La Voix De Sidi Bel Abbes

AUGMENTATION DES PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ ET RECOURS À L’ENDETTEMENT EXTÉRIEUR: La feuille de route de Bouterfa

Les décideurs ont-ils fini par se rendre à l’évidence que les solutions qu’il avait tant défendues pouvaient être la bonne parade aux grandes difficultés que rencontre Sonelgaz ?

Promu ministre de l’Énergie, l’ex-P-DG du groupe public Sonelgaz, Noureddine Bouterfa, n’a pas changé de position quant à la solution qu’il juge inéluctable pour sauver la compagnie nationale d’électricité et du gaz et lui permettre de mener à bon port ses projets. Augmenter les tarifs de l’électricité et du gaz et faire appel à des emprunts financiers étrangers seront, selon toute vraisemblance, deux des axes de travail sur lesquels se penchera le nouveau locataire du palais du Val d’Hydra.
Il les a, en effet, réitérés pour la première fois sous la casquette de membre du gouvernement, dans une déclaration au journal arabophone Echourouk. À ce titre, M. Bouterfa a martelé qu’une nouvelle hausse des tarifs d’électricité et de gaz demeurait “inéluctable”, une solution envisagée pour mettre fin à l’énorme déficit dont souffre le groupe public qui croule sous de lourdes dettes. “La hausse des prix est inévitable pour sauver et stabiliser le groupe Sonelgaz et lui permettre de poursuivre les investissements afin de garantir la continuité du service public”, a-t-il expliqué, jugeant, également, nécessaire de recourir à l’endettement extérieur pour financer les projets du groupe.
Certes, le nouveau ministère de l’Énergie ne se contente pas de ces deux résolutions puisque la nouvelle politique qu’il veut imprimer au secteur consiste, également, à développer les énergies renouvelables dont le solaire et l’éolien, avec 60 milliards de dollars d’investissements sur 14 ans, et ce, afin, dit-il, de préparer l’après-pétrole.
Mais si le développement des énergies renouvelables demeure un projet qui a besoin de beaucoup de temps pour se mettre en place, l’axe de travail prioritaire dans le cadre de la nouvelle politique énergétique du pays semble donc le recours à court terme à une nouvelle hausse du prix de l’électricité et du gaz. Et si le ministre se risque ainsi à évoquer cette question très sensible, qui, du reste, a constitué un de ses chevaux de bataille lorsqu’il était à la tête de Sonelgaz, c’est que sa vision a, sans nul doute, séduit au plus haut niveau de l’État. Parce que, jusque-là, ses déclarations antérieures sur le sujet, émises du temps où il était patron de Sonelgaz, ne pouvaient constituer que des souhaits du fait qu’il n’était, au final, qu’un exécutant d’une politique publique tracée par le gouvernement. Mais aujourd’hui, en rejoignant ceux qui font la décision, ses propos sur cette question prennent inéluctablement une autre dimension.
Cette vision s’inspire, forcément, de la feuille de route qui lui a été remise à sa prise de fonction. Ce qui nous amène à déduire qu’il s’agit là d’une politique assumée par le gouvernement et que par conséquent l’on doit s’attendre à ce qu’une nouvelle hausse de la tarification de l’électricité et du gaz soit programmée par l’Exécutif. Est-ce à dire que les décideurs ont fini par se rendre à l’évidence que les solutions proposées par M. Bouterfa pouvaient être la bonne parade aux grandes difficultés que rencontre le mastodonte Sonelgaz ? Sa promotion au poste de ministre, il la doit peut-être à cette vision là, qu’il avait toujours assumée et défendue avec acharnement en tant que P-DG de Sonelgaz, au risque de s’attirer les foudres de l’opinion publique.
Et lorsque le même responsable défend l’idée d’un recours à des financements étrangers pour permettre à la compagnie publique de poursuivre ses projets d’investissement, il met, peut-être sans se rendre compte, les pieds dans le plat, à un moment où cette question est l’objet d’une polémique au plus haut sommet de l’État. L’une des voix qui se sont élevées, d’ailleurs, pour mettre en garde contre cette option n’est autre que le patron du RND et néanmoins directeur de cabinet du président de la République.
Moins tranchant, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, affirmait, lui, que le pays n’envisageait pas de recourir à l’endettement extérieur “dans l’immédiat”. Ce qui veut dire que l’endettement extérieur reste une option envisageable si l’État n’arrive pas à trouver les ressources financières alternatives.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68420

Posté par le Juin 15 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “AUGMENTATION DES PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ ET RECOURS À L’ENDETTEMENT EXTÉRIEUR: La feuille de route de Bouterfa”

  1. elhadj abdelhamid

    Bonsoir
    Le Souffle-vent !
    Ce bleu du gouvernement semble bien effronté pour déjuger, avant de commencer son « mandat», le Premier Ministre, son chef théorique et le cabinet de la Présidence au sujet de l’option de l’emprunt extérieur, une option à haut risque « national » déjà éprouvé sous l’ère de Chadli avec le FMI. Le nouveau ministre arrive avec un programme déjà ficelé ( par qui ? ) : Hausse des prix, développement des énergies nouvelles ( le solaire,l’ éolien= le vent ) par un investissement de 60 Milliards de Dollars en 14 ans…
    Tiendrait-il sa suffisance d’un mentor supranational ( FMI, Banque Mondiale…) puissant qui l’aurait recommandé ?
    Pour le profane que je suis, l’Energie n’est certes pas un sujet simple, mais j’aimerais poser juste une petite question. Pourquoi grand Projet DESERTEC, annoncé depuis des années à grand fracas est-il tombé à l’eau ( alors que le Maroc voisin, par exemple, avec des ressources moindres, a déjà réalisé la première tranche de son projet équivalent ) ?
    Hier,sur la Chaîne 3, le vice-président du CNES a dénoncé « les loobies et les intérêts qui bloquent l’économie nationale ».
    Après 14 années de vache maigre promises, 60 Milliards qui se seront envolés entre ciel ( soleil) et terre ( vent) et ne voyant, certainement comme Desertec , aucune éolienne pousser sur notre terre, on pourra toujours chanter comme Farid El Atrache : Bissat errih âlaïna ( Autant en emporte le vent, en français ).

  2. elabbassi

    Le probléme chez sonelgaz n’est pas commercial mais un projet de société. Les efforts de sonelgaz jusqu’à là reconnu par sonelgaz de fournir l’énergie cette énergie est perdue et gaspillé par un projet de société bésé et travestie en projet de rente et de consommation et de gaspillage..dans ce cas si le Kalifa musulman était là et dans pareil cas il introduit une série de mesure coercitive contre le gaspillage en sanctionnant sévèrement la société. On te fournie l’électricité en tirant du gaz a des milliers de mètre sous terre en achète toute une technologie des états des réacteurs des chaines de transport des câbles des ingénieurs étrangers qui font la navette entre les pays étranger et l’Algérie des équipes algérienne au Sahara qui vieille h24 loin de leurs famille des gens qui vieille en plein hivers entrain de raccorder des câbles coupé a 20 de hauteurs toute une armadas de travailleur pour qu’elle but tout cela ??
    Pour voir un film bidon un mousalsale bidon une salle de fête bidon harafe jsuq’a 3 heures du matin il ne laisse ni les gens dormir ni la police tranquille il veillent en faisant éclater des pétards partout tout cela c’est du gaspillage, hada 3aybe et hrame
    Mais si le système est productif si la société a un projet de création de richesse elle saura ou mettre chaque goute d’énergie dans sa véritable place. Lorsque j’étais encore petit a l’époque ou l’eau était un moteur de production chaque goutte avait son importance, si on te vois jeter une carafe d’eau par terre c’est el kiyama tkoume on te couvre d’insulté même les ablution el woudou il fallait les faire sous un arbre comme ça rejoindre l’utile a l’agréable faire ces ablution pour faire sa prière tout en faire bénéficier l’arbre de cette eau.. Maintenant que les gens sont entrés en ville le commerce et le services et les fêtes ont prie le dessus et l’eau est redevenue un objet pour essuyer laver les saletés laissés par les fêtards et le roublards a l’administration branche son climatiseur ou sa résistance allume son ordinateur pour confectionner des fausses factures et faire du détournement.. au lieu d’utiliser cette énergie fi salah on l’utilise en grosse partie fel flesse bien que y’a encore des gens soucieux de leurs avenir et qui restent debout et sérieux pour maintenir le pays en fonction ça aussi il ne faut pas le nier.
    Donc il faut seulement être vigilent avec les fêtards et les gaspilleurs pousser la majorité vers le système productif..Toute énergie destinée pour les fêtes sera lourdement taxé. Les salles de fêtes les bars les cabarets en privés seront carrément fermés..si tu faire faire ta fête fait le privé et en dans un cadre fermé et respectueux. Sinon c’est une incitation a la débauche qui transforme tous les gens en gaspilleurs gens inutiles. En France ya de petit bar a peine visible et le bar enlève les table et chaise si tu veux boire un petit coup contre le froid tu le prend debout pour 5 mn et tu rejoins ton travail pas rester assis toute la journée. En Europe les gens travaillent h24 voir l’Europe sur place ce n’est pas comme la voir a la télé..L’Europe a la télé est travestie c’est un model travestie livrés aux africains spécialement pour les travestir.
    La jeune française fait ces études et a 17 heure elle doit être a la maison et le dimanche télé doit être a l’Eglise et elle sont toute vierge avant leurs mariages, et son père la menace avec le fusil en lui prévenant ‘’si jamais je te vois avec un étranger je te buterais’’ et le weekend end elle est en stage dans la ferme entrain de faire la cueillette et le tries des fruits et légumes..la télé présente la jeune européenne assisse dans une école les pieds sur la table une boisson entre les mains. En France la famille est carrément autre chose.
    Donc Sonelgaz comme Sonatrach sont en face d’un projet de société et non en face d’une étape commerciale difficile. SI BOUERFA cherche l’argent il va le trouver car on prête généralement que pour les gens qui se ruine pour leurs mètre la corde au coup, un homme sérieux qu’il soit juif chrétien ou laïque ne place jamais son argent dans un système ruineux
    Qui le ruine par la suite ça c’est connu. Peut être Boutefa l’ignore si il est uniquement technocrate qui avait parie les choses en théorie des amphis et des classes des universités ou institut. Y avait pas de module comment faire la roubla et tirer affaire d’elle..chez nous on dit ‘’elli yabghi yahtab yahtabe b3id’’ pour ceux qui veulent faire des affaires on les conseille de ne pas les faire chez eux mais loin très loin ailleurs on ne crache pas dans le plat qu’on mange dedans. Nous sommes encore sérieux hamdoulah nos parents nous ont bien éduquer hamdoulah, nous avons un Dieu sur qui vraiment compter encore hamdoulah il reste une garniture pour notre projet de société il faut employer la main forte c’est tout..et ne pas laisser une bande d’individus pillé les ressources des commune..il parait que le wali de Constantine commence a frapper les commune il parait les communes cédaient son patrimoine imaginez combien elle loue les magasin de la commune a 500 da par mois alors que ces magasin sont céder en sous location a 15000 dinars..30 fois le prix..c’est normal les communes croulent le gouvernement croule et le pays suivra, la CCLS exploite des milliers d’hectares des communes sans leurs verser un centime faudra que les communes prennent en charge leurs patrimoine..la CCLS n’est qu’une société comme les autres qu’elle fasse dans la production la transformation ou la distribution on s’en fiche les terres reviennent aux commune et a eux de décider de leurs sort. La commune doit apprendre a faire de l’investissement dans la transformation car la production de la matière premier nécessite de gros œuvres et de gros investissement donc réserver a l’état, les céréales comme les légumes sec sont considérés comme de grand culture sont réservés a l’état qui installerait comme d’habitudes aux coopératives qui placeront le produit au sein de la commune cette dernier sera responsable de sa transformation elle le transforme ou elle crève..Donc Boutarfa doit faire un petit cours allez vers Ford et lui demander une dette et laisser Ford décider. Nos meres nous conseille ‘’dir 3la raye elli ibakike ; madirch 3la ray elli idahkéke’’ peut être Ford nous fera pleurer qui sais,

    Sahha shourkoum et barkakoum maroubla

  3. elhadj abdelhamid

    Bonsoir
    La logique économique basique voudrait qu’un PDG qui a amené un groupe public stratégique qui évolue dans une situation de monopole sans concurrence aucune, à crouler sous les dettes, c’est-à-dire qu’il l’ a « coulé», soit viré manu militari et non promu ministre. Surtout que le PDG de Sonelgaz traîne des casseroles clinquantes, lui et son prédécesseur qui ont été poursuivis par la justice pour violations du code des marchés publics dans le cadre de l’affaire des centrales électriques qui auraient coûté le triple de leur valeur réelle, soit 5,5 Milliards de Dollars. On n’a pas le droit de faire payer au peuple la gestion douteuse d’un secteur stratégique, l’Energie,qui fait vivre le pays, mais à y voir de plus près, l’ascension ( miâraj ) de ce PDG semble se faire dans le sillage de la résurrection (ihya-e ) de Chakib Khelil.
    Le PDG de Sonelgaz est-il passé, lui aussi, par une zaouïa, pour « laver ses os ».
    En ce mois sacré, faute de pouvoir y faire quelque chose ( ma lana takata laho, inna dhoâfa-e), levons nos mains tous et disons une prière qui sera entendue incha Allah. Que Justice divine tombe sur tous ceux qui se liguent contre l’intérêt national Allah yakhodh el hak fi kolli mène itafaka âla el watan oua ettabaâ milata elaâda. Choullète aydihim incha Allah oua kassir âzmahoum ya rab innaka la tansor el kaoum el fassikine. Amine, ya rab el âlamine.

  4. OUERRAD

    c est le calme plat ;;;;; sur les rives de la mekerra ,,,, tout baigne ,,,,,
    le plat pays ,,,, n est ce pas ?

  5. elabbassi

    si elhadj abdelhamid
    Depuis la nuit des temps les choses étaient claires l’être humain n’a jamais été épargné par Satan et sa machine. Il fallait bien faire front. le but de cette machine est toujours de pousser tout les êtres humains dans la faillite..tu vois un pays se portant très bien en développement subitement on lui colle une faillite imaginaire sur le dos..
    et ce n’est pas uniquement l’Algérie qui fait face a cette monté de satanisme elle est globale. Faudra voir les gens de la Californie vivent pantalon bas tu voix la misère dans leurs démarche, ou va tous ces richesse que soit disant l’administration américaine aspire de tous les pays?? la petite ile tranquille de la Guadeloupe on l’a pas lâché elle était obligé de céder la production de la canne a sucre la seul source sur laquelle les guadeloupéens vivaient et l’histoire du vignoble et des vergers d’agrume chez nous sont connue et ne date que des années 70..tout le centre et l’ouest vivait de ces deux cultures elles étaient rasés arraché plant par plant. Mais on ne peut pas combattre un invisible
    Satan et sa machine sont invisible des fois ils n’ont même pas la peine d’agir en physique mais seulement souffler dans les projets et comme nos responsables jeunes et issus de famille pauvre qui n’avaient de grande cultures naïf et manquent d’expériences ils plongent dans le soufflement. Il faut être en garde et faire attention des paroles qui tombent de partout sans savoir son origine. Tu entends une solution une proposition une suggestion mais tu ne sais pas d’ou elle vient d’ou elle émane. Ces des tactiques sataniques il faut savoirs les contrôler c’est tout. En Algérie vue la jeunesse de leurs responsables on manque d’expérience rarement on cherche les ‘’méthodes’’ a part quelques villes anciennes qui avait acquis de l’expérience millénaires les gens sont un peu avertie mais on les détecte et on les chasse leurs propositions ne doit tomber dans le champ avec celle de Satan. Il fait tout pour empêché tout bon soufflement. ..Dire que Satan a les coudé franc en Algérie c’est faux on n’st née de la dernière pluie on subit comme tout le monde une poussé démographique inexpérimentée pas bien éduquées et surtout vulnérable ce qui offre un terrain favorable légèrement en faveur de Satan ..sa bête noir a été toujours la chari3a. Dans le milieu de la chari3a il ne pourra plus respirer c’est normal certain groupe financiers accordent des crédits conditionné par la suppression de tout type de chari3a c’est normal ils s’ouvrent les champs pour se multiplier. Lorsqu’il beaucoup de travailleurs du coté féminin il agit dans ce sens pour protéger ces travailleuse en leurs accordant beaucoup de protection, même les avocats sont redevenue une force qui agit contre les hommes en exploitants le malheur de certaine femme en détresse afin de ruiner les hommes beaucoup d’avocats chez ellah yahdihoum exploitent la détresse des femmes pour les exploiter afin de se lever contre leurs marie et ainsi briser des milliers de foyer poussant les enfants dans le vagabondage. Il faut vraiment sévir dans ce domaine et donner la priorité aux imam de prendre en charge les tensions familiale avant qu’elles n’atterrissent chez certains avocat et avocates. On va ainsi dire un peu étouffé le mouvement satanique chez nous. Dieu est là sans doute pour faire le trie c’est pourquoi les anges laissent les choses évoluer les choses et laisse l’être humain compter sur lui-même et faire face de lui-même devant ce qui le menace car surement l’etre humain a en face de lui un avenir encore plus compliquer et plus rude celui de conquérir l’espace. Je ne pense pas de mon coté que les anges puisent faire quelques choses dans ce rapport de force et, n’intervenir pour créer le système de Providence appliqué chez nous et qui a transformé tout le monde de producteur en tallaba copié sur le model marocains que le fait de mendier n’était pas 3aybe alors que chez nous était 3aybe .tout le temps entrain de crier ‘’donnes moi’’
    Donnes moi logement, donne moi travail, donne moi voiture, donne moi devise, donne moi crédit, donne moi ensej, donne moi mariage, donne moi œuvre sociale alors que l’algérien était l’un des plus grand travailleurs au monde. Sur un madrier à pieds nue il fait monter un sac de blé de 100 kg..Il faut garder nos anciennes valeurs de nos parents ‘’tout ce qui était 3aybe on le reconduit..la mendicité 3aybe, regarder le balcon d’un voisin 3aybe, se tenir devant la fenêtre d’un voisin 3aybe regarder la femme de l’autre 3aybe, manger debout 3aybe
    Cracher dehors 3aybe, faire la chamma 3aybe, fumer 2aybe, buvez l’alcool 3aybe, pisser debout 3aybe, frapper dans le dos 3aybe, dormir dans la mosquée 3aybe, allonger ces pieds dans la mosquée 3aybe, posez son dos le mur de la mosquée 3aybe, targoude 3la kerchek 3ayb, tu dors sur ton ventre 3aybe, el khyana hrame, essarika hrame, el khoud3a hrame, el kadbe hrame, c’est ce que j’ai décris chaque région était plus stricte que d’autre et le nombre des 3oyoub a éviter était par centaines voici les anciennes valeurs de nos parents algériens avec lesquelles ils ont tenus plus de 5000 ans..
    un dicton de chez nous pour le gouvernemnt
    on dit
     »attama3 yaklah el kaddabe » ils n’ont pas d’argent pour le donner en credit sont des menteurs et le gouvernement rah tama3..au moins si on demande un credit a Peugeot ou a Ford ils le conditionnent pas l’installation d’usine chez nous..mieux qu’un autre qui le conditionne par  »l’ouverture » d’une chose qui sort de notre culture et qui est 3ayb lol
    on tgiens a la chari3a et le ciel pleuvera ce n’est pas ces jeunes diablotins qui nous font trebucher

    sahha ftourkoum el makla el mnaw3a varié machi 3ayb lol

  6. BRAHIM DJELLOUL Mustapha

    Avant d’augmenter l’électricité il faudrait d’abord supprimer tous les poteaux à l’extérieur des villes pour économiser cette énergie exemple ( éclairage public de 4 kilométrés pour aucune utilité Sidi bel abbes vers Sidi lahcen) un autre exemple Dahmouni vers Tiaret 12 km d’éclairage dans toutes les wilayates ce gaspillage existe.

Répondre