La Voix De Sidi Bel Abbes

23èmes anniversaire: Hommage à Mohamed Boudiaf (1919-1992), père de l’Algérie vertueuse

 

Boudiaf fut un des acteurs historiques de cette indépendance, cofondateur du FLN. Il fut ministre d’État dans le premier gouvernement provisoire du 19 septembre 1958 au 22 juillet 1962. Il était de la même génération que Ben Bella qui vient de mourir (le 11 avril 2012). Il était un tout petit plus jeune que lui, deux ans et demi.
Mais il se brouilla avec lui au moment de l’indépendance, créa alors un parti d’opposition, puis fut emprisonné le 23 juin 1963 et même condamné à mort en 1964 mais il a réussi à se réfugier en France puis au Maroc.
Chadli Benjedid, dix ans plus jeune que Boudiaf, a récupéré le pouvoir après la mort de Boumediene, et se retrouva dans une impasse politique à la fin des années 1980.
Il a en effet ouvert la voie du multipartisme et des élections vraiment libres après sa « réélection » le 22 décembre 1988 et la ratification par référendum d’une nouvelle constitution le 23 février 1989, ce qui a conduit les islamistes à créer leur parti, le FIS (front islamique du salut), reconnu par l’État le 6 septembre 1989, et à remporter en 1990 plusieurs élections locales (presque mille communes sur mille cinq cents et trois cinquièmes des provinces.
Il faut se rappeler le contexte historique international : premier gouvernement libre en Pologne, répression sanglante à Pékin et chute du mur de Berlin. Le 25 décembre 1991, fin de l’Union soviétique.

Le 26 décembre 1991, le premier tour des élections législatives plébiscitèrent le FIS en remportant cent quatre-vingt-huit sièges sur deux cent trente et un, vingt-cinq sièges pour le FFS de Hocine Aït Ahmed (qui a 85 ans) et quinze seulement pour le FLN au pouvoir. L’armée décida de rompre le processus électoral en n’organisant pas le second tour. Les collectivités dirigées par les islamistes furent dissoutes et les dirigeants du FIS arrêtés, Abassi Madani et Ali Belhadj.
Acculé à la démission le 11 janvier 1992 par les militaires, Chadli Bendjedid, qui souffre depuis plusieurs d’un cancer, a laissé le pouvoir à Boudiaf, encore en exil (vingt-huit ans !) et considéré comme un homme neuf (préféré à l’actuel Président algérien, Abdelaziz Bouteflika).

Mohamed Boudiaf, appelé aussi Tayeb El Watani pendant la guerre d’indépendance, fut nommé Président du Haut comité d’État le 16 janvier 1992.

Des vagues d’attentats se déroulèrent pendant plusieurs années, revendiqués par le GIA (groupe islamiste armé) ou provoqués par l’armée algérienne. La guerre civile fut à son comble ce 29 juin 1992 quand Mohamed Boudiaf, visiblement homme de bonne volonté, fut assassiné sauvagementau Palais de la Culture d’Annaba après avoir lancé une campagne contre la corruption et après avoir prononcé ces paroles : « L’être humain n’est que de passage ici-bas. La vie est brève, nous devons tous disparaître un jour.

Lorsque la foule entendit les tirs et s’est mise à plat ventre, Boudiaf resta debout et continua imperturbablement sa conférence. À 73 ans, il fut tué d’une dizaine de balles dans le dos. Les vrais auteurs de cet assassinat ne sont toujours pas identifiés et leurs motivations non plus. L’ambulance a même été visée par les tirs.
Le rapport de l’armée algérienne n’a pas été très concluant (et même un peu léger dans son travail) même s’il a favorisé la piste du militaire isolé influencé par des mouvements islamistes :« L’auteur matériel du crime a (…) tenté de justifier son crime par des considérations tirées de ses convictions religieuses, acquises à travers ses nombreuses lectures et en particulier sous l’influence de l’action des mouvements islamistes à l’intérieur et à l’extérieur du pays (…). Il dit être favorable à la violence pour l’élimination de l’injustice et des oppresseurs. Selon lui, la source essentielle de l’oppression se situe au plus haut niveau de l’État. C’est pourquoi il estime qu’il n’a pas tué Mohamed Boudiaf en tant que personne mais en tant que symbole de chef d’État. Il affirme que l’idée de commettre un tel attentat est née dans son esprit à partir de l’année 1989. ».
Au contraire, selon l’épouse de la victime, Fatiha Boudiaf, la piste islamiste serait à exclure et tandis que l’armée aurait eu tout intérêt à empêcher les transformations proposées par Boudiaf, le sincère, l’honnête, l’incorruptible.
Amine Benabderrahmane, secrétaire particulier de Boudiaf, a décrit en effet le Président assassiné comme un serviteur pour ses compatriotes : « Montrant sa détermination, il avait décidé dès son retour au pays de rétablir l’autorité de l’État. Il était le chef incontesté, mais le pouvoir ne l’intéressait nullement. Il était là au service du peuple et pour le peuple qui souffrait chaque jour. »ajoutant à propos de l’islamisme : « Il refusait les compromis avec les fanatiques, ces monstres sans foi ni loi qui tuaient, brûlaient et égorgeaient au nom de Dieu comme si Dieu le Tout-Puissant pouvait cautionner leurs vils desseins. ».
À 75 ans, malade, Abdelaziz Bouteflikaen est à son troisième mandat présidentiel : en fonction depuis 27 avril 1999, élu les 15 avril 1999 (74,0%), 8 avril 2004 (85,0%) et 9 avril 2009 (90,2%), et ne semble pas prêt à lâcher prise.

ob_dcd1a7_boudiaf1

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=61891

Posté par le Juin 29 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “23èmes anniversaire: Hommage à Mohamed Boudiaf (1919-1992), père de l’Algérie vertueuse”

  1. OUERRAD

    Ils n ont pas tue BOUDIAF , il est mort en CHAHID :wala tehsibanna elledina koutilou fi sabili ALLAH ………….
    C est l ALGERIE qu ils ont assassinee .
    Il me semble que ce papier est vieillot .
    Bien lire pour comprendre .
    ON NE VEUT TOUJOURS PAS QUE LA RAISON DU CRIME SOIT CONNUE .
    SAHA S HOUR KOUM toutes et tous .
    Allite avec une grosse grioppe et des angines BYE .

  2. Mme CH

    Tahour Inchaallah mon frère Ouerrad…!!

    La raison du crime et à qui profite le crime….??? Eh bien, je crois que la réponse se trouve dans cet article…!!!! Et si on citait quelques petits trucs concernant cette affaire…!!!!

    – Un ancien adjudant de l’armée française, médaillé militaire et croix de guerre.
    – Khaled Nezzar, Ali Haroun, Larbi Belkheir…
    – La mise à l’écart du général Mohamed Lamari, la prise de bec avec le général Toufik qu’il envisageait de limoger..
    – Les enquêtes sur les malversations qu’il avait entamées, le changement de gouvernement qu’il envisageait et le parti politique qu’il voulait créer: Le Rassemblement patriotique national ( RPN)…
    – Exilé au Maroc depuis longtemps, ami du Roi Hassan II et s’était rangée à ses cotés lors de la marche verte, donc sa position dans le conflit du Sahara occidental…!!!
    – Mafia politico-financières
    – Il voulait déterrer l’affaire Belloucif, ce qui aurait éclaboussé d’autres dignitaires comme Chadli Bendjedid et surtout Larbi Belkheïr sur l’affaire de » l’achat de radars français, des systèmes clef en main, pour la sécurisation du ciel aérien algérien, ce contrat était surtout lourd de conséquences pour le développement du pays et allait aussi mettre tout le système de défense aérienne sous tutelle Française »…!!

    Tous les éléments son imbriqués de sorte que le défunt Boudiaf devait disparaître.. Allah yarhmou wa jami3 El Mouslimin…!!!!

    Oh! Il fait vraiment chaud….!!!!!

    Saha Shourkoum…!!!

  3. zlaoui

    En algerie y’avait toujours le conflit entre les recolutionnaire de l’interieur et ceux de l’exterieur..ceux de l’exterieurs ne faisaient pas la lutte armés c’etaient des emissaires plus que de politique..le seul vrai pari politique a l’exterieur c’etait un peu les travailleurs algeriens dans les usines française qui’activaient avec leurs homologues francais dans le syndicalisme de gauche en majorité…sinon le reste qui etaient en dehors au maroc en egypte en pologne et un peu partout ils etaient des émissaires..La fracture chez le mouvement nationale etaient justement  »les intrus » qui ont profiter de la debacle general et l’abaondon des biens des europeens….donc ni l’ALN ni la federation de france n’avait une dent contre si tayeb el watani…l’ALN de l’interieur etait toujours redouté par les profiteurs venue d’ailleurs sans faire ni lutte armé comme l’ALN ni lutte politique organisé comme la federation de france….ces’proditeurs ont toit fait pour descrediter et afaiblir les deux en montrant que l’es moujahidines ont tout prie et sont redevenue milliardiares..c’est cette compagne qui a un peu affaibli les vraie wataniyine que se soit de gauche ou de droite…
    La peur existe toujours mais elle est redevenu diffuse sans vecteur ideologique qui l’anime car la majorité des acteur de gros calibres sont emportés par l’age..
    Il y’a le reste de cette machine qui n’a pas de bout de chemin, elle vie le jour le jours et s’adapte , et finira par se disloquer et se dispersser elle aussi est minée par l’age..
    Le pouvoir actuel essaye de trouver une sortie, la meilleur c’est celle appliqué par les arabes, chaque tribus une royaume et chaque royaume verse les sadakate et s’aquite chez lui des zakates..C’est la democratie a l’arabe » maintenant y’a plus de tribus sauf dans quelques regions il faut retourner a la democratie  »comunale », il n’yaura plus de parti politique national, le president de la republique preside une seance devant les senateur envoyé par chaque comune, il tire le Registre comptable de finance. Fait le partage chaque senateur prend son budget communale, le president signe le registre et le ferme..rendez vous dans un an..
    Dans ce systeme tout sera calme et cool. Ni agitation ni haraje, ni tbahlile, ni cri ni hurlement
    Chacun retourne chez lui. La guerre est terminée,….y’a pas d’autres issus

    • OUERRAD

      Entre temps TAYEB EL WATANI est mort en CHAHID .
      Devant des millions de telespectateurs et ce n est pas la france coloniale qui l a assassine .
      NEM HANIEEEN , NEM HANNIEENN , ya men maddayta yaddaka li gatilik …….
      SAHA S HOUR KOUM toutes et tous .
      NB / ma soeur CH , tu as tout dis plus besoin de commission ALLAH YARTIH ESSAHA pour l avoir dit tout haut et surtout la derniere raison invoquee , on y pense tous sans pour autant le declarer ouvertement .Merci pour votre DOU3AAA

  4. Mme CH

    Salam mon frère Ouerrad….!!! J’espère que vous vous portez mieux…!!! Le miel avec du citron, c’est bon pour les angines….!!!!

    Ce n’est pas la France coloniale qui l’a assassiné…..dites-vous….???? Et Pourtant la dernière raison invoquée est liée avec la FaFa la New-coloniale…..et certains noms sont directement liés aux cabinets noirs de l’autre rive….comme certains déserteurs de l’armée française à la veille de l’indépendance…!!! Enfin, ils sont presque tous morts maintenant, mais en laissant des news H derrière eux…!!!

    Autrement dit, Boudiaf a voulu changer tout l’ordre établi depuis le compromis de l’eau minérale d’Evian…Alors….!!!!

    Saha Shourek…!

    • OUERRAD

      Salam , merci pour le conseil ,,,,,,, ma soeur CH ne m a pas suivi ,, je voulais parler de fafa lors de la revolution armee .Quant à ce qu elle decide en notre lieu et place c est clair comme de l eau de roche .
      SAHA FTOR KOUM toutes et tous .
      Imene , coucou rien de grave inchallah le bonjour à MAM .

  5. Mémoria

    Salam ramadanesque !

    Un cadet de la Révolution qui exécute dans le dos un des Pères de la Révolution Algérienne ! Un conflit de génération instrumentalisé ? Un fils qui tue…son Père ? Quelle symbolique au delà du mode opératoire où l’Agora est spectatrice à la limite du sacrifice rituel !!! Smiley notre camarade n’aurait pas été surpris par cette raison d’Etat qui priorise une exécution extra-judiciaire au lieu de catapulter un tribunal militaire plus compétent en prérogative de tentative de désertion à l’étranger après mise en demeure non notifiée !!!
    Allah Yarham feu Boudiaf le révolutionnaire !

    Saha Shourkoum !!!

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →