

  22. jamel

    Beaucoup de respect et d »admiration a cet écrit de mr ANDRE MARTINEZ. A mon avis il a dit ce qu »il avait sur le coeur et on partage sa réaction.

  23. Un parmi d'autres

    Puisque la Nostagie est la fiancé des souvenirs quoi de plus beau d’écouter la belle chanson de Johnny Haliday Souvenirs Souvenirs qui nous a bien fait danser dans les surprise partie dans les années Yé-Yé les Sixties .

    Parole de Souvenirs Souvenirs:
    Souvenirs, souvenirs
    Je vous retrouve dans mon cœur
    Et vous faites refleurir
    Tous mes rêves de bonheur

    Je me souviens d’un soir de danse
    Joue contre joue
    Des rendez-vous de nos vacances
    Quand nous faisions les fous

    Souvenirs, souvenirs
    De nos beaux jours de l’été
    Lorsque nous partions cueillir
    Mille fleurs, mille baisers

    Et pour mieux garder dans ma tête
    Les joies de la belle saison

    Souvenirs, souvenirs
    Il nous reste nos chansons

    Souvenirs, souvenirs
    Quelque part dans le matin
    Où le soleil semblait rire
    Tout le long de nos chemins

    Nous n’avions au fond de nos poches
    Qu’un peu d’espoir
    Mais nous partions comme Gavroche
    Le cœur assez bavard

    Souvenirs, souvenirs
    Vous revenez dans ma vie
    Illuminant l’avenir
    Lorsque mon ciel est trop gris

    On dit que le temps vous emporte
    Et pourtant ça, j’en suis certain
    Souvenirs, souvenirs
    Vous resterez mes copains.

  24. R TARI

    M. Fric. Il est grave, regrettable et condamnable, sous prétexte d’écrire un livre, surtout sur une histoire telle que celle de votre enfance durant la guerre d’Algérie, d’apporter des affirmations qui peuvent être prises pour des vérités par vos éventuels lecteurs alors qu’elles ne sont que le fruit de l’imagination certes prolifique de l’écrivain mais en aucun cas, la preuve de votre vécu à SBA. J’ai déjà dit plus bas, que je ne reconnaissais pas ma ville de SBA telle que vous la décriviez, avec « ses barbelés dans chaque rue », « ses légionnaires qui frappaient les enfants à coups de crosse », légionnaires que vous qualifiez « pour la plupart d’anciens de la Gestapo qui avaient pour la plupart un passé peu reluisant et qui s’engageaient dans la légion afin d’effacer leurs crimes passés » !
    Si pour certains, ce corps d’armée reste un moyen d’immigration privilégié afin de changer de vie, d’oublier son passé, de se faire oublier, ou tout simplement de trouver une vie meilleure, pour d’autres, le prestige de la Légion et l’amour du pays demeurent la cause de leur volontariat. Quelles que soient l’origine, la religion, la nationalité, quels que soient les diplômes et le niveau scolaire, quelle que soit la situation familiale ou professionnelle, la Légion étrangère offre une nouvelle chance pour une nouvelle vie…
    Les motifs de l’engagement ainsi que le recrutement dans la Légion restent encore aujourd’hui un sujet « mythique » pour les non-légionnaires. Néanmoins, le code d’honneur du légionnaire dicte la conduite de ces hommes au quotidien, en temps de guerre comme en temps de paix. C’est pourquoi, la Légion développe une discipline stricte, qui dépasse celle imposée à l’armée française régulière.
    Pour finir, sachez que l’indépendance de l’Algérie en 1962 fut un traumatisme pour la légion car elle la contrainte à quitter SBA, l’un de ses centres de commandement, fondé en 1842. En partant, elle brûle le pavillon chinois qui, pris en 1884 à Tuyen Quang, ne devait pas quitter SBA, emporte la main de bois du capitaine Danjou, les reliques du musée du Souvenir et exhume les cercueils du général Rollet (Père de la Légion), du prince Aage de Danemark et, symboliquement, du légionnaire Heinz Zimmermann, dernier tué d’Algérie, qui seront transférés à Puyloubier, près de Marseille.
    Le Code d’honneur du légionnaire, dans son article 7, stipule :
    Article 7
    « Au combat, tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes ».
    M. Fric, que vous ayez besoin d’exorciser le traumatisme de la guerre d’Algérie, je le conçois mais surtout, n’en rajoutez pas à ce qui fut, pour tous, une grande souffrance et un grand malheur.

  25. BRAHIM

    Souvenirs souvenirs c’est un bon tube de johnny hallidays mais si fric aime bien l’autre chanson intitulée  » noir c’est noir et il n’y a plus d’espoir »

    • Un parmi d'autres

      Pour agrémenter un peu le site et sentir des eau boueuses restons nostalgiques et vivons avec un passé qui fut douloureux et n’empêche qu’on a connu de bons moments malgrès l’insouciance et que nous étions heureux avec nos parents sans aucun chichi et il y-avait la baraka qui nous accompagnait il ne faut jamais l’oublier quand à moi j’ai connu des atrocités et même que cela avait continué post indépendance .
      Alors disons L’IMPORTANT C’EST LA ROSE.
      Et si Mr fric broie du noire lui dédie c’est belle paroles

      Noir c´est noir
      Il n´y a plus d´espoir
      Oui gris c´est gris
      Et c´est fini, oh, oh, oh, oh
      Ça me rend fou j´ai cru à ton amour
      Et je perds tout
      Je suis dans le noir
      J´ai du mal à croire
      Au gris de l´ennui
      Et je te crie, oh, oh, oh, oh
      Je ferai tout pour sauver notre amour
      Tout jusqu´au bout

      Si un mot peut tout changer je le trouverai
      Il ne faut plus en douter, il faut essayer
      Noir c´est noir
      Il n´est jamais trop tard
      Pour moi du gris j´n´en veux plus dans ma vie, oh, oh
      Ça me rend fou de perdre ton amour
      Je te l´avoue

      Maintenant pour le sauver à tout je suis prêt
      A l´instant de la vérité pourquoi en douter?
      Noir c´est noir
      Il me reste l´espoir
      Oui gris c´est gris je n´veux plus d´ennuis, oh, oh
      Ça vaut le coup de sauver notre amour
      Rien que pour nous
      De sauver notre amour
      Rien que pour nous.

  26. Danielle B

    je pense mr FRIC que votre guerre civile qui a duré 10 longues années a été plus néfaste et meurtrière que ce que vous avez connu avec le colonialisme , ne vous en déplaise il a été reconnu par certains fomenteurs de la révolution algérienne que l’occupation pendant 132 par la france avait eu quand même du bon je peux même citer le nom de ces deux messieurs qui ont eu le courage de………….. il s’agit de Mrs AIT AHMED ET FERRAT HABAS
    Cordialement

    • Claude .B

      Bonjour ,
      Je crois qu’un constat s’impose ,Mr FRIC ,présent sur le site depuis moins d’un mois ,tout au moins sous ce pseudo ,n’a eu de cesse que de se lancer dans un réquisitoire anti français ,et ce quelque soit le sujet en ligne ,puisqu’il nous ramène systématiquement à son thème de prédilection :les horreurs faites par la France pendant 132 ans ,et les horreurs qu’elle continue à faire subir actuellement aux Algériens résidants en France !
      J’ai bien l’impression qu’il ne veut entendre que « sa vérité  » ,et surtout qu’il n’intervient que pour l’imposer ,et diffuser sa propagande .Ce en quoi ,il me rappelle quelqu’un ,mais ce n’est pas ce quelqu’un ;ils ne sont malheureusement pas que 2 à s’ingénier à déformer , amplifier ,et modeler l’histoire à leur façon .Cela porte un nom :bourrage de crânes et prosélytisme .
      Cordialement .

    • benali

      le débat d’idées est trés utile.N’Hésitez pas a nous fournir plus.

  27. BRAHIM

    MADAME DANIElLE B Bonjour
    Madame danielle svp ne comparer pas l’incomparable 10 ans et 132 ans ce n’est pas la meme chose et plus d’ un million de morts et cent milles morts ce n’est pas aussi la meme chose.
    Cordialement

    • Danielle B

      bonsoir mr BRAHIM
      vous avez raison c’était stupide de ma part de vous mettre en face de la réalité, 50 ans après l’indépendance vous nous en voulez et je crois qu’il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps
      vous savez mr Brahim je possède des livres qui montrent sans équivoque que le fln n’avait pas d’enfants de coeur dans ses rangs , mais de cela vous n’en parlez jamais, il n’y a que vous peuple algérien qui avait souffert, tous ceux que vous vous avez tués ceux-là ne sont pas dignes d’intérêt et ne doivent pas être cités?????????
      il y a donc les bons morts et les mauvais morts, bien triste comme mentalité
      ne nous cachons pas derrière un crayon mais ayez au moins l’honnêteté de reconnaitre LA VERITE
      Cordialement

  28. BRAHIM

    Hier soir une invitée de france 2 venait d’ occuper récemment le poste de secrétaire général de l’UMP Elle est née en 19662 en Espagne et elle vit depuis son age de 7 ans à cannes. Son père a refusé de retourner en France en 1962 et a choisit l’ Espagne parce qu’il était responsable de l’ OAS qui a fait des milliers de morts en 1961 et 1962 en Algérie Son père était contre la politique de de Gaulle et elle voulait rester sur les traces de son père pour se battre et rester en Algérie si elle avait un certain age alors qu’elle occupe actuellement un poste dans le parti de De gaule Elle a refusé de répondre à une question d’un journaliste qui est la suivante « la politique de votre père était à l’opposée du général de gaule et pourquoi avoir choisi le parti de L’UMP ou celui de DE Gaule pour se positionner contre la politique de votre père?

  29. R TARI

    A Messieurs Fric, Brahim, Ghosne,
    A mes compatriotes et amies, Danielle B. et Claude B.
    A ceux qui croyaient au ciel
    A ceux qui n’y croyaient pas…
    Je constate, une nouvelle fois, qu’il n’est hélas pas donné à tout le monde de se prévaloir d’une probité morale, dans les échanges intellectuels ou dans la simple convivialité des natifs d’un même pays. Et c’est le cas ici ! Notre ami Mémoria saura sans doute pourquoi.
    Il n’y a, hélas, aucune honnêteté intellectuelle, dans les allégations de ces messieurs sur cette époque qui a été vécue et partagée par les natifs de ce pays…
    Comme il est aisé de fabuler et d’inventer, pour ces messieurs, ces tranches de vie empruntées aux récits populaires et fantaisistes de cette époque !
    Comme il est pratique de se servir d’événements qu’ils n’ont, ni vécus ni connus, avec un aplomb bien prétentieux et seulement pour abonder dans le sens de l’air du temps, qui pousse à la surenchère dans la criminalisation du colonialisme…
    La cordialité apparente qui s’est parfois affichée de prime abord, n’est hélas qu’un leurre qui vole en éclat comme un vernis de très mauvaise qualité, dés la première évocation des idées préconçues.
    On est bien loin des évocations d’André Martinez et de ses souvenirs de jeunesse enfouis dans les pierres de Sidi-Bel-Abbès.

  30. BRAHIM

    MME TARI Bonsoir
    On est pas sur le site pour faire des ennemis et raconter notre histoire commune ce n’est pas pour détester les autres et on ne peut pas avoir les memes idées ou des idées convergentes pour se rapprocher mais pour faire le rapprochement il faut que chacun respecte l’autre meme avec des idées divergentes. Madame Tari lorsque vous évoquez Fric, Brahim et Ghosne d’un coté et Tari Claude et Danielle de l’autre vous voulez faire de nous des adversaires alors pourquoi pas des amis lecteurs avec nos différences ?
    Bonne fin de journée

    • R TARI

      M. Brahim, nous n’avons, vous et moi, pas la même conception du RESPECT de l’autre et surtout de la VERITE. Si vous aviez REELLEMENT vécu à SBA durant l’époque de la guerre d’Algérie, alors, vous ne pourriez que reconnaitre avec moi, que M. Fric, non seulement fabule, en substituant à la réalité vécue une aventure imaginaire, ce qui ne serait pas grave s’il ne s’agissait pas d’un sujet aussi épineux que la guerre d’Algérie, mais ment honteusement. Vous reconnaitrez aussi que, alors que le sujet était « Bel Abbès ma ville d’André Martinez sur les traces de nos amis Memoria et Bouchentouf G. » M. Fric s’est lancé dans la publicité de son « prochain livre », en décrivant des contre vérités, susceptibles d’induire en erreur le lecteur et de provoquer d’autres animosités sur le site. Par ailleurs, puisque vous apportez votre soutien à cet intervenant de fraiche date, en prenant pour vraies ses élucubrations de pseudo écrivaillon, c’est que manifestement, vous n’étiez pas à SBA à cette époque et que vous ne pouvez ni ne devez donc pas témoigner.

  31. BRAHIM

    Mes dames les pieds noirs Bonsoir,
    Selon vous , vos pères étaient des travailleurs chez les colons comme la majorité des arabes et pour nous vous n’aviez rien avoir avec le colonialisme et vous etes que des pieds noirs qui étaient et qui sont restés toujours amoureux et attachés à leur pays natal. Alors pourquoi vous défendez le colonialisme dont personne ne vous a inculpé?

  32. Christian Vezon

    Mr Fric je crois que nous n’avons pas vécu dans la même dimension,j’ai vécu à Sidi Bel Abbés,j’étais au lycée,j’allais du Lycée Laperrine jusqu’à la rue du Chemin de Fer sans avoir vu un seul barrage de légionnaire,pas un seul controle,nous allions au Cinéma de la Légion en ville et nous rentrions à Minuit avec mon frère aîné sans problème.Vos propos sont de nature à réveiller la polémique.J’y suis passé pour vous lire car votre rééputation a dépassé les limites de ce journal et je n’y croyais pas,je vois que la vérité dépasse ce que l’on m’avait dit.Pour information sur ce mon de misère que vous décrivez,Alger en 1938 vous y verrez que la vie était autre chose que ce que vous vivez maintenant dans le pays que vous avez fait ce qu’il est …http://www.dailymotion.com/video/xniqfi_alger-la-ville-en-1938-en-couleur_people

    • Christian Vezon

      A M Fric rassurez vous,nous nous n’avons plus rien à prouver et nous n’avons pas du tout envie de coloniser un pays qui n’est pas le notre.Je vous suggère de vous orienter vers les problèmes qui secouent votre pays,juste des problèmes simples qui sont,apparemment avec tout les articles de Presse que je lis de la frontière marocaine à la frontière tunisienne,comme le ramassage des ordures qui envahissent les différentes villes de l’Algérie.Dans votre orgueil démesuré vous avez l’impression que Sidi Bel Abbés est le nombril de l’Algérie,c’est loin d’être le cas,résolvez les problèmes et hissez vous au niveau des villes organisées et modernes,après vous pourrez donner des leçons aux pauvres débiles que nous sommes à vouloir vous tendre la main dans laquelle vous crachez…

  33. Christian Vezon

    Ami Sidi bel Abbès ce genre de personne se nourrit de la haine,et ce diabolisme use un peu toutes les bonnes volontés,mais je sais où sont mes amis.Ce qui gène ces diaboliques personnes est que nous,pieds noirs,malgré le fait que nous ayons perdu tout ce qui faisait notre vie,nous qui allons mourrir loin de notre terre natale sans avoir le droit de reposer pour l’éternité dans cette terre,nous nous continions quand même à aimer cette Algérie qui notre lien à tous,à en parler en faisant des éloges à tous nos interlocuteurs,pour moi ,pour mes compatriotes,L’Algérie rest les plus beau souvenir que nous allons emporter dans la tombe,mais quoique puisse en dire tous les imbéciles, c’est notre Patrie à tous…..

  34. BRAHIM

    Madame Tari bonsoir
    Je suis libre de mes pensées et mon soutien ne sera apporter à personne Je témoigne uniquement en faveur de la vérité alors que moi aussi je peux vous faire la remarque d’avoir soutenu vos compatriotes comme vous les appelez. Je suis belabésien et j’ai ma propre vérité et vous pouvez pas la connaitre comme vous aussi je peux pas connaitre la votre et nous avons pas la meme souffrance aussi et le respect il faut qu’il soit échangé ou réciproque et non pas à sens unique. Relisez mes commentaires ou des fois vous allez voir que je suis contre monsieur fric mais à lire vos commentaires je vous vois continuellement se ranger toutes du meme coté. Nous sommes des lecteurs unis avec nos différences autour de notre site et non pas des adversaires ou des ennemis
    Cordialement

Répondre