La Voix De Sidi Bel Abbes

Abdelkader Bakhti une grande figure du bled ;consultant a l ‘UNESCO Un référent incontournable dans la pédagogie moderne

Abdelkader Bakhti, appelé affectueusement Kader par ses amis, est l’homme qui correspond au thème du « changement dans la continuité ».En effet, Kader fait partie de ces anciens qui ont connu Freinet, qui ont toujours su se référer au maître à penser et qui surent innover et transformer la Pédagogie Freinet, à la fois pour la confronter aux caractéristiques spécifiques de l’enseignement de masse auquel l’Algérie indépendante était confrontée et à celles d’un enseignement plus individualisé où l’enfant est au centre.Un bon exemple est cet atelier présenté par Kader « l’atelier à partir de zéro ». Dans les années de plomb qu’a connues l’Algérie au cours de la décennie 1990, Kader a su entretenir la flamme du Mouvement Freinet algérien, si ténue soit-elle.Aujourd’hui, il intervient dans des colloques en Algérie où sa connaissance de l’histoire du Mouvement Freinet algérien et sa pratique constante durant toute sa carrière font de lui un référent incontournable dans les pays du Maghreb.Abdelkader Bakhti est né en 1940 à Boukhanéfis, un gros village situé à 16 km de Sidi-Bel-Abbès. Il est le septième enfant d’une famille de neuf.Après des études brillantes à l’école de son village, il part pour le collège moderne de garçons de Sidi-Bel-Abbès où il fait ses études de la 6e à la Terminale. Son frère aîné qui est déjà à Sidi-Bel-Abbès l’aide.
Son père est ouvrier agricole et les études de son fils lui coûtent cher, car à celles-ci s’ajoutent la demi-pension et le transport quotidien entre son village et Sidi-Bel-Abbès.De plus les positions pro-FLN de Kader n’arrangent pas ses affaires avec le gouvernement français. Aussi n’obtient-il pas de bourse.Mais le plan de Constantine d’octobre 1958 prévoyait la possibilité d’enseigner en ayant le BEPC et d’être nommé instructeur pour des enfants qui vivaient jusqu’ici dans des endroits éloignés.Cette politique de regroupement des bourgades isolées a un seul but : empêcher les moujahidines d’avoir prise sur une population tenue à l’écart. En octobre 1959, il est affecté comme enseignant sans aucune formation pédagogique à Aflou, au coeur du djebel Amour à 172 km de Tiaret dans une région montagneuse où les forces françaises d’occupation sont très présentes. Il enseigne à une classe de CP avec un effectif de 63 élèves, 4 élèves par table (le triple de la norme européenne !).Quelle tâche difficile et ingrate ! Tant d’élèves confiés à un néophyte ; Kader doit, de plus, demander conseils à ses collègues.Naturellement, Kader est inspecté en décembre, soit tout juste deux mois après sa prise de poste. Kader n’en menait pas large.En octobre 1963, l’Algérie devenue indépendante, Kader est nommé à l’école Louis Lumière de Sidi-Bel-Abbès. Il est loin de se douter que cela sera son port d’attache définitif en tant qu’enseignant.On lui confie la gestion de deux cours préparatoires, l’un le matin, l’autre l’après-midi, de chacun 45 élèves. 90 bambins à connaître !C’est de la rencontre avec Mohamed Hakem que va naître l’engagement de Kader dans le Mouvement Freinet. En effet, Mohamed Hakem, enseignant d’arabe, est déjà engagé dans le groupe oranais de l’École Moderne que René Linares anime. Mohamed et Kader deviennent amis et de fervents adeptes de la Pédagogie Freinet.Tous deux présentent une exposition de dessins et de peintures libres faites par les élèves des deux classes au théâtre municipal de la ville. Cette exposition eut un grand succès et suite à la visite de l’Inspecteur d’Académie d’Oran, ce dernier décide qu’une semaine de l’École aura lieu dans la 4e semaine du mois de juin dans toutes les écoles du département.Exposition de dessins et peintures au théâtre de Sidi-Bel-Abbès.À partir de ce moment là, avec ou sans Mohamed Hakem, Kader participe à de nombreux stages.Soif d’apprendre, soif de communiquer… En décembre 1964 : stage d’initiation aux techniques modernes qui eut lieu à Mazagran, département de Mostaganem.En avril 1965, il participe pour la première fois au congrès international de l’École Moderne à Brest. Il écrit ses appréhensions dans l’Éducateur. « Deux années de pratique dans ma classe, un stage d’initiation, allais-je apporter une contribution ? C’était peu, très peu, lors des travaux des commissions. »C’est là qu’il put pour la première fois (et la dernière) rencontrer Célestin Freinet avec qui il échangea quelques mots. Mais laissons la parole à Kader (Éducateur) :« A l’entrée de la salle, des panneaux accrochés au mur attirèrent mon attention. Il s’agissait des « invariants pédagogiques ». Sans prêter attention à l’assistance présente, je relevais des notes dans mon carnet, quand soudain, une main se posa sur mon épaule. Me retournant soudainement, je me trouvais face à face avec l’homme à l’imperméable beige. Sa présence fit sur moi une forte impression. Je ne savais quoi dire ; je ne disais rien. J’eus tout à coup un grand battement de cœur, car je devinais que j’étais face à Freinet, celui que je souhaitais tant connaître. Avec le sourire et d’une voix grave, il me questionna sur ma formation, sur mes premières tentatives dans ma classe. À la fin de l’entretien, il se dirigea vers une table sur laquelle étaient posés des documents, prit un petit livret, une BEM, me la remit et me dit : « Tu as le temps devant toi, mon petit, continue sur cette voie, mais n’oublie pas qu’il faut aller lentement, mais sûrement. »Ce fut le déclic et à partir de là Kader fut différent.« A partir de ce moment-là, je songeais à mes projets pédagogiques en classe. Je sentis également que cette pédagogie moderne entrait pleinement dans ma vie, et que c’était là un événement d’extrême importance pour moi. »
Naturellement, il se lia d’amitié avec les organisateurs de ce congrès : Émile et Mimi Thomas. Et cette rencontre des époux Thomas fut pour lui le début d’une longue amitié.Organisateur de nombreux stages dans son pays, de 1966 à 1973, Kader participe à la seconde RIDEF en 1969 à Montebelluna, en Italie.C’est là aussi le début d’une nouvelle aventure qui lui fera côtoyer les camarades Freinet du monde entier.De 1969 à 1972, il est affecté comme maître spécialisé de la Pédagogie Freinet à l’école d’animation pédagogique Pasteur de Sidi-Bel-Abbès.En avril 1972, au congrès de l’École Moderne à Lille (son 3e congrès), Kader a l’honneur d’annoncer que la RIDEF de 1975 se déroulera à Tlemcen.Les expositions se succèdent et font de Sidi-Bel-Abbès un pôle artistique du dessin d’enfants. Ainsi en avril 1973, une grande exposition a lieu dans le local du Croissant Rouge à Sidi-Bel-Abbès. Les ministres de l’Agriculture et de l’enseignement supérieur et de la recherche visitent l’exposition.Le président de la FIMEM, Roger Ueberschlag interviewe, lors de sa visite à Sidi-Bel-Abbès Kader et Mohamed Hakem, devenu président du MAEM.Avec d’autres, en 1975, il est un des organisateurs de la 8e RIDEF à Tlemcen où Kader et son éternel comparse présentent un atelier original « l’atelier à partir de zéro. » Comment enseigner autrement à partir de rien ou si peu ?À partir de 1977, Kader devient conseiller pédagogique, poste qu’il gardera jusqu’à la fin de sa carrière. Son activité est essentiellement tournée sur la formation des jeunes collègues et sur l’organisation de journées pédagogiques et de stages où la Pédagogie Freinet tient une place prépondérante.En 1995, Kader se voit confier deux missions par la FIMEM et par l’ICEM en France :-Recherche sur l’intégration des enfants étrangers dans la société française : apports philosophiques et pédagogiques de la Pédagogie Freinet dans les différentes cultures.-Coordinateur des manifestations de la célébration du Centenaire de Freinet à l’UNESCO (conférence internationale, tables rondes, regroupement des enfants du monde…).En octobre 1996, c’est en tant que consultant de l’UNESCO qu’il accueille la délégation algérienne pour le centenaire de Freinet qui se déroule au siège de l’UNESCO à Paris.Il retourne en Algérie en 1998 pour sa retraite et revient en France pour continuer sa recherche sur l’intégration des enfants étrangers.Et depuis et jusqu’à maintenant, à l’invitation du gouvernement algérien et/ou d’associations algériennes, il intervient dans des différents colloques sur les droits de l’enfant. En 2000, Kader intervient lors d’un séminaire à Sidi-Bel-Abbès sur « Repenser l’école ».En avril 2010, Kader est intervenu pendant deux jours à l’école Normale Supérieure de technologie de l’enseignement à Oran afin de présenter la pédagogie Freinet, l’histoire du MAEM et les perspectives d’avenir.Infatigable commis-voyageur de la pédagogie Freinet, Kader est vraiment un « homme moderne ». Dans les deux sens de l’adjectif, à la fois celui que Célestin Freinet accole à l’École, l’École Moderne et aussi dans le sens que lui donne Gaston Berger, né à Saint-Louis du Sénégal, comme il le décrit dans son livre de 1962 « l’homme moderne et son éducation », un humaniste contemporain
Source: http://www.sbanews.info/FR/sidi-bel-abbes/43-culture/1226-abdelkader-bakhti-le-changement-dans-la-continuite

Bakhti1Abdelkader Bakhti à l’École Normale Supérieure de Paris en 2008.
Source: http://www.sbanews.info/FR/sidi-bel-abbes/43-culture/1226-abdelkader-bakhti-le-changement-dans-la-continuite

ecole voltaire CM2A 1966-1967 Abou

ecole voltaire ,classe CM2A 1965/1966

Debouts de G à D :M Zerhouni ( directeur) , Kelkha , Benkadda , Chebbah ,Belhadj , ? , Allou , Bensnouci , Amara , Debbab , Elkateb , ? , Benyacoub , Sabri , l’instit : M Bouyacoub

Milieu : Ait Ahmed , ? , Taleb , Yacoubi , Henni , Touta , Ryah , Chiali , Zerhouni , ?

Assis : Elyebdri , ? , ? , Benabderrahmane , Azzi , Ghorfati , Meziane ,Mebarki , Bendaida , Taleb , Ghomari

Ce doit être en 1958 je pense avec Mr Blanc Rolland le maître, 2ème rangée du haut 2ème à gauche c’est moi, 3ème rangée dernier à droite c’est Aouate, et rangée du bas le 4ème de gauche c’était Rossi. Idem pour les autres je ne me rappelle pas de leurs noms hélas.

daniel2

Photo censée être de 1958. En fait, elle date de 1960, lors des prises régulières de photos dans les écoles.
C’est une photo qui date de 1960 – automne  peut-être – et le maître était Mr DOUKHAN.
Je suis à la rangée du haut,  2ème en partant du coté droit  (donc à coté de AOUATE).

Quelques uns dont je me rappelle les noms :

1ère  rangée à parti du haut  : X, BALLOU, X, X, HADDAD, AOUATE
2ème rangée à partir du haut : X, BAKOUCHE, X, GHARBI, X, DRAI (?), X, X, X, TALEB, X
3ème rangée à partir du haut : CHEIKH-SALAH, BOUNADJI, ,AZIZI, BABARI, AZAM (?), X, X, X, X, X
4ème rangée …………………. : SACI, X, X, ROSSI, X, X, X, X, X

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=44369

Posté par le Avr 21 2014. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

37 Commentaires pour “Abdelkader Bakhti une grande figure du bled ;consultant a l ‘UNESCO Un référent incontournable dans la pédagogie moderne”

  1. MILOUA

    essai commentaire

  2. MILOUA

    que du bonheur vecu avec nos aines Hakem mohamed ‘pere) et Bakhti abdelkader le grand pedagogue

  3. fethi

    un cadre de belabbes qui n’est pas connu par les jeunes

  4. badsi

    Enseignant au vrai sens du terme;il aime passionnemment son métier une vocation qui est rarement de mise de nos jours

  5. BADISSI

    un grand monsieur modeste et gentille , quand j étais a l école Ibn Rochd de 1971 a 1977 il étais instituteur tout les élèves l adorait , en plus il a habité la rue de soleil , je l ai rencontrer dernièrement il s est rappeler de moi et on a discuter , il m a parler de son travail c est un bon ambassadeur de notre ville et notre pays

  6. fethi

    @Badissi cela fait plaisir des personnes cultivées comme monsieur Bekhti abdelkader de la classe;tenue niveau élégance

  7. Mme CH

    Il est vrai que le système éducatif chez nous a été détruit d’une manière extraordinaire, ce qui a pour conséquence la ‘désintégration’ de plusieurs générations et c’est le but recherché…!!! Et, la question qui s’impose, est ce que l’esprit et les invariants pédagogiques de ce monsieur Freinet, qui est aussi contesté par d’autres écoles, sont tous bons pour l’école algérienne et le peuple algérien qui a ses propres concepts et valeurs…..!!
    Donc, il ne faut pas tomber dans le piège de l’import-import sans ‘séparer le bon grain de l’ivraie’…!!!!????
    L’avis de spécialistes dans le domaine seraient le bienvenu pour nous éclairer…!!
    Au fait, je ne sais pas pourquoi, mais je me méfie toujours des ambassadeurs…!!!
    « L’ambassadeur fidèle est à ceux qui l’envoient, comme la fraîcheur de la neige au temps de la moisson, et il restaure l’âme de son maître. »…..!!!
    Ceci dit, je n’ai rien contre ce Monsieur….!!!!

    Bonne soirée à tous et à toutes…!

    • Mme CH

      Il est vrai que le système éducatif a été tellement mal pris en charge, qu’il a eu comme conséquence la ‘désintégration’ de plusieurs générations, et c’était peut être le but recherché par certains oursons en peluche…!!!!!
      Maintenant la question qui s’impose, est ce que l’esprit et les invariants pédagogiques de Mr Freinet, qui sont aussi contestés par d’autres écoles, sont tous bons pour l’école algérienne qui appartient à un peuple qui a ses propres concepts et ses propres valeurs…!!!
      Donc, il ne faut pas tomber dans le piège de l’import-import sans séparer ‘le bon grain de l’ivraie’…!!!???

      L’avis des spécialistes seraient le bienvenu pour nous éclairer, car ce secteur est le centre névralgique de la nation…!!!

  8. BADISSI

    @ fethi
    vous avez raison je n oublie jamais les instituteurs de l école IBN ROCHD (ex Voltaire ) des années 70 qui étaient toujours élégants et compétant je cite messieurs : Attaoui , Chebbani , Benbakreti , Benzineb (ALLAH yerhmou) , Lakméche , Latréche (ALLAH yerhmou) , Chihéb , Nouar , Taghrara , Tirés , Merah , et Melle Bensenouci qui nous donner des cours supplémentaires tous les jours en classe CM2 GRATUITEMENT ah la belle époque

    • Amirouche

      @BADISSI

      Et 3ami TOUTA ,TIRES,HASNI, MOULAY , BRACHEMI ,Al FAKAÎKH, BENAÏCHA ,ATTOU,TIOURSI,kandsi ,NEGADI,BENSALEM ……..etc allah yarham limatou

  9. OUERRAD

    @BADISSI
    Moi je n oublies jamais 3ami MAHMOUD . RABI YARHMAH une question je ne l ai jamais vu en colere , lui arrivait il d etre en colere à la maison ?

  10. KADIRI M

    @si OUERRAD il est incensé de vouloir évoquer tous ces cadres serviteurs comme aami Mahmoud que j ‘ai connu a la rue commandant ferradj ou il venait souvent siéger dans les annés70 Toutefois je considére que nous nous faisons de notre mieux je parle des contributeurs de la VSBA Du travail reste a faire surtout si l ‘on veut remonter l’histoire locale;il faudra avoir des repéres sentimentaux;des souvenirs ;des liens forts avec les étres qui font sa singularité Et la ce papier consacré a notre collégue BEKHTI AEK entre dans les perspectives de la VDSBA car nous nous amuserons jamais a étre complaisant en tentant de faire connaitre le maximum de figures du terroir et la les lecteurs peuvent se joindre a nous pour consolider cette démarche qui jusque démarche bénévole Bonne soirée khayi

    • BADISSI

      @ KADIRI M
      on vous remercie pour ce travail de mémoire , et pour vos efforts , les gens comme monsieur Bakhti sont un patrimoine et une fierté de notre ville , et tout les lecteurs de la VDSBA doivent participer , c est a dire on doit vous aider chacun qui se rappel d ‘une personnalité qui marquer notre ville doit vous donner son nom
      bonne soirée

      • KADIRI M

        @Si Badiissi Bien avant la VDSBA comme journal sur le net on a débuté ce travail de mémoire ;des traces existent mais c’est encore peu avec ce qu’il ya a faire L ‘aide bien sur est nécéssaire dans tous les domaines et modestement tu sais que chacun de nous est connu a SBA par son nom propre de famille honorable; bien avant tout organe et n’a pas besoin de voir quiconque glorifier une action ou tout autre travail journalistique que nous menons plusieurs décades Aami Mahmoud est un de ces serviteurs de sa ville ,nous aussi nous le faisons malgré le manque de temps et parfois de moyens Ll ‘humilité ne court pas les rues je m’abstiens de parler d’autre chose que de cette VILLE QU’est SIDIBELABBES Leila saaida khayi nadir

  11. OUERRAD

    @KADIRI M
    Entierement d accord ,avec toi il m est tres agreable de lire tous ces ecrits L evocation de notre histoire de la ville depend de nous tous , chacun de nous doit y contribuer si j ai evoque 3ami MAHMOUD cest pour poser une question bien precise à son fils . RABI YAJ3AL KHAIRI KHALEF LI KHAIRI SALLEF

  12. OUERRAD

    @BADISSI
    Un grand monsieur ton papa , j en est parle à mon frer HOUARI il avait les larmes aux yeux . Quant à notre contribution pour l histoire de la ville et surtout ses enfants j ai des tas noms en tete , mais il nous faut retrouver leurs enfants pour nous en parler . Cela va du plus humble aux sommites ,,,
    Je pense que les BADISSIS ont cela en commun , mon pere jamais en colere , mais il devait donner une leçon comme disait ma mere RABI YARHAMHA :
    issawet bel bared

    • Amirouche

      @OUERRAD
      Un bon début ! mais vous avez oublié les gâteaux !!
      @BADISSI c’est un frère , il ne se souvient pas de moi , mais ce n’est pas grave , je suis monté même dans leur Honda , RABI yaghnihoume wa yasstourhoum ,

      • BADISSI

        @ Amirouche

        salam mon frère je vais vous demander une chose Amirouche et votre nom ou un pseudo ?? si je me souviens pas ça doit etre un pseudo ,
        pour la Honda elle roule toujours et mon frère ne veut pas la vendre il dit elle est le souvenir de notre père ALLAH yerhmou

        • Amirouche

          @BADISSI
          Surtout qu’il ne vend pas la voiture (Al baraka)

          Si Nadirr , je suis très proche de toi mais en même temps très loin , ne te casse pas la tête , je te ferai la bonne surprise , si t’as des doutes ne dis pas des noms !
          Amirouche qui vous estime bien .Mes amitiés
          Très bonne nuit à toi

          • BADISSI

            @ Amirouche
            ok mon frère mais j attends ta surprise en plus le Amirouche j adore ce nom symbole de la résistance et la bravoure , en souvenir du grand chahid COLONEL AMIROUCHE ALLAH yerhmou

    • BADISSI

      @OUERRAD
      merci mon frère j espère vous voir bientot et j ai envie de voir ton frère ami HOUARI je n oublie jamais son accueille quand j étais enfant en allant chercher avec mon père PIF ah les vrais libraires

  13. OUERRAD

    @AMIROUCHE
    T as vu l heure il est 1 h chez vous ,,,,,ana ma3liche el mra rahi fi darhoum ,,,mi enta ,,, MA TKHAFCH ???

    • Amirouche

      @OUERRAD

      AL MRA RAHA FEL BLAD , RANI WAHDI
      RANI DAÏR AL MOUSSIKA (OUM KALTHOUM) AYA WA NETCHATCHI HADI VDSBA , HADI ROMAN , HADI HISTOIRE , j’essaye de faire une autre contribution sur les polyhandicapés comme je suis en RTT pour une semaine

  14. Hakem Abderrahmane

    Il faut à mon avis connaitre la pédagogie Freinet et les pratiques de l’école moderne pour mieux apprécier le travail de pédagogue accompli par notre ami Kader Bekhti et son collègue et ami Feu Hakem Mohamed(Mon défunt père allah yerhmeh).Si Mr Bekhti Abdelakader est actuellement consultant à l’UNESCO ce n’est pas le fruit du hasard.Mr Bekhti a aimé son métier durant sa carrière d’enseignant il aimait ses élèves et il voulait faire d’eux des hommes libres tel que recommandé par la pédagogie Freinet à travers le texte libre le dessin et les différents ateliers proposés.Tous les enseignants qui pratiquaient cette méthode dite moderne étaient en avance par rapport à ce qui se pratique de nos jours!Je tiens à saluer notre ami Bekhti abdelkader que j’aimerais bien revoir!

  15. kaid

    Voila kaid H A le vrai boulot de la voix de belabbes que certains bloquent par des éternuements j’en sais un bon bout moi lui fréquente les anciens Mr Bekhti est une référence

  16. mohamed

    UN GRAND EDUCATEUR

  17. MILOUA

    c’est le enieme long commentaire que j’ai ecrit pour rendre hommage à mon ami Abdelkader qui ne passe pas je vais me contenter des phrases flash des qualites de l’ecole moderne
    Bakhti aek a revolutionne l’ecole traditionnelle en suggerant l’ecole moderne
    l’ecole moderne c’est la classe atelier ,la classe verte ouverte à la nature
    l’ecole moderne une ecole ouverte à son environnement immediat
    l’ecole moderne c’est l’etude du milieu
    l’ecole moderne c’est l’imprimerie de l’eleve,c’est les textes libres,c’est le journal scolaire tiré au stencyle et imprimé par le limographe
    l’ecole moderne c’est l’interactivité en classe
    l’ecole moderne c’est la methode active,c’est l’emulation de l’eleve ,son epanouissement au sein du groupe
    l’ecole moderne c’est la liberté d’expression (hé!oui!) des l’age scolaire
    merci Bakhti de nous avoir fait decouvrir ce monde nouveau ,cette aventure magnifique
    TES ELEVES RECONNAISSANTS

    • Hakem Abderrahmane

      J’ajouterais Si Miloua que l’école moderne peut etre pratiquée dans tous les pays et à tous les enfants du monde!La pédagogie Freinet est un ensemble de techniques modernes qui permet de faire d’un enfant un homme libre et épanoui.La pédagogie Freinet n’est ni une idéologie ni une religion!Elle s’adapte parfaitement à nos valeurs et à notre réalité socio-économique.Elle ne peut donner la horde sauvage de la décennie noire!

      • Mme CH

        Salam Si Hakem…!!! Vous dites que « la pédagogie Freinet n’est ni idéologie ni une religion », alors par exemple, comment peut-on comprendre ces invariants tout en sachant qu’il parle d’enfants, en lisant bien sûr entre et sous les lignes aussi:

        1-/ Nul n’aime s’aligner, parce que s’aligner, c’est obéir passivement à un ordre extérieur…!!! Et ses parents, et son maître…etc….????
        2-/ Nul n’aime se voir contraint à faire un certain travail,même si ce travail ne lui déplaît pas particulièrement, c’est la contrainte qui est paralysante…!!!
        3-/ Nul n’aime tourner à vide, agir en robot jusque là c’est bon, mais il ajoute, c’est à dire faire des actes, se plier à des pensées qui sont inscrites dans des mécaniques auxquelles il ne participe pas….????
        4-/ plus de scolastique…???
        5-/ La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, processus essentiel de l’école, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle….???
        6-/ L’enfant n’aime pas écouter une leçon ex cathedra….???

        Il y en ad’autres comme ça…..!!! Alors avec toute cette Felfassa et vous dites que la pédagogie de ce bonhomme n’est ni une idéologie, ni une religion c’est quoi donc….!!! Une pédagogie Laïque…!!!

        En 1932, Freinet a donné le titre « d’éducateur prolétarien » à la revue qui s’appelait à l’origine « L’imprimerie à l’école » . croyez vous qu’on donne un titre pareil comme ça, pour qualifier un type d’éducation.
        Selon Henry Landroit (in education populaire n°2, december 1991) Dès le début, Freinet a affirmé les liens entre école moderne et laïcité. « Ecole moderne et laïcité vont de pair  » précise-t-il en 1964. En 1965 au congrès de Brest, cette option est réaffirmée: « le mouvement de l’école moderne ne peut donner à ses adhérents aucune directive philosophique, syndicale ou politique autre que le respect et la défense de la laïcité, dans le cadre de la pédagogie Freinet qui est leur option de ralliement.. »..??

        La charte de l’école moderne, document de ralliement adopté au congrès de Pau en 1968 rappelle que « nous nous refusons à plier l’esprit de l’enfant à un dogme infaillible et préétabli quel qu’il soit » et réaffirme « la nécessité de lutter socialement et politiquement au côté des travailleurs pour que l’enseignement laïc puisse remplir son éminente fonction éducatrice »…..!!!!

        Alors Mr l’ambassadeur, dans quel Guet-Apens allez vous encore nous faire tomber S/c de la modernité et ses dessous. Et nos valeurs, et notre religion, et….et…. qu’est ce qu’on en fait, on les jette à la mer pour qu’ils soient avalées par les loups de mer….????

        Appliquez Freinet chez Freinet ! Certes l’école qui a été victime d’un fiasco monumentale bien planifié a besoin de réformes, mais dans le cadre de nos constances et valeurs nationales…!

        Cordialement Mr Hakem!

  18. mohamed

    je remercie la voix inégalable dans la variété des articles et fait ressortir les enfants du terroir

  19. zerhouni abdelmalek

    Que DIEU Vous garde mr bakhti aek, moi c le fils de mostefa zerhouni allah ya rahmou….Bibliothèque pédagogique .
    Vous etiez une icone exemplaire a cette ecole et pour tte la wilaya.
    Helas mabaki walou

  20. mohamed

    @Zerhouni A Le directeur de l »école sur photo noir et blancest votre pére ou cousin ?

  21. MILOUA

    que de bonheur en lisant cet article sur l’epopee vecue par nos aines et encadreurs Hakem Mohamed (pere) et Bakhti aek a qui nous devons beaucoup de respect et de reconnaissance nous les pionniers en herbe de ces premieres annees scolaires post independances (1962-70).Recrutés sur le tas (urgence politique prioritaire) depourvus de toute experience ou formation ,le hasard a mis sur notre chemin ces 2 pedagogues et leurs methodes d’enseignement.Nous decouvrimes, alors contrairement à cette methode traditionnelle abstraite,sans motivation d’interet,entre l-enseignant et l-enseigné,une ecole nouvelle ,vivante,interactive,motivante,ouverte a l’environnement et predisposee aux travaux de groupe.Mais voilà nous etions décries par nos inspecteurs ces derniers en fin de compte ont bon gre mal gre fermé l’oeil devant le resultat positif des examens de fin de cycle.
    Oui Mr Bakhti nous a appris a vivre en commun àvec nos enfants par premierement la disposition des tables rassembles en groupes et perpendiculaires au tableau,la classe plutot le cours traditionnel laissait la place au travail d’atelier,de groupes.La classe plutot le jardin pedagogique refletait par son musee botanique,ses collections d’insectes,de pierres,ses fresques de peinture collectives,ses travaux manuels TOUT refletait le bonheur d’un cadre agreable.Comme le voulait la methode Frenet lorsque les enfants etaient emportés par le travail d’equipe rien ne nous obligeait l’apres midi pour sortir à l’heure.Merci Bakhti tu as fait notre bonheur a nous et nos eleves je te vois toujours avec ton baton de pelerin a sillonner les ecoles pour nous apporter cette bouffee d’oxygene pedagogique Avant de quitter ce commentaire je me rememore ceux qui nous ont quitté Aberkane Abdelkader,Bengrit lakhdar,Terbeche mohamed,Bouhafs,Bensaad Bekhaled,Belmokhtar,Haddouche,Bouziani aek allah yarhamhoum tout en souhaitant la bonne santé a cette merveileuse equipe Ourred ghaouti,abderahmane abdelmoumene,abdedaim salah,attouch noureddine,lalimi sid ahmed,debbar turki,zebida mansour,khiat mohamed,ourred badra ,melle khelil,mme rebai,dali sakina,mme mestari khadidja,mme bendimred,meme belgomri,melih mohaed,faraoun belhadj,bouguelmouna miradj, enfin tous les pionniers et pionnieres de l’enseignement nous avons formé une generation grace a ce metuer noble

  22. MILOUA

    A NOTRE EDUCATEUR BAKHTI ABDELKADER ,SES ELEVES DE L’ECOLE MODERNE
    Tout d’abord je tiens ici à apporter un temoignage historique non pas d’un fait anodin mais bien un evenement extraordinaire voire revolutionnaire dans l’enseignement que nous avons vecu avec nos 2 aines Hakem Mohamed (pere) et Mr Bakhti Abdelkader.
    Nous sommes en octobre 1962,l’algerie independante vient d’ouvrir sa premiere rentree scolaire,un defi a relever devant le monde entier,.Suite aux departs des enseignants français l’etat confia le sort de l’ecole algerienne à ses propres enfants ,des jeunes fraichement sortis des colleges et lycees sans experience,sans formation et surtout depourvus du moindre document pedagogique si ce n’est heureusement les manuels scolaires des eleves.
    Il fallait donc faire avec et se debrouiller avec ses moyens de bord.
    Ainsi à la recherche de tout ce qui pouvait nous venir en aide le telephone arabe aidant et le » bouche à oreille » fonctionnant (c’etait notre internet de l’epoque) nous apprimes qu’un duo d’enseignants en la personne de Mr Hakem et Bakhti faisait des merveilles a l’ecole louis lumiere, et c’est ainsi que nous decouvrimes ces educateurs qui ont transformé notre jeune carriere d’enseignants en herbe,et par contre coup la qualite de notre enseignement.
    Il fallait souligner aussi que nous etions un peu noyés avec la methode de l’ecole traditionnelle ,elle etait abstraite,sans motivation,sans chaleur,plutot rigide et manquait de repondant, en appliquant la methode Frenet n’en deplaise à nos inspecteurs une toute autre transformation prit forme dans nos classes,en premier par la disposition des tables groupéés par 2 à 3 tables placees perpendiculairement au tableau afin de creer une vie de groupes et permettre aux eleves de se mettre face a face et non pas se donner le dos.L’interactivite etait nee ,la methode active prenait forme,l’eleve devenait animateur,les effets d’emulation, d’echanges entre les eleves de L;ACQUIT mais aussi à la recherche en groupe de l’IGNORE stimulaient nos bouts en train(la joie et le bonheur regnaient) nos enfants ont changé completement le decor de ce local froid et severe ,la classe devenait un musee,un atelier ,tout refletait les travaux de groupe les premiers journaux de classe ou de l’ecole prenaient forme certains meme avec l’aide de MR Bakhti furent edites en france,le limographe et son stencyl cette imprimante à toile editait des themes,des sujets;des nouvelles,enfin la vie de l’ecole moderne nous etions fiers d’avoir choisi la bonne voie celle de l’ecole ouverte au monde.je m’en voudrais ici.si j’oubliais de citer cette equipe d’enseignants qui y a cru en citant d’abord les disparus allah yarhamhoum,Hakem mohamed (fils) Aberkane aek,Bengrit lakhdar, Bouhafs Haddouche miloud,Benahmed habri,Terbeche mohamed ,Touab,…et ceux encore en vie en leur souhaitant la bonne santé, Abdedaim salah,Lalimi sid ahmed,Abderahmane abdelmoumene, Attaoui belabbes, Gadi,,Ourred ghaouti,Attouch noureddine,Debar turki,Khiat mohamed,Zebida mansour,Benhadji abdelhamid,Belabed djillali,Faraoun belhadj,Benbakreti aek ,Bouguelmouna miradj,Semmah mohamed ,Daho mohamed,ainsi que nos collegues mesdames et demoiselles Mestari khadidja,Mankour,Dani sakina,Frifra,mme Rebai,Khelil maghnia(une autre membre de l’UNESCO),Ourred badra,mme Belgomri Abdia,Mme veuve Bendimred rachida,Mme Bouilef, feue Mahdjoub mamia, …enfin ceux que j’ai omis ne m’en voudront pas
    Merci mon frere abdelkader de nous avoir fait rever avec nos enfants cette aventure plutot ce combat que nous avons mené presque dans la clandestinite aura le merite d’avoir prouvé que nous etions sur la bonne voie en suivant la bonne ecole.

  23. MILOUA

    TES COLLEGUES TE SALUENT BAKHTI
    Je profite de cette occasion pour avoir une pensee aux amoureux de l’ecole moderne et qui nous ont quittes allah yarhamoum je cite Aberkane aek,Bengrit lakhdar,Haddouche miloud,Terbeche mohamed,Hakem mohamed (fils),,Bouhafs,Benahmed habri,entre autres et ceux qui ont accompagné MR Bakhti dans cette magnifique aventure je cite Abdedaim Salah;Abderahmane abdelmoumene,Bouyacoub abdelmadjid,Attouch noureddine,Attaoui abbes, Ourred ghaouti,Benbakreti aek,Semmah mohamed ,Khiat mohamed,Lalimi sid ahmed, Debar turki,Zebida mansour,Faraoun belhadj;Benhadji abdelhamid,Gadi,Belabed ,et ces dames,Mme Mestari Khdiouedj,sa soeur Belgomri abdia, mme vve Bendimred rachida,Mme Rebai,Oured badra,Khelil maghnia (membre de l’unesco) Dani sakina,Mme Frifra,Mme Mankour, un joyau d’enseignants et que ceux que j’ai oublié m’en excuse tout ce beau_ monde te saélue BAKHTI AEK

  24. MEHTAR TANI Abdelhak

    mes salutations Mr BAKHTI , en plus des deux années passées ensemble à l’Ecole Voltaire 1968/70 J était élève et lui mon instituteur , l’année 2011 on a passe ensemble un séjour agréable à la Mecque , et j’attend toujours une promesse de sa part .

Répondre