La Voix De Sidi Bel Abbes

29 mai 1958 : il ya 53 ans, « la question Algérienne » provoque un nouveau séisme en France.

Il y a 52 ans jour pour jour, un certain 29 mai 1958, le général De Gaulle était appelé à rescousse. La guerre d’Algérie telle une trajectoire incontournable était à l’origine de ce changement en France. Le peuple Algérien, mobilisé derrière le FLN ALN tenait a son indépendance. Ceci entraina une instabilité ministérielle, et l’impuissance donc de la IVe République face à la révolution algérienne, déclenchée le 1er novembre 1954, conduisant le régime Français à une grave crise interne. Notons que le retour de De Gaulle, obéissait lui aussi un changement inéluctable. Par ailleurs, nos sources indiquent que le 13 mai 1958, un comité de vigilance appelle à manifester contre le FLN à Alger. Un comité de salut public est créé, à la tête duquel se trouve le général Massu, et composé notamment du général Salan. Il lance un appel au général de Gaulle le 15 mai. L’insurrection prend de l’ampleur et risque de dégénérer en guerre civile. Le 19, le Général se dit « prêt à assumer les pouvoirs de la République». Certains voient dans cette déclaration un soutien à l’armée et s’inquiètent. Il rassure et insiste sur la nécessité de l’union nationale et s’il se présente encore comme le recours, il ne donne officiellement aucune caution ni à l’armée ni à quiconque. Néanmoins, un plan d’action militaire, baptisé « Résurrection », a déjà été mis en place en cas d’échec des négociations politiques.

Le 29 mai, ainsi le président de la République, René Coty, fait appel au « plus illustre des Français ». Charles de Gaulle accepte de former un gouvernement. Néanmoins, 53 ans après, les séquelles des crimes coloniaux, de la torture, du carnage du peuple Algérien, sont toujours là, et l’on garde de De Gaulle aucun bon souvenir, soutiennent des moudjahidines, aux quels dieu a prêté longue vie. La France est entrée par la force et les armes, elle est sortie par les armes, soutiennent t’ils. Rappelons que ce retour de De Gaulle a généré des tractations et c’est sous pression, l’Assemblée nationale l’investit le 1er juin, par 329 voix sur 553 votants. Le général de Gaulle devient ainsi le dernier président du Conseil de la IVe République. Les députés lui accordent la possibilité de gouverner par ordonnance pour une durée de six mois, et l’autorisent à mener à bien la réforme constitutionnelle du pays. Nos sources indiquent qu’une nouvelle Constitution, élaborée une année avant cela au cours de l’été 1958, est très proche des propositions avancées à Bayeux, avec un exécutif fort. Le général de Gaulle accepte cependant que le Parlement ait plus de poids qu’il ne le souhaitait. En Algérie, la révolution est prise en charge par le peuple, et la guerre faisait rage, et le général De Gaulle, comme ses devanciers. Et dès 1959, de Gaulle en revint aussi à une solution classique de répression militaire. À l’été 1959, l’opération « Jumelles », dite plan Challe, porta au FLN ses coups les plus rudes à travers tout le pays. Certes, de Gaulle réalisa rapidement qu’il n’était pas possible de résoudre le conflit par une simple victoire militaire, et à l’automne 1959 il commença à s’orienter vers une solution conduisant inéluctablement à l’indépendance de l’Algérie. Mais jusqu’à l’hiver 1961/62, il choisit tout de même de poursuivre la guerre, au prix de nombreuses victimes et, selon l’historien Rémi Kauffer, d’un accroissement de l’usage de la torture. Jusqu’à la fin de 1961, la lutte contre le FLN est menée avec autant de vigueur, et même davantage, qu’avant. Selon Constantin Melnik, conseiller spécial de Michel Debré chargé de coordonner les services secrets, il y eut environ 500 assassinats politiques entre 1958 et 1961, indiquent les mêmes sources. La part des anticolonialistes est une autre page méconnue par beaucoup d’Algériens, c’est ce que nous aborderons prochainement, pour dire que l’on est ni amnésique ni ingrats vis-à-vis de ceux et celles qui ont pris position, se sont sacrifié pour la cause de notre peuple. On y reviendra

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=4693

Posté par le Mai 29 2011. inséré dans ACTUALITE, HISTOIRE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

19 Commentaires pour “29 mai 1958 : il ya 53 ans, « la question Algérienne » provoque un nouveau séisme en France.”

  1. lectrice de la viille de sba

    je suis touchee par ces felicitations aux mamans tout comme je constate que vous founissez un labeur honorable .quant ace rappel sur de gaulle et son arrivee au pouvoir lui aussi li a les mains immaculees de sang d’innocents

  2. mahboubi laredj.cadre en retraite

    Rien a dire vous observez là une image retro de la memoire nouricière beaucoup de gars avec l ‘usure du temps oublient honnetement vous avez une fois de plus aborde ce que je ne trouve pas dans des grands titres de journaux je crois que la présence d’un type comme monsieur kadiri aide ces jeunes pijistes et correspondants de votre journal .

  3. ZEMRANI Abdelaziz

    bel abbés je t’aime, je t’ai quitter jeune mais les souvenirs reste.
    le passé fait l’avenir mais l’avenir ne fait pas le passè (histoire) une ville sans histoire ses enfants sont perdus.

    merci à tous les bel-abesiens et bel-abesiennes qui font vivrent l’histoire et le présent de leurs ville.
    merci à vous AZIZ

  4. ZEMRANI Abdelaziz

    dèsolès pour ce qui se sont battut de 1954 à 1962, ont oublie les bel-abbesiens et bel-abesiennes qui se sont batut contre le colonnialisme depuis des dècènnies et mème depuis 132ans.
    merci à tous les bel-abbesiens et bel-abbesiennes qui me connaissent, j’ai quitter bel-abbes en 1964, je reviens lors de mes vacances en algerie, je ne rencontre plus mes amis d’enfance dommage.
    je suis très triste lors de mes visites.

  5. ARBI ARBI

    ET ILS PARTIRENT A LA TERRE PROMISE
    M’a completement pris de court
    je croyais que c’etait vers israel
    hé ben non c’est le retour des aigris avec leur clique et claque
    lisez attentivement et vous verrez la haine personnifié de l' »arabe et de l’algerie ?

    • kaddous cv centre ville

      pas forcement l’argumentaire face a largument et le debat ne sera que grandi biensur je nedefens personne memesi cette dame la retranspose des constats qu’elle cite…un nouveau eclairageest mieux neanmoins il ya eu une loi du 25 fevrier20005.et puis….

  6. un lecteur

    Madame,
    Je ne suis pas coutumier de ce genre de joutes verbales. J’ai suivi avec intérêt l’essentiel de vos propos dans ces colonnes, parfois étonné, rarement, amusé, mais le plus souvent médusé depuis votre « intrusion » dans l’hospitalité de ce journal.
    Vous avez le droit d’exprimer la perception de votre vécu en Algérie, mais je pensai que, le temps ayant fait son oeuvre, la raison allait l’emporter sur la passion parce que j’étais convaincu dans mon for intérieur, comme pour vous je le suppose, que l’ère de l’Algérie française était résolument terminée. Mais il n’en est rien.
    Je ne partage pas du tout votre perception de votre passé colonial.
    C’est donc aussi mon droit de réfuter votre appréciation de la lutte du mouvement national algérien depuis 1830 que vous réduisez aux « forces du mal » contre les « apôtres du bien » c’est à dire la force civilisatrice de la France sur laquelle il y a tant de choses à dire.
    Comme je n’ai pas pour habitude de polémiquer dans un débat élaboré sur un terreau que je ne partage pas, je m’empresse de refermer les conduites d’assainissement dans lesquelles vous rampez depuis votre incursion dans les égouts de Monplaisir et de vous dire définitivement : Adieu.

    • un lecteur

      heureusement que vous dites cela sinon on aurait du regretter toute cette cordialite tout en restant de simples lecteurs.l’hote a droit a des egards et la reciprocipicite de mise n’est qu’aspect civilisationel

  7. abdedaim

    il n’ya aucun terreau ni maquette ni terrain replique sur les colonnes du journal qui fait de l’hospitalite un trait de sa demarche globale.je crois que l’on devrait s’abstenir de nous justifier sur notre ardent desir de chasser le colonisateur avec son linceuil de deuils comme je n’aime pas ces jets d’eponge alors que cela se deroule entre citoyens du monde et non entre colon ou piednoir et indigene

  8. un de la rue du dépôt

    bonsoir chère Régine,
    François de La Rochefoucauld avait dans un de ses Maximes:

    –Nous ne trouvons guère de gens de bon sens, que ceux qui sont de notre avis–

    c’était juste pour vous mettre à l’aise sur cette toile et vous dire que même un Mohamed peut etre attaqué sur ce qu’il dit à partir du moment qu’il ne rejoint pas les pensées infâmes qui rongent encore les têtes de certains ,si nous voulons avancer il faudrait d’abord enterrer la haîne ,comme disaient les blancs et les indiens
    enterrons la hache de guerre et fumant le Calumet de la Paix ,or je constate que nombreux fument de la Moqette .
    Bonne soirée et la nuit porte conseil.
    AMICALEMENT

  9. Maitre mellali mostefa

    el hamdou lillah ce que j ai prevu est arriver . en lisant ces repliques . je vois qu il y a des gents conscients et ils ont si bien repondu. cespieds noirs je les connais meme cette rejine d orleans née en 1949 ou 48 . ils commence par vous chanter l himne de l amour et finissent par vous dire vous etiez des indiens et nous les cowboys et on vous a civiliser .votre terre etait vide et on la remplit . bel abbes n etait que marrecage et on l a defricher ..alors que nous algerien avant 1927 toute la mediterranée etait sous notre controle et qu on a perdu notre flotte faute des turque et et et et ….laisson venir relisez mon intervention en arrabe et vous aller comprendre que mes propos ne sont pas malsaint .mais j ai parler en connaisseur de ces gents jouant leur double jeux .l Agerie mazal fiha rjel on est là …saha ramdankoum

    • Amar

      ouine rahoum el-rjel , si avec un titre on se décrit jajoul min el-rejla rahoum ga3 fi chkara ,et puis ayez un minimum de respect et de nif ,tout le monde crit au nationnalisme et on voit les queues interminable devant les consulats de france pour quémander un visas pour se sauver du pays
      et sur ce site les insultes fusent quel honte j’ai honte pour vous ,,alors abstenez-vous de quitter le pays que vous défendez hypocritement.

  10. un lecteur

    Monsieur l’Administrateur
    Prière de rétablir mon post de 19h39 que vous avez supprimé, ne serait que par respect pour vos lecteurs et qui ne comprendraient pas la teneur de ces propos.

  11. un de la rue du dépôt

    Bjr Régine,
    pourrions nous dire que nous sommes de partout et de nulle-part et que notre terre est celle qui nous donne à manger et à boire .
    J’ ai des amis qui vont venir revisiter les lieux de leur enfance fin septembre ,et que pour certains se sera peut-être le 1ère fois et d’autres par amour pour leur ville et leur pays natal c’est la Xème fois ,et en lisant les commentaires plein d’agressivité se posent des questions ,et je leur dit fermez les yeux et bouchez-vous les oreilles car vos vieilles connaissances et amis d’enfance vous attendent avec les bras ouvert et des histoires pleines de nostalgie. Et la mémoire vivante de la ville est toujours là pour conter et narrer aux enfants de la ville l’histoire de leur famille lorsqu’ils se rendent à sba par politesse et respect je ne citerai son nom et c’est un frère .
    CORDIALEMENT

    • un lecteur

      Monsieur,
      Que les choses soient claires entre nous.
      Il ne s’agit ni de haine ni d’agressivité exprimés dans ces colonnes à l’endroit de la population « pieds-noirs », mais d’une fermeté de ton sur certains caractères sensibles de notre histoire commune et sur lesquels l’algérien ne saurait transiger.

      En sciences touristiques, il se développe ces derniers temps une activité fondée sur le « mnénome » , c’est à dire l’ensemble des ressources immatérielles, comme les souvenirs ou l’évocation de faits culturels, historiques et sociologiques, comme semble le rechercher depuis ces derniers temps une grande partie de la communauté pieds-noirs qui souhaite revisiter l’Algérie.
      A ce titre, tous ces visiteurs sont les bienvenus et n’auront à craindre aucune récrimination de la population algérienne qui a
      fait de la convivialité le creuset de son humanité.
      Ce qui est insupportable dans certains propos, c’est l’ évocation rédhibitoire de ce passé colonial qui occulte les souffrances et misères encore bien plus immenses endurées par la population autochtone algérienne.

      Mme Tari, après de longues circonvolutions de « son » histoire de l’Algérie, vient de faire, à 01h17 , et tardivement, son aveu sur ce qui pourrait être un jalon du rapprochement certainement tant souhaité ici et là.
      Mais il semble qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres, et il y a à craindre , faute d’objectivité, d’humilité et de sincérité de
      la part de certains de vos compatriotes, que le chemin de la compréhension, de la réconciliation, et qui sait , de la repentance tellement à l’ordre du jour, sera jalonné de bien d’obstacles douloureux à franchir.
      Bien à vous et bon séjour en Algérie..

      • abbassi

        fort heureusement elle a fait cet aveu et c’est bon pour la suite des fructueux echanges loin de l’atteinte des valeurs des individus et du peuple qui a toujours su faire la part des choses

  12. Smiley

    Vivre, c’est faire une concession à la violence de l’autre.
    Je suis parmi ceux qui ont fait confiance à l’humain et en misant sur son intelligence.
    J’esperais que le passage du temps et l’inénuctabilité des destins seriant les grands maîtres.
    Force est de constater que le pari est peut-être perdu quand le voix la nostalgie et le regret se muer en apologie de la présence française en Algérie.
    Je me vois forcé de reconnaître que madame Tari est une retardataire de l’histoire lorsqu’elle passe en revue les vieux poncifs de l’idéologie coloniale pour nous faire miroiter la vie en rose sous les couleurs bleu, blanc, rouge.
    Madame, enfant de dix en 1961 je peux vous raconter les visites de mes proches en prison et torturés par le 2ième bureau, les portes que l’on défonce la nuit, les hommes que l’on kidnappe et que l’on emporte vers la mort.
    Je peux aussi me rappeler de cette France là déniant tout droit à l’algérien, le traitant comme squatteur dans sa géographie et l’histoire.
    Madame Tari, votre post véhicule trop de relents pénibles et semble être en osmose avec ceux qui constituent le noyau dur du FN et les parlementaires les plus ultras.
    les difficultés de l’Algérie, liées à des raisons protéiformes ne vous donneront jamais le droit de nous faire la leçon.
    Nous avons une fois pour toutes d’être les damnés de la terre (Merci Fanon)
    La fin de l’ordre colonial dont vous êtres une victime-boureau colatérale suppose qu’avec la rupture de cette chaîne cesse les injustices consubstancielles à l’injustice du colonialisme.
    En outre, vous mobiliser Ait pour vous épauler dans une démonstration dans laquelle vous esquisser le fondement juridique colonial/
    Nien n’existait avant nous, c’était une terre vierge donc nous avons le droit de la coloniser(éthymologiquement la mettre en valeur)
    Madame vous semblez ignorer que la défaite française , la débacle de votre arméee devant les prusses en 1871 a décidé du destin de familles paupériséees comme la votre.

  13. Smiley

    merci de lire les errata suivants:
    se muent,mobilisez, sqatteur de sa géographie et de son histoire

  14. un lecteur

    attention, il y a plusieurs « un lecteur » sur ce forum. Celui de 10h13′ n’est pas « le lecteur » des post envoyés avant cette heure.
    Merci de bien vouloir éviter toute confusion.

Répondre