La Voix De Sidi Bel Abbes

Au moins 74% des salariés algériens ont été recrutés grâce au piston. Et les malheureux?

On savait que les Algériens avaient un penchant vers la gabegie et le piston. Mais jamais auparavant ce fléau n’a été  confirmé par une  étude de l’Office national des statistiques (ONS). Celui-ci vient d’indiquer que la grande majorité des salariés algériens ont été recrutés grâce à  l’appui d’une connaissance ou d’un proche.

Près de 74% des salariés sont recrutés grâce au piston en Algérie.  Selon les résultats de cette enquête, menée en 2013, et portant  sur 21 502 ménages avec un total de 115 196 personnes interrogées dont 82 962 étaient âgées de 15 ans et plus, parmi la population qui sont actuellement en recherche d’emploi, pas moins de 73,8% ont déclaré avoir eu recours à des relations personnelles pour trouver un emploi dans le passé. L’utilisation de ce mode d’embauche s’avère être le mode le plus courant aussi bien auprès des hommes qu’auprès des femmes.

Les résultats de l’enquête montrent que 76, 8% des hommes ont reconnu qu’ils ont été pistonnés pour trouver un emploi, contre 67.2% pour les femmes. Ce phénomène a touché aussi bien les personnes sans aucune qualification que ceux disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur, précise l’enquête de l’ONS. D’autre part, s’agissant des chômeurs, 55% d’entre eux déclarent qu’ils sont inscrits auprès d’un bureau de placement, 55,4% ont effectué des démarches auprès des entreprises, tandis que 26,4% étaient en quête de moyens financiers ou d’autorisations pour s’installer à leurs comptes.

Cette étude montre, ainsi, que les agences de placement et de recrutements n’ont pas forcément leur place et ne jouent pas suffisamment leur rôle en Algérie. A quoi sert, donc, l’Agence nationale de l’Emploi ? Les responsables politiques doivent sérieusement y réfléchir.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36362

Posté par le Jan 9 2014. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

7 Commentaires pour “Au moins 74% des salariés algériens ont été recrutés grâce au piston. Et les malheureux?”

  1. kaid

    Grave et mauvaise image du pays

  2. Mohamed2231

    assalam 3alikoum khaoutis , donnez nous le pourcentage des salariés qui sont recrutés grace à la corruption ( aliroucritouhoum barrachwa ) et merci d avance 0

  3. moumen

    C’est graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaave
    Très très grave, ça donne une très mauvaise image à notre pays !!
    J’en ai vu l’exemple récement le trafic, la corruption, la pistonnerie et la magouille dans l’examen de résidanat de médecine à la faculté de médecine de S.B.A !!
    Bnat les profs, wlad les qq un, wlad les richards, shab lektaf….etc
    Ni études, ni niveaux ni quoi que ce soit !! Un scandale au sens stricte du terme !!!

  4. hamou

    aller faire un tour du cote de la casoran et vous verrez la realite de notre pays 95% du personnel sont ete recrutes par les voies que l’on sait.on trouve 10 personnes qui ont le meme nom de famille ,le niveau est ua dessous de 0 et celui qui dit le contraire n’a qu’a le prouver.

  5. hamou

    j’ai oublie un directeur a recrute la bagatelle de 40 agents sans l’aval de la tutelle moyennant une rachoua qui varie entre 25000 et 50000da et il a ete mute a oran avec une promotion

  6. Houari

    Bonjour,
    Alors que des jeunes bardés de diplômes sont au chômage, et que la fuite de cerveaux bat son plein en Algérie, les enfants des hauts responsables et ceux qui sont à la périphérie du pouvoir sont recrutés sans coup férir dans de prestigieux postes. Et plus on monte dans la hiérarchie, plus on est bien loti et même que des postes aux salaires conséquents sont «créés» pour la progéniture de la nomenklatura. C’est le cas des enfants de ministres, de cadres supérieurs, de députés, de sénateurs, de militaires hauts gradés et la liste est longue. Cette façon de faire est devenue légion. Il suffit que le papa ou la maman soit bien placé en haut du pinacle pour que les enfants n’aient pas à s’inquiéter de leur avenir. Certains secteurs sont leur lieu de prédilection comme le ministère des Affaires étrangères ou encore Sonatrach, sans oublier la compagnie aérienne Air Algérie,où des enfants de hauts cadres de l’Etat sont employés et jouissent de privilèges dignes des princes. Billets d’avion gratuits, représentations à l’étranger et missions avec prise en charge totale sur le dos de l’escarcelle publique. Il suffit de graviter autour des cercles influents auxquels il faut faire allégeance et le tour est joué.
    C’est ainsi que l’Etat est devenu un bien privé et un business familial. Souvent on a refusé de donner des postes à des jeunes à la compétence avérée au profit d’enfants de hauts placés.

    NB /J’espère que mon post ne fera pas l’objet d’un blocage comme d’autres précédemment.

  7. hamou

    merci houari mais je crois qu’on fait que perdre du temps mais personnellement je leur dis hasbouna ALLAH wa niama alwakil,heureusement qu’il ya une fin .

Répondre