La Voix De Sidi Bel Abbes

Amina Rouai : Nouvelle hôte de la VDSBA , sur les traces de son grand père l’intellectuel militant Feu Azza abdelkader ( Première partie)

  1. C’est avec un retard indépendant de notre volonté que nous publions cet article spécifique à la rubrique hote du journal. Il s’agit de Amina Rouai que nous prions de nous excuser pour ce dit retard  Notre hote est une lettrée .C’ est la petite fille de feu Dr Azza Abdelkader que l’on ne présente plus à nos lecteurs.Notre journal qui a récemment acceuilli Mr. Hani Abdelkader, un intellectuel de notre ville vient ce jour, de livrer un petit entretien avec.une des dignes héritiéres  du pére du pacte de sang et autres grandes productions littéraires…Toutefois ,il ya lieu de signaler que le siège du rectorat Djilali Liabes avait abrité au mois de novembre dernier  une grande rencontre autour d’un des  aspects littéraire des mulitiples contributions de Feu Azza abdelkader et qu’au cours de ce conclave qui fera date que sa thèse sur Le barde des Beni Amers Feu Mostefa Ben Brahim éditée par l’ENAG, fut remise au recteur de L’UDL (Université de Sidi Bel Abbés) en  cet après-midi  pluvieux ou la chaleur conviviale de cet évènement, est a faire ressortir avant cet exercice de questions posées à la joviale AMINA.

La voix de Sidi Bel Abbés: Qui estAmina Rouai?

Notre hôte Amina Rouai 

Amina Rouai: Je suis née le 26 novembre , 1961 à Rabat (Maroc). Nous sommes rentrés en Algérie, à Oran, juste après l’indépendance ( en 1962), je n’avais pas encore un an. Fille de feu Rouai Mohamed, et de Azza Saléha ( fille aînée de Si Abdelkader Azza..).Issue d’une famille modeste, mais honorable, révolutionnaire ( mes parents tous deux, d’anciens moudjahidines).Niveau scolaire, terminal sciences, puis j’ai obtenu un BTS en Télécommunications avant de changer totalement de cap.Artisante couturière ( je le suis toujours) enfin, j’arrive à mettre en route mon rêve: ma carrière Littéraire.Cette dernière motivée par le lien très fort qui m’ a uni à mon grand-père, le Professeur Abdelkader Azza.

La voix de Sidi Bel Abbés: Donc vous avez mis en route votre rêve?

Amina Rouai:  Suite à un rêve que je fis, alors que je n’avais que 17 ans, mon grand- père , papa kader, comme je l’appelle ! me disait dans ce songe « toi et moi avons un point commun tous les deux ».J’ignorais ce dont il voulait parler à l’époque. Ma mère me disais  » résume ma fille, tu rentres dans les détails, comme ton grand-père ». cela me faisait rire, J’ai eu une occasion, de réaliser mon rêve (que je disais un peu fou), je participais, au  18 ème  concours de la nouvelle mondiale (concours organisé par France Presse internationale. J’ai envoyé sur 15 pages dactylographiées, une biographie de mon grand-père, j’avais appelé ce texte « réminiscences ».Quelques années plus tard, alors que j’étais à la recherche des ses écrits, j’ai découvert son texte dans la revue Forges, intitulé « Nuit sur la Mlatat ». C’était un moment de vive émotion, je me trouvais à Paris à la bibliothèque de Richelieu. Là, en lisant, j’ai compris, et j’ai réalisé comment tous deux, on avait cet amour de décrire les choses. Troublant  encore pour moi, car je savais que c’était son histoire, et que Bel Abbés  qu’il décrit si bien était son frère aîné, puis, Ali, (Ben Issad, son beau frère) . Je vous laisse juge de la beauté de ce texte, lorsque vous l’aurez lu.

L a voix de Sidi Bel Abbés: Et c’est ainsi, que vous avez décidé de rendre un vibrant hommage à votre grand père?

Amina Rouai: Oui, comme vous dites, j’ai décidé donc, de lui rendre hommage. J’étais parti sur l’idée de le suivre sur la poésie bédouine, mais je me suis par la suite « branché » sur les proverbes arabes. L’oralité. j’ai mis beaucoup de temps à peaufiner mon travail, que je voulais « parfait », même s’il y a toujours un manquement, ( on pense à celui qui va le lire), j’ai fini par faire une anthologie sur les proverbes arabes ( notamment Abder rahman el Medjdoub, le derviche) avec un parallélisme entre la pensée  des Grecs, et des Arabes. Un rapprochement étonnant sur divers thèmes, malgré les siècles qui les séparés….Je me suis penchée sur l’auteur, amoureux convaincu des adages, il s’agit de Mohamed Bencheneb. Mon premier ouvrage est sorti en 2001, puis une deuxième édition en 2004. En fait je dit « premier, car il y a un deuxième tome qui est sur le point d’être achevé (je pense qu’il sera revue et recorrigé pour enfin être bon pour l’édition). A côté, de cela je suis sur le sujet le plus important de ma carrière : La Biographie de Abdelkader Azza.  (La couverture est choisie, c’est une belle photo de lui avec  le tarbouche). J’ai privilégié le côté, « homme », « éducateur », bref, le vous laisse la surprise…Pour ce qui ne le savent  pas, je n’avais pas encore six ans, lorsque papa kader nous a quitté, donc, je n’ai de lui que de vagues souvenirs, d’une relation « grand-père, petite fille’, son « aura » était tellement positif que je me suis retrouvée entrain de suivre son parcours tout en étant « autodidacte ». Reste le point le plus important pour finaliser mon projet! trouver un bon Éditeur  ainsi que des Sponsors, car malheureusement, éditer un livre coûte très cher, et souvent, on n’a pas le choix de le faire éditer pour satisfaire un grand nombre de lecteurs. Voilà ce qui est de ma carrière et de ma motivation. Vous me demandez de parler de mon feu père Rouai Mohamed, ancien Moudjahid dès les premières heures de la Révolution.Il fut l’Homme Fort de confiance de Feu le Président Boumèdiene, puis devenu « bras droit de Boucouf ( Si Mabrouk) à la déclaration du G.P.R.A.  Allah leurs accorde sa sainte miséricorde.Mon père était un homme qui aimé, la justice, l’honneur, il aimé son Pays, mais  refusait de s’ouvrir à nous, pour nous révéler ses « Secrets ». Il en avait beaucoup, il a choisi de ne rien divulguer, au point où il en a perdu sa santé. Il nous a quitté trop tôt, peut-être aurions nous pu le convaincre… mais qui sais? Papa était  » L’homme de l’Ombre ». Voilà se que je peu dire du père moudjahid, humble, modeste, sachant taire ses secrets pour éviter les conflits et réveiller les rancunes. Allah yarham tous nos Hommes et toutes nos Femmes qui se sont « battus pour le Pays. Fondation? ou Association? Mon idée est que, pour créer une fondation, il faut avoir beaucoup de moyens financiers et surtout, il faut que chacun des membres de la dite « fondation », soient vraiment engagés, car ce n’est pas évident.Association? Elle est belle, et « Bravo » à son président Monsieur Lakhal Benyahia. Ceux sont « ses » élèves, il leur a apprit beaucoup, et ils sont assez motivés pour « prendre le flambeau ». En espérant qu’ils arriveront à perpétuer son Amour, Son Education, Sa Volonté de réussir et de devenir des « hommes » pour leur pays. Pour finir cet entretien, je remercie, en mon nom personnel, et au nom des héritiers, tous les « Enfants » de Bel Abbés, qui ont toujours répondus « Présent », à chaque fois que l’on veut rendre hommage à Abdelkader Azza. il restera toujours vivant dans nos coeurs  . Je remercie vivement votre journal et un grand bonjour a tous vos lecteurs et lectrices .Je suis très contente d’avoir été reçue comme hôte de ce grand organe électronique qui nous honore énormément .

Mr Lekhal benyahia 4eme a partir de la gauche 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=20581

Posté par le Jan 21 2013. inséré dans ACTUALITE, CULTURE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

27 Commentaires pour “Amina Rouai : Nouvelle hôte de la VDSBA , sur les traces de son grand père l’intellectuel militant Feu Azza abdelkader ( Première partie)”

  1. Daho belabbes

    Bonjour lecteurs de la vdsba Je vous lis trés régulierement L’entretien est bien seulement je vous suggére de nous faire des portraits en nous citant d’ autres intellectuels de notre wilaya comme Bounaga fellous doussas etc.

  2. saim

    Tel pére telle fille KHAYROU KHLEF LI KHAYROU SALEF

  3. jamel

    Félicitations mme Amina Rouai pour vos activites .littéraires..

  4. kerroum retraite

    Azza un grand il enfanta une digne progéniture le flambeau est bien passé Allah yerham chouhadas elabtal

  5. chaibdraa tani djamel

    Je suis un voisin de ton oncle MOULAY rue de la mosquée(LA GRANDE MAISON DES AZZA) SIDI BEL ABBES bon courage et bonne chance

  6. kerroucha

    Du beau travail d ‘encouragements des hommes et femmes de lettres On attend la deuxiéme partie Bonne continuation AMINA ROUAI.

  7. BENALI

    madame A R bonne chance

  8. Mia

    Bravo chère sœur pour ta persévérance. Un trait de famille il paraît ! Heureusement que papa Kader a une petite fille comme toi qui honore si bien sa mémoire.
    Bonne continuation

  9. Mme Azza Latéfa

    je tiens a te féliciter pour ta persévérance .je suis sure que ton grand père doit être fière de toi ,j’attends avec impatience la suite de ton ouvrage , ton oncle se joint a moi pour te souhaité bonne chance et bonne continuation.

  10. SAIRI

    je suis fière de toi cousine, tu as raison d’être fière de ton grand père car Les vertus de nos ancêtres deviennent un reproche pour nous si nous ne leur ressemblons pas. En dégénérant de leurs bonnes qualités, nous mettons nos titres en question, et nous donnons lieu de douter que notre naissance soit légitime, ce qui n’est pas ton cas , de nos jours les gens sont frappés d’une amnésie , qui les empêche de regarder derrière ou plutôt en haut , car nos ancêtres ont la barre top haute,on a tort car quand Les peuples doivent tenir à leurs ancêtres martyrs,car c’est la seule aristocratie qui ne leur soit jamais contestée; enfin chère cousine je peu te dire que tu es sur la bonne voie car ce n’est qu’après avoir eu les idées qui les ont rendus intelligents que nos ancêtres ont commencé à être suffisamment intelligents pour avoir des idées. Hakim SAIRI

  11. Benyekhlef

    Amina Rouai, digne fille d’un homme qui fut important, dans les Liaisons Générales et dans l’Organisation du ALN/MALG et de la Wilaya V.

    * Hadj Perrigeaux, vécu dans la clandestinité dans la région de Mascara et connu Larbi Ben M’hidi, qu’il hébergea durant son arrivée, sous le nom de  » Si Bechir »; ils commencèrent par acheminer des agrumes, sous lesquelles des armes étaient dissmulés pour les réseaux de résistance et par la suite le courrier express pour l’Etat Major Ouest sous les ordres de Boumedienne. 1954/1955.

    C’est de cette manière que l’Ouest réussit a créer les premières organisations dans la clandestinité !

    Cmt. Boudeghene dit Si Brahim, puis devint le Col. Lotfi, Cmt. Ferradj, Nehru et d’autres formèrent les premiers commando de Tlemcen ALN, contre l’armée Francaise après l’assassinat du Dr. Benzerdjeb; cet évènement finit par unifié sans équivoque, toute l’Oranie.

    Etudiants, Professeurs, Médecins, Chomeurs se regroupèrent en rejoignant les maquis avoisinant, sans aucune hésitation.

    Bravo Amina, pour la prochaine sortie du livre. Il me tarde de le lire.
    Bien a toi a bientot

    Seddikioui- Benyekhlef Amine-Kais

    • Benyekhlef

      Benyekhlef
      21 janvier 2013 – 22:46

      Amina Rouai, digne fille d’un homme qui fut important, dans les Liaisons Générales et dans l’Organisation de l’ ALN/MALG et de la Wilaya V.

      * Hadj Perrigeaux, vécu dans la clandestinité dans la région de Mascara et connu Larbi Ben M’hidi, qu’il hébergea durant son arrivée, sous le nom de » Si Bechir »; ils commencèrent par acheminer des agrumes, sous lesquelles des armes étaient dissmulés pour les réseaux de résistance et par la suite le courrier express pour l’Etat Major Ouest sous les ordres de Boumedienne. 1954/1962.

      C’est de cette manière que l’Ouest réussit a créer les premières organisations dans la clandestinité !

      Cmt. Boudeghene dit Si Brahim, puis devint le Col. Lotfi, Cmt. Ferradj, Abdellah Larbaoui dit « Nehru » et d’autres formèrent les premiers commando de Tlemcen de l’ ALN, contre l’armée Francaise après l’assassinat du Dr. Benzerdjeb; Cet évènement finit par unifié sans équivoque, toute l’Oranie et forma ainsi la W5.

      Etudiants, Professeurs, Médecins, Chomeurs se regroupèrent en rejoignant les maquis avoisinant, sans hésitation. C’est ainsi naquit la diaspora des familles et les militants de cette région qui représente le 1/3 de l’Algérie.

      Bravo Amina, pour la prochaine sortie du livre. Il me tarde de le lire.
      Bien a toi a bientot

      Seddikioui- Benyekhlef Amine-Kais

  12. BRAHIM

    une fille sur les traces de son père et grand père qui ont été d’une grande utilité pour servir le pays dans les moments difficiles Des hommes importants dont notre pays avait besoin pour se libérer et avoir son indépendance.ces gens sont les bons exemples et c’est un honneur pour faire leur parcours ou de les ressembler.
    ALLAH YARHAMHOUM

  13. Mme SABRI

    Felicitations et bonne suite de vos projets.

  14. Baba ahmed T

    Heureux et fier de voir cete descendence tenir ou prendre le flambeau.

  15. bekhoucha ab. Arzew

    Bravo a cette dame de suivre son grand papa Ce militant distingué.

  16. mohamed nadir sekkal

    azza abdelkader un grand homme de notre chere ville grace a lui mon pere a etait admis au lycee azza et a eu son bac en 1939 , un homme comme monsieur azza reste toujour vivant dans nos coeurs , et bravo pour le travaille que vous faite il serait fier de vous

  17. Amroun sfisef

    Le travail effectué par la dame A.Rouai est a bien encourager pour la simple raison est que les écrits sont rares ou se ramifient dans ce domaine.

  18. sekkoum ex graba

    Trés fiere de vous ma fille

  19. hadri

    amina,tenace et fidèle à la culture de son grand père.

  20. Mme Mostefaoui SAB

    Je n’ai pas eu le temps de placer un,ot bravo ma fille

  21. rouai amina

    Bonjour à toute l’équipe du journal, qui font des efforts exceptionnels, afin de nous permettre de découvrir certains visages, ou qui revient souvent sur le parcours des différentes figures de Sidi Belabbès! Mais, aujourd’hui, en étant l’hôte du journal, je viens remercier personnellement tous les lecteurs et lectrices fidèles qui sont là, pour commenter les travaux, mais ce qui m’a le plus touché et émue, est la grande considération et la reconnaissance de ces deux grands hommes, dont je suis fière! d’un côté mon père, de l’autre mon grand-père, ce dernier, qui rappelle à tous les belabbésiens des souvenirs de leur tendre enfance, au côté de leur « cheikh », Vous m’avez appris, beaucoup! et je ne vous remercierez jamais assez pour cela.
    Soit! je m’attelle à vous offrir le plus rapidement j’espère la biographie de Abdelkader Azza. Je vous laisse la surprise quant au contenu. Mais en attendant la parution, je vais me faire plaisir, et vous faire plaisir également! je vais en collaboration avec Monsieur Kadiri (fidèle à la mémoire de A.Azza) venir vous faire partager de belles anecdotes vivantes, vécus par votre Éducateur, sa famille, et ses amis. Même ses élèves qu’il a formé, aidé, aimé, comme ses propres enfants. Et comme on le dit d’antan, une maxime que je répète souvent: « man ‘allamani harfen, fa dj’alni lahou ‘abden ». On est toujours fiers quand on évoque notre enfance, nos premières leçons d’écritures, en français surtout, et en arabe, ils nous ont appris avec leur coeur! Vous , comme moi, avons le devoir de penser à eux, et de parler d’eux!
    A tous merci pour votre fidélité et j’estime que le journal mérite d’être lu et relu, car, c’et constamment un hommage vibrant, un rappel à ceux qui ont servi avec tout leur coeur, leur pays qui leur était cher.amina rouai

  22. lecteur de sba

    bon signe de reconnaissance cette ravissante A ROUAI

  23. Bensmaine Jugurtha

    bonsoir Amina, je te félicite pour ton travail et suivre les traces de ton grand père tout est à ton honneur et surtout les honneurs que tu portes sur Sidi bel Abbés, ton granpère, Feu Abdelkader Azza, et aux gens de Bél abbes
    Mus

  24. Bonsoir Amina,

    D’abord un salut d’une ancienne connaissance du tennis de Saint Hubert à Oran,
    Ensuite heureux de découvrir ton travail sur feu ton grand père . Celà fait vraiment plaisir de voir les descendants évoquer l’histoire de leurs anciens et de ne pas oublier l’héritage laissé par eux.

    Sidi-Mohamed Zitouni ( France )

    • rouai amina

      Cher Sidi Mohamed, tu m’a surprise! et comment, St Hubert, le tennis, tes soeurs,!!!c’est bien loin tout ça. Ton comment était posté le 29/avril; et bien, le samedi 27, deux jours avant, j’animé une conférence sur mon grand-père, de ce lycée, au milieu de ses anciens élèves.Cherche, l’article,  » les nostalgiques du lycée Azza. Il y a des photos, et aujourd’hui encore d’autre, regarde la date du premier mai, (+27 commentaires), et celui d’aujourd’hui ça avance, il y a de belles photos. ça fait vraiment plaisir de retrouver ses amis. Merci à la rédaction qui nous a permis de nous retrouvé après tant d’années. salutation Amina

  25. Rouai Djamel

    Comme c’est touchant de voir une Dahaouia évoquer de lointains souvenirs de ses ascendants. Néanmoins, il reste beaucoup à faire pour rendre justice à ce passé innocent et doux et que ce présent désolé sache combien est cher la noblesse.

Répondre