La Voix De Sidi Bel Abbes

Arrêt sur image: Bien planté….mais pour l’arroser?

Image partagée par notre ami Ourred Khaled

arbre

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56249

Posté par le Nov 9 2014. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

30 Commentaires pour “Arrêt sur image: Bien planté….mais pour l’arroser?”

  1. Omar

    Voyons voir je dirais comme on a l’habitude de dire (maâ lich) ça s’arrose tout seul,il ne faut pas vous étonner on a des têtes pensantes.Y’a que chez nous qu’on voit des ignares a ce point là.Personnellement je n’ai jamais vu des trottoirs en béton soit en goudron,soit en pavés (parpaings). Comme avait dit fellag dans son sketch on est au fond du puits mais on continue de creuser.

    • Albarracin de Sidi bel Abbés

      @Tous

      Bonjour; tres bel exemple pour illustrer le diction  » la critique er facile , mais « l’art est difficile!  »
      Si l’image est rigolote, elle est aussi un sujet de méditation sur la rationalité , et la spontanéité !
      Les maitres d’oeuvres avaient au moins deux options! si non trois
      1 réaliser des coffrages, aussi nombreux que de plantations , pour cercler chaque arbre in dividuellement , couler le béton , attendre le séchage , décoffrer, mettre à la poubelle les coffrages démolits:!
      2 Ne faire qu’un coffrage et étaler dans le temps la réalisation de la coulée de béton:arbre apres arbre !
      3 Couler le béton, et apres sechage , intervenir avec un marteau piqueur pour rélailser la saignnée utile pour permettre l’arrosage !
      Moralité ? Il n’y en a pas ….;
      Cordialement

  2. Chot lahcene

    one two tree viva la médiocratie ….c’est quoi ce cirque ,,,,,?????c’est le commencement de la fin …..

    ALLAH EST GRAND

  3. Mohand

    Il vaut mieux y mettre des palmiers qui coûtent 1 million de DA chacun, aux racines déjà sèches. Elles n’auront pas besoin d’eau, et le projet coûtera des milliards.

  4. A.Dennoun

    Dites moi SVP que c’est une photo truquee.
    A.D

  5. Mme CH

    C’est sûrement un génie de la dernière heure qui a ordonné ou réalisé cet exploit…!!!

    Même les arbres n’ont pas échappé aux geôles…..!!!???

    Apocalypse Now …!???

  6. hanini oua nhanik

    la mafia des entrepreneurs ne laisse rien sur son chemin. .

  7. Abbes

    On ne finit pas de nous écoeurér.

  8. MADANI

    Ne vous en faites pas les cerveaux trouveront une autre bêtise pour arroser ces pauvres arbres et arroser en me^me temps les initiateurs de ce projet . no comment

  9. OUERRAD en squatteur

    ET si ce n etait que cela , des erreurs pareilles concernant la VILLE ne sont et ne peuvent etre qualifiees que de ,CRIMES a l ENVIRONNEMENT ?Je ne vous parlerai pas de toutes les CONNERIES URBANISTIQUES .

  10. OURRAD KHALED

    salut abdellah je peux prendre un photo devant un arbre a la macta pour voir si elle truqué ou non ….

  11. OURRAD KHALED

    si abedallah denoun vous pouvez voir sur la page facebook bélabésiennes bélabésiens des photos de la macta

  12. MADANI

    Que peut-on voir d’intéressant de sba ou de la macta ? quand on habite à los angeles mr ourrad une des villes les plus importantes des usa .une ville de la démesure en GRAND .

  13. Amirouche

    Ils ont oublié de mettre du ciment sur les troncs des arbres mais l’entrepreneur saurait surement trouver la solution en les abattant ! ….Existe-il vraiment un service des marchés publics et travaux qui normalement est sous la responsabilité du maire ,service qui est ,(normalement aussi) , chargé de la rédaction et de l’exécution des marchés publics ?!!!!!
    MARRE……BASTA

    • Mme CH

      Mais libérez ces pôvres arbres avant qu’ils n’étouffent……!!!! Il suffit d’un coup de pioche….!!! Vous n’entendez pas leurs cris….!!! Dommage car d’habitude ils chantent….!!!!

      Cependant, c’est la première fois dans ma vie que je vois ce genre de travail, même à SBA…!! Où sont les services qui font le suivi des travaux de ces entrepreneurs véreux (sauf exception) qui ne respectent rien ..!!! Wallah Materbhou ni ici ni la bas…!!!

  14. jamel

    Notre mairie colmate les brèches. Dépassée elle est sous les ordres d’une tutelle omnipotente desservie par des politiciens.

  15. chaibdraa tani djamel

    C’est la faute aux responsables qui donnent les marchés à n’importe qui « HABA MANE HABA »

  16. A.Dennoun

    Salam Khaled Ourrad,
    Je suis a jour sur tout ce qui se passe a SBA.
    Je n’etais pas surpris de voir ces arbres suffoques par les saboteurs au pouvoir.
    De plus,la degradation de SBA et du pays en general a commencee en 62. On ne s’est pas appercu au debut car c’etait graduellement et la population etait moins de 100.000 H.
    Ce qui me derange le +, c’est le silence du peuple et la fierte de certains corrompus »nationalists’ qui veulent nous faire avaler que tout va bien.
    Les mendiants durant la colonisation francaise etaient 100 fois moins qu’aujourd’hui. Cannibalisme a l’horizon.
    A part le centre ville SBA n’est plus reconnaissable. Je me suis perdu dans mon propre quartier a une cinquantaine de metres de mon lieu de naissance,j’ai demande a un groupe de jeunes comment aller au p’ti vichy.
    Pas la peine de montrer d’autres photos. J’en ai vu une,je les ai vu toutes.
    Merci a ceux et celles qui denoncent ce massacre.
    Amities et Allah yestor.
    A.D

  17. Ayadoun Sidahmed

    Albarracin de Sidi Bel Abbés vous avais 100/100 raison chapeau!! tout les points que vous avais cités étaient très bien exécuté au niveau de la Macta2. 1-bétonnage 2-marteau piqueur. c’est juste après notre intervention avec le soutien de la presse électronique (echos de sidi bel abbés)dieu merci qu’ils ont arrêté cette méthode archaïque.

    • MADANI

      SID AHMED c’est vrai grâce aux journaux électroniques les affaires fonctionnent bien je viens de voir les echos de sba il y a un article sur votre frère (je crois c’est celui qui était en allemagne ) ? ou il vous cite aussi on dirait que tout est clientélisme dans ce pays et ça ne mène pas loin cette méthode des républiques bananières ou tout est faux malheureusement et ou les gens compétents et honnêtes sont marginalisés quel dommage

  18. Fethi

    bravo khayi sid ahmed

  19. Mohand

    NE COUPEZ PAS MES ARBRES : L’action se passe dans la demeure historique de Lord & Lady Belmont, aux environs de Londres. Sir William Belmont est un pittoresque général en retraite qui a gardé son parler et son allure militaire. Lady Belmont, son épouse est une vieille dame à la volonté de fer. L’administration ayant décidé de faire passer une bretelle d’autoroute dans son parc doit pour cela sacrifier des arbres centenaires. Elle s’y oppose farouchement et décide de se suicider dès l’arrivée du premier bulldozer. Elle prépare avec grand soin et un grand calme cette opération au vu et au su de tout son entourage. Choisissant déjà le bois de son cercueil et faisant creuser sa tombe dans son parc par leur fidèle maître d’hôtel ancienne ordonnance du général. Leur fils Hubert qui malgré son mandat du Parlement, n’a pas su ou n’a pas pu arrêter ce projet et leur petite fille Saby, ainsi que le général, essayent par tous les moyens, mais en vain de l’en dissuader. Mais Saby est fiancée à un jeune photographe de presse qui ne manque pas d’idées et de ténacité pour épouser Saby, malgré l’opposition d’Hubert, son père. Par une photo montrant la vieille dame, une pelle à la main, occupée à creuser sa propre tombe et qui paraît dans toute la presse, il déclenche une grève générale mettant le Gouvernement en péril et l’obligeant à arrêter l’opération. Tout se termine le mieux du monde après de nombreuses péripéties .

    Douglas Home William
    (librairie théâtrale)

  20. Imène

    Oooooh…sacrée lady Belmont !

  21. Amirouche

    Le platane de mon enfance

    On a tous en nous quelque chose du terroir /
    Un besoin, un désir qui fixe la mémoire /
    D’un temps où jeune enfant nous n’étions pas soucieux /
    D’orage et de pluie, de la couleur des cieux. /

    Pouvoir grandir en osmose avec la nature /
    Traverser les saisons sans changer de maison /
    Heureux sont ceux qui ont vécu cette aventure /
    Posséder pour univers qu’un seul horizon. /

    Des quelques souvenirs de ma vie paysanne /
    Qui fixaient mon regard dans ce monde agricole /
    Ne me reste en mémoire qu’un très vieux platane /
    Un qui me suivait sur le chemin de l’école. /

    J’aimais ses grandes feuilles, ses boules dorées /
    Qui pendaient en guirlandes à la fin de l’été /
    Et lui se dépouillant de ses belles écorces /
    A mon trop long chemin me redonnait des forces. /

    Je revois son grand tronc aux multiples couleurs /
    Je ressens dans ma main son degré de chaleur /
    Bien que soixante-dix ans séparent ces émois /
    Je n’ai pas oublié cet arbre d’autrefois. /

    Et quand me promenant sans aucun but précis /
    S’il m’arrive de voir au détour d’un chemin /
    Un platane éclatant, je m’arrête indécis /
    Mon sang ne fait qu’un tour, j’ai le cœur sur la main. /

    Alors recommençant tous mes gestes d’enfant /
    Je caresse son tronc, me colle contre lui /
    Je lui parle sans souci du regard des gens /
    Tant je sens que sans lui ma jeunesse s’enfuit. /

    Chibani

Répondre