La Voix De Sidi Bel Abbes

Alger : Le cirque Amar est de retour avec le “Motor Show”

Amar
Vous êtes un amoureux de cascades, vous êtes de ceux qui recherchent le moyen sûr pour une montée d’adrénaline assurée, le «Motor Show» est le spectacle qu’il vous faut. Il s’agit en effet du nouveau spectacle du cirque Amar qui promet d’être unique. Il est programmé du 3 au 30 septembre au niveau du parking du centre commercial Ardis.
Les amateurs de sensations fortes seront heureux d’apprendre qu’au niveau du parking du centre commercial Ardis, le cirque Amar est actuellement en train de se produire, mais la nouveauté n’est pas là puisque le célèbre cirque qui se produit en Algérie à travers le territoire national depuis plus de 11 ans revient cette année avec un spectacle épatant. Il s’agit du Motor Show, un spectacle présenté en Algérie pour la première fois, animé par 6 pilotes chevronnés qui conduiront 10 voitures, 1 camion, des motos ainsi qu’un Bigfoot.
Pour les personnes intéressées par ce spectacle d’un nouveau genre, le Motor show se tient en plein air au niveau de l’entrée du centre commercial Ardis avec une représentation par jour, du dimanche au jeudi à 19H00, et deux spectacles par jour durant les weekends à 16H00 et 19H00. Le prix du billet est de 100DA/ personne. L’accès est gratuit pour les enfants, dont la taille ne dépasse pas 1 mètre.Si le show n’implique pas pour le moment des pilotes algériens, le cirque Amar affirme prévoir en partenariat avec la fédération algérienne des sports mécaniques, des cycles de formation pour former des pilotes algériens qui pourront à l’avenir  se joindre au show.

Pour rappel, le crique Amar a été fondé en 1860 par Ahmed Ben Amar el Gaid, né à Bordj Bou Arreridj qui dressa, dans sa ville natale, pour la première fois, son chapiteau rouge et vert. Il avait auparavant rôdé son spectacle de danseuses et animaux dans plusieurs localités situées en Kabylie. Ami des bêtes et expert en chevaux, cet homme talentueux a quitté l’Algérie pour la première fois pour aller vendre des purs sangs en Angleterre. C’est à la suite de ce voyage qu’il a mis au point un spectacle coloré, avec des danseuses du ventre, les Ouled Nails, qu’il intitula « la grotte algérienne », et est parti à la conquête de la France métropolitaine.

200912141558

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54419

Posté par le Sep 13 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

2 Commentaires pour “Alger : Le cirque Amar est de retour avec le “Motor Show””

  1. R.TARI

    Auteur : Alexandre SUMPF

    « … En France comme en Europe, le cirque est souvent une aventure qui concerne des dynasties, une entreprise et une tradition qui se transmettent de père en fils et un métier qui se pratique entre frères. Les Amar ne dérogent pas à la règle.
    Ces familles viennent souvent de l’étranger. Aux Anglais, par qui le cirque arriva en France dans la seconde moitié du XIXe siècle et qui y restent très actifs dans les années 1920, sont venus s’ajouter des Italiens, des Belges, des Belges d’origine italienne.
    Issus d’une mère blanche et d’un père kabyle, les frères Amar sont des Français d’Algérie. Ces derniers sont à la fois les héritiers d’une tradition foraine initiée par leur père, des fils des colonies, des artistes et des hommes d’affaires rationnels et avisés, qui développent alors justement leur entreprise avec un certain succès.
    Originaire de Kabylie, Ahmed Ben Amar el-Gaid (1860-1913) est l’une des figures marquantes du cirque européen. Mêlant danseuses du ventre, saltimbanques et dompteurs, ses spectacles connaissent d’abord le succès dans sa région natale, avant de conquérir la métropole à partir des années 1890. À la tête d’un chapiteau itinérant, il se spécialise peu à peu exclusivement dans les numéros de dressage de fauves. Marié à une Française « d’origine », il devient père de six fils, qu’il fait assez rapidement participer à ses spectacles en tant que « plus jeunes dompteurs du monde ». La ménagerie Amar est née, qui s’illustre dans diverses foires dans la première décennie du XXe siècle. Après la mort d’Ahmed en 1913 et à partir de la fin de la Première Guerre mondiale, la notoriété du cirque Amar s’accroît en France, puis à l’étranger.
    Perpétuant la tradition familiale, chacun des quatre frères exécute des numéros pour la « ménagerie Amar » et a sa spécialité : les éléphants pour Ahmed, les lions pour Mustapha, les ours pour Ali et les fauves pour Cheriff… « 

Répondre