La Voix De Sidi Bel Abbes

3ème Anniversaire de la VDSBA de simple pourvoyeuse de news a un maillon de liens…les lecteurs et contributeurs en parlent.

Voila presque 3 ans qu’est née la voix de Sidi Bel Abbes. Et comme on l’a déjà dit ce fut une aventure intellectuelle au départ de la création de cet organe d’informations électronique sur le net que vous lisez, chers amis lecteurs( lectrices).Ainsi à l »occasion de ce troisième anniversaire la parole a été donnée à nos amis contributeurs et lecteurs qui ont répondu a notre appel pour cette édition, qui se veut spéciale. La VDSBA a tenté de refléter l’image générale de notre wilaya d’abord, son chef lieu et sa vaste et belle région pour ensuite s »ouvrir sur le reste. La VDSBA est en quelque sorte l’image de ces espaces suscités avec toutes les possibles lacunes et même les contradictions inévitables que l’on peut déceler. Plus d’une fois attaquée par des hackers; nous avons tenu à le dire; comme elle a été souvent bâillonnée par la préjudiciable pratique de la rétention de l »information qui subsiste à ce jeu au niveau de plusieurs parties des pouvoirs publiques. Et si l’information en général, est belle et bien au coeur du débat démocratique et des enjeux de la société politique. Nous dirions que récuser une telle évidence revient à avouer d’une grande naïveté. Toutefois, si la relation VDSBA avec plusieurs parties des décideurs locaux et autres médiation locales fut tendue et  c’est a leur niveau que la préoccupation est ressentie pour ne pas dire leur crainte en maintenant un blocage permanent. Eux, qui ont besoin des médias en général,de supports médiatiques appréhendent la presse électronique et surtout les commentaires spontanés et libres des lecteurs(lectrices) malgré cela la VDSBA apporte sa contribution au développement de la cité en général et ou même l’humour corrosif et le sens de la critique sociales sont loins d’etre absents dans le menu.En répondant à plusieurs attentes des lecteurs des nouvelles rubriques ont vu le jour , et ce outre les rencontres du SBA Samedi Belabbesien que nos amis d’outre mer ont pris le relais. Il y eut donc, BESSMA, DAYF. SBA  sans oublier l’équipe de football de notre journal, le concours de photos 22 . La mission de la VDSBA est certes d’informer mais à un autre niveau on a tenu à ne ressembler a aucun organe; en ayant nos propres innovations. Comme nous ne sommes ni « marionnettes »( P Bourdieu) ni « chien de garde de l’ordre libéral » (S. Halimi), ni juges ni bourreaux mais plutôt témoins lucides d’une réalité avec le plus grand besoin de liberté et surtout d’indépendance par rapport à tout… Bien bien au dessus de toutes les chapelles. Ceci n’exclut pas la responsabilité de s’imposer une éthique à nos lecteurs de dire d’avantage ce qu’ils en pensent.

Mohammed Ghalouni

Le journal , La voix De Sidi Bel-Abbes souffle sa troisième bougie , en peu de temps cet organe d’information sur le net a réussi à s’imposer par sa valeur et ses qualités issues de la richesse de ses sujets diversifiés proposés , en premier lieu l’élément fondamental l’information de proximité , national et international qui mit en évidence la politique , la culture , le sport , l’art , l’annonce , la société … ainsi que par l’enrichissement de ses différentes rubriques de haute facture à l’instar de BESSMA.NET , le club culturel NADI.NET , le Samedi Bel-Abbésien , sans oublier le Concours 22 et l’équipe de football de la VDSBA . Effectivement BESSMA.NET , dont je suis membre fondateur sous l’impulsion de Mr Kadiri Mohammed , se taille la part du lion , réputée être le club ‘sélat errahim ‘ ô combien de fois Bessma a introduit le sourire chez de nombreuses familles et personnalités . Cependant sans atrophier des autres rubriques , la VDSBA s’est illustrée en optant pour un choix d’aller à la rencontre du citoyen , une idée originale qui lui a permis d’être hissé sur le haut du podium des journaux électronique , ainsi jouissant de la qualité du journal le plus apprécié et le plus populaire . Lire La Voix De Sidi Bel-Abbes et commenter en toute liberté , c’est ne jamais pouvoir se dévêtir de ce joyau en matière d’innovation . En cette journée extraordinaire du troisième anniversaire du forum je souhaite longue vie à la VDSBA et félicitations à tous mes amis contributeurs ainsi qu’à tous les lectrices et lecteurs !!

Hadri Miloua

VDSBA LEADERSHIP DE LA COMMUNICATION ?
A l’heure où les medias innovent dans la communication à l’image de la television avec sa telerealite la tele est devenue une fenetre sur le monde,la radio une image qui s’ecoute,la presse le trait d’union .Mais toujours est-il que ces medias s’adressaient à un public qui restait par contre muet (absence d’inter activite) .VDSBA ce reseau social a fait mieux en matiere de communication de l’abstrait il est passé au concret par son inter activité entre ses lecteurs ces derniers parties prenantes participaient aux debats,donnaient leurs avis voire suggeraient eux memes des sujets mieux encore apres les echanges ecrits VDSBA est passé aux rencontres entre lecteurs et là la communication a pris sa dimension revolutionnaire
.En specialistes de relations humaines les equipes de VDSBA ont mijoté un programme à meme de motiver ses adherents.Ainsi en partant par ces premieres rencontres de Samedi belabesienl le paysage s’elargit on se retrouvait entre amis dont l’espace et le temps a failli enterré leurs souvenirs.Ainsi chaque semaine nous a ete proposés a celebrer des icones de belabbes.Ces rencontres reveillaient les memoires de la cité.Des larmes qui coulaient sur nos joues trahissaient nos emotions.VDSBA venait de toucher les coeurs qui n’avaient qu’à coeur de se replonger dans le passé pour raffermir le present.La diversité etant toujours apprecié voilà que VDSBA nous precipite encore une fois sur d’autres propositions aussi enrichissantes pare l’image de BESSMA net.Le decor proposé est convivial par des retrouvailles cette fois çi au foyer des figures historiques de la ville,au milieu de la compassion de leurs enfants,de leurs proches,de leurs amis,de leurs voisins,certains parmi eux malades ont oublié pour un moment leurs peines.Quelle geste humanitaire!Notre petite planete VDSBA nous ouvrit encore d’autres decouvertes,celles des artistes,celles des ecrivains,celles des sportifs ,enfin d’autres decouvertes servis sur de nouveaux plateaux concoctes par l-infatiguable KADIRI et ses merveilleuses equipes ,oui des equipes pluriels parce que là aussi spontanement le « turn over » s’est implanté et le relais se retransmettait.3 annees se sont ecoulees depuis l’avenement de VDSBA des milliers de belabesiens ont marque une halte à la maison VDSBA,d’autres moins chanceux ont « klooné » ce site en organisant d’autres BESSMA à l’etranger prouvant qu’il n’y a pas de frontieres pour notre réseau.VDSBA est devenu notre livre de chevet,notre oxygene à respirer,notre fenetre sur le monde.BONNE ANNIVERSAIRE ET LONGUE VIE
votre fidele lecteur Hadri Miloua.

Ahmed Khiat

La Voix de SBA, toujours à la page, draine de plus en plus de lecteurs grâce à ses articles variés et d’actualité ainsi qu’à ses sympathiques rencontres. Cependant, je constate que de belles plumes, à l’instar de MM Smiley, Mémoria, Bouchentouf, El-Hadj Abdelhamid, Mourad Salim Houcine, Mohamed Senni, et bien d’autres, se sont faits un peu rares ces derniers temps. Et c’est grand dommage, pour nous, lecteurs.
Quoi qu’il en soit, notre Journal reste louable à plus d’un titre. Toutes mes félicitations.

El Hadj Abdelhamid (Sidi Bel Abbes)

3 ans. La valeur n’attend point le nombre des années et La Voix de son Maître, Sidi Bel-Abbès porte déjà, en un clic, jusqu’aux confins de la Nouvelle Calédonie où elle a retrouvé des gens bien de chez nous, comme les Didaoui, originaires de Sfisef ou Nicole Botella, la fille du garde-champêtre de Boutin.

Ah, Si le Bel-Abbésis m’était conté. Grâce à la Voix de Sidi-Bel-Abbès, c’est chose faite, de… la présence romaine sur les rives de la Mekerra ( Tassacorra, nom romain de l’ancien Sig, petit port où débouchait la Mekerra, tassa = défilé, kerra= rivière d’où Mekerra ), l’Emir à Ténira, Napoléon III à Sidi-Bel-Abbès, le pénitencier de Boukhanéfis, le camp de Bossuet, le  » château » de Sidi Brahim, la dernière exécution au yatagan, celle du Bel-Abbésien Bendjeffal Benknadil des Ouled Brahim qui attaquent la Redoute de la Légion Etrangère face au mausolée de Sidi-Bel-Abbès,les   légionnaires déserteurs qui rejoignent le FLN, l’exécution sommaire de Caïd Belarbi, les fidas, l’OAS…à l’USMBA de Ben Barek et le SCBA, le Sporting de Rodriguez et Aber…l’USMBA et le SCBA en finale de la Coupe d’Afrique du Nord, non jouée mais de toute façon, cette coupe serait restée bel-abbésienne. Comme un certain championnat d’Afrique du Nord de Volley-Ball revenu à l’ASBA du président Lamassoure ( la station d’essence du Lido, actuellement Naftal, appartenait à sa famille )….de Justrabo au Dr Hassani en passant par Dassié dit le Poteau, maire et Principal du Collège qui protégeait ses élèves  » d’indigènes  » ; Dassié avait discrètement autorisé mon jeune oncle Houssine, meneur de la Grève  des Etudiants de Mai 1956 expulsé de son établissement, de passer son bac en candidat libre avant de rejoindre l’ALN-FLN.

Meilleurs voeux à La Voix de Sidi-Bel-Abbès et si nous devions en faire un, pour notre part, ce serait celui-ci; que notre journal soit une tribune de rencontre, non une arène d’affrontement, une aire de souvenir, non un lieu de rancoeur… une page tournée vers l’espoir d’un avenir heureux parce que nous avons, tous, assez pleuré un passé complexe.

Belamri Abdelkader (Sidi Bel Abbes)

Le journal « la voix de sba » fête son deuxième troisième anniversaire. En rejoignant la famille des lecteurs de ce journal, j’ai compris l’intérêt supérieur des concepteurs de ce site d’information dont le souci est d’axer tous les efforts sur l’information de proximité et l’expression participative des citoyens, sur tous les thèmes traités et les sujets proposés. Les lecteurs ne sont plus de simples consommateurs de l’information, mais réagissent selon leurs points de vue dans l’approche des thèmes, qui souvent sont pertinents et significatifs d’intérêt. Le  journal aurait permis aussi à nos frères émigrés belabesiens notamment, de participer à la vie de leur cité avec un esprit critique et continuer à vivre leur attachement à leur ville et lutter contre l’oubli. Ce portail d’information et d’échanges nous convie à s’ouvrir sur la vie locale, régionale voire nationale. La voix de sidi bel abbés intéresse et passionne de plus en plus d’internautes; le journal est à la fois informatif, éducatif et interactif. Il contribue à l’instauration de liens d’amitié et de rapports humains intéressants. En ce temps de brouillonne interrogation sur le mal être de la jeunesse, c’est un moyen royal dans l’approche des besoins en information de proximité et d’échanges permettant aussi aux lecteurs de souffler et oublier  un peu leurs soucis quotidiens. La voix de sba a aussi contribué de raviver les bons souvenirs à travers les différentes rubriques (besma;dayf;etc…) et réactiver la flamme de l’amour que portent les belabésiens à leur cité. A travers les différents commentaires des lecteurs dont le nombre ne cesse d’augmenter, l’on peut baissement déduire l’intérêt porté par ces lecteurs en direction de la liberté d’expression et le respect des opinions, et c’est là l’essentiel pour une contribution démocratique saine et ambitieuse. C’est aussi un moyen pour les lecteurs de se retrouver dans ce labyrinthe façonné par le cosmopolitisme et le développement. En ces temps modernes ou l’information est disponible dans le temps et dans l’espace et en quantité considérable, un tri et un choix des sujets s’imposent à la direction de la voix de sba notamment l’information utile et impactant destinée au lecteur qui doit en tirer profit dans sa vie quotidienne et réagir pour donner son avis. La voix de sba dont les moyens sont limités ne cesse de nous surprendre par la qualité des reportages et la diversité des sujets. Les photos anciennes produites par le journal éveillent en nous la nostalgie de l’époque et pour les jeunes une sorte de repères du vécu de leurs ainés et tout ce qu’il véhicule comme lien d’amitié, d’entraide et de convivialité sans haine ni dissension. Cette période démontre surtout le défi porté par les anciens pour la prise en charge des besoins de la cité à l’instar des grandes villes du pays(Sport, culture, loisirs etc…).Chaque anniversaire implique une halte et une réflexion critique pour mesurer le chemin parcouru et la prise en charge de nouvelles ambitions. En tous les cas Bravo et bonne continuation pour notre grand plaisir.

Cheniti Ghalem (Sidi Bel Abbes)

En célébrant son anniversaire, La VDSBA est bien partie pour bien durer dans le paysage médiatique local mais aussi national et international. Le journal tient la route grâce au dévouement d’une équipe qui travaille bénévolement et dont le noyau, constitué de Messieurs Salim Brikci et Kadiri Mohamed, a été consolidé par des contributeurs généreux  tels que messieurs, Nouara Yahia, Ourrad Hamid, Mohamed Ghalouni, Dr Douar…etc. Ce même noyau a été enrichi par des plumes très raffinées, sans omettre Mr albaraccin et la constante et Fidèle Claude .B Noyau suivi par nos amis lecteurs et lectrices et qui sont très nombreux pour être cités. Je me permets de leur adresser mes meilleures salutations  et mes plus grands respects. Je considère que toute personne qui prenne la peine la peine de rédiger ne serait-ce  qu’une  phrase est à respecter très sincèrement. L’un des buts recherchés j’imagine est la participation de tout un chacun pour consacrer la pérennité de la VDSBA. Cette pérennité, je pense doit être assurée- en plus du bénévolat, de l’administration et de la rédaction ; par la recherche  d’une formule originale loin de toute structure qui fait justement la réussite de la VDSBA.

 HANI Abdelkader (Sidi Bel Abbes)

Depuis trois années donc la VDSBA est devenue une tribune incontournable si on veut être informé sur la ville de Sidi bel Abbes et sa region.

Depuis trois années donc la VDSBA décryptent l’actualité locale et parfois nationale ,du point de vue des évènements politiques et économiques, des urgences sociales, et écologiques , de l’avenir de la jeunesse, du monde du travail dans notre ville et  notre wilaya.

Depuis trois années donc chacune et chacun d’entre nous a Sidi bel Abbes et ailleurs parmi la grande diaspora des bel-abbesiens dans le monde peut commenter l’information, donner son avis.

Depuis trois années donc la VDSBA nous amène en pèlerinage dans l’histoire de la ville et de sa région , nous fait voyager dans le merveilleux des contes et légendes de nos terroirs locaux.

Depuis trois années donc la VDSBA mène un combat quotidien pour la démocratie.  pour bousculer le rapport de forces en faveur d’une alternative progressiste transformatrice.

Désormais donc la VDSBA est devenue la force commune de celles et ceux qui aspirent à des futurs de démocratie, de progrès, d’humanité et de stabilité car « Une démocratie est d’autant plus stable qu’elle peut supporter un plus grand volume d’informations de qualité ».

La VDSBA nous apprend que «la liberté de la presse présente des inconvénients mais moins que l’absence de liberté ».

Merci la VDSBA  et Bon anniversaire.

Claude B (Toulouse)

J’ai fait la connaissance de la VDSBA il y a 2 an alors que j’effectuais des recherches relatives à mon enfance passée dans cette ville. J’ai tout de suite apprécié ce journal pour la qualité et la variété des articles proposés. En me connectant chaque jour, j’ai eu très vite l’impression de retrouver ma ville, de marcher dans les rues, de voir l’école Carnot à laquelle tant de souvenirs et d’images sont associés, notamment ce vieux monsieur que nous retrouvions devant la porte de l’école avec sa grande boite métallique rouge pleine de gourmandises « les oublies », la piscine du lycée Laperrine, le jardin public, les cinémas, l’orange etc etc…….. Tout remontait à la surface, des pans entiers de ma vie, bien enfouis dans ma mémoire surgissaient à l’occasion de la lecture d’un article, d’un témoignage d’un lecteur, ou lectrice. J’étais heureuse de renouer le fil de l’histoire avec Sidi bel Abbès, toutes ces années passées loin d’elle, en France, semblaient s’être écoulées rapidement, et comme par enchantement je me retrouvais près d’elle comme si je n’étais pas partie. L’impression était curieuse, je revenais chez moi par journal interposé, j’en étais heureuse. J’évoquais tout cela avec enthousiasme en famille, on me conseillait de garder les pieds sur terre, de ne pas trop rêver, ma vieille maman qui a toujours été ma confidente, a été le témoin de ce bonheur éprouvé en revenant grâce à la VDSBA  dans cette belle et douce ville. Pendant un an, elle fut aussi du voyage…… Bien sûr, dès qu’une chose est trop belle, il faut qu’elle soit ternie par certains évènements qui peuvent blesser même si on doit les relativiser. C’est ainsi, qu’au fil de mes participations j’ai constaté une certaine hostilité due au simple fait que j’étais française, je dois dire que je ne m’y attendais pas, tout au moins avec cette dureté, cette haine parfois, après cinquante ans. Etre contrée pour mes idées, oui, contrée parce que je représentais pour certains « la France coloniale », non. J’aurais souhaité que les détracteurs zélés agissant sous anonymat  prennent la peine de se poser la seule question valable: pourquoi cette française intervient sur un journal Algérien. Car, à bien y réfléchir, pourquoi s’intéresser au journal d’une ville dans laquelle on ne vit pas d’un pays dans lequel on ne vit plus, si ce n’est par amour des deux. Mais fort heureusement, certains contributeurs, lecteurs, lectrices, m’ont fait oublier les haineux. Je ne peux tous les citer, mais je voudrais remercier outre la rédaction du journal, les personnes avec lesquelles les échanges ont été enrichissants, cordiaux, voire amicaux, et toujours  sincères. Honneur aux dames: Mme Mostefaoui pour la pertinence de ses propos et sa grande amabilité, Giselle pour sa gentillesse, toutes deux m’ayant apporté leur soutien dans l’adversité. Messieurs Smiley, Bouchentouf, Mémoria, pour leur honnêteté intellectuelle vis à vis de tous les sujets en ligne, et leur maîtrise de ces derniers, Mr Ouhibi Reda pour ses encouragements (qui lui ont valu d’ailleurs, quelques critiques déplacées), lorsque le moral était en baisse. Enfin, un parmi d’autres que j’ai eu le plaisir de recevoir chez moi à Toulouse et dont l’amitié ne fait jamais défaut. Ma liste est évidemment incomplète, il m’est impossible de citer tous ceux avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer à un moment ou un autre, tout au long de cette année, ils se reconnaitront, j’en suis sure, qu’ils sachent, tous, que je les remercie de leur accueil sur le site, puisque je les ai rejoint un an après la création du journal. Et pour terminer, c’est grâce à la VDSBA que tout cela a été possible, je souhaite de tout mon cœur longue vie au journal et le remercie de m’avoir ouvert grand ses portes. La VDSBA souffle ses 3 bougies, je formule le vœux que nous nous retrouvions pour d’autres anniversaires, dans 1 an, dans 2 ans, toujours avec le même plaisir et dans un esprit empreint de sérénité, de respect et de convivialité.

Bon anniversaire mes amis.

Hamid Oured (Sidi Bel Abbes)

Je tiens à féliciter les promoteurs et ceux qui animent le journal depuis trois ans , parce que vu les conditions financières du journal, il n’était pas évident de croire qu’il aurait fonctionné tout ce temps là. Un grand bravo pour le travail abattu et la qualité du contenu, l’opinion démocratique a besoin de vous pour un meilleur rayonnement. Je vous exhorte à toujours rechercher l’excellence et pour cela, je crois que vous êtes déjà outillés, car parmi vous il y a une pléiade de gens remarquables  tels que Mrs Brikci, Kadiri etc.…. Avec cette structure, c’est normal que vous soyez à ce niveau, vos efforts sont à louer, vous méritez soutien et aide. Bon vent à notre journal la Vois De Sidi Bel Abbes et surtout soyez critiques envers les dirigeants en faisant des propositions  afin que les Algériens et les Belabbesiens en particulier soient fiers de vous. Je vous demande de rester impartial et continuer sur la lancée car vous avez encore du chemin à faire, Bravo ! Je souhaite au journal et toute l’équipe bonne anniversaire et longue vie.

Faraoun Bekhaled (Sidi Bel Abbes)

En ce jour exceptionnel je souhaite un joyeux anniversaire à notre journal qui vient de boucler ses trois années d’existence et souffler ses trois bougies. Un journal aussi merveilleux mérite un anniversaire digne de ce nom et ce jour est très important de l’année pour souhaiter aussi la santé et le bonheur à tous les lecteurs. Depuis le lancement de ce site les lecteurs deviennent de plus en plus nombreux et profitent merveilleusement de la Voix De Sidi Bel Abbes  qui restera la plus chère pour tous. L’ensemble des lecteurs sont satisfaits sur le plan de l’information, et le remerciement est adressé à tous ceux qui ont laissé leurs bonnes traces sur le journal la VDSBA nous fait vivre des moments exceptionnels en partageant que du bonheur avec tous les lecteurs sans exception. La VDSBA crée de l’amitié entre les lecteurs et unit les Belabbesiens qui sont éparpillés à travers le monde. Les lecteurs viennent par le biais du site pour se ressourcer et évoquer des souvenirs lointains. En préservant le site, nous préservons par la même occasion des valeurs de la ville de SBA. Il faut absolument faire vivre le site pour espérer à continuer à vivre d’autres anniversaires. Le site est le seul moyen pour les lecteurs de montrer leur solidarité et œuvrer  sans relâche et avec passion pour son existence. C’est le lieu de rencontre de différentes plumes et le souhait sera la bienvenue prochaine de futurs lecteurs qui se joignent à la VDSBA pour une expression utile et nécessaire. Le but et de rassembler le maximum de lecteurs qui nous permettent de rivaliser avec n’importe quel site au niveau compétitivité. La préservation du site est notre cheval de bataille et il n’y a pas de plus grand et de plus chère que notre ville. Mes vœux les plus sincères à notre VDSBA et je souhaite à ce que l’année qui l’attend soit encore meilleure que les trois années précédentes. Tous mes meilleurs vœux de longévité 

Que ces quelques fleurs vous  apportent le bonheur

Que l’année entière vous soit douce et légère

Et que l’an fini nous soyons tous réunis

Anniversaire plein de joie et de bonheur

 LA VOIX DE SIDI BEL ABBES MABROUK ALIKOUM

Tewfik Adda Boudjellal

Mon année bissextile au sein de la voix de Sidi-Bel-Abbès !
Je suis agréablement surpris en faisant défiler le film de ma maigre contribution dans la voix de Sidi-Bel-Abbès.
Deux faits marquants resteront gravés à jamais dans ma mémoire, il s’git du 16 avril 2013, où un article me fut consacré, dans le cadre de la journée de l’artiste .Je ne suis pas musicien, ni comédien, ni artiste-peintre, mais plutôt un engagé corps et âme à la cause culturelle.
J’ai çà dans le sang, et c’est mon domaine de prédilection.
Mon deuxième grand cadeau, restera sans nul doute la surprise que m’ont faite nos amis assidus de la voix et à leur tête Mohamed Kadiri, le 30 juillet dernier date de mon anniversaire .On avait passé un moment inoubliable -chez-moi – chaleureux et empreint d’une reconnaissance amicale sans commune mesure .Ce fut mon plus beau cadeau, moi qui regardait filer cette date comme un simple jour calendaire depuis un bon moment déjà.
La voix m’a fait rencontrer des personnes humbles mais exceptionnelles .Et de Bessma en Bessma, les liens n’arrêtaient pas de se tisser telles les racines d’un sékoia de la vallée de Yosemite aux états unis d’Amérique.
La voix m’a donner la possibilité de partager avec nos amis(es) lecteurs et lectrices , mes souvenirs de voyage .Du port du Mogador , où la route des sels ,au mont Ontoto d’Addis-Abeba , où nos diplomates en place et a leur tete notre « vrai » Ambassadeur Mr Rachid Belounes provoquent en vous un authentique sentiment de fierté d’être Algérien .Un véritable cheval de bataille que devraient chevaucher toutes nos représentations diplomatiques pour donner une image positive du pays .
Durant l’année, j’ai eu à traiter pas mal de sujets, aussi variés que possible .Une évocation à la Russe, suite à la période des années 80 vécue en tant qu’étudiant, où j’avais prédis en 1984 déjà, l’imminence de l’effondrement du mur de Berlin .Il sera rayer de la carte en 89, ce fût la première pièce du puzzle dans le démembrement de l’empire soviétique .L’histoire continue aujourd’hui avec l’Ukraine.
Le sport aussi a eu droit de cité .Un témoignage de ma part de l’époque « Choubine «, l’entraineur Russe de L’Usmba (ami d’enfance du Grand Rogov), que j’ai eu le plaisir de côtoyer et traduit ses cours d’entrainements du Russe en Français pour son adjoint de l’époque. Il a été incompris alors que son programme pour les années à venir était éloquent.
Un autre article assez sévère de ma part, relatif à la gestion de la ville et qui avait pour titre où va Sidi-Bel-Abbès
J’ai aussi évoqué le phénomène Facebook, cette fenêtre virtuelle ouverte sur le monde.
Mais le scoop de ma vie, restera inévitablement les deux interviews que j’avais réussit à réaliser avec Mr Alain Afflelou, le célèbre lunettier et le Docteur Tastevin qui fut agréablement surpris de ma démarche .Dr Tastevin vit « chez-lui » en vase clos depuis son départ forcé et non choisi de « sa ville » Sidi-Bel-Abbès .
Je ne remercierais jamais assez la voix de Sidi-Bel-Abbès d’avoir été la première sur le plan local, à soutenir et à honorer mes jeunes poulains des Raina-Hak.
Je ne peux hélas me souvenir de toutes mes contributions , mais la dernière en date , fut celle consacrée aux FARR .Cette mouvance naissante en France , sera dans un avenir très proche , une force avec laquelle il faudra composer .Ces Franco-Algériens , sont d’abord des Algériens, qui ont réussit dans leur parcours respectifs .Leur seul souci , consiste à rapprocher les deux pays dans le domaine de la science , du savoir et de la culture .
J’ai beaucoup apprit du journal .Des articles aussi intéressants que variés. Souvent on eu le plaisir de lire des commentaires hauts de gamme et très instructifs de la part d’intervenants dotés d’un niveau d’excellence.
Les rencontres organisées par la voix, ont prouver au monde entier que le Bélabésien à bon cœur..

Ali AZIRI Votre fidèle Lecteur et Ami (Bretagne)

Pour la commémoration du 3eme Anniversaire de la création du journal je suis très fière de vous très fidèle au journal. Mes félicitations, grâce à vous en un seul clic je suis toujours à Sidi Bel Abbés. Depuis la création Messieurs vous nous projeter que de la lumière, merci à l’administration, merci Khayi Mohamed KADIRI et tous les autres membres de la rédaction.

Merci à  Sidi Bel Abbes et les fidèles lecteurs qui Animent les forums et les débats.

Longue vie à vous tous  et Bonne Anniversaire encore un Lecteur qui vous aiment depuis très longtemps.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=38465

Posté par le Fév 25 2014. inséré dans ACTUALITE, ANNIVERSAIRES. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre