La Voix De Sidi Bel Abbes

Act Opinions : Dix thèses sur le réveil du monde arabe, de notre ami François Warin(*).

Nos lecteurs les plus assidus auront certainement remarqués, que depuis le lancement de La Voix De Sidi Bel Abbes, il y a quatre mois de cela, que des rubriques additives ne cessent de voir le jour, telles Œillades, La Voix De La Plume…etc, ceux sont là des besoins ou des exigences formulées par des lecteurs, des amis, et mêmes des personnalités, amis du journal ont été à l’origine de ces additifs. Il n’y a pas que cela, la concertation interne de l’équipe du journal, a elle aussi dicté d’inclure d’autres rubriques. Ainsi aujourd’hui nous commençons par Act Opinions, et là, même un peu tardivement, c’est Mr Warin, qui inaugurera cette nouvelle rubrique. L’envoi de l’ami de nos amis (les Maillots, a été fait il y a plusieurs semaine, et comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, l’opportunité vient de s’offrir, en vous mettons en ligne son opinion), il sera suivit par une autre opinion qui nous est parvenue tout récemment. Elle est signée par notre ami le Docteur Reffas Driss.

(*) François Warin, est un éminent philosophe. Il est né en 1938. Il a enseigné trois ans au lycée Carnot de Tunis (il est sur leur site des Maillot, qu’on a évoqué tout dernièrement dans notre journal (voir article).  Mr François Warin est resté très attaché au Maghreb et très sensibilisé par la question postcoloniale sur laquelle il a écrit un article (taper : La haine de l’Occident).
Son père est mort en camp de concentration pour faits de Résistance ; cela lui a permis de comprendre la révolte des autres et il a été un militant anticolonialiste de la première heure. La guerre d’Algérie l’a structuré politiquement, nous dit-il dans un courrier amical interne. Par ailleurs, il a publié livres et articles concernant surtout des problèmes esthétiques et politiques. Ce denier, se dit très honoré de voir reprendre son commentaire en article, car celui-ci (son commentaire) a paru lorsque nous avons publié l’article sur les Maillots. Ce dit commentaire, aujourd’hui article dans notre nouvelle rubrique, est très synthétique sinon très original, qui reflète bien le point de vue de nombreux citoyens qui partagent cette opinion de ce côté de la Méditerranée.

1-Personne n’avait prévu le profond mouvement de libération populaire qui soulève le monde Arabe. Hier encore, il semblait pris dans l’étau du seul dilemme, de l’alternative perverse : soit la dictature, soit l’islamisme. Il a longtemps semblé à certains légitime de soutenir dans le monde musulman le despotisme éclairé de gouvernements tyranniques seuls capables d’imposer une modernisation forcée à des sociétés tentées par le retour du religieux. Cette idée faussement rassurante de la stabilité des autocraties s’est désormais effondrée.

2- Personne ne peut prévoir quelles seront les conséquences à long terme de cette lame de fond, de cette onde de choc, de cet effet domino qui se propagent maintenant jusqu’aux rives de la Chine. Une seule chose est sûre : le mur de la peur a cédé, l’imagination est au pouvoir, la parole est libérée et malgré la diversité des contextes et la difficulté de combats héroïques et risqués qui sont loin d’être gagnés, les tyrans du monde arabe et iranien qui paraissaient les plus indétrônables sont fragilisés et irréversiblement discrédités par une révolte non-violente et disciplinée qui a refusé toute compromission avec eux.

3- La dynamique de ce bouleversement géo-politique a une force et une portée qui dépasse les bouleversements sismiques consécutifs à l’effondrement de l’Empire soviétique et à la chute du mur de Berlin mais se heurte aux mêmes problèmes : en Syrie, en Lybie, à Bahreïn, comme hier en Yougoslavie, la question des minorités et des frontières enraye et empoisonne la dynamique démocratique. Le souvenir que nous avons de Srebenica est encore douloureux, il a sans doute justifié, aux yeux de l’opinion, l’engagement militaire français pour sauver Bengazi, engagement qui risque pourtant de précipiter la guerre civile et la partition du pays.

4- Le conflit israélo-arabe et la distribution de la rente pétrolière a longtemps permis à des régimes despotiques de freiner ce mouvement en censurant l’expression des oppositions suspectes de faire le jeu de l’Impérialisme occidental. Ce prétexte est devenu obsolète et seul Israël n’a pas tiré les conséquences de cette nouvelle donne.

5- Le monde arabe sort aujourd’hui de l’opprobre d’une humiliation et d’une malédiction pluriséculaire ; il ouvre une troisième voie qui bouscule nos catégories et nos oppositions binaires. On peut la qualifier de post-idéologique (demandes pragmatiques sans aucun mots d’ordre hostile à l’Occident) et, comme Olivier Roy, de post-islamique (l’islamisation des sociétés s’est banalisée et ce sont des femmes voilées qui, après la prière, lèvent le point non pour demander l’instauration de la charia mais pour dégager les despotes et dénoncer le fondamentalisme). La Turquie, dirigée depuis huit ans par l’AKP, la Turquie à la fois « développée » et musulmane offre à cet égard un modèle, celui qu’a déja choisi Ganouchi en Tunisie pour le Nahda et, implicitement, les frères musulmans en Egypte même si bien des incertitudes pèsent encore sur l’avenir de ce mouvement.

6- Aujourd’hui les Arabes se révoltent au nom des valeurs occidentales (dignité, liberté-….) celles qu’Israël a longtemps incarnées au moyen-orient avant de s’isoler et de se mettre à l’écart de l’Histoire, celles que nous avons nous-mêmes trahi en confortant les dictatures qui servaient nos intérêts. Ils se révoltent contre la dictature et le déni des libertés fondamentales, contre la corruption, contre le népotisme, contre la tradition ottomane du monde arabe qui n’accordait aucune place à l’espace public et qui par le jeu de la corruption assurait à travers des corps intermédiaires (oulémas, guildes, corporations, associations charitables religieuses, confréries) une forme de redistribution. Désormais la demande est adressée à l’Etat qui doit être le garant de l’espace public. La place Tahrir du Caire, la place de la libération offre à tout le monde arabe le modèle d’une agora arabe, d’une place de discussion et d’une nouvelle scène symbolique.

7- A l’époque sinistre du Président Bush on vivait dans la peur du clash des civilisations et le livre d’Huntington constituait la référence majeur qui confortait l’islamophobie dominante à l’époque du 11 septembre. La contagion de la liberté qui a mis debout un monde arabe qui relève la tête (c’est le sens du mot intifada) pourrait plutôt permettre aujourd’hui aux prophéties de Fukuyama de refaire surface : si ce n’est pas la fin de l’histoire, la page historique de l’autoritarisme a été définitivement tournée.

8- La demande de liberté et la revendication de droits sociaux fait le fond de ce mouvement qui est à la fois pacifique et laïque et qui marque l’échec de l’islamisme politique qui, avec Al-Qaida, n’a jamais constitué un mouvement de masse et qui n’a atteint aucun de ses objectifs. Il est nourri comme par une base arrière, par Facebook, Twitter et internet, porté massivement par une nouvelle génération de jeunes diplômés qui, comme chez nous en 1968, veulent en découdre avec la résignation de leurs aînés. La nouveauté de ce changement de mentalité consécutif à une transition démographique, sa jeunesse et sa légitimité ne sauraient être contestés même si les barbus et leurs vieilles crispations identitaires n’ont pas désarmé et sont en mesure de confisquer au profit de la pire des dictatures, la victoire populaire. Se focaliser comme le font certains historiens sur le caractère « tribal » de la rébellion libyenne (l’Afrique bien sûr ne connaitrait que des guerres « tribales » et non des guerres politiques..) n’y voir que la résurgence de la dissension séculaire entre les Warfala de cyrénaïque et les Maghara de tripolitaine c’est resté tourné vers le passé et aveugle au poids d’une mondialisation qui désenclave intellectuellement les peuples, ouvre la totalité de la planète à l’information, développe l’autonomie du jugement et les aspirations individualistes : quelque soit l’avenir politique de cette effervescence fraternelle si souvent héroïque, son chant profond a déjà, historiquement, gagné.

9- La Tunisie et surtout la Lybie constituait un entonnoir qui retenait par la force les flux migratoires venus surtout d’Afrique sub-saharienne (soit 500 000 à 1,5 millions de travailleurs venus d’Erythrée, de Somalie mais aussi du d’Egypte, du Bangladesh…). Les vieux parapets de l’Europe étaient ainsi protégés. La partie la plus nostalgique et la plus rancie de la France, encouragée dans ses aigreurs par la droite populiste, ne réagit au printemps arabe que par la peur et la haine de l’autre. Le seul problème pour le pouvoir instrumentalisant la crise étant de prétendre repousser à la mer quelques 20 000 réfugiés, des victimes d’une crise économique qui ne fait que s’aggraver.

10- Notre solidarité idéologique avec la révolte arabe doit s’accompagner de discernement et d’un devoir de réserve. Aucune révolution violente ne peut accoucher sans coup férir de la démocratie. Elle est l’aboutissement d’un long et lent processus et elle ne s’est jamais imposer, dans un monde devenu chaotique, qu’au terme de multiples conflits et retournements : contre-révolution, radicalisation, terreur, dictature militaire… Si l’on songe aux différentes étapes, toutes marquées du sceau de la tragédie, que la Révolution Française, matrice de toutes les Révolutions, a franchi, on peut sans doute dire que les révolutionnaires du monde arabe ont à peine entamé la première étape : la page de l’autoritarisme est tournée mais la lutte, pour le moins, n’est pas terminée…

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=5280

Posté par le Juin 14 2011. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

10 Commentaires pour “Act Opinions : Dix thèses sur le réveil du monde arabe, de notre ami François Warin(*).”

  1. mekahli redouane

    fort interressante analyse.neanmoins il ya un disfontionnement des elites tres recroquevillees sur elles memes attentistes presque indifferentes laissant les differnts champs politiques et autres mediations a autrui.pour moi ceci est un grand handicap merci monsieur warin en attendant notre docteur reffas pour une inauguration je vois que le journal va doucement

  2. un prof

    fort interressante analyse.neanmoins il ya un disfontionnement des elites tres recroquevillees sur elles memes attentistes presque indifferentes laissant les differnts champs politiques et autres mediations a autrui.pour moi ceci est un grand handicap merci monsieur warin en attendant notre docteur reffas pour une inauguration je vois que le journal va doucement

  3. jmenfoutiste

    en-mel yakoul en-mel oua li yebka yehmel

  4. lalimi t le gambetti

    essayez de respecter les lecteurs qui ne maitrisent pas la langue parlee un bilingue aurait saisi ce dicton populaire qu sz resume sur tote l’inconsequence de l ‘hebemonie du pouvoir financier at des mileux clientelistes. sinon cette analyse est un eclairage additif sur ces evenements qui s ‘etendent enespagne et meme a paris suit on

  5. lalimi t le gambetti

    lire hegemonie et mes excuses.

  6. M.S

    Les thermes abordés par votre journal sont diversifiés,meme cette rubrique « visite guidée » colle à mérveille avec les sujets…Vraiment c’est beau que chacun travaille pour ce pays.

  7. arbi zazou

    votre analyse intervient avec une consultation politique interne en .algerie.c’est un processus intie par le pouvoir algerien qui parle de revendications sociales alors que d’autres spheres disent politiques.les opposants de cette demarche figurent dans cette majorite silencieuse quelques opposants sans ancrage populaire sonttres pessimistes voila ma lecture sinon votre analyse est honnetement fructueuse.

  8. asraoui tedjdine syndic

    il ya ici dans l’ecrit de monsieur warin des ingredients voire des reels signes de solidarite avec les petites gens la masse laborieuse ecrasee par la mondialisation et tous les effets et repercussions terreau des legetimes soulevements. bienvenue warin parmi nous. tout le plaisir de vous relire.

  9. messafeur d f thiers

    dans les epreuves du bac2011 la rue arabe s’est invitee dans les sujetsposes aux ffilieres scientifiques et litteraires donc enalgerie ce n’est que partie remis lesrentiers sont nombreux et le petrole n’est pas tout les futures elections seront toutes autres le trucage traditinnel et le bourrage ne seront plus de mise ecoutes vos enfants

Répondre