La Voix De Sidi Bel Abbes

An2 ; Djillali «Amarnas» : Le blues du raïman.Qui se souvient des grands groupes Belabbésiens?,s

Il ya deux ans nous as quitté Djillali..Il était un enfant terrible de Sidi Bel Abbès. Un kid de la balle des rives de la Mekerra. Un raïman jusqu’au bout des ongles l Il respirait et transpirait la musique raï dans son insouciance et beauté du diable.;nous dit notre confrére k Smail.de el Watan; mais qui se souvient de nos grands groupes?.La meilleure contribution sous forme de commentaire sera publiée en article ..et son auteur sera honoré dans la future rencontre de BESMMA.NET….Anciens de SBA A VOS TEMOIGNAGES.

Djillali Rezkellah, plus connu sous le nom de «Djillali Amarna», a disparu prématurément (le 6 novembre 2010), à l’âge de 49 ans, des suites d’une longue maladie. Il avait officié au sein de la formation Raïna Raï — en remplacement du chanteur Kada — faisant dans le raï électro, la fameuse marque de fabrique de Sidi Bel Abbès, sous les auspices duguitar héros, Lotfi Attar et ce, en 1984. Et puis, parmi le groupe Amarna à partir de 1986. Pour ceux qui ne connaissent pas Djillali Amarnas ou encore Raïna Raï, c’est ce chanteur qui a crevé le petit écran algérien en juillet 1985 à l’occasion de la Fête de la jeunesse, à Riadh El Feth àAlger. Il avait bousculé l’establishment ambiant en ayant une nouvelle «raïattitude», jurant d’avec l’ancienne et pionnière génération raï plus «guindée» à la manière du tarab el arabi d’Oum Edounia, l’Egypte.

Démentant l’aphorisme de Walking Like An Egyptian des Bangles, Djillali se distinguera avec une «new sensation raï». Il était, sous l’impulsion du band Raïna Raï, le «pionnier» de l’entertainment du raï. Il fallait le voir et l’écouter interpréter Til Taïla revisitée et «custumisée». C’était beau, frais et jeune. «Djillali était bien sur scène. Il avait compris le message des jeunes Algériens qui avaient besoin de bouger, et il a imprimé l’esprit de Raïna Raï… C’est une perte pour la musique !», réagira le grand guitariste et leader du groupe Raïna Raï, Lotfi Attar.

Speed Demon

Nous sommes en 1985, c’est le parti unique et inique, l’unité de pensée et du réflexe orwelien : Big brother is watching you (le grand frère te surveille). Djillali, à la fleur de l’âge, 24 ans, sous la chaleur d’une nuit d’été, imposera une musique revendicatrice, juvénile, fraîche et surtout affranchie du carcan et du règne des chebs (Khaled, Sahraoui et Sahraoui, Hindi, Hamid, Benchenet…). Un style ! Une nouvelle donne dans la musique raï plutôt underground et des cabarets. Djillali se sentait pousser des ailes pour ne pas dire des airs. Entré dans une dimension extatique, voire en lévitation, Djillali, souriant et riant, interprétait les hits de Raïna Raï, Ya Zina Diri Latay, Hagda, Lala Fatima ou encore Raïna Hak.

La liberté de ton est donnée : Raïna Hak (notre opinion, notre avis est comme ceci !). La grand-messe est dite ! Ainsi, Djillali est déchaîné, se démènera comme un diable. Sautillant, esquissant des pas de deux, tantôt jouant des karkabous (percus. traditionnelles métalliques), tantôt le fameux guellal des chioukh (percussions), tantôt esquissant un jeu scénique démentiel. Il incarnait un symbole, un signe d’appartenance de la «génération MTV» avec l’éclosion des chaînes satellitaires en Algérie. Il fera aussi sensation au fameux Festival de La Villette à Paris, en 1986, avec Raïna Raï.

Un autre live d’anthologie. Mais Djillali se surpassera au sein de la formation Amarnas de 1986 à 1990. Car plus solid rock, libre et énergique que le registre raï des chebs. Aussi, immortalisera-t-il des morceaux de bravoures, tels que Khelouni Nebki Ala Rayi de cheikh M’kaleche, Ana Madert Oualou, Sidi Bel Abbès, Merioula ou encore le patriotique Oued Chouli déjà chanté par la pionnière du raï, cheikha Rimitti.

Djillali, dans les années 1990, figurera sur l’album de Raïna Raï, Mama et Bye Bye sur les titres N’touma et N’stahel. A partir de 2001, il entamera une carrière solo, notamment avec l’album Ghaba (naouri).
Djillali, mort dans l’extrême dénuement, semble nous «balancer» à la figure les lyrics prémonitoires et lacrymaux de Khalouni Nabki Aâla Rayi : «Laissez-moi pleurer sur mon sort/Laissez-moi raconter ma jeunesse/Laissez-moi pleurer sur mon destin/Ô combien ai-je pleuré sur mon mal !…» Paix à son âme ! La vdsba observe une pensée au regrétté Djillali.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=18080

Posté par le Nov 1 2012. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

54 Commentaires pour “An2 ; Djillali «Amarnas» : Le blues du raïman.Qui se souvient des grands groupes Belabbésiens?,s”

  1. hanene

    Personnelement je l’admirais , ceux qui vont commenter trés bien texfikkhayi adda boudjelal tewfik mohamed G QUI EST EN FORME et surement des gens de France des anciens de notre ville rabi yerhmah mort jeune heureusement que son fils travaile La vdsba c fort fort.

  2. Nasri

    Salam
    Le groupe Raina rai a été et restera le groupe le plus populaire en Algérie et en dehors des frontières , une carrière riche et jalonnée de succès.
    Les chansons du groupe ont marqué les années quatre vingt (1980) leurs mélodies ont été appropriées par de nombreux styles musicaux du terroirs.
    Malgré les divergences nées dans le groupe celui- ci jouit toujours d’une popularité impérissable.
    Quand au Maestro du groupe Djillail Allah yerhmah chanteur emblématique restera un mythe toujours vivant, a révolutionné la musique par son style de danse, les gens de l’époque se souviendront de ce symbole.
    Sa chanson khalouni nebki aala rayi a marqué les esprits et éveillé les consciences.
    Dommage qu’il est parti un peu tôt dans des conditions sociales difficiles.

    • Mémoria,

      Salam Si Nasri,………………….

      .Quelle époque et épopée qui ne sera médiatisée et étudiée que post mortem malheureusement.!
      Djillali Amarnas qui ne me connaissait pas,plutôt le contraire,est resté un enfant du peuple et un artiste hors pair.A chaque fois que je le rencontrais aux environs de Sidi Yacine,je l’embrassais et nous nous saluions très rapidement.On se parlait très peu mais lui,le regretté,savait que je saluais l’artiste qu’il était et devinais sa condition sociale très précaire.Il devinait que c »était une rencontre de prolétaires….

      Adieu l’artiste et le frère d’un combat que comprendront ceux qui étudieront que le groupe mythique(puisque décomposé maintes fois mais renaissant comme le phénix grâce au régulateur/conservateur indétronable Lotfi Attar) a été aussi un des acteurs déterminant de la new wave post Indépendance au diapason de la Blues/Rock/Country music mondiale….
      Djillali Amarnas le show man de Raï Raï me fait rappeler à ce jour un acteur et chanteur des Rolling Stones…Mike Jägger……………Même jeu de scène démonstratif ,même hargne…même fureur de vivre !

      Il aura réussi à canaliser toutes les frustrations d’une jeunesse de plusieurs générations vivotant dans une mal-vie où l’intégration socio-professionnelle ne reste qu’un artifice relatif et temporel si la liberté d’expression culturelle ne suit réellement pas !

  3. Mohammed G..

    Bonsoir tout le monde,
    Tout d’abord,Rahima Allah,l’icone ,la légende,l’enfant terrible Djillali !!!
    Djillali n’a pas fait seulement les beaux jours des groupes auxquels il a chanté,mais aussi celles de plusieurs générations ,dont moi même,qui est un grand admirateur de cette star du raï ,cette musique typiquement Bel-Abbésienne qui ne ressemble pas aux autres.Pas plus que cet après-midi,j’ai eu le plaisir de le réécouter dans sa fameuse chanson ‘Khalouni nebki aala rayi’ !!
    Djillali a commencé a chanter d’abord dans un groupe appelé ‘Choc’ et c’est grâce à un grand musicien du nom de Bachi Bensaad Bouzid qui l’a propulsé et encouragé,et d’ailleurs il a été derrière la plupart des groupes dont Raina Raï.
    Par la suite ,Djillali,se rallie au groupe Amarna-Rai ,avant de rejoindre Raina Rai,après le départ de Kadda Zina,il s’est imposé par la force de sa voix d’abord,puis par ses animations particulières,il était le seul chanteur-danseur,avec ses gestes uniques ,un jeu de scène de folie et de la joie de vivre, de s’éclater,d’impliquer son public….qui admirait son corps , ses yeux,ses oreilles,son sourire éternel,car Djillali était le plus jeune et le plus beau du groupe,tout en immortalisant le ‘Karkabou’,il a démontré qu’il n’était pas seulement l’incontestable Chanteur,mais qu’il était aussi Acteur,il a contribué à la joie et le bonheur de plusieurs générations!!!

    Puis vint ‘La Chute du Condor’,une fin particulière,peut-être unique,Djillali a été complètement abandonné après avoir été frappé d’une terrible maladie,où il est arrivé à ne pas pouvoir retirer ses analyses médicales…..faute d’argent !!! Son coeur soupirait, il n’a jamais eu ce qu’il désirait,la mort était au rendez-vous et l’a emporté…..mais il demeure toujours dans nos coeurs Vivant !! ADIEU L’ARTISTE!!

    Pour ce qui des groupes qui ont existé à Bel-Abbes,je me souviens des:
    Basil Session- The Figures- Driffters- The Red Stars- Aigles Noirs-
    Africa- Coquelicots- Choc- Mekerra- Tigres Noirs- Amarna- Raina Rai- Tessalah Entreprise.

    • hanene

      Bonjour ma soeur ainée enseignante retraitée m’a dit dites leur a ceux qui vienent de nous enchanter comme mohamed G,un parmi d’autres,memoria, tewfikkhayi…. djamel que je connais de vue a la cnasQue c formidab le mais dans les groupes musicaux il faut selon elle détailler..amors détailer je vous donne 16sur 20 rires

  4. lecteur assidu

    Salam! merci si Mohamed .G… pour ce rappel et cette reconnaissance à un des enfants chéris de Sidibelabbès!

  5. chaibdraa tani djamel dine

    Tellement que dans notre ville SIDI BEL ABBES se trouvaient beaucoup de groupes rai jouant cette musique avec de la guitare electriique et surtout avec le style WAWA (RAINA RAI,groupe CHOC ,les AIGLES NOIRS,les ORPHELINS avec CHEB MIMOUN,lesTIGRES NOIRS,lesFRERES ZERGUI,la MAIN,MEKKERA,TESSALA ENTREPRISE,AMARNAS,et sans oublierd’autres chanteurs de notre ville ainsi que des villages avoisinants , on appelait ( notre vile) la LIVERPOOL du rai et cela à cause des BEATLES (qui sont de LIVERPOOL) et pour terminer une pieuse pensée à tout les artistes decédés de notre ville parmis eux AHMED ZERGUI,PONS,JILLALI REZKELLAH que les algerois le surnommé le MICK JAGGER algerien,ZOUAOUI BENGUERRACHE(batteur du groupe CHOC),CHEIKH MKALECH,CHEIKH ABDELMOULA,CHEIKH EL MADANI,SOUNA ,EL HADJ KANDSI,SAIM EL HADJ son frére SAIM LAKHDAR ,DZIRI ,CHERRADI(troupe BENI AMEURS)et d’autres que j’ai oublié ALLAH YARHAMHOUM ces grands qui ont hissé la culture belabbesienne

  6. tewfikhayii

    Salam,
    Chaque fois que j’écoutais la sublime chanson de Djillali ‘’khalouni nebki aala rai’’, j’avais les larmes aux yeux, car cette merveilleuse mélodie faisait remonter en moi des souvenirs qui seyaientt à merveille avec cette dernière. Je dirai même que cela arrive à toute personne un peu romantique sur les bords car Cheikh Mkalèche Rahimahou ellah, a su toucher la fibre sensible des mélomanes. Les artistes et les musiciens sont les damnés de ce pays où la culture est un vœu pieux. Nos artistes, tout art confondu, vivent dans le dénuement total et la plupart sont morts dans la misère. Honte à nous, honte aux autorités, et dire qu’il y a des artistes qui ont donné leur jeunesse, et leurs talents à la révolution, et cette dernière les a laissé tomber au moment de la cueillette des dividendes. Quand nous voyons comment est mort notre Djillali, je me pose la question suivante : pourquoi l’état fait dans le 2 poids, 2 mesures, pourquoi la présidence paye t elle des hadjs aux chabates de rai, lesquelles ont les moyens de le faire toutes seules (n’es cet pas Zahouania et d’autres), et de ne pas prendre en charge Djillali, l,apprenti, Ahmed Wahbi rahimahoume ellah. Celui qui a affublé Sidi Bel abbès de liverpool du Rai, ne s’est pas trompé, car les groupes pullulaient, et chaque lycée avait son groupe qui chantait aussi les chansons de Jill Jillala et Nass el Ghiwane, et notre lycée El Haouès avait son groupe mythique dont les leaders étaient mes amis : les frères Brick Youcef et Mohamed, virtuoses de la percussion, et c’est grâce à eux que nous fredonnions les airs de Jill Jillala et nass El ghiwane au moment de leur splendeur. Ya Hasrah aala ayame zmanène.
    Salam.

    • ghosne elbane

      wah khayi tewfik il yavait un groupe de jeunes à l’époque ils étaient lycéens les frères Aboura Azizi et Hamid zaoui un pied noir Alain etc….ils animaient souvent dans les lycées si mes souvenirs sont bons ils répétaient dans la cave du Versailles enfin Kinette denia denia !!!!!

      • Mohammed G..

        Sbah elkheir Si Ghosne elbane,
        Et aussi ‘ki kanet Bel-Abbés….Bel-Abbes’ le berceau de la musique à l’échelle nationale,le berceau de l’amitié et la fraternité,les Bel-Abbésiens se chamaillent entre eux,mais ne se mangent pas!!!
        Le groupe que vous avez cité,il me semble ,c’est The Figures,avec Aboura, Badsi, Abdellah Sekkal dit Fadlo….qui répétait dans la cave ,sous la SNTA,en face du Lycée El-Haouès,sur la Macta.
        Vous avez aussi cité l’un des grand musiciens qu’à connu Bel-Abbés,Hamid Zaoui,fils de Calla del Sol .
        Bonne journée ,Khayi et Djoumouaa Makboula !!

        • GHOSNE ELBANE

          sbah el kheir khouya Mohamed G , exactement hamid Zaoui habitait cayassone il était voisin les villas à côté de Baghdoud Abdou avant que ce dernier habite l’attre de tassigny « dont la boulangerie  » BAGHDOUD guallak ness ta3raf enass. Djoumouaa Makboula khayi ainsi à Si Nasri, si Boubakar lecteur assidu ce sont mes meilleurs amis du Site.

          • Mémoria,

            Merci pour ces précieuses informations Si Ghosne El Bane en espèrant recouper nos informations locales.

          • Nasri

            Salam Si Ghosne Elabane
            On n’est plus seul sur la route lorsqu’on a trouvé ce trésor qu’est l’amitié. Merci pour ce beau compliment qui nous met le coeur en joie.
            Mon souhait c’est de trouver un homme bien sérieux, gentil, simple et sincère … je serai très ravis de faire ample connaissance avec vous un jour inchallah
            Joumouaa makboula

        • Mémoria,

          Salam Si Mohamed G,
          Vous voulez parler de Hamid Zaoui frères des trois chahids et frères Zaoui dont le nom est porté par la rue du stade des trois frères Amarouche(Paul André).
          ………..trop de chouhadas Si Mohamed,trop de jeunes sont partis !

          • Mohammed G..

            Effectivement,camarade Mémoria,le regretté Hamid Zaoui (rahimahou Allah) a été l’un des grands musiciens qui ont propulsé la musique à Bel-Abbès,avec son groupe The Driffters qui répétaient,effectivement comme l’a souligné notre Ghosne elbane,dans la cave sous le cinéma Versailles,en compagnie de Aboura,et l’un des frères Attar (rahimahou Allah) et bien d’autres…
            Tout au début de l’indépendance,il y avait The Basil Session avec les trois frères Boughrara,dont Halim et Mansour,et le groupe The Figures avec Badsi,Fadlo Sekkal,Bouhadji dit Larry (rahimahou Allah),ces deux groupes se sont inspirés des chanteurs et de groupes occidentaux dont ils répétaient leurs chansons , d’une manière intégrale et une interprétation à nous couper le souffle.
            Puis vint par la suite,le premier groupe qui a introduit les paroles en arabe à une musique occidentale,il s’agit des Aigles Noirs,puis c’est les groupes Amarna et Raina Rai qui ont développé cette musique authentiquement Bel-Abbésienne et qui fut exportée un peu partout !!!
            A bientôt !!!

            • hanene

              La note va etrs surement revue a la hausse mais benhaddou n’a pas composé c un sujet que lui ausi conait comme il parle dans le fotball Rires amicaux A bien d’autres révélations merci amis lecteurs

              • Benhaddou Boubakar

                ya hanene,je parle dans tous les sujets,mais mon frere Mohamed g connait mieux que moi les anciens groupes de musique ainsi que « un parmi d’autres »,la musique belabbesienne est riche ,et merci a la VDSBA de nous fournir des renseignements de temps a autre!

  7. un parmi d'autres

    le titre de Kid de la balle attribuer à feu Djillali me rappelle une chanson d’un grand acteur qui a bercé mon enfance avec ses films policiers c’était Lémy Caution allias EDDY CONSTANTINE .
    Cette chanson s’intitulait UN ENFANT DE LA BALLE Qu’il a chantait en 1954 qui va comme un gant à ce jeune chanteur Djillali qui a chanté une chanson prémonitoire (MA DERTOU WALOU ) et personne n’a rien fait pour lui .

    Mon paternel qui n’avait pas les pieds plats
    M’a appris le shimmy, les claquettes et caetera
    Et m’a dit :  » Pour gagner ta pitance
    La danse
    Y a qu’ça  »
    Mon naturel, moi, c’est d’être obéissant
    J’ai suivi ses conseils, mon métier je l’ai dans l’sang
    Et ma vie c’est la vie des artistes
    En piste
    Tout l’temps !

    Un enfant de la balle
    Ça fait ses malles
    Et ça s’trimbale
    Partout
    N’importe où
    Un soir à Rome le lendemain à Calcutta,
    J’ai pas l’temps, croyez-moi, d’admirer l’panorama
    Je gambille le samedi le dimanche
    Les planches
    C’est ça.

    Il nous arrive tout de même
    Qu’une fille nous dis :  » Je t’aime !
    Mais lâche ta vie de Bohème !  »
    Tant pis !
    Je lui dis…
    Mon paternel qui n’avait pas les pieds plats
    M’a appris le shimmy, les claquettes et caetera
    Et m’a dit :  » Pour gagner ta pitance
    La danse
    Y a qu’ça  »

    C’est bon l’amour mais le boulot quand on l’oublie
    Le public n’attend pas que l’on soit sorti du lit
    Des fois que j’attraperais devant la rampe
    Une crampe…
    Merci !
    Un enfant de la balle
    Ça fait ses malles
    Et ça s’trimbale
    Partout
    N’importe où.
    Des fois, bien sur, j’ai envie de laisser ça,
    D’arrêter l’horizon pour y bâtir ma maison,
    Mais voilà, quand on fait trop de rêves
    On crève
    De ça !

    Un enfant de la balle
    Ça fait ses malles
    Et ça s’trimbale
    Partout
    N’importe où.
    Et quand viendra un beau jour le grand départ
    Pour très loin dans un coin ou s’arrête le dernier car
    Je dirai :  » J’ai rempli mon programme…
    Sieurs, dames, Bonsoir ! « 

  8. lecteur assidu

    Salam mes amis!merci Ghosne elbane pour vos sentiments d’amitié envers moi!cela est réciproque et j’en suis honoré! pour les artistes lycéens ,il y avait aussi Chikhi Tarik( guitariste et poète) Boulenouar Amine(Saxophoniste)….et même Zakaria!Bonne journée à tous!

    • Mémoria,

      Frère lecteur assidu,il y a lieu de reconnaitre que Chikhi Tarik reste l’un des fondateurs de Raïna Raï.Parfait musicien formé au Conservatoire de Bel-Abbès,il fût un virtuose du piano/synthé,compositeur/poète.Il fût moins guitariste que cet autre virtuose Terkmani .Boulenouar Amine cousin de Tarik fût un ténor du saxophone en son temps…avec son frère à la trompette !
      Il fallait voir lorsque se réunissaient ces artistes dans un mariage;il fallait écouter les Chikhi Tarik ,les frères Boulenouar,les frères Attar,Terkmani et j’en oublie !On se croyait à la Nouvelle Orléans….;Blues,rock,les meilleurs tubes des années 60 y passaient.C’était après l’Indépendance et Sidi-Bel-Abbès avaient des virtuoses dignes des meilleurs musiciens de la Cote Est des States….C’est grâce à eux qu’a été internationalisé et exporté le Raï !
      Merci à eux d’avoir égayé notre jeunesse! .Hommage et reconnaissance à ceux que les vicissitudes de la vie et de l’émigration ont affaibli et aussi à ceux qui n’ont pas eu de chance !!!

  9. Tewfik/AB

    Je voudrais réagir à l’article consacré à notre regretté ami et frère, « Djilali Amarna ».
    Dés que j’avais appris la mauvaise nouvelle sur sa santé, j’avais tout de suite entamé les démarches pour lui organiser un gala de « soutient » qui était prévu le 13 novembre .Le programme était téméraire car beaucoup de stars étaient conviées à cet événement avec une scénographie digne de grands galas à la hauteur de notre icône Bélabésienne « l’eternel jeune Djilali Allah yerhmah en ce jour béni de Dieu.
    Je tenais absolument que le gala, soit un événement grandiose avec l’implication de sponsors , de diverses radios locales qui avaient donner leur accord de principe pour une retransmission en « live » de cette grande fête qui malheureusement n’as pas pu avoir lieu car réaliser un tel projet demande un effort de taille ou l’improvisation n’a pas de place .
    Mais Dieu en a décider autrement …jamais de ma vie je n’ai ressenti un tel échec, car j’ai vu la précarité dans laquelle vivait la famille Rezkallah,
    Je tiens à partager avec les lecteurs de VSBA, quelques échanges que j’ai eu avec Mme la chef de cabinet du ministère de la culture concernant le cas Djilali.

    Tewfik Adda Boudjellal addabt49@gmail.com
    17/01/09

    à zéhira

    Bonsoir madame !

    J’ai l’honneur, de porter à votre connaissance que je travaille sur un projet de gala de soutient à notre frère Djilali Amarna dont la santé ne cesse de se détériorer.

    Le produit de la recette lui sera versé, pour que sa famille puisse continuer à vivre dans une dignité humaine .Une équipe de la chaîne « 3 » se trouvant à bel abbés à pu voir la terrible situation des ex stars du rai originel qui ont fait la fierté de l’Algérie pendant une décennie! Ils ont vu un « Djilali » sortant de l’hôpital et pesant à peine « 42 »kg, croyez-moi les journalistes n’en revenaient pas .Nous étions chez lui à midi. Nous avions vu ses enfants rentrer de l’école pauvrement vêtus et le drame c’est qu’aucune odeur de cuisson ne nous parvenait de la cuisine… la raison est somme toute simple…sa femme n’avait aucun légume à faire cuire dans sa marmite. Ils ont aussi rencontré, l’interprète de l’eternel succès « Zina », reconverti en marchand de légumes dans un marché d’un quartier populaire de la ville. Ce monsieur à un jour, fait vibrer la salle du festival de « Nyon » en Suisse au même titre que « Sir » James Brown. Quant à « Hachemi » un jour c’est oui et beaucoup d’autres jours sans .Et son frigidaire continue de ronronner malgré qu’à l’intérieur seule la lumière continue d’être présente. Malgré tous les efforts que je déploie pour faire évoluer la jeune formation des Raina-Hak .Connaissant votre intérêt pour la culture en général et à ce rai originel en particulier, je sollicite votre concours pour que les artistes ne se découragent pas….

    Tewfik Adda /b

    Réponse Mme Yahi !

    zéhira yahi z
    18/01/09

    à moi

    Bien reçu. Je suis contente que Djilali ait été opéré avec succès.
    J’ai pris note avec tristesse et amertume de la condition de ceux qui ont fait nos beaux jours..mais voilà 5 ans que le ministère de la culture se bat pour la création du conseil de la culture et des arts dans lequel nous avons prévu des passerelles avec les secteurs concernés par la condition sociale des artistes…Le texte n’est toujours pas adopté.
    Je vais discuter de tout cela avec le directeur de la diffusion artistique.
    Tenez bon!
    Cordialement,
    Z

    Et au lendemain de la mort de Djilali, j’avais adressé une lettre à la famille Artistique Bélabésienne, par le biais d’un autre journal électronique de la ville.
    J’avais écrit entre autre, « aimez-vous les uns les autres, ou si vous ne pouvez pas le faire, alors respectez-vous, acceptez vos différences «, car il faut que la mort de Djilali et non pas de l’artiste ne soient pas veine.
    Mais malheureusement chacun de nos artistes locaux, continue de faire cavalier seul, d’où rupture de passation de témoin entre les générations. Et le comble est que nos jeunes musiciens ne font pas la différence entre un musicien de profession et un adepte de l’instrument. C’est pour cela qu’on continue de faire du sur place alors que nous étions leader dans tous les domaines artistiques.

    • un parmi d'autres

      Mon cvher Tewfik les mentalités ont beaucoup changée et les gens sont devenus de plus en plus persopnnels et matérialistes à l’affût du gain facile .
      Il ne faut pas se leurrer pour obtenir et voir une solidarité se tisser lors d’un appel de détresse lancé pour venir en aide à un concerné .
      SALUTATIONS à toi à qui tu sais et je te remercie pour les photos sur Face de Bouc.

    • hanene

      C’est un témoignage bien sincére avec des écrits merci monsieur.

  10. lecteur assidu

    Salam!si Tewfik je vois que de votre écriture ressort une certaine amertume et chagrin de n’avoir pas pu réaliser ce projet de gala pour notre frère Djillali…est-il trop tard pour l’organiser à sa mémoire? Sinon organisons un vdsbathon pour soulager un peu sa famille et ses enfants…C’est une simple idée frère Tewfik mais ne perdons pas espoir de pouvoir nous rendre utiles et s’il y a d’autres idées d’aide et de solidarité je suis partant et disponible à tout moment.Fraternellement!

  11. Miloud Pau

    salam, tewfik franchement vous nous avez rappelez le bon temps avec djillali c’est un type qui aime son pays il aime la musique qu’il fait c’est un chanteur irremplaçable par rapport a ces chansons sa danse il était très motivé allah y rahmo de la patience pour toute sa famille inchallah merci

  12. un parmi d'autres

    Boubakar le père de San-Antonio (Frédérique Dard )avait dit au sujet de la note :

    L’Univers est plein de tordus qui se prennent pour Beethoven sans être capables de différencier une note de musique d’une note de restaurant. »

    Et toi qui est Prof sais-tu quel est le salaire de l’étudiant eh! bien tout simplement sa Note; plus ton nélève travaille bien et plus tu le rémunères avec une bonne Note .
    Quand à ta Note connecte-toi vite à skype et je te mets une Note à ta juste valeur.

  13. un parmi d'autres

    Donc p’tit frère comme convenu et vu la rapidité de ta connection sur Skype je te décerne la Note de 16/20 pour la Mention cela reste une surprise .
    QUI NE TENTE RIEN N’A RIEN.
    La nuit porte conseil .

  14. SBA 22

    Le rai a franchi les frontières grâce au groupe Raina Rai avec le 1er album (hagda) dont la célèbre chanson ya zina diri latey qui a faite le tour de plusieurs capitales étrangères .Khaled et mami sont venus après .

  15. EL GUELLETI

    Mme CH
    Il faut reconnaitre a un adversaire sa combativité et perséverence . Ceci dit,on ne peut censurer ou bannir un élement par la seule raison qu’il (elle) est malpensant aux yeux des supposés bienpensants.Le fait d’avoir une conception de la société et du monde diamentralement opposée a celle du mainstream ne pourra justifier tels actes.
    Je lance un appel a l’administration de revoir ses décisions.

  16. Mohammed.G..

    Bonjour tout le monde,
    Kadda Zina,de son vrai nom Kebbache Kada qui était un ami d’enfance à Fg Thiers,disait dans la fameuse chanson ‘Ya Zina diri latay’ qui lui a valu ce surnom et qui a propulsé ,d’une manière efficace le groupe Raina Rai,disait je cite ‘Elfen wa rai ,kharej men bel-abbés’….ce qui explique bien que Bel-Abbés a enfanté des élites en matière de culture,soit avec ses musiciens qui ont révolutionné le monde ,ses cinéastes et interprètes , ou en littérature ,ses écrivains et ses romanciers de talent et d’aptitudes remarquables…..Bel-Abbes est aussi une ville cosmopolite,tolérante,coopérante et surtout…. hospitalière !!! Des personnes de passage,ou en effectuant leur service national,se sont vus installer définitivement dans cette ville ,trouvant l’atmosphère et le climat fraternel et accueillant !!!
    N’oublions pas,aussi,nos autres ‘icônes’ ,purs produits Bel-Abbésiens,sous le signe et symbole ‘Khayi’….. Benalioua qui a eu le premier prix de l’interprétation masculine,lors d’une représentation théâtrale ,Derrajia la folle des motos et mobylettes , Mistanguette, Harrouda, Aantar, Bahlat qui était un maitre-nageur-né,qui a sauvé des vies humaines et a repêché des corps du Lac Sidi Mohamed Benali,que même des sapeurs pompiers n’ont pu le faire!!
    Et bien sur,on ne va pas nier notre ‘pègre’ dont je ne cite pas les noms,mais que tous les Bel-Abbésiens connaissent, qui restent ‘aussi’ dans nos mémoires et qui font partis de l’histoire Bel-Abbésienne!!!
    Revenons à notre ami Djillali, ‘qu’on a pressé comme un citron’ qu’on s’est servi de lui,puis qu’on a abandonné et délaissé,pour être finalement rejeté,parce que sa chute a été fatale,malgré lui…et qu’on pleure aujourd’hui,car il n’y est plus,et comme dit l’adage Algérien ‘ de son vivant il espérait une datte,après sa mort,on lui offrait un âarjoun’ !!! Allah yerhmek !!!
    Amicalement a toutes et à tous!!!

  17. benhaddou boubakar

    salam mohamed g: c’est kebbiche et non kebbache! bien sur c’ètait des voisins d’enfance de fg thiers,avenue theodore heritier! bonne apres midi khayi, je viens de telephoner a notre frere NASRI,il se porte bien et vous passe le bonjour!

    • Mohammed.G..

      Sahet Boubakar,oui c’est Kebbiche,faute de frappe!!
      Au fait ,hier on t’a attendu après Salat Eldjoumouaa,toute la clique était là ,on a fait un tour d’horizon,comme d’habitude,et on doit se revoir pour du concret !!!
      A bientôt,mon frère!!!

      • Benhaddou Boubakar

        salazm frere mohamed g;j’ètais chez ma mere malade et elle l’est encore!! vous m’exusez chers amis

        • Mohammed.G..

          Rabbi ichaffiha,inchaa Allah ,tu as raison ,khayi, la maman passe avant tout,et nous demandons un grand pardon à nos parents,même qu’on été toujours fidèles et attentifs,nous ne pourrons jamais leur rendre le sacrifice qu’ils ont enduré pour nous!!!

          • Benhaddou Boubakar

            merci mon frere mohamed g;selon mon grand frere,ma mere a frolè la mort de justesse,demain nchalla je vais la ramener chez moi,elle est agèe de 85ans merci aussi a hanene

        • ghosne elbane

          Salem si Boubakar , Allah yechfiha inchallah El Walidines khayi oul Djena tahte el kadamaine el oumahattes elles sont indispensables pour le NID de la fratrie.

          • Benhaddou Boubakar

            salam mon frere ghosne elbane,merci pour tes mots qui m’ont fait chaud au coeur; tu sais ma mere ne cessait de nous dire avec mon frere »rani radhia 3alaykoum »;el hamdilillah

  18. hanene

    Que Dieu vous garde vos mamans.Mais bessma net est bien finie.?

  19. Giselle de Marseille

    J’ ai relu et vraiment le texte de Memoria est simple mais avec un bon fond Pour celui ou ceux de mohamed g les temoignages sont autant bons.bravo

  20. ghosne elbane

    Je felicite Mr Mohammed G…. et Mr Memoria Bravo pour les temoignages merci de nous les faire partager .

  21. Hanitet

    Ghalouni je suis heureux que tu fasses parti de ma génération de mes amis d’enfance et de mon quartier

Répondre