La Voix De Sidi Bel Abbes

2ème virée : Belarbi (l’ex Baudens), le village des 200 chahids (martyrs).

Nous avons entamé une virée dans nos beaux villages d’antan, commençant par l’es Palissy, et de Sidi Khaled. C’est vers l’ex Baudens aujourd’hui Belarbi que l’on s’est dirigé.

Qui est d’abord Baudens ? C’est Jean Baptiste Lucien Baudens (1804-1857), un médecin militaire Français, né à Pas-de-Calais en 1804, décédé en 1857 à Paris, qui était chef de service chirurgical à Istambul et en Crimée. En 1854, il avait le grade de colonel. Ce nom était également porté par un grand hopital à Oran. mais depuis 1963, le village qui est très ancien, si l’on remonte à El Ksar porte le nom du nationaliste Chahid Belarbi Abdelkader, (notre confrère Kadiri Mohamed lui avait consacré toute une page dans le quotidien d’Oran il y a presque 10 ans de cela ), natif de 1885, il fit des études coraniques primaires, secondaires, fit par l’infanterie. Il a été Caid à Sabra puis à Oued Sefioune, nationaliste, il a fait partie du parti El Bayane et du PPA. Lors des élections de 1949 (avril), il refusa catégoriquement de truquer les élections de l’époque, sous les ordres de Neeglan. Il a été admis vite à la retraite suite à son refus de cautionner la fraude électorale.  Sa demeure à été un refuge pour les nationalistes et par la suite pour les hommes de novembre. En janvier 1957, il fût assassiné le 14/10/57 avec d’autres militants de sa famille, par le sinistre sanguinaire Chupin.

Pour cette commune, elle est située au nord-est de la wilaya de Sidi Bel Abbès, qui s’étale sur environ 10.644 hectares, au cœur d’une région à vocation agricole de la pleine de la Mekerra. Son site verdoyant abrite une agglomération de 9.655 habitants. Distante de 18 kilomètres du chef lieu de la wilaya, elle se situe à 80 km de Saïda, 110 km de Tlemcen et 75 km de Mascara. Elle dispose d’un réseau routier important lui permettant une bonne liaison avec les agglomérations avoisinantes. La R.N 7 passe à 2 km du chef-lieu pour relier Maghnia à Mascara en passant par S.Bel abbès. C’est là que se trouve cette commune ou les 3/5 de la population vivent de l’agriculture. La densité est de 100 habitants/ km2 Le climat est de type méditerranéen, semi aride frais en hiver,  avec une pluviométrie moyenne de 330 mm. La température atteint 40° en été et descend jusqu’à 5° en hiver. L’altitude est de 540m. Avec les céréales on trouve des cultures maraichères. L’arboriculture est présente et les oliviers couvrent 164 hectares (héritage de l’époque coloniale). La vigne s’éparpillait sur des milliers d’hectares. Des dizaines de carcasses de caves en témoignent à ce jour. Elle a été arrachée pour reconversion à d’autres cultures. L’élevage compte 6.500 têtes d’ovins et 600 têtes de bovins. Historiquement, il existait des archs, des douars, des dechras, groupés suivant les coutumes et les traditions du territoire. C’est par décret n° 23 du 15/09/1875, que fût ainsi créer un centre de colonisation. En 1899, la localité fut dénommée Baudens, La création officielle de la commune de Baudens commença le 24/11/63 avec 40 familles. Avant, la localité était divisée entre les communes de la Mekerra et celle de Tilmouni. En 1926, la commune comptait 800 habitants dont 465 arabo-musulmans(Algériens) et 335 Européens (colons Français). La population d’origine Algérienne était composée de deux tribus, Ouled Slimane et Hassasna (originaires de Saida). Par décret n° 53189 du 16/05/63 la commune de Telmouni fut intégrée  à la commune de Baudens par délibération du 28/09/63, la commune de Baudens fut dénommée ainsi  Belarbi comme on l’a vu plus haut. Après le dernier découpage administratif 1984, la commune de Belarbi fut répartie en trois communes autonomes (Belarbi, Tilmouni, Hassi Dahou). Cette commune était connue pendant la révolution. Il est pratiquement impossible de citer tous le monde, car déjà le 04/11/1954, oui le 04 novembre, c’est-à-dire que cette région était au rendez-vous de l’histoire, car elle a vue le sabotage des câbles électriques reliant Sidi Bel Abbes à Saida, et les présumés auteurs ont été présentés devant le P.J Marteau dans le commissariat de Faubourg Thiers, il n’y avait pas que ça, ils avaient incendié les meules de paille et la récolte du maire de Baudins (des archives existent). Ils étaient concernés : les familles NEHARI, FARCH, BOUGENAYA et SAIDI. D’autres Belarbi comme HABIB 1921/1996, ABDELDJEBAR 1942/2006, au coté de KERKEB KADDOUR 1925/1959 (en le citant, me vint l’idée du lien familiale avec notre frère et ami Dr Driss Reffas). Ces derniers figurent dans la liste que l’on ne peut toute énumérer, car chaque coin et recoin de son territoire a vécu des moments atroces (assassinats, disparus, handicapés, orphelins, veuves, deuils, et sang, des exodes massifs et campagnards, massacres collectifs, des douars brulés, pillés, bombardés). Les exemples sont nombreux: douars Refafsa avec les MERADI, KADIRI, et autres, les Bouahda Khemamla. Les forces coloniales avaient cerné cette zone par des casernes et les postes militaires poussaient comme des champignons vénéneux. Le chef lieu a été commandé par le colonel Cassani secondé par des officiers sanguinaires qui employaient des méthodes nazies pour torturer des citoyens désarmés. Les montagnes voisines témoignent des divers accrochages: Louza, Feid El Hadj, Moksi…Vu les chaines montagneuses et une forêt dense, le maquis a abrité nos valeureux guerriers pendant toute la révolution… La région a connu des hommes valeureux membres de l’ALN et de l’OCFLN.La commune de Bélarbi a compté 200 chahids dont 80 reposent au cimetière des chouhada… Une prison (camp de tortures, triage et renseignements) installée au chef-lieu témoigne des tortures et des crimes de l’occupant. Le prix de la liberté a été très lourd et nous n’avons cité que le minimum. Notre localité, âgée de plus d’un siècle, et qui nous fait certainement penser à un ami en l’occurrence HADJ ABDELHAMID qui possède des attaches vis-à-vis de celui dont la localité porte son nom à ce jour et dont une fierté est légitiment tirée a travers ces innombrables actes de bravoure    attend toujours ses enfants pour la chérir….Soyez jaloux.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=6041

Posté par le Juil 7 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

12 Commentaires pour “2ème virée : Belarbi (l’ex Baudens), le village des 200 chahids (martyrs).”

  1. khomsi ex cadre

    fantastique je crois que les belabbesiens bougent et il faut positiver cela .aujourdhui la localite est en dessas des espoirs voeux de
    ses habitants.merine marhoum moulay slissen ont un lycee. tiens kadiri avait parle de la deperdition scolaire belarbi est la premiere

  2. D.Reffas

    Bonjour.
    Le travail de proximité met en valeur nos cités oubliées. Merci monsieur Kadiri. Effectivement, mes cousins (Kerkeb) Kaddour, Abdelmalek et Mokhtar ont vécu à Baudens dans le même Haouch que notre révolutionnaire el hadj Tayeb Nehari. Ils ont rejoins le maquis à partir de cette localité. Gloire à nos martyrs et longue vie aux vrais moudjahidines.

  3. djouher tiaret

    une region tres acceillante celle de belarbi personnellement j’en ai eu deux amies deux soeurs dois je le dire et on se parle depuis 1986

  4. zemri tenira

    une belle region de lions des hommes qui chasserent el istiemar

  5. collegue sante

    abdelhamid cite est muet comme unr carpe

  6. collegue sante sba

    abdelhamid cite est muet comme unr carpe

  7. Nehari Ali

    Nous préparons avec mon pére hadj Tayeb NEHARI un grand ouvrage sur l’histoire du village et l’épopee ‘du Chahid Kaiid bel arbi mais malheureusement nous buttons sur un manque de moyens, si ce livre sera édité,peut garnire la bibliothéque locale et nationale.

  8. ami de VDSBA

    ILS VIENNENT DE SAIDA ET ON LES APPELE LES GUETARNIA

  9. A/d

    Hommage au feu hadj Atbi ,que Baudens(belarbi) fait ses adieux il y a à peine 3 mois,pour ne plus jamais parler de ce defunt grand homme courageux ni par un petit reportage ;ni par une simple déclaration,malheureusement tout est enterrés avec lui,comme c’est le cas à Telmouni ,le CEM qui prend le nom d’un chahid qui a été brulé par l’armé française puis enterré a LOUZA situé entre mostpha ben brahim et douar mhadid,cest bien lui guerouache benaidja qu’on a pas trouvés encore sa photo,désormais meme son nom ne figure pas sur le listing des chouhada ,c’est étonnant !

  10. moussaoui mustapha

    salam alikoum ana oualida dorigine men boudens mel familia dial benzerga et benyamina slimane

  11. fadel mustapha

    une fiertie de nous tts j’ai pas un seul mots a dire aprés tous qui je vien de lire
    je suis trés trés fiere d’etre un de x baudens kaid belarbi et comme je suis trés fiere d’etre le petie fils d’un nehari hadj derrar nehari

  12. Khamali

    Je suis un Khamali comme je suis fière de mon premier douar Khmamla avec les noms Khomsi harir bougenaya merci d’être Khamali

Répondre