La Voix De Sidi Bel Abbes

Des cultures maraîchères irriguées à partir d’eaux usées:Consommateurs en danger!

Malgré les alertes entreprises par les citoyens et dont plusieurs médias ont en fait l’écho. La menace persiste ,car aucune mesure n’a été entreprise par les autorités concernés devant ce fléau qui  prend de l’ampleur à travers l’irrigation des cultures à partir des eaux usées ,en effet  plus de cent hectares de culture de melons,et pastéques sont cultivés au niveau des localités de Sidi Hamadouche de Sidi Brahim,et Boubernas. C’est le versant est de ces espaces géographiques qui est au vu et au su de tous , est exploité par des agriculteurs venus de wilayas limitrophes, s’installant sur la rive est  de l’oued Mekerra au niveau  des localités suscitées pour s’adonner à cette pratique.Plus d’une centaine d’hectares est emblavée pour les besoins de ces cultures  spéculatives qui rapportent gros ,au détriment de la santé humaine,et de toutes les conséquences  collatérales que cela pourrait engendrer .Ainsi  vont les choses où le gain facile  prime sur toutes les considérations. Le coût des maladies générés par la consommation d’aliments contaminés est exorbitant,et que les citoyens ne cessent d’alerter,de prévenir.Cette fois ci l’opinion publique ,et par ricochet les pouvoirs publics,premiers concernés sont avisés ,afin de mettre fin ,et de prévenir ,toute catastrophe résultant de ces pratiques criminelles .

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=4509

Posté par le Mai 24 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

12 Commentaires pour “Des cultures maraîchères irriguées à partir d’eaux usées:Consommateurs en danger!”

  1. dellal

    oui ceci est grave

  2. dellal sba

    oui ceci est grave

  3. badrou

    ça fait plus qu’un an les bel abbesien ne boient pas l’eau de ville parfois en
    sentirons l’odeur d’irrigation,alors ont achétent l’eau minérale
    merci Mr pour cet article

    • lecteur

      bonsoir monsieur badrou , vous exagerez un peu , a moins que vous parlez pour une frange de bel abbésiens ; par contre nous dans un quartier populaire : nous avons que celle de la baladia ou Epeor si vous voulez et wallah en la mettant au frigo c’est comme du_ gazouz certains disent kel vient dde sidi abdelli
      c’est la verité . OUI j’ai vu certains riches rechignaient l’eau du robinet ; mais chacun sa bourse donc il ne fo pas generaliser .
      Voilà monsieur la réalité .L’epeor traite l’eau et bien comme il le faut et je ne la defends pas .

  4. badrou

    non mr je suis pas riche,la preuve je vie dans un cartié populaire,FILAJ ABBOU

  5. lecteur

    NOUS AUSSI à fillage sidi djillali el kadim

  6. Saim . M (fbg Thiers)

    C’est grave ce que vous rapportez dans l’article . Oü^sont les responsables ?

  7. Tami

    A mon avis il faut tout rasé afin de protéger la population de Sidi Bel Abbès.
    Car, je conçois mal comment des gens inconscients puissent gagner de l’argent en faisant du mal aux autres! Il faut que les responsables réagissent tout de suite comme jadis à Sehala et Tessala ou plusieurs hectares de pastèques et de melons ont été détruits par les autorités après avoir confirmé l’irrigation par les eaux usées.

  8. lecteur

    Les pratiques illicites en matière d’irrigation des cultures à partir d’eaux usées de l’oued mekerra ne date pas d’hier .

    en 2008/

    elles ont fait la une des journaux et la police des eaux, qui contrôlait de près ce fléau dévastateur aux grands préjudices sur les citoyens consommateurs de produits maraîchers (pastèques, melons et autres crudités…),a saisi tout le matériel de pompage tout en décidant la destruction des parcelles de terre illicitement irriguées à partir des eaux usées impropres à l’agriculture du coté de sidi brahim et boubernas et dans la commune de boudjebha.

    les superficies irriguées aux eaux usées des oueds de la wilaya notamment celui de la Mékerra sont importantes et seraient à l’origine de la propagation de maladies à transmission hydrique dont le traitement est très coûteux pour l’Etat et le citoyen
    D’autres pratiques illicites sont à mentionner tels les forages, puits creusés illicitement .

    ET EN 2010

    Dix-huit (18)hectares, de culture de melons et pastèques, irrigués par des eaux usées dans la commune de Lamtar, ont été détruits. 02 motopompes et du matériel servant à l’irrigation ont été saisis par la gendarmerie

    et furent detruit aussi 16 ha de pastèques et de cultures maraîchères (piment et tomate)à Sidi Brahim et Sidi Hamadouche..
    donc le danger semble etre totalement du décor à sidi belabbés.

  9. abbès naimi

    pourquoi toujours bel abbès a des problèmes avec la poste

    les gens n’arrivent pas à percevoir leur paie normalement

    pourquoi ça marche bien dans les autres wilayates ( tlemcen, a.temouchent..)

    le wali a résolu à moitié le pb , à mon avis il faut la démission du dg d’algerie poste de sba, il n’y a pas d’arguments , il est incompétent

Répondre