La Voix De Sidi Bel Abbes

3 Millions de personnes souffrent de polyarthrite rhumatoïde en Algérie

Trois millions de personnes en Algérie sont atteintes de polyarthrite rhumatoïde a déclaré samedi à Alger Pr Aicha Ladjouze Rezig présidente de la ligue algérienne anti-rhumatismale . Les polyarthrites rhumatoïdes telle l’arthrose atteignent les personnes âgées de 50 ans et plus notamment les femmes ménopausées mais d’autres catégories également a ajouté Pr Ladjouze chef de service rhumatologie à l’Hôpital de Ben Aknoun en marge du 12ème colloque sur les rhumatismes. Pour Pr Ladjouze la multiplication des centres spécialisés, l’augmentation du nombre de spécialistes dans le domaine et les progrès enregistrés au plan des examens et des analyses biologiques ont tous concouru à « l’amélioration de la santé du citoyen algérien ». Certains patients, a-t-elle déploré, sont contraints de subir des examens poussés à des tarifs élevés dans les structures privées d’imagerie médicale faute de prestations similaires dans les établissements hospitaliers publics. La « généralisation » de l’examen échographique complémentaire nécessaire pour le diagnostic de nombreuses maladies qui touchent la colonne vertébrale conforté par ceux de l’imagerie médicale ont permis l’établissement d’un « diagnostic précis » des maladies des os et des articulations. Pr Ladjouze a recommandé le renforcement de la formation continue et l’échange d’expériences avec des spécialistes étrangers dans le but d’élargir les connaissances des jeunes médecins et les informer des nouveautés dans le domaine. Le 12ème colloque qui prendra fin dimanche abordera des sujets en relation avec la rhumatologie à l’instar de la tuberculose, les tumeurs de l’os et la prise en charge des fractures chez les sujets à risque notamment les personnes âgées.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=13196

Posté par le Mai 12 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

19 Commentaires pour “3 Millions de personnes souffrent de polyarthrite rhumatoïde en Algérie”

  1. Mimoun

    Cette maladie comme les maladies chroniques tel que le diabète , la tension et autres ne cessent d’augmenter d’année en année.
    IL faut accompagner ces maladies par l’apport de médecins spécialistes et des centres spécialisés dans l’ensembles des catégories des maladies chroniques.Avec ce type d’accompagnement, on peut freiner légèrement ces types de maladies par des dépistages et des campagnes de sensibilisations et de vulgarisation » prévenir vaut mieux que guérir » En plus ces centres spécialisés peuvent concourir à l’ amélioration de la santé des malades. Les responsables des cliniques privées sont des médecins et ca fonctionne mieux et pourquoi l’état ne dote pas les hopitaux ,les cliniques ou les centres de santé qui fonctionnent actuellement mal par des médecins responsables qui peuvent redresser positivement la situation de la santé.

  2. Harmel sidibelabbes

    un des grands handicaps dans notre pays est celui de la santé et ce chiffre officiellement communiqué révéle le désastre et la calamté de la santé précaire ds manquements en tout.

  3. Mémoria,

    L’Algérie reste un des seuls pays pétroliers à n’avoir pas investi dans la santé du citoyen.Son système de santé reste obsolète et archaïque.Pourquoi?

    -Notre pays a construit des hôpitaux et centres de santé qui ont quadrillé tout le pays en engageant une pléthore de personnels non médicaux et paramédicaux qui ont paralysé la bonne marche des services hospitaliers en relèguant les vrais gestionnaires (Professeurs,Medecins-spécialistes,para-médicaux) très loin du conseil d’administration et de la Direction des hôpitaux.Comment peut-on concevoir qu’un syndicaliste ouvrier professionnel puisse gérer un CHU ?Et cela a été spécifique à tout le pays.Des milliards ont été dilapidés sous couvert de mauvaise gestion par des soi-disant gestionnaires nommés par Alger et qui n’avait rien à voir avec la santé publique !
    Des matériels et équipements sophistiqués se sont dépréciés sans avoir vraiment servi ,parce qu’on a préféré former des « économes » ,directeurs adtifs,syndicalistes…et méprisé les cadres moyens paramédicaux,instrumentistes,…

    Et voilà la déperdition est là dans le secteur public au profit d’un secteur privé qui n’a pas réussi à sortir de l’auberge… »j’allais écrire de la clinique »…Les deux secteurs se valent grâce à une constance qui est restée entre eux: la déontologie et l’éthique qui sont resteés en deçà des normes mondiales…

    La problèmatique de la sécurité sociale reste aussi ce dossier noir que la presse a toujours eu peur d’effleurer.Le remboursement de l’acte médical au bénéfice des patients n’a jamais eu lieu du côté des praticiens privés,et cela relève de l’infraction pénale parce que l’Etat par la SS a fixé les tarifs depuis belle lurette…
    Le remboursement des analyses médicales n’a jamais été au prorata des frais réellement engagés par le patient.

    L’Etat n’a pas engagé de poursuites contre les manoeuvres frauduleuses des praticiens et labos pénalisant des millions de patients dans leur pouvoir d’achat depuis des décennies,et a participé par sa complicité à un secteur privé presqu’informel puisque opérant dans l’illicite par ses tarifs antipopulaires…et dégarni le secteur public qui ne tient que grâce aux universitaires…

    Dans tous les cas,une entente tacite s’est maintenue entre les deux secteurs et a décrédibilisé pour longtemps tous les corps techniques et médicaux.

    Aujourd’hui nous en sommes à une fuite en avant vers les hôpitaux français qui accueillent qu’on le veuille ou non-ironie de l’histoire- …..comme patients une quantité conséquente de médecins,paramédicaux et autres essayant de sauver leur vie dans un dernier sursaut.

    Triste retour de manivelle !

  4. kerroum retraité

    je felicite le journal pour ces zooms aprés mascarade électorale ou tout venant va sieger a l’assemblée nationale.le retour de manivelle oui vous avez mlile fois raison mr Memoria.il n’est pas triste il est des plus déplorables c’est la réalité crue et nue.

  5. kerroum retraité

    vous avez entierement raison monsieur c’est le drame de ce riche pays

    • un parmi d'autres

      Mon cher Kerroum ,ce riche pays dites-vous ,riche en quoi lorsqu’on voit la société algérienne démunie de pouvoir d’achat et cette inflation qui écrase l’ouvrier au point de ne pouvoir s’offrir la sardine qui se jettait lorsqu’arrivait midi tapante ,et cette salade pourrie et fanée qui se vend au prix que même les lapin n’en voudrait pas ,et la pomme de terre légume du pauvre inabordable ,et j’en passe des meilleurs.DONC NOTRE SOCI2T2 ESZT MALADE ET 50 ANS APR7S AUCUN REM7DE NE LA GU2RIRA ;pour ce qui est de la médecine chez nous c’est ce que disent les pseudo-professionnels de la santé je cite/
      —–( eddouh le dar wa thallou fih ,ce qui se résume par reprenez-le à la maison et préparez sa tombe .
      Sans rancunes

      • Mémoria,

        Pathétique vérité Un parmi d’autres !!!

        Nous attendons tous notre tour avec fatalisme et philosophie !

        • un parmi d'autres

          Merci d’avoir déniché la réflexion de cette pathétique vérité dont certains ne songent guère et pour cause de ce matérialisme qui les aveugle .
          Il y a des instants pathétiques qui sont lourds de sens mais qui n’ont pas leur place dans une synthèse de la vie sociale de notre pays qui s’effrite tel qu’un vase en porcelaine ou un verre en crital qu’on ne peut recoller

      • kerroum retraité

        riche en énergie en réserves de changes en potentialités humaines sous exploitée ignorées

        • un parmi d'autres

          Mr Kerroum il fut un temps ou notre pays fut riche en Agriculture ,et tout le monde mangeait et arrivait par n’importe quel moyen à subvenir au besoin de sa petite famille ,c’était le temps de DOURO ET DE BARRATO .Et on était heureux ,et là existait la baraka ,pour se soigné il y-avait 2 dispensaires ,un derrière la mairie et l’autre du côté du petit vichy.Quand à notre hopital il était très bien géré avait de bons médecins et de grands chirurgiens,tel que Belkhodja,,Khodja,Tastevin ,Chevrier ,Bellet ;je ne vais quand même pas tous les citer ,et la belle clinique d’accouchment au sein de notre hopital qui s’appelait (L’hospital du bois de boulogne )car de part ses jardins et son espace vert et les arbres qui l’entouraient il fut baptisé de ce beau bois que possédait la ville de paris ,puisque sidi bel-abbès était le P’tit Paris sauf que nous n’avions jamais étaient des Titis Parisiens.

          • kerroum retraité

            Monsieur ce que vous dites est une époque révolue LES TEMPS ONT CHANGE JE RESPECTE VOTRE OPINION MAIS JE PARLAIS DU VECU DE CES JOURS

            • un parmi d'autres

              J’avais bien compris vos dire sauf que de par ce que je vous ai répliqué ,c’était uniquement pour dire ,que nous autres anciens nous disions :que nous savons ce qu’on a laisse derrière nous sauf qu’à aucun moment nous n’avions su ce qu’on allait prendre ,tout cela bien entendu pour parler du social

              • kerroum retraité

                merci monsieur vous au moins vous etes juste et vous ne cacher pas le dur passé mais regarez la photo de la une sur dennoun a..

          • Mémoria,

            L’hôpital de Sétif en haut de Aïn Fouara ressemble étrangement à celui de Sidi-Bel-Abbès.Même architecture et conception…
            La clinique d’accouchement de notre CHU s’appelait Pavillon Chapus….

  6. messafer ft sba

    les commentaires de memoria sont sinceres et sutout ceux sont des analyses du vécu de ce qui est vérifiable pas la langue de bois.

  7. messafer ft sba

    bonne analyse de memoria

  8. benhaddou boubakar

    c’est l’absence de medecine de travail aussi qui resulte l’augmentation des maladies au sein des travailleurs! il faut absolument revoir le systeme de santè ,et surtout dans les etablissements scolaires qui laisse a desirer!

  9. MOHAMED

    Les prix des consultations sont complètement différents d’un médecin généraliste à un autre et d’un médecin spécialiste à un autre.Pour les deux cas cités, Le taux de remboursement est nul et la différence est toujours payée par le patient .
    Pourquoi le prix de la consultation a augmenté et le taux de remboursement est resté le meme .C ‘ est la CNAS qui doit répondre à cette question puisque le taux de prélèvement est de 35% par rapport au salaire dont 26% payé par l’employeur et 9% par l’assuré.
    Pourquoi les médecins généralistes privés se prennent pour des médecins spécialistes (EL FAOUDA)
    Pourquoi les médecins n’accordent pas d’importance à leurs patients au sujet des rendez vous .Le patient fait une chaine de 4 heures ou plus pour passer la visite.Pourquoi en Europe les rendez vous sont fixes avec des heures et minutes précises.
    Je pense que la spécialité médico-pharmaco existe chez nous puisque les pharmaciens livrent sur leurs propres décisions les médicaments sans ordonnance chose qui n’existe pas en europe.
    tous ces problèmes liés à la santé sont des problèmes de conscience et de sens de responsabilité

Répondre