La Voix De Sidi Bel Abbes

A propos de « Sansal,Daoud,Khadra,…Boudjedra s’attaque aux contrebandiers de l’histoire…

L’ire du grand écrivain Rachid Boudjedra aurait été légitime et sans appel si les appareils de l’Algérie post Indépendance n’avaient pas confiné à ce jour au ghetto et à la surveillance toute une élite francophone suspectée de vouloir garder des passerelles avec la puissance coloniale.Je ne parlerais pas trop des vécus et destins …non ordinaires pour des intellectuels algériens expatriés comme le cinéaste et acteur Mohamed Zinet et Mohamed Boudia assassiné par le Mossad en 1973 à Paris ! Le premier assumera son rôle d’ex officier de l’ALN ,de l’écran français (Dupont La Joie) jusqu’à l’asile du delirium tremens…Le second précédera Carlos dans l’internationalisation du problème palestinien et Georges Habbache dira de lui lors du Conseil National Palestinien à Alger qu’il représentait à lui seul la révolution palestinienne ! Leur précocité dans le refus de l’allégeance à une révolution confisquée leur fait honneur et il ne pourra aucunement leur être imputé d’avoir failli aux idéaux du FLN historique toutes tendances confondues.
Je comprends l’appréciation de Rachid Boudjedra sur le Bengana Gate mais elle n’est pas aussi blâmable que les deux ministères qui lui ont déroulé le tapis de ses ancêtres avec amateurisme ! L’écriture révisionniste de l’histoire de la colonisation est à imputer à l’Etat qui occulte les travaux,thèses et recherches in situ laissant un espace documentaire et multimédias aux historiens français pour réviser de façon unilatérale.Mohamed Harbi reste une exception d’acteur historique et historien ayant pignon sur le Panthéon.Quant à la littérature Algérienne d’expression française,elle n’a que ce choix de se faire formater in situ ou d’émigrer vers la zone périphérique francophone … des Antilles de feu Edouard Glissant à Beyrouth d’Amin Maalouf. Même en étant insulaire ,des DOM TOM ou double nationalité,le lobby franco-sioniste gère les…affectations ! Quant aux nationaux résidant en Algérie et éditant à l’étranger,principalement en France,il n’y a qu’à ouvrir les sites des maisons d’éditions pour voir leurs publications principalement de fiction et sur le terroir local ! Ils ont le mérite d’avoir sauvegardé leurs livres ou écrits-C’est selon-et leur âme de la déperdition des …maisons locales, principalement algéroises spécialisées dans l’écriture révisionniste des retraités de la Nomenklatura ! Et pour conclure sur cette plainte un peu tardive d’un grand écrivain très solitaire, je me suis structuré sur les romans de Youcef Khader avec son héros Mourad Saber SM15 .Quelle fût ma déception de savoir des décennies plus tard qu’un ex Président avait osé s’offrir les services d’un nègre alias Roger Vlatimo sous le pseudonyme de Youcef Khader !!! Allah yahdina !!!

Mr HOUSSINE Mourad Salim, résidant en Algérie,auteur de trois livres édités en France :

  • Le sanglier d’Hippone, 2011, Edilivre/Aparis
  • Terriens, réveillez-vous, 2012, Edilivre/Aparis
  • Le traquenard de Poitiers, juillet 2016, Edilivre/Aparis.

mouradhoussine@yahoo.fr

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=71886

Posté par le Oct 11 2017. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

11 Commentaires pour “A propos de « Sansal,Daoud,Khadra,…Boudjedra s’attaque aux contrebandiers de l’histoire…”

  1. Mémoria

    Salam !!!

    Enfin envolées ces feuilles mortes chantées par Yves Montand et qui obstruèrent pour un temps les routes de l’automne de Wallonie ! Enfin apparue « une lueur dans la nuit » comme lue et souhaitée hier sur la Toile et qualifiant un sage érudit en l’occurrence notre patriarche Si Senni Mohamed ! Merci Si Salim B. pour cette patience d’un administrateur souvent seul …!

  2. Imène

    Azzul !
    La voix se remet sur ses rails , sans encombres ni embûches , libérée – pour toujours j’espère -de ces crétins ‎décérébrés , et de ces voix de mauvaises foi qui ont terni son éclat ..‎
    Merci Mr l’Admin , et chapeau bas !‎
    Longue vie à notre site !

  3. Amirouche

    Salam à tous les ami(e)s

    Très content de vous relire après cet Entr’acte !…que j’espère source de motivation.

    Ahna ymout Kaci 😊

    Bien à vous.

  4. Imène

    Bonsoir 3mirouche , tlm..
    L’écrivain R. Boudjedra est en colère !‎
    Depuis le guet -apens dont il a été victime – la fameuse caméra cachée de Ennahar tv , une mise en scène ‎lourdingue , indécente, stupide rappelons le – notre Boudjedra , l’un des plus talentueux écrivain – est blessé ! c’est ‎l’homme qui a été touché cette foi ! humilié en live par une bande de minables sans éducation , ni éthique ‎aucunes , des journaleux érigés en inquisiteurs autoproclamés ( et c’est sensé nous divertir tout ça ! pffffff ) ‎Les DZ dans leur quasi-totalité ont condamné la chaîne et le caractère odieux de l’émission …depuis cet ‎incident , Boudjedra – deja de nature prolifique et irascible – est entrain de s’enfoncer dans les polémiques , ‎les diatribes , les invectives à l’encontre des uns et des autres ..au menu revanches et règlements de compte dont le ‎monde de la littérature DZ se serait bien passé ! Mais , mais dire que B . Sansal est un contrebandier de ‎l’histoire , un flibustier , un francophile et un pro sioniste notoire est tout avéré ! il n’ y qu’à lire ses ‎déclarations mouillées d’acide , ses multiples dérapages médiatiques sur l’islam conquérant et sa connotation ‎avec le terrorisme, son pèlerinage à Jérusalem , son soutien aux indépendantistes du MAK , son énième ‎dérapage sur les valeureux combattants de l’Aln qu’il compare aux terroristes !!!! il n’y a rien à espérer de ce ‎traître passons ! Daoud Kamel , on en a bcp parlé , est entrain de -doucement mais sûrement – marcher dans ‎le sillage de Sansal : des francophiles en quête de prébendes ! pour reprendre les mots de Boudjedra . Reste ‎Khadra Yasmina – Mohamed Moulesshoul – Alors ! dire que Khadra est un mauvais écrivain est grotesque et ‎relève franchement de la mauvaise foi !! les ouvrages de Y.K sont des plus lus en Algérie et dans le monde , les ‎plus vendus ( faîtes un tour au Sila ) traduits dans plus de 40 langues ,lauréat de plusieurs prix internationaux ‎‎..la question est donc ! Qu’est ce qu’un bon écrivain alors ?? Wallah j’aimerai le savoir ! La seule gaffe de Y.K ‎est de s’être présenté candidat aux présidentielles 2014 ! connaissant lui-même le modus operandi du ‎système , il n’avait aucune chance , mais pas la moindre de passer , malgré les parrainages , et les signatures ‎en sa faveur ..alors qui l’a poussé ? qui lui a soufflé cette mauvaise idée ? Fafus , peut être ..( coucou CH ! ) maintenant pour ‎le livre qui fait polémique « ce que le jour doit à la nuit « et sur lequel Boudjedra attaque Khadra l’accusant ‎de faire l’apologie de l’ère coloniale ( ou les bienfaits de cette période ) c’est totalement faux ! j’ai lu cet ouvrage , et vu le film : a aucun on y décèle une quelconque connotation apologiste de son ‎auteur ! c’est le film de Arcady qui a tout déformé , et qui a fait de cette émouvante histoire un lamentable ratage cinématographique : K.Y n’aurait jamais dû prêter son ‎œuvre à un Français , enfant de légionnaire , PN nostalgique , revanchard et juif de surcroît ! Khadra a peut être gagné ‎bcp argent , certainement .. après il faut assumer .
    Salutations khayticales .

    • Amirouche

      Imène,

      Très content que tu vas bien.

      Malheureusement, certains de nos écrivains ne sont pas les seuls contrebandiers de l’histoire de l’Algérie. La vindicte devrait concerner ceux qui sont et qui étaient au sommet de la pyramide, se déclarant protecteurs et moudjahidine de ce pays, alors qu’ils n’avaient pas tiré une seule balle au Jbel. Je pense qu’il reste beaucoup à faire afin d’épurer le dossier de notre histoire…et des caisses de l’Etat. La tache restera difficile avec un peuple muet qui ne conteste pas, ne proteste pas et ne dit aucun mot (pacifique et sans violence )…Il a appris même à retourner la veste comme l’avaient fait les autres. Et qu’on ne me dit pas que c’est à cause de la décennie noire puisque cela remonte depuis l’indépendance de l’Algérie.

      Tayitati laki wa lile el Sayida CH…Sans oublier Sir Mémoria et monsieur EL HANIF.

      Fraternellement

  5. EL HANIF

    « On ne fait guère d’effort pour atteindre la vérité.
    La critique est myope, le plus souvent… mais
    il est malsain pour l’homme de paître le champ de la bêtise »

    Cette mise en garde de Ibn Khaldoun dans sa Al Muqaddima (1377) prévenait contre l’épidémie de bêtise qui semble avoir contaminé toutes les sociétés du monde.
    Plutôt passer pour fou par excès de lucidité que bête , mais je crains que par ses outrages le Sieur Boudjedra puise aux deux registres.
    Désormais il entend redessiner la carte des cieux littéraires avec le projet d en exclure tous les écrivains algériens qui ne lui agréent point avec la charge implacable d’être des faussaires qui se paient l’histoire en fausse monnaie. Et qui n’ont comme lettres de noblesses que celles octroyées par les maisons d’édition qui campent le monde littéraire qui compte et le fait d’être traduits dans de multiples langues. Excusez du peu!

    Je ne jouerai point l’arbitre des élégances dans cet énième buzz, si ce n’est pour déplorer ce crêpage de tonsure, même si Boudjedra ne craint plus rien versant capillaire. De tous les maux qui peuvent requérir l’attention d’intellectuels,il est navrant que le faux débat se focalise sur place que prend les égos froissés des uns et des autres.

    Sommes nous encore capables de penser les choses à l’endroit? Ou doit -on conclure que l’exercice littéraire fou et ne révèle que la béance des blessures narcissiques. personne ne sortira indemne de cette mêléé furieuse!

  6. EL HANIF

    Merci de lire ‘que l’exercice littéraire rend fou’

  7. Mme CH

    Salam Chers frères et amis….et bien sûr un Salam spécial à mon amie Imènus qui m’a beaucoup manqué…!!! Tout d’abord, on doit saluer le retour de la VDSBA, notre premier coup de coeur,……. la VDSBA que certains ont utilisé pour Silat les autorités et non pas Silat Errahim comme ils l’ont prétendu…; on voyait les choses venir et on ne s’est pas trompé/trempé….!! Quelle hypocrisie, quelle suffisance “Que celui qui mène à vive allure le cheval-de-la-suffisance se retourne, et il verra la honte accrochée à sa queue.”…! Bref, le temps nous a toujours donné raison jusqu’à ce jour…!!

    Revenons au « duel » entre Boujedra et les autres, je dois dire que même si je n’aime pas tout ce que Mr Boujedra représente, je ne peux pas ne pas être d’accord avec lui sur ce point «Les contrebandiers de l’Histoire» qui se sont prostitués en vendant à bas prix leurs plumes, leurs âmes et tout le reste pour récolter quelques miettes et la bénédiction des atlantistes francs-maçons sionistes qui gouvernent FaFa…. !! Ils sont devenus amnésiques (volontairement bien sûr) puisqu’ils ne savent plus ce que veut dire : dignité, honneur, amour propre et toutes les autres valeurs religieuses, morales, sociales, éducatives et culturelles que nos Aïeux ont sauvegardés pour le bien de l’humanité……Regardez ce qu’est devenu le monde actuel…il est gravement malade, il agonise… !! L’appât du gain et de la notoriété ont aveuglé ces pôvres types (hommes et femmes) soi disant écrivains (es) nés(es) de la dernière pluie…Ils sont atteints par le syndrome de péripatétie …pour une renommée de la honte.. !

    Alors voyons les énergumènes que Boujedra a évoqué dans son écrit:

    Une petite fille d’un Harki notoire qui porte un nom français et qui a voulu grâce à la connivence de certains néo-harkis et benêts dans le milieu de la culture et de la communication chez-nous et sur l’autre rive, réhabiliter ce truand de Bachagha qui gagnait sa vie en coupant les oreilles de ses compatriotes.. ! C’est vrai qu’elle est belle -(enfin tout dépend de l’angle sous lequel on la regarde)-, et cela a servi peut être à faire tomber quelques complexés et assoiffés de……. !!!

    Un sioniste avéré qui est allé pleurer devant leur/son mur de lamentation. Ce Sansal (dont on devine les origines) « a adressé une lettre à la directrice de l’Unesco, Irina Bokova, pour se plaindre de l’annulation d’une exposition prévue au siège de l’organisation internationale et intitulée « Les 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte»…..« En se faisant l’avocat d’Israël, l’auteur du Village allemand réaffirme son allégeance au lobby sioniste qui a la main haute sur toutes les sphères de l’édition, en France notamment où l’écrivain algérien publie ses romans, à un moment où des artistes français luttent contre l’hégémonie de ce lobby dans leur pays. Sansal a déjà prêté allégeance à l’Etat hébreu en effectuant son célèbre pèlerinage à Jérusalem en mai 2012. » (algériepatriotique)….être plus royaliste que le roi , ça devrait tuer… !!

    Un larbin chroniqueur mal dans sa peau qui a été vite récupéré et qui veut réinventer le monde et refaire l’histoire…. ! C’est ce larbin qui a dit : « Je ne me sens pas arabe. » et cela lui a permis « d’arracher les applaudissements des présents » ….Quel honneur où est le problème…si quelques applaudissements le rendent heureux… !!??? Puuuffffff…là aussi le ridicule devrait tuer… !
    Hé Messiou, tenez, Mr Michel Collon par exemple, n’est pas arabe, mais cela ne l’a pas empêché de dénoncer le comportement et les agissements cannibales des gendarmes du monde et leurs caniches…. !!!
    Le problème, ne réside pas dans le fait qu’on soit arabe, berbère, mongole, indien, blanc, rouge ou jaune…., mais dans le fait qu’on soit un « Homme » ou pas…car les zommes, il y en a en pagaille par les temps qui courent….Sabet…!!!

    Pour le reste du récit de Boujedra, il n’y a pas lieu de citer les miettes qui restent dans les plats, ce serait leur donner trop d’importance, sauf pour le cas de Mr Moulesshoul (Yasmina Khadra), je ne pense pas qu’il soit de la même trempe que les autres larbins malgré ses déboires…. !

    Je leur dis seulement, le temps est court, attention au retour de la manivelle et la poubelle de l’histoire vous attend.. !

    Alors avis aux écrivains en soif de notoriété à bas prix, pour recevoir des prix de la part des organisations infestées de sionistes et/ou adhérer à l’Académie française du Cardinal de Richelieu, il faut « scier » votre pays, vos concitoyens, votre identité , votre religion et n’oubliez surtout pas de parler de l’islamisme, du terrorisme et de Daech (qu’ils ont eux mêmes concocté)…là vous serez sûrs d’obtenir un prix euhhhhh pardon un os…. !!! Le Bonus, ce sera une visite téléguidée à ladite Israël, comme votre confrère Sansal…. !!!
    Ces soi disant écrivains auraient mieux fait de passer chez un psychanalyste ou un…. !!!

    Contente de vous relire.

    Khayticalement.

  8. Mme CH

    « La haine de soi/La maladie de Boualem Sansal » (Algérie focus; 20 juillet 2016, A.Benyahia)

    « Après l’attentat de Nice du 14 juillet que la raison humaine et universelle a condamné, des voix se sont exprimées et des analyses ont été proposées pour enrayer cette dérive accolée à l’islam par des apprentis-sorciers. En Occident, on cherche toujours à percer le mystère du passage à l’acte chez les terroristes et on attend des intellectuels musulmans et des spécialistes de l’islam les clés pour comprendre.

    L’un des nôtres réputé pour être trop attiré par la lumière s’est encore distingué par des contorsions qui n’ont rien à envier à la danse du ventre tant qu’il s’agit de s’attirer les grâces et les largesses du client. Dans une tribune parue dans le journal « Le Monde » daté du 18 juillet, il fait tout simplement un parallèle abject entre le conducteur de camion de Nice et Zohra Drif, entre la promenade des Anglais et le Milk-Bar d’Alger. Entendez pas là : c’est kif-kif bourricot. Des musulmans excités par le sang et le carnage en masse ; l’histoire étant un éternel recommencement et l’ADN de la violence étant propre à l’islam. C’est son analyse.

    Un discours qui fait un bien fou à ceux qui n’ont pas encore digéré d’avoir été boutés hors de chez nous par des gueux et des va-nu-pieds ; par les compagnons de Didouche et consorts ; par les Zohra et consorts. Voilà que l’un des nôtres ou supposé tel, vole au secours de Le Pen et Massu puisqu’il suggère sans le dire, la torture et les exécutions en masse pour éradiquer le phénomène en neuf mois seulement, le temps qu’il a fallu pour neutraliser la bande à Yacef Saadi.

    Voilà que le FLN et ses héros sont associés à Daesch, et qu’un million et demi de morts, sont passés par pertes et profits pour plaire aux maîtres d’hier. Faut-il aimer à ce point la lumière des plateaux de télévision et des photographes étrangers pour porter comme une honte, son appartenance ou sa naissance. Comme le journaliste Mohamed Saadoune, nous avons décidé depuis longtemps de ne pas nommer ce monsieur car la meilleure des punitions à infliger à ceux qui cherchent la gloire à tout prix, fut-elle éphémère, c’est de ne pas mentionner leurs noms ni leurs œuvres. Leur faire subir le supplice de Tantale.

    C’est dans l’esprit de cette démarche que nous avons refusé de rapporter les propos qu’il a tenus lors d’un symposium à Fès au Maroc, du haut d’une tribune et cornaqué et exhibé par quatre fieffés sionistes, claironnant à l’appui de son livre « Le village de l’Allemand » que l’Algérie est totalement et foncièrement antisémite. Un discours qui plaît, des témoignages qui sont précieux et où rien n’est dû ni à la spontanéité ni au hasard. Du reste ses nombreuses positions et déclarations furieusement hostiles à tout ce qui s’apparente de près ou de loin au monde arabe et à l’islam, sont minutieusement et périodiquement repris par nos ennemis patentés comme Eric Zemmour, Alain Finkielrault, Bernard-Henri Lévy ou Elizabeth Badinter, qui nous renvoient à nos propres turpitudes, toutes les fois qu’on proteste, en nous rappelant que les propos incriminés viennent des nôtres.

    B.Sansal, pour ne pas le nommer, non seulement ne cherche pas à relativiser ses propos ou à les expliciter mais il persiste et signe, comme pour un bras d’honneur permanent, mêlant le mensonge et les affabulations comme lorsqu’il se plaint d’un ostracisme officiel en Algérie qui le priverait de ses lecteurs. Il déplore la mévente de ses livres par leur absence dans les librairies. Pure mensonge, facile à vérifier et si effectivement il y a mévente malgré la présence des livres c’est parce qu’il n’y a pas d’acheteur.

    Nous soutenons, par solidarité naturelle, par fidélité à notre combat pour le progrès, la démocratie et la liberté d’expression et par honnêteté intellectuelle, tous les combats qui vont dans ce sens et qui ne sèment pas la division entre nous, mais nous n’accompagnerons personne dans son passage à l’ennemi, parce que nous considérons que chacun est responsable de ses turpitudes et qu’une trahison reste une trahison, quelles qu’en soient les circonstances On peut et on doit mener tous les combats pour les valeurs de justice et de progrès, mais on n’a pas le droit d’aller jusqu’à la haine de son pays, jusqu’à la haine de soi et jusqu’à pactiser avec l’ennemi.

    Certes, dans un monde d’adultes, chacun est responsable de ses actes et s’il accepte d’être l’idiot utile des ennemis de son pays, de sa famille et de ses ancêtres, il n’aura alors qu’à s’en prendre à lui-même si le peuple découvre à son tour qu’un des siens a poussé le reniement jusqu’à avoir honte du combat des Algériens et des Algériennes pour l’indépendance, qui continue à ce jour, à forcer l’admiration du monde. »

    Je ne sais pas s’il se lamente toujours sur son sort ce pôvre larbin…!!

  9. EL HANIF

    ARRÊTE TON CHAR BOUALEM!

    Je fais partie de ces algériens, qui tout reconnaissant un grand mérite littéraire à Sansal, constatent avec déplaisir sa dérive.
    Nouvellement casté dans le rôle d’idiot utile intelligent d’un projet messianique de domination du monde qui le dépasse, il apporte gage sur gage à ce projet qui allie relents islamophobes et soutien aux lobbys sionistes en se pâmant d’admiration devant leurs représentations.
    Quand on veut s’inscrire dans la filiation d’Orwell de dénoncer le totalitarisme, dont certains n’ont fait qu’une lecture des projets nazi et communiste, il convient de dénoncer également la dictature du libéralisme totalitaire, de la techno-dictature qui dictent leur agenda et leur script en ordonnant le déploiement d’une doxa oppressante dans la sphère économique, politique et surtout idéologique à travers agents stipendiés et recrues tiersmondistes cooptées et starisées.

  10. Mme CH

    Salam Mr EL HANIF, contente de vous lire..!!! Par contre certains lui disent BOUALEM ZID EL GOUDEM RAK MLIH……jusqu’au mur de lamentation….!!! Pour la censure, je pense qu’il s’agit de mots-trappes qui ne laissent pas passer le commentaire, par exemple: le verbe avoir à l’imparfait a empêché mon commentaire de passer hier, il fallait le remplacer par « a »…! Bref…!!

    Voici un extrait de « L’ALGÉRIE FACE AU COMPLOT BANAL DE L’INCOMPÉTENCE : DE NOS MÉMOIRES EFFACÉES  » (Algérie Focus, 2 mars 2017, S.Ziane).

    Dans l’affaire du Bachagha Bengana, des lampistes de Canal Algérie ont été sanctionnés par une mise sur voie de garage. Comme s’il s’agissait de solder vite l’affaire et de passer à autre chose. Le problème est que ça ne passe pas. C’est beaucoup plus grave : c’est l’expression crue du niveau d’incompétence dans lequel le pays est placé.

    Bien sûr, il y a ceux qui banalisent et trouvent qu’on en fait trop et que le Bachagha Bengana fait partie de l’histoire et qu’il n’y a aucun mal à ce qu’on en parle… Une posture de libéral qui fausse le débat en suggérant que ceux qui ont été choqués dans cette affaire sont des ringards ou des nationalistes étroits.

    On est là dans une autre forme du travestissement des débats. Parler du Bachagha Bengana ou bien de Kobus et d’autres, ne pose pas de problème, cela fait bien partie de notre histoire. C’est comment en parler qui compte. Dans l’émission de Canal Algérie, il n’y a pas le professionnalisme élémentaire d’une interview.

    Et il ne manquait pas d’informations sur les méfaits avérés de ce « Si Bouaziz Bengana, dernier roi des Ziban » pour que cela ne passe pas sous la forme d’une participation d’une télévision publique à une relecture révisionniste de l’histoire.

    La Feriel Furon n’était pas interrogée, elle faisait de la réclame pour un ancêtre qui a choisi d’être activement au service de la colonisation et qui a du sang algérien sur les mains. Dans un pays normal où le service public a du sens et le professionnalisme sa place, la Feriel Furon aurait passé un mauvais quart d’heure et on en serait resté là.

    Car ce qui choque est bien le fait que des moyens de l’Etat servent sans contradiction aucune à une lointaine descendante pour faire l’hagiographie d’un traitre – c’est un mot neutre – et d’un tueur de masse.

    Il faut aussi préciser que ce sont des médias où les thèmes de l’histoire nationale récente – du mouvement national à la guerre d’indépendance – soit traités d’une manière générale par des occultations fondamentales.

    ………….(…………)……Ce qui s’est passé à Canal Algérie n’est donc pas un accident. La Fériel Furon, descendante d’un bachagha du colonialisme à l’histoire établie, a ses entrées. Sur sa page Facebook, on peut la voir en « bonne compagnie » avec des députés du parti du FLN et Mohamed Bedjaoui qui a occupé des postes majeurs dans l’Etat algérien. Tout cela n’est que le reflet d’un terrible manque de sérieux…………………..

    Bonne fin de soirée.

Répondre