La Voix De Sidi Bel Abbes

27 août 1859. Grâce à l’obstiné colonel Drake, pour la première fois, du pétrole jaillit d’un derrick

Au lieu d’éponger le pétrole en surface, le colonel Drake a l’idée génial de forer pour chercher l’or noir en profondeur.
FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS

aout-2658634-jpg_455094

Premiers puits de pétrole aux USA, la ruée vers l’or noir

Découvrir le moyen de faire jaillir l’or noir du sol et mourir pauvre comme Job ! Ce qui arrive au colonel Edwin Laurentine Drake est aussi rageant que de dissoudre le gouvernement pour se retrouver avec Harlem Désir… Le 27 août 1859, le pétrole envahit le puits foré par Drake et ses hommes en Pennsylvanie. N’imaginez pas un geyser noir jaillissant vers le ciel, mais du pétrole qui sourd lentement de la roche au fond d’un puits, à 21 mètres de profondeur. Sur le moment, personne ne s’en aperçoit. À la tombée de la nuit, les ouvriers quittent le derrick sans se douter de leur succès. Ce n’est que le lendemain, le 28 août, lors de la reprise du travail, qu’ils découvrent le liquide noir et visqueux au fond du puits. Drake accourt, fou de joie. Il a réussi. On s’est tellement moqué de son derrick, de sa volonté de pomper le pétrole sous terre. Oui, on se foutu de sa gueule presque autant que celle de Hollande prétendant renverser la courbe du chômage. Sauf que lui, il a gagné son pari ! Sa technique de forage est véritablement la bonne. Sans perdre de temps, le colonel fait bricoler une pompe à main pour remonter en surface le précieux liquide qui fera la fortune des Rockefeller, Mellon, Ibn Saoud et de bien d’autres…, sauf la sienne.

derrick_petrole_Drake

Premiers puits de pétrole aux USA, la ruée vers l’or noir

Au compte-gouttes

À la vérité, Drake n’est pas le premier à vouloir forer le sol pour faire jaillir le pétrole. En Roumanie, en Allemagne, dans le Caucase, et même au Canada, des tentatives ont déjà eu lieu, mais c’est sa réussite qui déclenche la ruée vers l’or noir. En quelques mois, la en Pennsylvanie se couvre de centaines de derricks.

Jusqu’à la découverte de Drake, le pétrole est essentiellement utilisé pour alimenter des lampes d’éclairage. Il faut dire qu’il est difficile à récolter, il faut creuser des tranchées dans le sol pour recueillir la précieuse huile au compte-gouttes. En Pennsylvanie, c’est un fermier de Titusville qui, le premier, éponge ainsi bon an mal an vingt à trente barils. D’autres veulent l’imiter. Ainsi, George Bissell acquiert des milliers d’hectares et crée la Seneca Oil Company avant d’engager Edwin Drake, 40 ans, un ancien conducteur de train, pour recenser les zones de suintement. Malheureusement, elles sont peu nombreuses et pas rentables. Alors, les deux hommes passent des heures à réfléchir sur une méthode d’extraction plus efficace. C’est Drake qui propose de forer le sol comme le font les exploitants de saumure. Bissell accueille favorablement l’idée.

puits-de-petrole-americain2

« Crazy Drake »

En 1857, Drake s’installe donc à Titusville, où il se décerne le titre de colonel pour en imposer aux habitants qui le prennent pour un hurluberlu avec son idée de pomper le pétrole dans le sol. Ce dont il s’en fout comme de sa première culotte. Il engage « oncle Billy Smith », un spécialiste des puits de saumure, pour forer un puits de trois cents mètres. Ils n’ont pas atteint cinq mètres que c’est déjà la catastrophe : le puits s’effondre. Il faut tout reprendre à zéro. En ville, on est mort de rire. Pauvre « Crazy Drake », comme on l’appelle. Mais celui-ci ne renonce pas. Il est de la trempe des Hollandes. Ne jamais changer de cap… C’est alors qu’il a une idée de génie : empiler des tuyaux en fonte dans le puits pour se protéger des effondrements et faire passer le trépan de la foreuse à l’intérieur. Le procédé permet également d’éviter les infiltrations d’eau. Oncle Billy parvient ainsi à forer un mètre par jour. Le pied ! Durant des semaines, des mois, malgré les incidents, les difficultés, le manque d’argent, le découragement et les moqueries, le puits s’enfonce.

Jusqu’au 27 août 1859 quand le pétrole commence à suinter au fond du puits. Au départ, la production est faible, environ 25 barils de pétrole brut par jour. Certains jours, elle s’effondre même totalement. Mais la méthode a prouvé son efficacité. Tous ceux qui se moquaient de Drake se mettent à dresser des derricks. Des centaines, des milliers de derricks. Et cet idiot de colonel qui n’a pas su prendre les brevets nécessaires pour protéger sa méthode de forage ! Certes, le pétrole qu’il extrait lui permet d’accumuler pas mal d’argent, mais il le perd dans la crise financière qui suit la guerre de Sécession. Bref, Drake achève misérablement son existence, au point que l’État de Pennsylvanie doit lui voter une aide de 1 500 dollars. Le roi du pétrole meurt, pauvre comme Job, à Bethlehem (Pennsylvanie) en 1880.

Source

——————————-

Puits de pétrole moderne

Chevalet de pompage et puits de pétrole de type Pumpjack

Pumpjack

Pump_jack_animation

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=62364

Posté par le Août 27 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “27 août 1859. Grâce à l’obstiné colonel Drake, pour la première fois, du pétrole jaillit d’un derrick”

  1. OUERRAD

    NO COMMENT , il meurt pauvre mais a legue une technique qui a enrichi les autres ,, ils doivent applaudir ,,, surtout nos faineants du golfe ,,, qui se permettent tout en ce moment ,,, grace à son idee geniale .
    JOUMOU3AH MOUBARTAKAH , toutes et tous .

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →